Dans son bilan à l’approche du quart de la campagne, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a admis qu’il espérait voir le gardien auxiliaire Keith Kinkaid (photo) élever son niveau de jeu.

Le Canadien combatif, mais inconstant

Le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, se dit particulièrement encouragé par la combativité de son équipe.

Lors d’un bilan à l’approche du quart de la campagne, Bergevin a dit être généralement satisfait par les performances de sa troupe, qui occupait le deuxième rang de la section Atlantique avec un dossier de 10-5-3, avant les matchs de mercredi.

«En ce moment, je crois que nous sommes la troisième équipe dans la LNH pour les buts marqués en troisième période. Ça démontre que nous sommes une équipe dans une bonne condition physique. Nous avons aussi une mentalité que nous pouvons toujours revenir dans le match, même si nous sommes en retard», a noté Bergevin.

Bergevin a néanmoins rappelé que la parité à travers la LNH signifie que rien n’est assuré à long terme, malgré ce bon départ.

Le Canadien est bien placé pour le savoir, alors que seulement quelques séquences plus difficiles la saison dernière l’ont relégué hors du portrait des séries malgré une récolte de 96 points.

«C’est la leçon que nous retenons de la dernière saison, a rappelé l’attaquant Tomas Tatar. Chaque point, chaque match est important dans cette ligue.»

Pour ce qui est des choses à améliorer, Bergevin a mentionné qu’il fallait éviter les performances en dents de scie.

«Nous allons devoir devenir encore plus constants de match en match, de période en période, de présence en présence, a-t-il dit. Je peux donner l’exemple du match à Philadelphie [perdu 3-2 en prolongation le 7 novembre]. Nous avions bien joué pendant les 10 premières minutes pour ensuite connaître des problèmes lors des 30 minutes suivantes. Nous avons finalement connu une bonne troisième période. Nous devons éviter les hauts et les bas dans un match.»

Questionné sur le rendement du gardien réserviste Keith Kinkaid, Bergevin a aussi admis qu’il espérait le voir élever son niveau de jeu.

Kinkaid a été acquis sur le marché des joueurs autonomes au cours de l’été dans l’espoir de pouvoir alléger la charge de travail de Carey Price.

«Carey est parti pour jouer 66 ou 67 matchs. Ce n’est pas le nombre idéal. Nous allons travailler là-dessus pour réduire son nombre de départs», a reconnu Bergevin.

Kotkaniemi de retour ce week-end?

Après la victoire face aux Blue Jackets de Columbus, le Canadien a cédé l’attaquant Ryan Poehling au Rocket de Laval, dans la Ligue américaine. La table est donc mise pour que Jesperi Kotkaniemi réintègre la formation du Tricolore après avoir soigné une blessure à l’aine.

Kotkaniemi n’a pas encore reçu le feu vert des médecins, mais il a espoir d’effectuer un retour au jeu vendredi, face aux Capitals de Washington, ou samedi, contre les Devils du New Jersey.

«J’ai eu une petite pause. J’en ai profité pour me reposer, a mentionné le Finlandais âgé de 19 ans. Je me sens bien. Je devrai être prêt à revenir.»

Kotkaniemi a raté les six derniers matchs du Canadien. Avant de se retrouver sur la touche, il avait été limité à deux buts et une aide en 12 rencontres.

«Il a connu un début de saison un peu plus difficile que ce à quoi tout le monde s’attendait probablement, a admis Bergevin. Il ne s’est pas blessé pendant le camp, mais c’est plus une faiblesse au niveau de son corps. Il avait de la difficulté à pousser. Ça explique probablement ses hauts et ses bas en ce début de saison. Nous restons plus prudents avec lui et nous croyons qu’à son retour, qui devrait être bientôt, il pourra atteindre le niveau que nous nous attendons de lui.»

Bergevin a ajouté que l’équipe n’avait pas l’intention de le céder au Rocket, du moins pour l’instant.

+

POEHLING A BESOIN DE PLUS DE TEMPS DE JEU

Ryan Poehling l’avait mal pris quand il a été rétrogradé par le Canadien de Montréal au terme du camp d’entraînement. Il était peut-être encore déçu mardi soir, quand il a été cédé pour une deuxième fois au Rocket de Laval, mais il a été moins pris par surprise cette fois-ci, selon ce qui a été rapporté par le Réseau des sports.

Après avoir hérité de la place de Jesperi Kotkaniemi au centre de Paul Byron et Artturi Lehkonen à ses deux premières sorties, Poehling a été placé à l’aile gauche sur le quatrième trio. Son temps de jeu n’a jamais atteint les 10 minutes, atteignant son point le plus bas à 7:50 face aux Blue Jackets de Columbus, mardi soir.

«Pour un jeune, ça doit être plus haut que ça, a rappelé le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, mercredi. Ça ne veut pas dire qu’il ne reviendra pas bientôt. Mais nous avions l’occasion de l’envoyer à Laval pour qu’il joue des matchs et qu’il passe plus de minutes sur la patinoire.»

Poehling avait connu des débuts éclatants dans la LNH avec une soirée de trois buts, plus un filet vainqueur en tirs de barrage, face aux Maple Leafs de Toronto en clôture de la dernière campagne. Cette fois, il n’a pas noirci la feuille de pointage au cours de ses quatre sorties. 

Bergevin a insisté pour dire que Poehling n’avait pas été avantagé en se retrouvant à l’aile, une position qui ne lui est pas naturelle.

«C’est toujours plus facile pour un centre de jouer à l’aile, je suis d’accord, mais pour un centre qui n’a jamais joué dans la Ligue nationale, de le mettre à l’aile, c’est plus difficile, a dit Bergevin. Je suis prêt à faire preuve de compréhension avec Ryan, parce que je sais qu’il a joué à l’aile gauche et que ce n’est pas sa position habituelle. Avec le temps, il va jouer au centre, mais il a besoin de millage et c’est pour ça qu’il est à Laval en ce moment.»

Phillip Danault a disputé 160 matchs dans la Ligue américaine avec les IceHogs de Rockford avant de réussir à s’établir à temps plein dans la LNH. Il sait à quel point il peut être difficile pour un jeune d’être rétrogradé dans les mineures.

«Je me souviens, j’avais disputé deux matchs à Edmonton et Vancouver [en novembre 2014], puis j’avais été renvoyé, a raconté Danault. J’avais demandé à Stan [Bowman, le directeur général des Blackhawks de Chicago] si j’allais revenir rapidement. Il m’avait dit oui, mais je n’ai pas été rappelé pendant le reste de la saison!»

Malgré cette anecdote, Danault croit que le temps passé par Poehling chez le Rocket ne peut que lui être bénéfique.