Les trois premiers trios semblaient bien définis avant que Nick Suzuki vienne mêler les cartes. Il a amassé trois aides en autant de sorties depuis le début du camp. Il a bien fait au centre et à l’aile. Et alors que certains vétérans tardent à retrouver leur rythme, Suzuki semble fin prêt à occuper un rôle digne de mention chez le Tricolore.

Le temps des expériences achève chez le Canadien

Le temps des expériences achève chez le Canadien et à voir le spectacle offert lundi soir au Centre Bell, c’est une bonne nouvelle.

Avec sept matchs préparatoires à son horaire, le Canadien n’allait pas offrir chaque fois des performances éclatantes. L’entraîneur-chef Claude Julien répète d’ailleurs depuis la semaine dernière que ses vétérans doivent en démontrer un peu plus. Ils n’ont pas été à la hauteur pendant de longs moments lors du revers de 3-0 encaissé aux mains des Maple Leafs lundi soir.

Pour leur part, les Maple Leafs disputeront un total de huit matchs au cours du calendrier préparatoire. C’est peut-être pour cette raison que Mike Babcock s’était pointé à Montréal avec des joueurs étiquetés Ligue américaine.

«Est-ce que nous pourrions diminuer le nombre de matchs? C’est une conversation active en ce moment à travers la ligue, a reconnu Julien après la rencontre face aux Leafs. [...] Dans mon cas, à six je serais satisfait.

«Le camp donne la chance aux joueurs de trouver leur rythme, mais ce ne sont pas tous les joueurs qui ont besoin de disputer tous les matchs.»

Après la partie de lundi, le Canadien a retranché le défenseur Josh Brook ainsi que les attaquants Jake Evans, Riley Barber et Alex Belzile.

Il reste donc 30 joueurs en santé ou près d’un retour au jeu au camp du Tricolore. Ce chiffre inclut Paul Byron, qui a repris l’entraînement en solitaire lundi, et Carey Price, qui a subi une légère contusion à la main gauche, mais dont la participation au match d’ouverture n’est pas remise en cause.

À moins d’une surprise énorme, Charlie Lindgren sera le gardien en trop et Keith Kinkaid sera l’adjoint de Price le 3 octobre face aux Hurricanes, en Caroline.

Si le Canadien garde sept défenseurs avec le grand club pour commencer la campagne, il y en a trois à retrancher d’ici la fin du camp. Xavier Ouellet et Karl Alzner, qui a été limité à un seul match préparatoire jusqu’ici en raison d’une blessure à l’aine, risquent d’être sacrifiés. Un autre défenseur entre Mike Reilly, Christian Folin et Cale Fleury sera rétrogradé au sein du Rocket de Laval.

La solution simple serait de retrancher Fleury, qui n’a pas besoin de passer par le ballottage, mais il a été le plus solide des trois depuis le début du camp.

Situation compliquée

Du côté des attaquants, la situation est plus compliquée. Les trois premiers trios semblaient bien définis avant que Nick Suzuki vienne mêler les cartes.

Suzuki, qui est âgé de 20 ans, a amassé trois aides en autant de sorties depuis le début du camp. Il a bien fait au centre et à l’aile. Et alors que certains vétérans tardent à retrouver leur rythme, Suzuki semble fin prêt à occuper un rôle digne de mention chez le Tricolore.

Il semble donc que Nick Cousins, Matthew Peca, Nate Thompson, Phil Varone, Jordan Weal, Charles Hudon et Dale Weise se battent pour les quatre derniers postes, dont deux de réservistes.

Dans ce groupe, Thompson et Weal ont une longueur d’avance. Ils ont connu de bons camps jusqu’ici et ont des rôles bien définis — Thompson en désavantage numérique et pour prendre des mises en jeu en zone défensive et Weal en avantage numérique. Cousins aura sa chance, lui qui a été embauché via le marché des joueurs autonomes pendant l’été.

C’est sans oublier Ryan Poehling, qui est sur la touche en raison d’une commotion cérébrale. Poehling semble aussi prêt à jouer dans la Ligue nationale. Julien pourrait décider de lui faire une place dans la formation du grand club quand il sera rétabli.

Les chances de voir Peca, Varone, Hudon ou Weise jouer régulièrement avec le Tricolore en début de saison sont donc bien minces. Trois d’entre eux seront cédés au Rocket avant le lancement de la campagne, à moins qu’ils soient réclamés au ballottage.

Puisque Julien a promis qu’il n’amènera pas son équipe B à Toronto mercredi pour l’avant-dernier match préparatoire de sa troupe, il se concentrera peut-être sur ses trios offensifs, plutôt que sur les postes à combler.

«C’est aussi à ça que sert le camp, a noté l’ailier Tomas Tatar au sujet des nombreuses expériences avec les trios. Il ne faut pas trop se soucier de ça.»

Jonathan Drouin a aussi reconnu que le hockey présenté pendant les matchs était «parfois décousu». Il est temps que la saison commence.