Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
À la surprise générale, Carey Price n’avait pas été protégé par le directeur général Marc Bergevin, qui avait même dû demander à son gardien étoile de mettre une croix sur sa clause de non-échange pour être rendu disponible au Kraken.
À la surprise générale, Carey Price n’avait pas été protégé par le directeur général Marc Bergevin, qui avait même dû demander à son gardien étoile de mettre une croix sur sa clause de non-échange pour être rendu disponible au Kraken.

Le Kraken ignore Carey Price au repêchage d’expansion

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le Canadien de Montréal est sorti indemne de la tempête qu’il avait provoquée en ne protégeant pas le gardien Carey Price du Kraken de Seattle lors du repêchage d’expansion.

La 32e formation de la LNH a plutôt jeté son dévolu sur le défenseur Cale Fleury, au moment de sélectionner un joueur du Tricolore, mercredi.

«Chaque fois que vous voyez un joueur comme Carey Price qui devient disponible, vous devez y songer, a dit le directeur général du Kraken, Ron Francis. C’est ce que nous avons fait. Nous avons eu plusieurs discussions.

«Il est non seulement un grand gardien, mais sa réputation dans la communauté est également exceptionnelle. Mais quand vous regardez vos options, vos choix, vous regardez plusieurs choses, vous songez au coût et nous avons choisi d’aller dans une autre direction. Mais il est certainement un gardien exceptionnel.»

Le directeur général Marc Bergevin n’aurait même pas eu à faire de concessions à son homologue du Kraken pour le convaincre de ne pas mettre la main sur son gardien étoile. Le Kraken n’aurait pas soumis d’échange à la LNH avant de remettre sa liste de choix. Des transactions impliquant des joueurs sélectionnés lors du repêchage d’expansion pourraient toutefois être annoncées à la fin de la période de gel des formations, jeudi à 13 h.

À la surprise générale, Price n’avait pas été protégé par Bergevin, qui avait même dû demander à son gardien étoile de mettre une croix sur sa clause de non-échange pour être rendu disponible au Kraken. Bergevin avait donc préféré risquer de perdre son gardien partant, plutôt que son auxiliaire Jake Allen, qui a été protégé par le Tricolore.

Bergevin avait visiblement parié que le Kraken ne serait pas intéressé à s’accaparer d’un lourd contrat à ses débuts dans la LNH. Le contrat de Price a un impact de 10,5 millions $ US dans le calcul de la masse salariale. Le Kraken aurait également dû verser un bonus de 11 millions $ au gardien en septembre.

De plus, TSN et DailyFaceoff ont rapporté dans les derniers jours que Price devait également se rendre à New York cette semaine pour subir des examens à un genou. Une opération pourrait être nécessaire, ce qui voudrait dire que Price pourrait rater le début de la prochaine campagne. Price serait également ennuyé par une blessure à une hanche.

Price ne cadrait finalement pas dans la stratégie du Kraken, qui a préféré des joueurs moins dispendieux.

«Ç’a sa valeur dans un monde où le plafond salarial est fixe, a mentionné Francis. Nous sommes passés à travers les options. Il y avait de bons joueurs disponibles, peut-être que nous n’étions pas à l’aise avec leur impact sur la masse salariale. Nous avons tenté d’assembler la meilleure équipe tout en gardant de la place sous le plafond salarial.»

Le départ de Price aurait causé une onde de choc à Montréal. Le Britanno-Colombien qui célébrera son 34e anniversaire de naissance le 16 août venait d’aider l’équipe à atteindre la finale de la Coupe Stanley pour une première fois depuis 1993.

Bergevin avait déclaré avant la finale qu’il allait «mourir avec Carey Price». Il aurait été renversant de le voir laisser aller son protégé quelques semaines plus tard.

Le directeur général du Canadien doit rencontrer les médias par visioconférence jeudi.

Price, le capitaine Shea Weber et l’attaquant Jonathan Drouin étaient parmi les nombreux joueurs intéressants offerts au Kraken. Chaque équipe de la LNH devait protéger soit sept attaquants, trois défenseurs et un gardien ou huit patineurs et un gardien. Les Golden Knights de Vegas étaient exemptés du processus, eux qui ont fait leur entrée dans la LNH il y a quatre ans seulement.

Bergevin avait décidé de protéger les attaquants Tyler Toffoli, Jesperi Kotkaniemi, Joel Armia, Josh Anderson, Brendan Gallagher, Artturi Lehkonen et Jake Evans, les défenseurs Jeff Petry, Ben Chiarot et Joel Edmundson, ainsi qu’Allen. Des jeunes comme Nick Suzuki, Cole Caufield et Alexander Romanov n’avaient pas à être protégés.

Le Kraken a finalement choisi Fleury. Le défenseur âgé de 22 ans n’a pas porté l’uniforme du Canadien lors de la dernière campagne, après avoir disputé 41 rencontres avec le Tricolore en 2019-20. Il a récolté six aides en 22 matchs avec le Rocket de Laval, dans la Ligue américaine de hockey, l’hiver dernier.

Il retrouvera chez le Kraken son frère aîné, Haydn, qui a été le choix de Francis chez les Ducks d’Anaheim.

«Il m’a appelé ce matin et m’a dit que Bergevin l’avait appelé pour l’informer qu’il était maintenant un membre du Kraken, a raconté Haydn Fleury. Nous avons appelé nos parents pour qu’ils se joignent à l’appel. C’est une journée spéciale. Je pense que ma mère pleurait. C’est excitant. Je ne pourrais pas être plus fier de lui. Je suis prêt à l’avoir comme coéquipier.»