Alex Galchenyuk a quitté le quatrième trio pour retrouver Andrew Shaw et Artturi Lehkonen.

La fin du purgatoire

ANALYSE / On retiendra de ce Vendredi saint la résurrection d'Alex Galchenyuk. Le purgatoire du numéro 27 au sein du quatrième trio a pris fin en début de deuxième période, quand il s'est aligné avec Andrew Shaw et Artturi Lehkonen, tandis que Dwight King reprenait sa place au sein de la quatrième unité.
Galchenyuk montrait des signes encourageants, dernièrement, et il a poursuivi sa progression, flanqué de l'un des bons ailiers du CH cette fin de saison en Lehkonen.
Un Galchenyuk en forme peut à lui seul métamorphoser un trio du Tricolore. Les prochains jours permettront de voir s'il a compris ce que Claude Julien attend de lui.
Notons par ailleurs que Julien a apporté ce changement même si son équipe venait de marquer deux buts en première période. L'entraîneur-chef ne se borne visiblement pas seulement aux résultats avant de prendre des décisions.
Une série de gardiens?
Dans les jours qui ont précédé la série, on a longuement parlé du duel des gardiens. Dans les deux marchés, l'expression à la mode était de dire que les deux équipes iraient aussi loin que leur gardien le leur permettrait. Les chiffres de Henrik Lundqvist sont impressionnants jusqu'ici : un jeu blanc mercredi et une soirée de 54 arrêts vendredi. Mais peut-on vraiment parler d'un gardien dominant? Presque chaque tir vendredi donnait lieu à un retour, même ceux dans la mitaine ou à la poitrine, les deux endroits où il est le plus facile pour un gardien de «gober» la rondelle. Le Suédois a aussi souvent regardé derrière lui après des arrêts, et n'a pas fait très bonne figure quand il a tenté de pourchasser Max Pacioretty derrière le filet, tard en troisième période. À l'autre bout, Carey Price offre du jeu moins brouillon, mais il ne s'est pas encore montré aussi dominant qu'à ses beaux jours.
Changement à prévoir
Le duo formé de Marc Staal et Nick Holden avait peiné lors du premier match de la série et ça s'est poursuivi hier. Les deux comparses étaient sur la patinoire pour trois des quatre buts du Tricolore, et Holden, en particulier, semble marcher sur une corde raide, si on en croit les confrères new-yorkais. Alain Vigneault compte sur Kevin Klein sur la passerelle et pourrait aisément l'insérer dans sa formation au besoin. Le cas échéant, il y aura encore plus de «papier sablé» dans cette série robuste à souhait. Hier, les Rangers ont distribué... 74 mises en échec! Pas mal pour une équipe que l'on dit de finesse.