Les joueurs du Canadien et Mark Stone, des Sénateurs, ont joué du coude pour récupérer la rondelle à la suite d'un arrêt de Carey Price, en deuxième période.

Le Canadien dispose encore des Sénateurs

Le Canadien a trouvé le remède à sa baisse de régime de la semaine : les Sénateurs d'Ottawa.
Après deux performances peu inspirées contre deux clubs hors de la course aux séries, les hommes de Claude Julien ont retrouvé leur mordant à temps pour battre les Sénateurs pour une troisième fois en huit jours, cette fois par la marque de 3-1, samedi. Andrei Markov (5e et 6e), avec son premier doublé depuis janvier 2014, et Shea Weber (17e) ont touché la cible pour le Canadien. 
Au moment de marquer son deuxième but de la soirée, le Russe y est allé d'une rare célébration extravagante en feignant de remettre une épée dans son fourreau. L'homme était heureux.
«Je n'aurai pas à aller au magasin pour leur acheter un cadeau, je pourrai leur remettre des rondelles du match», a lancé Markov en faisant allusion à ses jumeaux qui auront six ans, lundi. Il les avait rapatriés de la Russie, le mois dernier, à la suite du décès de leur mère.
Lorsque Markov offre des prestations comme celle de samedi, il donne l'impression d'être plus jeune sur la patinoire qu'il ne l'était il y a deux ou trois ans. «Je ne trouve pas que je fais mon âge», a d'ailleurs admis l'arrière de 38 ans.
Il faut dire qu'il prend tous les moyens pour lutter contre l'usure. Après les blessures et les épreuves qu'il a traversées, c'est remarquable de constater qu'il est le quatrième défenseur le plus âgé de la LNH après Zdeno Chara, Mark Streit et Michal Rozsival. 
«Il sait où il en est dans sa carrière et ce qu'il a besoin de faire pour demeurer à son plus haut niveau», a expliqué Claude Julien, qui dirigeait encore le Canadien l'année où Markov a vraiment pris son envol. «Même lors des journées de congé il vient faire son tour pour aller au gymnase ou autre chose du genre. Il connaît son corps et sait comment se préparer.
«C'est la raison pour laquelle il est capable de maintenir ce niveau à son âge. Sa façon de se comporter est un bon exemple pour plusieurs jeunes joueurs», a ajouté l'entraîneur-chef, qui a rejoint Marc Crawford au 19e rang de l'histoire de la LNH avec 549 victoires en carrière.
L'un des premiers gestes significatifs de Julien à son retour à la barre du Canadien a été de jumeler Markov à Weber au sein du premier duo de défenseurs. Le principal intéressé ne demandait pas mieux. «C'est facile pour moi de jouer avec lui, c'est un bon joueur», a dit le défenseur russe. «Je suis content de jouer beaucoup et je suis content d'avoir l'opportunité d'affronter les meilleurs joueurs.»
Des flammèches
Le Canadien, qui a marqué deux fois en avantage numérique pour une première fois depuis le 24 janvier dernier, s'est forgé un coussin de trois points devant les Sénateurs au sommet de la section Atlantique. Le Tricolore doit encore disputer sept matchs cette saison et les Sénateurs, huit.
Jean-Gabriel Pageau a été le seul à déjouer Carey Price, solide avec 31 arrêts. À l'autre bout, Craig Anderson a été battu trois fois sur 24 lancers à son 500e match dans la LNH.
Exception faite des séries de 2013, il n'y a jamais vraiment eu de flammèches entre le Canadien et les Sénateurs depuis la renaissance de ces derniers, en 1992. Cela est peut-être en train de changer.
Samedi, on a eu droit à une bagarre (Andrew Shaw contre Alexandre Burrows), à quelques coups déloyaux (Nathieu Beaulieu sur Tommy Wingels, Fredrik Claesson sur Brendan Gallagher), à quelques escarmouches et à un début de combat à la toute fin entre Bobby Ryan et Alexei Emelin.  Avec La Presse canadienne
***
Ce qu'ils ont dit...
«J'ai fermé les yeux et j'ai frappé la rondelle»
- Andrei Markov, au sujet de ses deux buts. Il a également récolté une aide pour doubler Peter Mahovlich au 18e rang des pointeurs dans l'histoire du Canadien avec 571 points.
«Ce fut un match solide de notre part. Andrei on dirait qu'il est capable de réussir des passes importantes à chaque match. C'est un bon partenaire à avoir à la ligne bleue.»
- Shea Weber, au sujet de Markov 
«Le Canadien n'est pas au premier rang de la division par hasard.»
- Guy Boucher, entraîneur-chef des Sénateurs
***
Méthot, une lourde peine pour les Sénateurs
Marc Methot s'est fait sectionner un doigt par un coup de bâton de Sidney Crosby, jeudi.
Si les Sénateurs saluaient samedi le retour de l'ailier droit Mark Stone, ils ont toutefois dû affronter le Canadien sans le défenseur Marc Méthot, un joueur-clé.
Le défenseur de 31 ans s'absentera durant plusieurs semaines après qu'un de ses doigts ait été sectionné par un coup de bâton de Sidney Crosby, jeudi. Le propriétaire des Sénateurs Eugene Melnyk a fait une sortie publique sur les ondes d'une radio d'Ottawa, au lendemain de l'incident, pour déplorer le fait que Crosby n'ait fait l'objet d'aucune sanction.
Du même coup, Melnyk a déploré une justice de deux poids deux mesures,  ainsi que le côté braillard de la supervedette des Penguins.
Samedi, les joueurs des Sénateurs ont refusé de s'aventurer sur ce terrain-là!
«Des incidents du genre se produisent», a commenté le capitaine Erik Karlsson au sujet de son partenaire de duo. «Il s'est blessé, il va nous manquer et c'est une part importante de notre équipe, mais ce sont des décisions qui sont hors de notre contrôle alors on se doit de tourner la page.»
«C'était un coup de bâton, mais c'est le genre de coup qui arrive quatre ou cinq fois par match», a renchéri l'attaquant Bobby Ryan. Est-ce que ça méritait une pénalité? Absolument. Je ne pense pas que ça méritait une suspension, mais c'était un coup sur la main que généralement un arbitre punit. Il a dit qu'il ne l'a pas vu et l'on comprend ça. Ce qui est dommage c'est l'identité du joueur - Marc est un pilier en défense pour nous - et le temps qu'il pourrait manquer à cause de ça.»
L'entraîneur-chef Guy Boucher semblait pressé de tourner la page sur cet incident. «On a des gars qui sont prêts à sauter dans la mêlée. Freddie [Fredrik Claesson] peut s'amener dans la formation, il a joué du bon hockey pour nous quand il a été en uniforme. C'est très dommage que Marc soit blessé en ce moment, et on espère qu'il soit de retour bientôt, mais ça ne changera pas notre façon de jouer. 
«Il joue sur le premier duo avec Erik et il a un rôle énorme, mais il n'est pas là», a dit Boucher, qui n'était pas d'humeur à s'éterniser sur l'absence de Méthot. «Claesson a très bien joué et il nous a aidés à gagner plusieurs matchs et il va devoir continuer de le faire pour les prochaines semaines.»
En «couple» avec Karlsson
Il faut comprendre que Méthot est le partenaire de longue date de Karlsson. Le défenseur vedette est même intervenu à un certain moment pour aider à ce que Méthot et les Sénateurs puissent en venir à une nouvelle entente contractuelle. Son style de jeu à la fois fiable, robuste et défensif donne de la marge de manoeuvre au capitaine des Sénateurs pour l'aider à aller appuyer l'attaque.
«Et puis il le calme!» ajoute Ryan. «"Meth" est un vétéran et l'un des rares à pouvoir lui dire de se taire ou qu'il a tort sur quelque chose. "Karl" a besoin de ça de temps en temps. Ils ont l'air d'un couple marié, mais c'est parfait comme ça!»