Ily a Kovalchuk a participé à un premier entraînement avec sa nouvelle équipe, dimanche. Julien a toutefois indiqué qu'une décision concernant sa disponibilité face aux Jets sera prise seulement après l'entraînement matinal, lundi.
Ily a Kovalchuk a participé à un premier entraînement avec sa nouvelle équipe, dimanche. Julien a toutefois indiqué qu'une décision concernant sa disponibilité face aux Jets sera prise seulement après l'entraînement matinal, lundi.

Kovalchuk: pas de décision sur sa disponibilité avant lundi matin

BROSSARD — L'entraîneur-chef Claude Julien n'était pas en mesure de confirmer si Ilya Kovalchuk allait enfiler l'uniforme du Canadien de Montréal pour une première fois lundi, face aux Jets de Winnipeg.

Julien a indiqué qu'une décision concernant sa disponibilité face aux Jets sera prise seulement après l'entraînement matinal, lundi. Julien n'a pas voulu non plus dévoiler ses intentions concernant l'utilisation qu'il prévoyait faire de l'attaquant russe âgé de 36 ans.

«Il n'a pas joué depuis novembre, a rappelé Julien. Quand il va intégrer la formation, il va falloir garder un oeil sur lui parce que patiner en solitaire, ce n'est pas comme disputer un match. Il va falloir évaluer tout ça et discuter avec lui. Nous prendrons ensuite une décision.»

Après avoir affronté le Tricolore le 9 novembre au Centre Bell, Kovalchuk n'a plus enfilé l'uniforme des Kings de Los Angeles. Son contrat a ensuite été résilié le 17 décembre et il s'entraînait depuis en solitaire à Miami.

Même si l'entraînement du Canadien était optionnel, dimanche, Kovalchuk a profité de l'occasion pour sauter sur la glace une première fois avec sa nouvelle équipe. Seulement 10 autres joueurs du Tricolore ont participé à l'entraînement.

«Je sais que la majorité d'entre eux avaient joué (samedi) et ils étaient peut-être un peu fatigués, a noté Kovalchuk. J'étais content de les rencontrer - de parler, rire et m'amuser avec eux. Ça donne de l'énergie, c'est certain.»

Sélectionné au premier rang du repêchage de la LNH par les Thrashers d'Atlanta en 2001, Kovalchuk a accumulé 436 buts et 423 aides en 897 parties dans le circuit Bettman avec les Thrashers, les Devils du New Jersey et les Kings.

L'aventure californienne de Kovalchuk à son retour en Amérique du Nord après cinq campagnes dans la Ligue continentale de hockey (KHL) a connu une fin en queue de poisson. Après avoir amassé 16 buts et 18 aides en 64 sorties la saison dernière avec les Kings, Kovalchuk a été limité à trois buts et six aides en 17 parties cet automne.

Il arrive chez le Canadien alors que cinq attaquants se retrouvent sur la liste des blessés, soit Jonathan Drouin, Brendan Gallagher, Joel Armia, Paul Byron et Matthew Peca.

«Tout le monde comprend que ce n'est pas le sauveur, mais il peut nous aider, a mentionné Julien. Nous espérons qu'il va nous aider. Seul le temps pourra nous le dire.»

Kovalchuk n'a pas voulu trop se mouiller concernant ses propres attentes, mais il était tout de même un peu plus optimiste que Julien.

«J'ai l'occasion ici d'obtenir plus de temps de jeu et d'évoluer sur la première unité d'avantage numérique, a dit Kovalchuk. Plus vous jouez, plus vous avez d'occasions de provoquer quelque chose.

«Je ne veux pas en dire trop. Je sais que les attentes sont élevées. Cette équipe a déjà tous les outils. Max (Domi) est là, (Shea) Weber a un puissant lancer. Et mon tir est encore pas mal», a-t-il ajouté en échappant un sourire.

Kovalchuk a fait bonne première impression auprès de ses coéquipiers, dimanche. Les plus jeunes ont d'ailleurs le sourire facile quand ils parlent du vétéran, qui a fait la pluie et le beau temps avec les Thrashers de 2001 à 2010.

«Il dégaine rapidement et il peut placer la rondelle là où il le veut. Il possède encore tout un tir», a dit le gardien Charlie Lindgren, qui avait acheté un chandail de Kovalchuk lors d'un voyage familial en Russie il y a une dizaine d'années.

Une montre pour Kulak

L'arrivée de Kovalchuk chez le Canadien a aussi permis au défenseur Brett Kulak d'ajouter une montre à sa collection. Comme le veut la tradition quand un joueur réclame un numéro déjà pris au sein de sa nouvelle équipe, Kovalchuk a donné une Rolex à Kulak pour pouvoir porter le no 17.

Kovalchuk a même fait graver un message de remerciement sur la montre.

«Honnêtement, j'aurais été d'accord de jouer à roche-papier-ciseau pour choisir qui allait porter le numéro, s'est exclamé Kulak. C'est généreux de sa part. Il était l'un de mes joueurs préférés quand j'étais jeune. C'est spécial de pouvoir le côtoyer.»

Kovalchuk a toujours porté le numéro 17 au cours de sa carrière professionnelle en l'honneur du légendaire hockeyeur russe Valeri Kharlamov. Ce dernier était le joueur préféré de son père.

De son côté, Kulak s'était fait donner le 17 par le Canadien à son arrivée avec l'équipe en octobre 2018. Il portera dorénavant le 77, lui dont le chiffre préféré est le 7.