Alex Galchenyuk et Max Pacioretty

Un premier trio qui donne espoir, croit Galchenyuk

Au fil d'une saison jalonnée de déceptions et de performances en-deçà des attentes, le Canadien pourra quand même retirer un élément positif, arrivé sur le tard : il a peut-être trouvé, enfin, un premier trio digne de ce nom.
Réunis de façon définitive lors des quatre derniers matchs du calendrier régulier, Alex Galchenyuk, Max Pacioretty et Brendan Gallagher ont totalisé 16 points durant cet intervalle, dont la moitié lors de la victoire de 5-2, samedi soir, contre le Lightning de Tampa Bay.
C'est toujours difficile de projeter la production d'un trio à long terme, surtout dans un contexte comme celui dans lequel évoluait le Canadien en fin de saison alors qu'il était déjà éliminé de la course aux séries éliminatoires.
Mais ça n'empêche pas Galchenyuk d'avoir confiance en l'avenir.
«C'est le temps qui nous le dira, a d'abord rappelé le jeune attaquant du Wisconsin, lorsque questionné sur le potentiel du trio. Mais nous sommes affamés, nous voulons être compétitifs, nous voulons gagner des matchs pour notre équipe, créer des chances de marquer et jouer de façon solide en défensive. Nous avions une belle chimie vers la fin de la saison, ce qui est bon et positif. Mais il nous faudra bien nous préparer pendant l'été», a-t-il aussi avisé.
Avenir prometteur
Pacioretty voit aussi un avenir prometteur en compagnie de Galchenyuk et de Gallagher, à condition de ne pas tomber dans une certaine forme de complaisance.
«Nous pensons que nous pouvons former une bonne unité. Nous nous sentions très à l'aise ensemble, et nous savons qu'en jouant de la bonne façon et en adoptant la bonne attitude, nous pouvons connaître du succès. Mais il faut nous assurer de ne pas être trop confiants et de bien communiquer entre nous à tout moment et dans toutes les circonstances.»
Auteur d'une troisième campagne d'au moins 30 buts en carrière, et d'une quatrième en cinq ans - incluant la saison du lock-out en 2012-2013, le capitaine du Canadien était heureux de voir son jeune coéquipier le rejoindre à ce chapitre.
«Il était vraiment en feu pendant le dernier droit. Il a créé beaucoup d'espace sur la patinoire pendant les 25 ou 30 derniers matchs, et ça été plaisant de contribuer à sa progression vers le joueur qu'il est capable de devenir.»
Michel Therrien a lui aussi souligné cet aspect du rendement de Galchenyuk.
«Le fait de marquer 30 buts est un grand exploit, a affirmé l'entraîneur-chef du Canadien. Mais ce que j'ai aimé le plus chez lui, c'est sa progression. Il y a encore du travail à faire, mais il a beaucoup progressé.»