Trois jeux ont dû être revus dans le match entre le Canadien et les Rangers, dont celui qui a mené au but de Rick Nash en deuxième période lorsque Kevin Hayes est entré en collision avec le gardien du Tricolore, Carey Price.

Trois buts en 62 secondes!

Une pétarade de trois buts en 62 secondes en troisième période a permis au Canadien de saluer le retour d'Alex Galchenyuk et d'Andrew Shaw avec une victoire de 5-4 contre les Rangers, samedi au Centre Bell.
Coup sur coup, Alexeï Emelin (2e), Max Pacioretty (20e) et Paul Byron (13e) ont battu Henrik Lundqvist, venu en relève au partant Antti Raanta, blessé, qui avait dû quitter le match après la première période. «Le toit du building a sauté. C'était un peu comme une ambiance de séries», a fait remarquer Pacioretty.
Le Canadien a maintenant un dossier de 6-8-3 cette saison quand il se retrouve en retard au pointage après deux périodes. Galchenyuk (10e) et Brian Flynn (6e) ont également marqué pour le Canadien, qui a lancé à 32 reprises sur le filet des Rangers.
«Ça fait du bien de pouvoir revenir au jeu et de pouvoir contribuer comme ça. Ce sont notre quatre trios qui ont fonctionné», a déclaré Galchenyuk, qui a raté 18 matchs en raison d'une blessure au genou subie le 4 décembre.
Brandon Pirri, Rick Nash, J.T. Miller et Derek Stepan ont marqué pour les Rangers, qui ont lancé 33 fois sur Carey Price. Ce dernier a accordé au moins trois buts pour un quatrième match de suite et à sept de ses huit dernières sorties.
Le match n'a pas manqué de controverse, avec trois jeux qui ont dû être revus. Price n'a d'ailleurs pas apprécié l'un de ces jeux, qui a mené au but de Nash en deuxième. Juste avant, le patin de Kevin Hayes avait accroché une de ses jambières.
Les arbitres ont accordé le but, jugeant que le contact avait eu lieu à l'extérieur de la zone réservée au gardien. «Je ne suis pas d'accord avec cette décision, c'est tout ce que je vais dire», a soupiré Price.
Michel Therrien était encore plus en rogne. «C'est un jeu qui va vite et qui est émotif, et parfois des joueurs peuvent prendre de mauvaises décisions. Ça arrive que ce soit les entraîneurs qui prennent de mauvaises décisions. Mais ce soir, c'est l'arbitre qui a pris une mauvaise décision.»
Court retour de Shaw
Si Galchenyuk a célébré son retour avec un but, Shaw n'a pas veillé tard. Il a été expulsé à la suite d'une mise en échec illégale en fin de première période contre Jesper Fast, un coup déloyal qui a donné aux Rangers un avantage numérique de cinq minutes. Il a ensuite engagé le combat avec Miller avant de rentrer aux douches.
Le retour de Shaw a donc duré un peu moins de 17 minutes avec un but refusé pour obstruction sur le gardien, une pénalité mineure, deux pénalités de 5 minutes, et une autre de 10 minutes!
«On n'est pas d'accord avec la décision», a observé Therrien. «Il s'est fait arracher la tête il y a trois semaines et a subi une commotion, et il n'y avait même pas eu de deux minutes. Là, il termine sa mise en échec, oui c'était un peu sur le tard, mais il l'atteint au niveau de la poitrine, et il reçoit un cinq minutes.»
Le Canadien disputera son prochain match lundi (15h), quand il rendra visite aux Red Wings de Detroit. Avec La Presse canadienne
Gallagher a déjà une date de retour en tête
Brendan Gallagher a la main gauche enveloppée dans un protecteur noir, il peut à peine bouger les doigts, mais déjà, il pense à son retour au jeu.
«J'ai une date en tête», a-t-il déclaré samedi matin à Brossard. «Je veux revenir au jeu en une journée de moins que la saison dernière. Ça m'a pris 40 jours pour revenir au jeu la saison dernière avec une blessure similaire. Je veux revenir après 39 jours, cette fois-ci.»
S'il atteint son objectif, son retour pourrait avoir lieu aux alentours de la semaine du 12 février. Un tel scénario semble pour le moment fort optimiste, puisque son retour est plutôt attendu pour le début du mois de mars. Mais il ne faudrait pas parier contre Gallagher. «Je sais ce que j'ai dû traverser la saison dernière après avoir été blessé à cette main-là, et j'espérais ne plus avoir à vivre ça. C'est difficile. D'un autre côté, je comprends ce qu'il y a à faire pour retrouver la santé le plus vite possible, je sais ce que je dois faire pour y arriver.»
Gallagher n'aime pas du tout le rôle de spectateur qu'il doit jouer depuis qu'il a été atteint à la main par un violent tir de Shea Weber, le 4 janvier. «Le pire, c'est que Shea a raté son tir. Je crois que son tir allait à seulement 98 milles à l'heure...» Il a d'ailleurs confié avoir eu une conversation avec Weber, qui se sentait mal d'avoir blessé son coéquipier. «Il n'y a pas grand-chose qu'il pouvait faire. [...] Quand c'est arrivé, sur le coup, j'ai tout de suite su que mon doigt était cassé.»
Gallagher a précisé avoir été blessé aux deux mêmes doigts et mêmes jointures de la main, mais que les vis déjà installées n'ont pas été touchées. «Les médecins en ont mis d'autres, un peu plus haut sur la main. C'est la bonne nouvelle. Le traumatisme n'a pas été au même endroit. C'est comme une blessure différente pour les médecins.» La Presse et LNH.com
Markov : pas de recul selon Therrien
Le Canadien a laissé savoir qu'Andrei Markov n'est plus en mesure de patiner, lui qui avait pourtant repris l'entraînement de manière limitée avec le reste du groupe la semaine dernière. À l'écart du jeu depuis le 17 décembre en raison d'une blessure à l'aine, le vétéran défenseur semble donc avoir subi un recul dans sa progression. «Y'a pas eu de recul, on aurait pensé qu'il aurait été en mesure d'améliorer sa condition, mais on doit attendre encore», a assuré l'entraîneur Michel Therrien. Le club a de plus expliqué que David Desharnais poursuit son entraînement, mais en solitaire seulement. Par ailleurs, les retours d'Alex Galchenuyk et Andrew Shaw ont incité Therrien à laisser de côté les attaquants Daniel Carr et Chris Terry, samedi soir. Le Tricolore a d'ailleurs soumis le nom de Terry au ballottage.