Le gardien Keith Kinkaid a cédé en prolongation face à Ivan Provorov (9).

Flyers 4/Canadien 3: la séquence de défaites se poursuit

MONTRÉAL — Après trois contre-performances, le Canadien a fait un petit pas vers l’avant, samedi après-midi. Ce ne fut toutefois pas suffisant pour que la formation montréalaise freine sa glissade.

Ivan Provorov a tranché après 31 secondes de jeu en prolongation et les Flyers de Philadelphie l’ont emporté 4-3, au Centre Bell.

Provorov a habilement contourné Max Domi avant de couper au filet et de déjouer le gardien Keith Kinkaid du côté éloigné.

Le Tricolore a commis moins de revirements que lors de ses trois dernières sorties et n’a pas vu le train dérailler. Il a néanmoins encaissé un septième revers d’affilée (0-4-3) pour une première fois depuis octobre 2017.

«Défensivement, nous avons fait du bien meilleur travail», a noté l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien.

«Nous avons limité leurs chances de marquer et surtout la qualité de leurs chances. À ce niveau-là, c’est un pas vers l’avant. Un point, c’est mieux que lors des derniers matchs. Il y a des choses sur lesquelles nous pouvons bâtir.»

Tomas Tatar a marqué deux buts, tandis que Joel Armia a aussi touché la cible pour le Canadien (11-9-6). Kinkaid a repoussé 25 lancers.

Oskar Lindblom, Kevin Hayes et Travis Konecny ont également fait bouger les cordages pour les Flyers (15-7-5). Brian Elliott a effectué 39 arrêts.

Armia a permis au Canadien de vite s’offrir un coussin d’un but, profitant de la générosité d’Elliott pour ouvrir la marque après seulement 19 secondes de jeu.

Les deux équipes ont été relativement prudentes lors du reste de la première période. Phillip Danault s’est échappé pour le Canadien, mais a été ennuyé par le défenseur Philippe Myers et n’a pas pu y aller d’une manoeuvre bien convaincante.

À l’autre bout, Morgan Frost a profité d’une décision douteuse de Victor Mete en zone neutre pour se présenter seul devant Kinkaid, qui a réussi l’arrêt.

Le jeu s’est animé en deuxième période, alors que trois buts ont été inscrits dans un intervalle de 1:12. Lindblom a d’abord dévié un tir peu menaçant de Justin Braun derrière Kinkaid. Tatar a redonné les devants au Canadien 27 secondes plus tard, mais Hayes a de nouveau créé l’égalité à 8:59, profitant de beaucoup d’espace avant de déjouer Kinkaid de l’enclave.

Danault a amassé une 100e aide en carrière avec le Canadien sur le but de Tatar.

Elliott s’est racheté pour le mauvais but accordé en début de rencontre en frustrant deux fois Jordan Weal lors d’un avantage numérique tard en deuxième période.

Les Flyers l’ont récompensé en prenant les devants pour la première fois du match après 1:34 de jeu en troisième période. Konecny a complété une belle attaque à trois contre deux avec Claude Giroux et Michael Raffl.

Le Tricolore s’est toutefois retrouvé une autre fois en avantage numérique et a ramené tout le monde à la case départ 1:42 plus tard. Tatar a profité d’une passe transversale de Nick Suzuki pour inscrire son deuxième but de la soirée.

Provorov a finalement joué les héros en prolongation.

Le Canadien a perdu les services de Mete en deuxième période. Il n’est pas revenu au jeu, en vertu d’une blessure au bas du corps.

Rappelé la veille du Rocket de Laval, le défenseur Gustav Olofsson disputait un premier match dans la LNH depuis le 29 mars 2018, quand il portait les couleurs du Wild du Minnesota.

Le Canadien sera de retour en action dès dimanche soir, quand il rendra visite aux Bruins de Boston. Mete n’accompagnera pas l’équipe lors de ce voyage.

Échos de vestiaire

Keith Kinkaid s’en voulait d’avoir cédé devant Ivan Provorov en prolongation:

«Je dois faire l’arrêt en prolongation. J’ai triché un peu du côté rapproché parce que je croyais qu’il allait viser le coin supérieur de ce côté. Les gars ont très bien joué devant moi. Ils ont bombardé (Brian) Elliott, mais il a réussi de gros arrêts. Nous aurions probablement dû l’emporter en temps réglementaire.»

Nick Suzuki croit aussi que le Canadien a offert une meilleure performance:

«Notre unité d’infériorité numérique a été très bonne. À cinq contre cinq, nous avons aussi connu un bon match. Nous n’avons pas accordé beaucoup d’occasions de marquer. Mais nous devons trouver une façon de gagner.»

Tomas Tatar a louangé le travail de Nick Suzuki sur son but en troisième période:

«Nous avions discuté de ce jeu tout juste avant. Nous savions que c’était une option et je suis content que ça ait fonctionné. (Suzuki) a été patient. Je pense qu’il est plus un passeur qu’un franc-tireur. Il est très bon pour fabriquer des jeux et réussir des passes de la sorte. Je voulais simplement trouver l’endroit pour être dans la ligne de passe.»