Alex Galchenyuk a sans doute la plus grande valeur, mais est-il trop tôt pour l'échanger?

Que peut offrir le Canadien?

De plus en plus d'observateurs s'attendent à ce que la date limite des transactions de cette année soit tranquille. Marc Bergevin réussira-t-il à sortir un lapin de son chapeau pour améliorer son équipe? Et en premier lieu, quelles sont ses monnaies d'échange? C'est la question que nous avons posée à trois recruteurs de la LNH.
Les espoirs
Noah Juulsen:
• Défenseur des Silvertips d'Everett (WHL)
• 19 ans
• Premier contrat professionnel pas encore amorcé
Combien Marc Bergevin a-t-il d'espoirs qu'il considère comme intouchables? Mikhail Sergachev est celui qui s'en approche le plus, mais qu'en est-il de Noah Juulsen? Les avis diffèrent à son sujet, comme le démontrent nos trois éclaireurs.
«Il n'y a aucun doute qu'il va jouer dans la LNH, affirme le Recruteur A. Ce ne sera peut-être pas un défenseur numéro 2 ou 3, mais il a un bon physique, il est compétitif... Il a de la valeur. Mais je ne sais pas si Montréal voudra l'échanger. Leur ligne bleue vieillit et les gars ne seront pas là pour toujours.»
«Connaissant Bergevin, je serais très surpris qu'il l'échange, renchérit le Recruteur B. Dans cinq ans, qui sait si Sergachev et Juulsen ne formeront pas leur première paire? Juulsen est bon dans les deux sens de la patinoire et il va devenir un top 4 dans la ligue.»
«Je ne trouve pas que sa cote a monté, soutient quant à lui le Recruteur C. Au Mondial Junior, ce n'était pas un joueur d'impact. Il peut devenir un 5-6, mais il n'est pas du calibre de Sergachev. Il sera toujours sur la ligne, il devra toujours jouer physique, toujours se battre pour sa place. Si quelqu'un pense que Juulsen est un top 4, échange-le!»
Michael McCarron:
• Centre-ailier droit
• 21 ans
• 863 333 $/année jusqu'à la fin de la saison prochaine
Les centres de gros gabarits sont rarissimes et le Tricolore en tient un, même s'il a des qualités offensives limitées. Il comble des besoins chez le CH et apporte une offre diversifiée.
«Il est selon moi la meilleure monnaie d'échange du Canadien et le candidat le plus plausible», lance le Recruteur B.
Moins enthousiaste, le Recruteur C croit qu'il commence à se créer un consensus autour de McCarron selon lequel il ressemblera davantage à Brian Boyle qu'à un marqueur de 20-25 buts. «Il a une moins bonne saison dans la Ligue américaine que l'an dernier. C'était le joueur dominant à St. John's l'an passé. Sa chaise dans la Ligue nationale c'est le troisième trio, peut-être même le quatrième. Donc, il ne vaut pas un choix de premier tour, même s'il en a été un...»
Le Recruteur A, lui, dit aimer McCarron en raison de sa polyvalence et de son gabarit.
«Certaines équipes vont sûrement trouver qu'il ne patine pas assez, mais d'autres verront en lui plus qu'un joueur de troisième ou de quatrième trio. Mais je ne le vois pas partir dans un échange seul à seul; davantage dans un échange à deux contre deux, où il serait le dernier morceau du puzzle.»
Les joueurs établis
Alex Galchenyuk:
• Centre-ailier
• 23 ans
• 2,8 millions $/année. Sera joueur autonome avec compensation et admissible à l'arbitrage à l'été
L'heure de vérité approche: le Canadien doit se préparer à s'engager à long terme avec Alex Galchenyuk. Le perçoit-il encore comme son centre numéro 1? S'il hésite à se prononcer, le temps pourrait être venu d'explorer sa valeur sur le marché.
Le Recruteur A à qui nous avons parlé croit toutefois que c'est le genre de transaction qui se prête davantage au repêchage qu'à la date limite des transactions.
«Galchenyuk est sur le marché... et il ne l'est pas, dit-il. Je pense que le Canadien va d'abord lui donner du temps pour travailler avec Claude Julien.»
Le Recruteur B rappelle à quel point il est difficile de mettre la main sur un joueur avec autant de talent.
«À moins qu'il ait des problèmes majeurs de comportement - ce que j'ignore - je ne vois pas Marc Bergevin s'en départir. Il faudrait que ce soit contre un autre centre qui lui aussi a ses petits problèmes...»
Quant au Recruteur C, il est catégorique: sur le marché des transactions hypothétiques, Galchenyuk est le joueur du Canadien ayant le plus de valeur.
«Ils ont mêlé le jeune en le promenant de l'aile au centre. Ça affecte toujours la confiance et le Canadien a sa part de responsabilité. Personnellement, je serais acheteur. C'est un gars dynamique même si depuis sa blessure, je ne retrouve pas sa hargne de début de saison.»
Nathan Beaulieu:
• Défenseur
• 24 ans
• 1 million $/année. Sera joueur autonome avec compensation et admissible à l'arbitrage à l'été
Ce serait tellement plus simple si Beaulieu avait connu une progression régulière. Il jouerait aujourd'hui à la gauche de Shea Weber et on ne le considérerait pas comme un appât à transaction. Mais pour toutes sortes de raisons, sa réputation n'est pas la plus enviable.
«Dans mon esprit, c'est un défenseur numéro cinq, croit le Recruteur C. Chez nous, en tout cas, il jouerait sur la troisième paire d'arrières. Je pense que Marc Bergevin essaie de l'échanger depuis un an, un an et demi. Son «hors glace» fait mal un peu, je pense qu'il n'est pas assez sérieux.»
Le Recruteur A ajoute que Beaulieu n'intéressera pas une bonne équipe, mais un club en manque de profondeur pourrait se manifester. «Le pari est très risqué et je ne suis pas sûr à quel point il peut rapporter, soutient-il. Sa capacité de s'améliorer n'est tout simplement pas là. Et le fait qu'on ne sache pas à quoi s'attendre de lui d'un match à l'autre, c'est le genre de chose qui rend un entraîneur fou.»
«Le Canadien n'arriverait pas à l'échanger pour un défenseur meilleur que lui, conclut le Recruteur B. Il faudrait qu'il fasse partie d'un package
Brendan Gallagher:
• Ailier droit
• 24 ans
• 3,75 millions $/année jusqu'à la fin de la saison 2020-2021
La direction le tient en haute estime, il a une excellente réputation à travers la ligue et il a une place prépondérante dans l'échiquier du Canadien. Mais...
«Tu n'as pas Brendan Gallagher dans ta liste? demande le Recruteur B. Il y a de la demande pour lui... D'autant plus qu'il ne connaît pas une bonne saison. Si Marc Bergevin entreprend des discussions avec une équipe, c'est sûr que son nom va surgir avant celui de Beaulieu ou de Plekanec !
«On accorde beaucoup d'importance au caractère [avec raison], mais à un moment donné, ils auront une décision à prendre. Sait-on dans deux ans s'il va marquer 25 buts... ou s'il va en marquer 14?
«Pour effectuer une transaction qui va vraiment avoir un impact sur ton équipe, il faut que ça implique un joueur de son calibre. Ce n'est pas d'échanger Plekanec en retour d'un autre joueur de troisième trio qui va changer quoi que ce soit au Canadien...»