Antoine Waked (en blanc) s'est cassé le cou lors d'un entraînement hors-saison avec ses coéquipiers du collège Antoine-Girard, au printemps 2013.

La deuxième chance d'Antoine Waked

C'était au printemps 2013. Les Gaulois du collège Antoine-Girouard viennent d'être éliminés des séries de la Ligue midget AAA, mais les joueurs continuent tout de même à s'entraîner «pour garder la forme».
Antoine Waked fait partie du groupe. La séance se déroule sans anicroche, jusqu'à ce qu'il chute sans raison apparente, tout près de la bande. «Mon cou est parti par en avant, mon corps par en arrière. Ça a snappé», décrit le Québécois, qui participe au tournoi des recrues avec les espoirs du Canadien cette fin de semaine, à Toronto.
«Sur le coup, je me suis relevé. Je pensais que j'avais un torticolis. Mais plus tard dans la journée, j'avais la main gauche un peu engourdie, donc on a été à l'hôpital.» Le diagnostic qui l'attendait : une fracture de la vertèbre C5.
«Ils nous ont dit que c'est rare qu'ils voient quelqu'un débarquer à l'hôpital avec le cou cassé. Normalement, ils arrivent en ambulance!»
Waked a finalement été opéré à l'hôpital du Sacré-Coeur, à Montréal. «Ils ont fusionné la C5 et la C6. Avec un os de cadavre et une couple de vis, ils m'ont opéré. C'était une opération d'une heure et demie. Ce n'était pas si pire, mais le cou, c'est délicat. Après quatre ans, avec le recul, tout va bien.»
«Ça m'a ralenti»
Aujourd'hui, Waked parle de l'incident avec un certain détachement. Normal : il n'en garde plus de séquelles et a tout de même fini par décrocher un contrat chez les professionnels.
Mais l'incident a néanmoins eu des conséquences pour Waked. La blessure est survenue à quelques mois du début de sa première saison dans la LHJMQ, au cours de laquelle il a finalement été limité à 8 points en 48 matchs. Évidemment, avec de telles statistiques, les équipes de la LNH l'ont ignoré au repêchage de 2014. Idem l'année suivante, après qu'il eut amassé 31 points en 61 rencontres. «Ça m'a ralenti», croit-il.
Au fil du temps - et en devenant plus vieux que ses pairs dans la LHJMQ - ses statistiques offensives ont progressé, pour le mener à une récolte de 80 points la saison dernière. Le voici maintenant rendu chez les professionnels. Le 28 avril dernier, il signait un contrat d'entrée (LNH et Ligue américaine) avec le Canadien à titre de joueur autonome. Waked se dit prêt à repartir au bas de l'échelle dans l'organigramme. Selon toute vraisemblance, il amorcera son apprentissage chez le Rocket de Laval.
«Je ne l'ai pas toujours eu facile à 17, 18 ans dans le junior», rappelle-t-il. «Je ne faisais pas beaucoup de points. Donc, j'ai appris à jouer dans un troisième ou un quatrième trio, à frapper, à créer de l'énergie. Je peux m'adapter à tous les styles de jeu. Je pense qu'ils s'attendent à ce que je sois un joueur d'énergie, qui va profiter des chances quand j'en aurai.»
Quoi qu'il en soit, le simple fait de jouer au hockey professionnel constitue déjà une victoire pour le natif de Saint-Bruno-de-Montarville. «Je suis vraiment chanceux dans ma malchance de pouvoir continuer à jouer», note l'attaquant de 21 ans. «Je pense que mon histoire peut être une belle inspiration pour tout le monde.»
***
Un nouveau dépisteur nommé... Michel Therrien
Michel Therrien va demeurer dans l'organisation du Canadien de Montréal, mais pas au poste qu'il aurait voulu. Près de sept mois après avoir été renvoyé à titre d'entraîneur-chef du club, il a confirmé vendredi, sur les ondes de la station radiophonique TSN à Montréal, qu'il allait rester au sein de l'organisation, mais cette fois à titre de dépisteur. Il s'agit assurément d'un développement inattendu pour celui qui espérait pouvoir se trouver un autre boulot derrière un banc, quelque part dans la LNH. Sa seule occasion véritable est survenue du côté de la Floride, là où les Panthers ont exprimé un intérêt pour lui avant de finalement confier le poste d'entraîneur-chef à Bob Boughner.
Therrien a déjà fait savoir qu'il ne voulait pas retourner diriger une équipe dans les circuits mineurs. Rappelons qu'il avait été congédié le 14 février et qu'il avait dû laisser sa place à Claude Julien, lui-même limogé par les Bruins de Boston. Therrien est encore sous contrat avec le Canadien pour les deux prochaines saisons.