Le défenseur Matt Taormina (à gauche) a disputé trois matchs dans l'uniforme du Lightning en 2015-2016. Il a passé la totalité de la saison dernière dans le club-école de la formation floridienne, le Crunch de Syracuse.

Le CH donne un électrochoc... à son club-école

Les équipes qui excellent à développer des joueurs le répètent : rien ne vaut un contexte gagnant pour aider les jeunes à progresser. Pour la première fois depuis l'arrivée en poste de Marc Bergevin, le club-école du Canadien pourrait offrir ce type d'environnement.
Pendant que l'incertitude continue de planer autour du grand club, la filiale du CH s'est drôlement renforcée hier. Avec l'acquisition des défenseurs Matt Taormina et Joe Morrow, et des attaquants Peter Holland et Byron Froese, le Tricolore a mis la main sur des joueurs qui, s'ils ne se taillent pas une place dans la LNH, pourront dominer chez le Rocket dans la Ligue américaine.
Le Canadien ne souhaite vraisemblablement pas rater sa grande rentrée à Laval!
Et ça commence par Taormina. Son acquisition n'est pas anodine. Voici un joueur de 30 ans qui vient d'être couronné défenseur de l'année pour la saison 2016-2017 dans la Ligue américaine. Benoît Groulx, son entraîneur-chef avec le Crunch de Syracuse, n'avait que du bien à dire à son sujet.
«Il n'a pas été défenseur de l'année par hasard, lance Groulx, en entrevue à La Presse. C'est un joueur extrêmement constant, pas seulement dans les matchs, mais aussi au quotidien, dans les entraînements. En début d'année, quand nos plus jeunes avaient besoin de temps, il a joué 25-27 minutes par match. Il est solide malgré son petit gabarit. Il n'a jamais manqué d'entraînement, n'a jamais demandé de congé. Il a été d'une grande utilité.»
Tous les joueurs rêvent d'accéder à la LNH, et Taormina n'est pas différent même si, à 30 ans, sa fenêtre se referme graduellement. Mais selon Groulx, la nouvelle prise du Canadien a compris son rôle de bon vétéran de la Ligue américaine.
«On l'a souvent jumelé avec les jeunes défenseurs. Il a beaucoup aidé Ben Thomas, Jake Dotchin, Dominik Masin. Je pense qu'il comprend. On l'a fait jouer avec les jeunes, et jamais qu'il n'a maugréé.
«Les jeunes au début, c'est souvent laborieux. Ils ont besoin de temps d'adaptation pour s'adapter à la Ligue américaine, à jouer avec des hommes, au système de jeu. La fiche du partenaire de ces jeunes peut en souffrir. Tao ne s'est jamais plaint de ça, de jouer avec un jeune, d'avoir des matchups difficiles. Au contraire, il a accepté le défi de jouer avec ces gars-là.»
La saison prochaine, le club-école du Canadien devra justement intégrer Noah Juulsen, défenseur repêché au premier tour en 2015, et possiblement Simon Bourque, un choix de sixième tour cette année-là. Dans cette optique, Taormina s'attend à épauler les jeunes.
«Je suis plus vieux, je joue depuis longtemps. J'ai occupé ce rôle à Syracuse, a-t-il rappelé. Je suis passé par là, j'ai eu mes mentors et j'ai appris. Chez les pros, tu dois apprendre rapidement. Si tu as cette aide, ça facilite les choses.»
Froese aussi
En plus de Taormina, Marc Bergevin a pigé un autre joueur dans la cour du Crunch de Syracuse en la personne de Byron Froese.
Miné par un coup de patin déficient, Froese a été incapable de demeurer dans la LNH la saison dernière, après avoir eu droit à 56 matchs avec les Maple Leafs de Toronto en 2015-2016. Il est toutefois devenu un attaquant productif dans la Ligue américaine, amassant 46 points en 54 matchs. En séries, il en a obtenu 13 en 22 rencontres, pour aider le Crunch à atteindre la finale de la Ligue américaine.
«Il peut jouer dans tous les aspects du jeu, a expliqué Groulx. Je l'ai utilisé en avantage numérique en raison de son tir foudroyant, en désavantage, car il est excellent dans les mises au jeu.»
Joe Morrow (à gauche) a amassé 3 mentions d'aide en 17 matchs avec les Bruins de Boston, la saison dernière.
Froese a 26 ans et il vise encore la LNH, même s'il est conscient de sa situation.
«Mon but numéro 1 est de jouer pour le Canadien de Montréal, a-t-il affirmé. C'est là que tout le monde veut jouer. Mais le fait que Laval soit si près de Montréal, ce sera excitant là-bas aussi. Mais mon plan est de jouer avec le Canadien dans la LNH.»
Deux paris
On voit mal comment Taormina et Froese pourront causer une surprise. Mais Morrow et Holland, eux, constituent plutôt des paris intéressants qui pourront se battre pour un poste à Montréal.
Morrow est un ancien choix de premier tour (23e au total) des Penguins de Pittsburgh en 2011, mais qui n'a disputé que 65 matchs dans la LNH depuis le début de sa carrière. La saison dernière, chez les Bruins, il n'a disputé que quatre matchs à compter de la mi-décembre, et a été laissé de côté pour presque tous les autres matchs.
«Je vois ça comme un nouveau départ, une occasion de recommencer à zéro», a-t-il dit, hier.
Holland, lui, a connu des années intéressantes à Toronto, récoltant 25 points en 2014-2015, et 27 la saison suivante. Mais ça s'est gâté la saison dernière, campagne au cours de laquelle les Leafs l'ont échangé aux Coyotes.
À Montréal, il pourra toutefois lutter pour le poste de quatrième centre. Michael McCarron et Torrey Mitchell sont les favoris, mais le premier n'a toujours pas réussi à s'installer en permanence en LNH, tandis que le deuxième a 32 ans et amorce sa dernière année de contrat.
«Évidemment, j'ai vu qu'il y avait des occasions pour moi, a-t-il répondu lorsqu'interrogé sur la profondeur du Canadien au centre. Mais il y avait d'autres facteurs. C'est une des six équipes originales. J'ai joué à Toronto, je connais la pression. Il n'y a pas de place à l'erreur dans ce type de marché et j'aime ça.
«Je sais que je n'ai pas connu ma meilleure saison l'an dernier. Je me concentre sur la prochaine saison et je veux arriver au camp dans la meilleure forme possible. J'ai joué dans la LNH lors des trois dernières saisons et je veux y rester.»