Mark Streit a terminé la dernière saison dans l'uniforme des Penguins de Pittsburgh. Le défenseur revient à Montréal, lui qui a porté les couleurs du Tricolore de 2005 à 2008.

Streit de retour avec le Canadien

Même s'il aura 40 ans en décembre et qu'il vient de remporter une première coupe Stanley, le défenseur suisse Mark Streit n'avait pas l'intention d'accrocher ses patins. L'offre d'une saison que lui a proposée le Canadien de Montréal ne pouvait pas mieux tomber.
«Je suis très heureux et très fier d'être encore une fois un Canadien, souligné Streit lors d'une téléconférence depuis la Suisse. Cela fait quelques semaines que je sais que le Canadien est intéressé et moi, j'étais très excité!
«J'ai repensé à mes souvenirs de mon premier passage et j'étais très heureux de la possibilité de signer un nouveau contrat avec le Canadien. Les partisans savent à quel point j'adore Montréal et le Canadien.
«J'ai commencé plus vieux dans la LNH [à 27 ans], je suis donc toujours passionné. Je patine bien, mon jeu est encore bon. Je veux pratiquer ce sport que j'adore le plus longtemps possible.»
Pour ce faire, Streit est même prêt à accepter un rôle moins important.
«Tous les joueurs veulent disputer tous les matchs, a-t-il admis. Mais au cours des derniers mois, à Pittsburgh, j'ai appris, c'est incroyable. Tous les joueurs de l'équipe doivent accepter un certain rôle. J'ai accepté cela. J'ai travaillé très dur et quand j'ai eu l'opportunité de jouer, que ce soit en séries ou avant, j'ai tout donné. Pour moi, maintenant, le succès de l'équipe, c'est la chose la plus importante. [...] Je suis très motivé. Je veux jouer tous les matchs, mais c'est l'entraîneur qui prendra la décision.»
Afin d'en connaître davantage sur son rôle avec le club, il a eu une brève discussion avec Marc Bergevin avant la téléconférence, et doit parler avec Claude Julien au cours des prochains jours. Pour l'instant, il n'en sait pas plus.
Pas plus qu'il ne sait si son arrivée signifie la fin de l'ère Andreï Markov à Montréal. S'il avoue ne pas être au fait des négociations entre les deux clans, Streit a admis du bout des lèvres que l'absence du vétéran Russe - qui pourrait grandement améliorer son temps de jeu en avantage numérique - a fait partie de sa réflexion.
«Ç'a été un facteur, mais pas le principal.»
Par ailleurs, Streit n'a pas voulu confirmer les chiffres avancés par le site spécialisé CapFriendly.com au sujet de son salaire, qui serait de 700 000 $US, en plus de bonis liés aux performances pouvant atteindre 300 000 $.
«L'argent n'était pas le plus important pour ce contrat. Le plus important, c'était de retrouver Montréal», a louvoyé l'Helvète.
800e match et 100e but à Montréal?
Streit a disputé 784 rencontres en carrière dans le circuit Bettman avec le Tricolore, les Islanders de New York, les Flyers de Philadelphie et les Penguins de Pittsburgh, au cours desquelles il a marqué 96 buts et ajouté 338 mentions d'assistance. La saison passée, il a inscrit 27 points, dont six buts avec les Flyers et les Penguins. Il a ajouté deux aides en trois matchs éliminatoires, en route vers sa première coupe Stanley.
Le Canadien l'avait sélectionné en neuvième ronde - 262e au total - au repêchage de 2004. À Montréal, où il a joué de 2005-06 à 2007-08, il a obtenu 109 points (25-84) en 205 matchs.
Sur la scène internationale, Streit a représenté la Suisse au Championnat du monde junior, au Championnat du monde, à la Coupe du monde, ainsi qu'aux Jeux olympiques d'hiver.