Le dg Marc Bergevin n'a pas tardé à offrir une prolongation de contrat de 6 ans et 33 millions $ à Jonathan Drouin. Le jeune attaquant de 22 ans a été acquis du Lightning de Tampa Bay en retour du défenseur Mikhail Sergachev et d'un choix au repêchage conditionnel.

Le CH met la main sur Jonathan Drouin

Les négociations ont commencé il y a deux semaines tout au plus, mais cela faisait longtemps que le Canadien avait Jonathan Drouin dans sa mire.
Lorsque le nouvel attaquant du Tricolore a fait la grève avec le Lightning de Tampa Bay, l'an dernier, puis qu'il est allé se refaire une tête dans la Ligue américaine, Marc Bergevin s'était manifesté. «Il y avait eu des discussions, mais le synchronisme n'était pas bon», a invoqué le dg, jeudi en conférence de presse, alors que l'encre séchait encore sur la prolongation de contrat de Drouin de 6 ans et 33 millions $ qu'il venait de signer devant les caméras.
Il est vrai que le synchronisme est meilleur cette fois-ci. Le Lightning essaie de fignoler sa liste de protection en vue du repêchage d'expansion et il avait un surplus d'attaquants sous la main, une masse salariale à diminuer et un manque de jeunes défenseurs pour renouveler la ligne bleue. Autant de critères qui rendait bizarre la rumeur de la veille liant Alex Galchenyuk au Lightning.
C'est finalement Mikhail Sergachev qui a servi de monnaie d'échange pour obtenir Drouin. Si le jeune défenseur ne joue pas au moins 40 matchs l'année prochaine, incluant les séries, le CH cédera en plus son choix de deuxième tour en 2018, acquis des Capitals de Washington, et obtiendra un choix de sixième tour en 2018. Si le Russe atteint le plancher de 40 matchs, aucun choix ne changera de main.
«Ce n'était pas facile de donner Sergachev, mais d'acquérir Jonathan, on ne pouvait pas passer à côté», a convenu Bergevin. Ses 53 points (21 buts, 32 aides) la saison dernière lui auraient conféré le troisième rang des marqueurs chez le Canadien, un point derrière Alexander Radulov.
«Quand tu as l'occasion de mettre la main sur un joueur du talent de Jonathan, tu dois le faire. Surtout qu'il est très jeune. En cinq ans, une occasion pareille ne s'était jamais présentée. En plus, c'est un petit gars d'ici. »
On ne pourra pas dire de Bergevin qu'il craint les gestes audacieux. La transaction qui amène Drouin à Montréal n'a peut-être pas le retentissement de celle qui a fait passer P.K. Subban aux Predators de Nashville l'été dernier, mais elle illustre une fois de plus à quel point le dg du Canadien à prêt à tout pour améliorer son équipe. Y compris échanger son meilleur espoir.
On ne peut pas dire qu'il a sacrifié l'avenir en mettant la main sur un joueur qui n'a que 22 ans. La seule interrogation, c'est que le CH se retrouve dans la position où était le Lightning jeudi, à savoir qu'il devra maintenant trouver des effectifs pour rajeunir sa brigade défensive. Citer les noms de Brett Lernout et Noah Juulsen n'est pas un argument massue.
Cela dit, Bergevin assure que son évaluation de Sergachev et la projection de le voir ou non à la ligne bleue du CH cet automne ne l'avait pas aidé à s'en départir. «Je l'ai vu jouer à la Coupe Memorial à Windsor avec Claude et il a connu un très bon tournoi. On était très confortable de l'avoir à Montréal la saison prochaine.»
Le tour de Galchenyuk?
Finira-t-il par y avoir un lien entre l'arrivée de Drouin et le départ de plus en plus pressenti d'Alex Galchenyuk? Il y a beaucoup de fumée pour ne pas y avoir de feu.
Il apparaît clair que le CH ne voit pas Galchenyuk comme un centre à l'heure actuelle. Or, même si le Lightning n'a pas souvent utilisé Drouin à cette position, c'est au centre que le Québécois évoluait à sa dernière saison les Mooseheads de Halifax. Bergevin n'a pas voulu confirmer ses plans futurs, mais la simple possibilité qu'il puisse jouer là a influencé son acquisition.
Un dg nous a mentionné que s'il s'intéressait à Galchenyuk, il préfèrerait mettre la main sur lui avant qu'il ne signe son prochain contrat, et non après. Qu'il puisse lui-même en gérer les termes. Si ce sentiment est partagé par plusieurs équipes, on peut s'attendre à du mouvement bientôt.
«Surtout avec le blitz des deux prochaines semaines je vais essayer d'améliorer mon équipe», a prévenu Bergevin. «Il n'y a rien d'impossible. Comme je le dis toujours : prévoyez l'imprévisible.»  Avec La Presse Canadienne
***
Jonathan Drouin en chiffres
Dans la LHJMQ :
• 128 matchs
• 242 points (77 buts, 165 aides)
Dans la LNH :
• 164 matchs
• 95 points (29 buts, 66 aides)
***
Cinq transactions marquantes de Bergevin
Depuis son entrée en poste avec le Canadien en mai 2012, Marc Bergevin a complété 42 transactions. Voici cinq des plus mémorables.
Tomas Vanek 
Le 5 mars 2014, il obtient Tomas Vanek et un choix de cinquième ronde des Islanders de New York en retour de l'espoir Sebastian Collberg et d'un choix de deuxième ronde. L'attaquant ne fait que passer à Montréal. Après avoir récolté 15 points en 18 parties (et 10 points en 17 matchs en séries), il devient joueur autonome et signe une entente avec le Minnesota.
Brière/Parenteau
Le 30 juin 2014, après une seule saison à Montréal, Daniel Brière prend la route du Colorado en retour d'un autre Québécois, Pierre-Alexandre Parenteau. Lui aussi ne restera qu'un an à Montréal.
Jeff Petry 
À la date limite des transactions, le 2 mars 2015, le CH fait l'acquisition du défenseur Jeff Petry et cède en retour des choix de deuxième et de quatrième ronde en 2015 aux Oilers d'Edmonton. Petry est depuis l'un des défenseurs les plus fiables du Canadien.
Eller/Shaw
Le 24 juin 2016, lors du repêchage, Bergevin cède Lars Eller aux Capitals de Washington en retour de choix de deuxième ronde en 2016 et 2017. Il utilise ensuite les deux choix de deuxième tour en 2016 dont il dispose désormais pour acquérir l'attaquant Andrew Shaw, des Blackhawks de Chicago. L'ailier a connu un début difficile à Montréal, mais s'est replacé après l'arrivée de l'entraîneur Claude Julien. Il a terminé la saison avec une récolte de 29 points.
Subban/Webber 
Le 29 juin 2016, il échange son joueur le plus populaire, P.K. Subban, à Nashville en retour d'un autre défenseur étoile, Shea Weber. Un an plus tard, on en parle encore.