Marc Bergevin devra sans doute se départir d'Alexander Radulov ou d'Alex Galchenyuk à l'ouverture du marché des joueurs autonomes. Le départ de Radulov signifierait une augmentation de la capacité financière du Canadien.

Où en est le Canadien?

C'est samedi que s'ouvrira le marché des joueurs autonomes dans la LNH. Depuis lundi, ces joueurs ont le droit d'amorcer des discussions avec les autres équipes du circuit. Comment se dessine le portrait de Marc Bergevin à l'amorce de cette semaine cruciale?
Pas de place pour Radulov et Galchenyuk
Le premier constat, c'est que l'on voit mal comment Bergevin pourrait à la fois retenir les services d'Alexander Radulov et signer une entente avec Alex Galchenyuk. Et s'il échange Galchenyuk, le ou les joueurs obtenus en retour ne travailleront pas bénévolement! Aux fins de l'exercice, nous avons donc opté pour un scénario avec Galchenyuk et sans Radulov. 
Au sujet de Radulov, le marché est visiblement avantageux pour les talentueux ailiers de 30 ans, comme en fait foi le contrat signé par T.J. Oshie à Washington (8 ans, 46 millions $). Et mine de rien, le Tricolore n'est pas trop mal nanti sur les ailes. Sans Radulov, le Canadien détient près de huit millions $ de marge de manoeuvre, avec des trous à combler.
Le cas Plekanec
Un joueur de troisième trio avec un impact de six millions $ est loin d'être le scénario privilégié pour bâtir une équipe gagnante. C'est pourtant le rôle que Tomas Plekanec s'apprête à camper, derrière Jonathan Drouin (ou Alex Galchenyuk, les paris sont ouverts) et Phillip Danault. En toute logique, un joueur au salaire de Plekanec piloterait un des deux premiers trios, tandis que Danault pourrait s'établir comme un excellent troisième centre. 
Deux problèmes se posent si Bergevin souhaite échanger Plekanec. D'une part, l'organisation n'a personne pour le remplacer parmi les trois premiers centres. D'autre part, la tendance des dernières années est que l'équipe qui se débarrasse d'un lourd contrat doit aussi donner un élément intéressant. 
Les cas de Derek Stepan (échangé avec Antti Raanta) et Bryan Bickell (échangé avec Teuvo Teravainen) illustrent cette réalité.
Trou à gauche
L'autre gros problème structurel du CH se situe à gauche, mais il se pose différemment du centre. C'est que dans le scénario retenu, Andrei Markov est de retour comme partenaire de Shea Weber, ce qui signifie qu'à 38 ans, il serait encore utilisé à profusion. L'an passé, le Canadien avait tenté de soustraire le Russe de cette responsabilité avant de jumeler les deux vétérans, qui ont toutefois formé un duo fort efficace. 
Toujours selon ce scénario, David Schlemko se retrouve par défaut au sein du deuxième duo, dans un rôle qui commande un temps d'utilisation d'une vingtaine de minutes par match. Or, l'an passé à San Jose, le défenseur de 30 ans passait en moyenne moins de 17 minutes sur la patinoire. La présence de Schlemko dans le deuxième tandem signifie aussi qu'un autre nouveau venu, Jakub Jerabek, fait partie des six premiers défenseurs, même s'il n'a jamais joué dans la LNH. 
L'autre option, Brandon Davidson, a été incapable de s'établir l'an passé. Ça fait beaucoup de points d'interrogation.
Semaine explosive?
Bergevin abordera-t-il le marché des joueurs autonomes avec la formation telle qu'elle apparaît ici? Si on se fie aux dernières années, il ne faut pas exclure des mouvements de personnel cette semaine. 
Le 29 juin 2016, le dg avait cédé P.K. Subban aux Predators contre Shea Weber. L'année précédente, le 1er juillet, il avait obtenu Zack Kassian contre Brandon Prust. 
Et en 2014, le 30 juin, il avait troqué Daniel Brière contre Pierre-Alexandre Parenteau. Le lendemain, Bergevin échangeait Josh Gorges aux Sabres. 
Les rumeurs de transaction entourant Galchenyuk sont incessantes depuis quelques semaines, mais pour citer Bergevin lui-même, il faut s'attendre à l'inattendu. Les yeux sont tournés vers Galchenyuk, mais qui sait si le dg ne travaille pas sur un autre coup?
Ryan Johnston en Suède
Ryan Johnston
Il n'y a pas que dans la LNH que l'organisation du Canadien perd des défenseurs. Dans la Ligue américaine aussi. Ryan Johnston s'est entendu avec le HF Lulea et poursuivra sa carrière en Ligue élite suédoise. Johnston était sans contrat en vue de la prochaine saison et allait devenir joueur autonome avec compensation. «J'ai toujours pensé que mon style était plus approprié pour le hockey européen, a indiqué Johnston. Marc Bergevin a vu quelque chose en moi. Finalement, j'ai joué 10 matchs dans la LNH. Je n'aurais jamais cru y parvenir.» Malgré les sept matchs auxquels il a eu droit cette saison dans la LNH (et trois autres en 2015-2016), l'agile patineur de 25 ans a estimé que l'Europe était sa meilleure option. En deux saisons dans la Ligue américaine, Johnston a disputé 87 matchs, amassant 30 points.  La Presse
Une offre qualitative à Galchenyuk
Le Canadien a soumis des offres qualificatives à quatre joueurs, dont l'attaquant Alex Galchenyuk. Les trois autres joueurs sont le gardien Charlie Lindgren et les attaquants Jacob De La Rose et Max Friberg. Par ailleurs, huit joueurs autonomes avec compensation n'ont pas reçu d'offre. Il s'agit des attaquants Stefan Matteau, Mark MacMillan, Connor Crisp et des défenseurs Nikita Nesterov, Ryan Johnston, Joel Hanley, Dalton Thrower et Keegan Lowe. Ces joueurs deviendront joueurs autonomes sans compensation à compter du 1er juillet. Galchenyuk a complété sa cinquième saison avec le Canadien en 2016-2017, et a amassé 44 points en 61 matchs-. En carrière, Galchenyuk a participé à 336 rencontres avec le Tricolore et obtenu 204points.  La Presse canadienne
Karl Alzner de passage à Montréal
Marc Bergevin n'est généralement pas friand du marché des joueurs autonomes, mais ses besoins à la défense le forceront peut-être à changer son fusil d'épaule. Le défenseur Karl Alzner, qui pourrait devenir joueur autonome le 1er juillet, est en visite à Montréal cette semaine. Il est arrivé dans la métropole lundi et devrait la quitter mardi. Alzner, 28 ans, a passé toute sa carrière avec les Capitals de Washington, qui l'ont repêché au cinquième rang en 2007. La saison dernière, le Britanno-Colombien a amassé 13 points en 82 matchs. Il est un des hommes de fer de la LNH, lui qui n'a pas raté un seul match depuis le début de la campagne 2009-2010. Alzner est un colosse de 6'3 et 219 lbs, principalement reconnu pour son jeu défensif.  La Presse