Claude Julien a décidé d'apporter des changements aux trios du Canadien, replaçant Alex Galchenyuk (à gauche) au centre de la première unité, tandis que Philip Danault s'est retrouvé entouré d'Andrew Shaw et d'Artturi Lehkonen sur la troisième ligne.

Les trios du CH remaniés

Claude Julien a été clair au cours de son point de presse. «On va donner la chance au coureur», a-t-il dit deux fois plutôt qu'une.
Le nouvel entraîneur-chef du Canadien a montré une partie de ses intentions, vendredi, en remaniant les trios à son premier entraînement comme successeur de Michel Therrien. La conclusion à tirer, c'est que la situation de certains joueurs changera à court terme. Les voici.
Galchenyuk remonte
De la façon dont les choses se déroulaient depuis son retour au jeu, Alex Galchenyuk fait partie de ceux qui avaient grandement besoin d'un nouveau départ. En sept matchs depuis qu'il a effectué son deuxième retour au jeu, il a été limité à un but et une passe. On l'a même revu à l'aile, très peu au sein du premier trio.
Vendredi, Galchenyuk était de retour au centre des deux meilleurs ailiers de l'équipe, Max Pacioretty et Alexander Radulov. Le numéro 27 n'a pas voulu s'étendre sur ce changement, mais il s'est ouvert quand on lui a demandé s'il se sentait en mal de confiance avant la pause.
«Je suis humain. Tu te blesses, c'est dur de revenir après six semaines d'absence», a-t-il plaidé. «Donc, je ne suis pas toujours en train de me dire que je dois revenir à mon niveau d'auparavant. Je suis le même joueur qu'avant. En travaillant fort, je vais redevenir le joueur d'avant. Mais je ne suis pas deux joueurs différents. Je ne suis pas préoccupé du tout. Ce n'est pas comme si tu pouvais te dire : je suis bon, j'ai confiance, et ton jeu va revenir du jour au lendemain. Ça ne fonctionne pas comme ça.»
Galchenyuk espère aussi que le style de Julien, que l'on dit un peu plus axé sur la possession de rondelle, lui soit bénéfique. «À notre rencontre avant l'entraînement, il a insisté pour qu'on soit créatifs et qu'on utilise notre vitesse», a-t-il souligné.
Danault baisse
La victime de cette décision, c'est Phillip Danault, qui occupait la chaise de premier centre sans interruption depuis la mi-décembre. En 29 matchs depuis ce temps, il vient au troisième rang du CH avec 18 points.
Vendredi, Danault se retrouvait au centre du troisième trio, avec Artturi Lehkonen et Andrew Shaw, deux ailiers qui fonctionnent au ralenti depuis quelques semaines. L'attaquant de 23 ans était donc de retour dans le rôle qui lui semblait destiné, vu son potentiel et son style de jeu. Et il a pris les derniers développements avec philosophie.
«Je ne vois pas ça comme une baisse. Ça fait partie de la game. Même si Mike [Therrien] était encore ici, j'aurais pu être avec le troisième trio aujourd'hui. On ne le sait pas. Claude veut essayer certaines choses, je n'ai aucun problème avec ça.»
Une chance à Plekanec
Oublié entre Danault et Galchenyuk, Tomas Plekanec hérite quant à lui du poste de deuxième centre, avec comme ailier droit un Brendan Gallagher tout frais revenu au jeu avant la pause. Avec 23 points en 58 matchs, le Tchèque est en voie d'amasser 33 points, ce qui serait sa pire récolte dans une saison complète depuis sa première saison dans la LNH, en 2005-2006.
«Le but ultime de tout ça, c'est que je veux qu'il joue du bon hockey», a expliqué Claude Julien. «Je veux lui donner la chance. Souvent, un joueur a besoin d'encouragement, de se sentir important. C'est cette chance que je veux lui donner. C'est un peu la même chose qu'avec Galchenyuk. J'ai bon espoir qu'il retrouve son jeu que l'on voyait avant et il mérite cette chance.»
Desharnais en attente
Dans cette nouvelle configuration de la ligne de centre, David Desharnais se retrouve de nouveau Gros-Jean comme devant, comme c'était le cas sous l'ancien régime. Le Québécois a été laissé de côté dans quatre des six derniers matchs du CH et est en danger de subir le même sort cet après-midi contre les Jets.
«C'est à moi de ne pas leur donner le choix», a mentionné Desharnais. «Mais en même temps, il reste 24 matchs à la saison et que ce soit moi ou un autre ça ne dérange pas; c'est l'équipe qui compte. Il faut faire un push pour les séries et peu importe le rôle que je vais avoir, je vais le prendre.»
Ce qu'ils ont dit...
«L'an passé, on avait eu un bon down et on se doutait que Mike avait moins de lousse. Maintenant, il faut se relever et aller de l'avant»
- Phillip Danault, au sujet du congédiement de Michel Therrien
«Son message était positif. C'est sûr qu'il faut en donner plus, mais il s'agit d'avoir du fun et de ne pas oublier qu'on est une équipe de première place»
- David Desharnais, au sujet de Claude Julien
«Si je me fie à notre premier meeting et notre premier entraînement, le changement de coach va ramener beaucoup d'énergie dans le vestiaire»
-Le défenseur Jeff Petry