L'attaquant Luke Tuch s’est engagé à jouer à l’Université de Boston.
L'attaquant Luke Tuch s’est engagé à jouer à l’Université de Boston.

Le Canadien se tourne vers les États-Unis et repêche six attaquants

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Le Canadien de Montréal a accumulé les attaquants lors de la deuxième journée du repêchage de la LNH, et il a pigé à répétition aux États-Unis, notamment pour s’assurer d’avoir un peu plus de temps pour prendre des décisions au sujet de leur avenir.

Le directeur général adjoint Trevor Timmins a rappelé que le Canadien avait fait de nombreuses sélections lors des deux repêchages précédents, 21 pour être précis. Puisqu’une équipe ne peut avoir plus de 50 joueurs sous contrat et que les joueurs dans le système de développement américain sont sous le contrôle de l’équipe qui les a repêchés jusqu’à la fin de leur séjour universitaire, le Tricolore a vu un avantage à tourner son attention au sud de la frontière, mercredi.

Le Canadien s’est aussi départi de trois choix au cours de la journée, finissant le repêchage 2020 avec huit nouveaux espoirs en banque.

«Nous choisissons tous ces joueurs, mais nous pouvons seulement offrir des contrats à un certain nombre d’entre eux. Marc (Bergevin, le directeur général) le sait et il essaie de gérer ça pour cette année, mais aussi les repêchages à venir», a expliqué Timmins, en visioconférence.

Le Tricolore possède maintenant 14 choix pour le repêchage de 2021, ce qui pourrait continuer à être un casse-tête pour Timmins et Bergevin.

«Ce sont aussi des ressources pour faire des échanges pendant la saison», a cependant rappelé Timmins.

Pas de Québécois

Pour une première fois depuis 2017, le Canadien a conclu le repêchage sans piger dans sa propre cour, ignorant les joueurs québécois disponibles. Le comble a été lorsque les Blackhawks de Chicago ont choisi Louis Crevier, des Saguenéens de Chicoutimi, en septième ronde... avec le choix que le Tricolore venait de lui donner.

«Nous travaillons très fort pour assembler notre liste et nous la suivons ensuite. C’est comme ça que les choses ont déboulé (mercredi)», a dit Timmins de manière laconique.

Des cibles atteintes

Globalement, Timmins s’est dit content de sa récolte annuelle. Le Canadien avait misé sur le défenseur Kaiden Guhle, des Raiders de Prince Albert, au 16e rang, mardi soir, lors de la première ronde du repêchage. Il a ajouté de la profondeur en attaque mercredi, sélectionnant six attaquants et un gardien.

«Nous avons pu repêcher beaucoup de joueurs que nous avions ciblés, a indiqué Timmins. Nous avons aussi couvert différents types de joueurs à différentes positions.»

Au deuxième tour, le Tricolore a choisi Luke Tuch au 47e rang et Jan Mysak au 48e rang, avant d’échanger le 57e droit de parole au Lightning de Tampa Bay.

Tuch est le frère d’Alex, des Golden Knights de Vegas. Il est un ailier gauche de six pieds, deux pouces et 203 livres, et il s’est engagé à jouer à l’Université de Boston.

Il a amassé 15 buts et autant d’aides en 47 matchs avec l’équipe U18 du Programme national de développement américain l’hiver dernier. Il est reconnu pour sa détermination sur la glace, bien que certains observateurs doutent qu’il soit en mesure de produire offensivement dans la LNH.

«Je crois que je joue comme Jamie Benn. Je suis un attaquant de puissance avec un bon tir. J’ai aussi une mentalité similaire à celle de Matthew Tkachuk sur la patinoire. J’aime déranger l’adversaire», a dit Tuch, sans craindre de créer des attentes disproportionnées.

«Les joueurs aiment se comparer aux meilleurs, peu importe si c’est réaliste ou non», a dit Timmins en échappant un léger rire lorsqu’il a été informé des propos de Tuch.

De son côté, Mysak a inscrit 15 buts et 10 aides en 22 matchs avec les Bulldogs de Hamilton la saison dernière, après avoir commencé la campagne dans la Ligue élite tchèque. Il a aussi amassé un but et une aide en cinq rencontres au Championnat mondial junior.

«Ç’a été la meilleure décision de ma vie», a dit Mysak au sujet de son transfert dans la Ligue de hockey de l’Ontario après le Mondial junior.

«Il a fait un important pas vers l’avant au Mondial junior, puis il a démontré à Hamilton qu’il était capable de briller sur une patinoire plus petite, a raconté Timmins. Il peut jouer le long des rampes et foncer au filet, pratiquer un style nord-américain. Il a prouvé sa valeur et nous espérons qu’il pourra continuer de la sorte au niveau professionnel.»

Mysak est de retour en République tchèque cette saison en raison de l’incertitude entourant la campagne de l’OHL.

Piger au Minnesota

Au quatrième tour, le Tricolore est allé piger deux fois dans les programmes des écoles secondaires du Minnesota en sélectionnant les attaquants Jack Smith et Blake Biondi respectivement aux 102e et 109e rangs. Il a aussi sélectionné l’attaquant Sean Farrell, du Steel de Chicago (USHL), au 124e échelon.

Smith et Biondi seront coéquipiers à l’Université Minnesota-Duluth en 2021-22, quand Smith y rejoindra Biondi, qui doit faire ses débuts dans la NCAA cet hiver.

«Nous sommes amis depuis longtemps. Nous avons joué ensemble et l’un contre l’autre. C’est assez spécial, a dit Biondi au sujet d’être sélectionné par la même équipe que Smith. Nous allons nous aider à nous dépasser et à nous améliorer.»

De son côté, Farrell, qui mesure cinq pieds huit pouces, s’est engagé à jouer à Harvard à compter de janvier.

«Il est un peu comme Brendan Gallagher, a dit Timmins au sujet de Farrell. Il travaille fort et ne recule devant rien.»

Au cinquième tour, le Canadien a sélectionné le gardien tchèque Jakub Dobes, qui évolue aux États-Unis, au 136e rang. Dobes, qui est âgé de 19 ans, devrait disputer une deuxième campagne avec les Lancers d’Omaha (USHL) avant de poursuivre son apprentissage à l’Université Ohio State.

Le Tricolore a ensuite pigé en Russie, optant pour l’attaquant Alexander Gordin au sixième tour, 171e au total. Gordin est âgé de 19 ans et a amassé 68 points en 59 matchs avec le club-école du SKA Saint-Pétersbourg en deuxième division russe l’hiver dernier.