Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin
Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin

Tournoi à 24 équipes: Bergevin voit le verre à moitié plein pour le Canadien

Le Canadien de Montréal est l'une des huit formations qui profiteront, d'une certaine manière, d'une deuxième vie, si la LNH peut aller de l'avant avec la relance de sa campagne sous la formule d'un tournoi à 24 équipes. Et Marc Bergevin espère voir sa troupe profiter pleinement de cette chance.

Le directeur général du Tricolore aurait pu noter mercredi, lors d'une conférence téléphonique, que ses plans ont été chamboulés par le scénario de relance développé par un comité conjoint entre la LNH et l'association des joueurs. Après tout, le Canadien occupait le 12e rang de l'Association de l'Est quand la saison a été interrompue le 12 mars et Bergevin a joué le rôle de vendeur avant l'heure limite des transactions, en échangeant les vétérans Ilya Kovalchuk, Nate Thompson, Nick Cousins et Marco Scandella.

Mais voilà que le Canadien jouera une série de qualification au meilleur de cinq rencontres face aux Penguins de Pittsburgh, si la LNH reçoit le feu vert des autorités gouvernementales et de la santé publique pour reprendre ses activités cet été.

«Supposons que rendu au dernier jour de la saison régulière, vous avez l'occasion de rentrer en séries ou de participer à la loterie, vous allez vouloir rentrer en séries, a rappelé Bergevin. Le but, c'est de faire les séries. Nous sommes chanceux de pouvoir participer aux séries en raison du système mis en place et nous allons tenter de connaître le plus long parcours possible.»

Le Canadien pourrait toutefois vite se retrouver dans la position vers laquelle il se dirigeait avec 11 matchs à jouer dans la saison. Si jamais le Tricolore est éliminé par les Penguins, il regagnera une place parmi les équipes admissibles à la loterie. Et on saura dès le 26 juin si les partisans du Tricolore pourront rêver ou non à l'un des trois premiers choix, quand un premier tirage sera effectué.

«La situation n'est pas idéale pour toutes les équipes. Certaines sont avantagées, d'autres moins. La COVID-19, personne n'a vécu ça auparavant, a rappelé Bergevin. La ligue a fait les ajustements nécessaires. Nous devons nous adapter. Moi, je vois le verre à moitié plein et non à moitié vide.»

Malgré les nombreux bas de la dernière saison régulière, incluant deux séries de huit défaites, Bergevin a dit toujours croire en l'équipe qu'il a assemblée et il n'exclut pas la possibilité de voir sa troupe éliminer les Penguins lors du tour de qualification. Le Tricolore a présenté une fiche de 1-1-1 face à la bande à Sidney Crosby et Evgeni Malkin au cours de l'hiver.

«Nos chances sont aussi bonnes que les autres équipes dans ce tournoi, a-t-il insisté. Je ne veux pas mettre trop de pression sur Carey (Price), mais quand vous comptez sur un gardien comme lui, tout est possible. J'aime nos chances contre les Penguins.»

Romanov pourra-t-il jouer?

Bergevin a également commenté la composition possible de la formation de 28 joueurs, excluant les gardiens, du Tricolore lors de la relance.

La longue interruption a permis à des joueurs de panser leurs blessures. Bergevin a confirmé que Jonathan Drouin était remis d'une blessure à une cheville, tandis que Tomas Tatar avait affirmé le mois dernier qu'il était rétabli d'une blessure au haut du corps. Dans les autres cas, dont ceux de Shea Weber, Victor Mete, Ryan Poehling et Jesperi Kotkaniemi, il faudra attendre une évaluation de leur état de santé par un médecin de l'équipe avant d'en savoir plus.


« Nos chances sont aussi bonnes que les autres équipes dans ce tournoi. Je ne veux pas mettre trop de pression sur Carey (Price), mais quand vous comptez sur un gardien comme lui, tout est possible. J'aime nos chances contre les Penguins »
Marc Bergevin

La disponibilité de Max Domi et du jeune défenseur Alexander Romanov représentent des dossiers plus complexes.

Domi est atteint du diabète de type-1 et il est plus à risque de développer des symptômes sévères et des complications s'il est infecté à la COVID-19, selon Diabète Québec.

«Si les médecins disent que ce n'est pas sécuritaire pour Max de jouer, alors il ne jouera pas, a affirmé Bergevin. Jamais le Canadien mettra à risque la santé des joueurs.»

En ce qui concerne Romanov, Bergevin a indiqué qu'il n'y avait toujours pas de décision finale concernant la disponibilité des joueurs ayant signé des contrats pendant le confinement pour venir jouer dans la LNH.

En vertu de ces nombreux points d'interrogation, Bergevin a dit qu'il avait simplement une «bonne idée» de l'identité des 28 patineurs qui composeront la formation du Canadien. Il est possible que les équipes puissent disputer deux matchs préparatoires pour compléter leur évaluation.

Bergevin a toutefois ajouté qu'il s'attendait à ce que toutes les équipes amènent avec elles au moins trois gardiens dans les villes où seront présentées les matchs.

Pas pressés de revenir

La LNH a indiqué lundi qu'elle espérait lancer la phase 2 de son programme de relance tôt en juin, alors que les joueurs pourront recommencer à s'entraîner en petits groupes sur une base volontaire dans les centres d'entraînement des équipes.

De son côté, Bergevin a affirmé avoir eu une discussion avec un seul joueur à ce sujet et qu'il attendait des réponses des représentants Paul Byron et Brendan Gallagher pour connaître les intentions du groupe.

Il a toutefois noté qu'en vertu des mesures gouvernementales exigeant une période d'isolement de 14 jours à l'arrivée au pays, les joueurs américains et européens du Canadien n'étaient pas pressés de revenir à Montréal. En attendant, ces joueurs peuvent néanmoins continuer à s'entraîner chez eux ou dans des installations près de chez eux dans leur pays natal.

Bergevin a aussi précisé que le Canadien ne songeait pas encore à s'installer aux États-Unis pour préparer sa relance, comme le directeur général des Canucks de Vancouver, Jim Benning, l'a suggéré mercredi.