Le gardien des Rangers Henrik Lundqvist, qui affrontait samedi Derick Brassard et les Sénateurs, devra trouver une façon de vaincre ses démons au Centre Bell, où il n'a jamais connu beaucoup de succès. Les Blueshirts et le Tricolore s'affrontent en première ronde des séries à compter de cette semaine.

Le CH a rendez-vous avec des Rangers qui se cherchent

À quelques jours du début des séries éliminatoires, l'adversaire du Canadien en première ronde se cherche.
Sept réguliers des Rangers de New York n'ont pas endossé l'uniforme face aux Sénateurs, samedi à Ottawa. Mais ceux qui ont endossé l'uniforme n'ont pas retrouvé la façon de jouer qui leur avait tant réussi plus tôt cette saison. Les hommes d'Alain Vigneault n'ont remporté que trois de leurs 12 derniers matchs et ils terminent leur saison dimanche soir en recevant les Penguins de Pittsburgh.
«On va se concentrer sur ce dernier match avant de se préparer pour Montréal», a répété plusieurs fois Vigneault après la défaite des siens, 3-1, aux mains des Sénateurs. L'entraîneur québécois ne semble pas emballé par la tenue de ses troupes.
«Si je dois trouver un aspect positif à ce match, c'est que notre gardien a eu beaucoup de travail», a-t-il laissé tomber. Auteur de 30 arrêts, Henrik Lundqvist disputait samedi le dernier match de sa saison régulière et il est déjà prêt à penser au Tricolore.
Le gardien de 35 ans doit surtout réfléchir au fait qu'il devra trouver une façon de vaincre ses démons au Centre Bell, où il n'a jamais connu beaucoup de succès. «Ç'aurait été un meilleur feeling si nous avions gagné plus souvent, mais ça n'a pas été le cas dernièrement. En tant que gardien, je dois me concentrer à donner à l'équipe une chance de gagner et on s'en est approchés à quelques reprises», a indiqué l'élégant Suédois.
«Je me sens assez bien», a ajouté Lundqvist. «Je vais travailler le plus fort possible, au cours des prochains jours, pour tout mettre au point, de façon à arriver à Montréal dans un bon état d'esprit et connaître un bon début de série. J'ai hâte. Nous avons quelques jours pour nous donner à fond à l'entraînement et dans nos rencontres, et nous allons essayer de tout couvrir.»
Meilleurs à l'étranger... sauf au centre Bell
Le Tricolore a remporté les trois affrontements face aux Rangers cette saison, mais à part le mettre dans de bonnes dispositions avant le début de la série, ça n'aura aucun poids une fois le premier match amorcé.
Il faudra voir si l'avantage de la patinoire sera un facteur. Les Rangers l'auraient-ils vraiment voulu, eux qui ont toutes les misères du monde à l'emporter à domicile? Depuis qu'ils ont battu les Capitals de Washington au Madison Square Garden le 19 février, leur fiche à domicile est de 1-5-3 !
En revanche, les Rangers forment la meilleure équipe de la LNH à l'étranger cette saison. Ils gagnent un peu partout... sauf au Centre Bell, où ils ont perdu trois des quatre derniers matchs depuis les séries de 2014! «C'est un édifice bruyant et fou », a commenté le centre Mika Zibanejad, qui affrontera le CH en séries pour la troisième fois de suite. «On ressent l'atmosphère des séries dès qu'on arrive en ville. Il faudra être prêt.»
Mais les Blueshirts sont-ils vraiment prêts? Leurs difficultés de fin de saison coïncident avec une position au classement qui s'est cimentée depuis quelque temps déjà. Donner un sens aux derniers matchs du calendrier n'a pas été facile.
«Ça fait deux semaines qu'on ne bouge plus au classement», reconnaît le défenseur Dan Girardi. «On veut s'appliquer à jouer de la bonne façon, en vue des séries, mais il y a un équilibre à trouver. Ces matchs-là ne signifient pas grand-chose, mais il faut quand même y mettre l'effort.»
Vigneault espérait que ses troupes arriveraient à resserrer leur défensive samedi, mais ça n'a réussi que pendant 20 minutes. Il faut dire que les Rangers sont toujours privés de leur capitaine Ryan McDonagh. Le défenseur sera néanmoins de retour à temps pour le premier match face au Canadien.
Certains joueurs comme Derek Stepan et Marc Staal ont obtenu un répit samedi, tandis que d'autres comme Mats Zuccarello et Rick Nash sont restés à l'écart afin de soigner de petits bobos. Aucun régulier ne devrait manquer à l'appel lorsque les séries se mettront en branle.
L'avantage à New York, selon Brassard
La série entre les Rangers et le Canadien sera une occasion de revanche pour le Tricolore, qui s'était incliné en six matchs face aux Rangers en 2014. «En perdant Carey Price, le Canadien avait perdu la colonne vertébrale de son équipe», se souvient l'attaquant des Sénateurs Derick Brassard, qui jouait pour les Rangers à l'époque. Blessé à la suite d'un contact avec Chris Kreider, le gardien du Canadien avait dû laisser sa place à Dustin Tokarski. Mais revoilà Price en santé et sa fiche de 15-5-1 (moyenne de 1,82) en 22 présences en carrière face aux Rangers n'a pas de quoi flatter l'orgueil de ceux-ci.
Brassard donne un léger avantage aux New-Yorkais en raison de leur attaque bien répartie sur quatre trios, mais il croit qu'au final, c'est devant le filet que ça va se jouer. Henrik Lundqvist, lui, croit que le meilleur atout de son équipe est sa vitesse. «Sauf que c'est la même chose pour Montréal!» s'empresse-t-il d'ajouter. «On se retrouve devant deux équipes bâties en fonction de la rapidité. Ça va se résumer à quelle équipe joue le plus intelligemment et laquelle se sert de sa vitesse de la meilleure façon.»