Seulement cinq joueurs sélectionnés par le Canadien depuis le formidable repêchage de 2007 faisaient partie de la formation en séries. Brendan Gallagher (147e rang, 2010) est un de ces cinq joueurs.

Développement des jeunes joueurs: un bilan accablant

En 2007, le Canadien a réalisé un des meilleurs repêchages de son histoire en sélectionnant Ryan McDonagh, Max Pacioretty et P.K. Subban avec ses trois premiers choix, en plus de Yannick Weber au troisième tour. Quatre joueurs établis dans la LNH, dont trois vedettes : voilà une cuvée spectaculaire de la part du recrutement. Deux ans plus tôt, l'équipe avait frappé un autre coup de maître avec Carey Price. Depuis, cependant, c'est très difficile. Que ce soit au recrutement ou au développement des joueurs, le Canadien tourne en rond. Quand on compare sa situation avec celle des huit équipes qualifiées pour le deuxième tour, le constat d'échec est indéniable.
Qui sont les joueurs produits par le Canadien?
Seulement cinq joueurs sélectionnés par le Canadien depuis le formidable repêchage de 2007 faisaient partie de la formation en séries. Il y a bien sûr Alex Galchenyuk, repêché au troisième rang au total en 2012. Brendan Gallagher (147e rang, 2010) entre dans la catégorie des surprises, tandis qu'Artturi Lehkonen (55e en 2013) est jusqu'ici un excellent choix de deuxième tour. Les deux autres joueurs ont conclu la saison dans des rôles marginaux. Il s'agit de Nathan Beaulieu (17e en 2011) et de Michael McCarron (25e en 2013). À 22 ans, McCarron est toutefois encore en développement, et il a toujours été décrit comme un projet à long terme.
Les autres équipes affichent-elles un meilleur bilan?
Oui. Les huit équipes qualifiées pour le deuxième tour des séries comptent toutes six joueurs ou plus repêchés depuis 2008. Les Sénateurs d'Ottawa viennent en tête de liste avec 11, dont les très utiles Jean-Gabriel Pageau, Mark Stone et Mike Hoffman, tous réclamés au-delà du troisième tour. Suivent les Blues de St. Louis et les Predators de Nashville, avec 10 chacun.
Et les Rangers?
Les tombeurs du Canadien n'en avaient que six, mais deux bémols s'imposent. D'une part, ils ont ajouté deux joueurs autonomes en provenance de la NCAA, soit Kevin Hayes et Jimmy Vesey, de même qu'un Européen jamais repêché, Mats Zuccarello. Ces trois joueurs évoluent tous au sein des trois premiers trios des Rangers. D'autre part, en raison de transactions, voilà maintenant quatre repêchages de suite où les Rangers n'ont pas de sélection au premier tour. Et la dernière fois qu'ils l'ont fait, c'était en 2012, au lointain 28e rang. Ils en ont soutiré le défenseur Brady Skjei. Le même Brady Skjei qui a marqué deux buts contre le Canadien en séries.
Le Canadien repêche rarement haut. Est-ce vrai que les autres équipes toujours en lice ont dû couler au classement pour accumuler les bons choix?
Non. Il est vrai que depuis 2008, le Canadien a repêché seulement deux fois dans les 10 premiers : Mikhail Sergachev (9e rang en 2016) et Galchenyuk (3e rang en 2012). Les Rangers ont parlé une seule fois dans les 10 premiers, et ont raté leur coup avec Dylan McIlrath. St. Louis, une seule fois aussi, mais les Blues ont visé juste avec Alex Pietrangelo. Ottawa, Nashville et Anaheim ont eu, comme le Canadien, seulement deux choix dans le top 10 depuis 2008. 
L'exception à la règle est évidemment les Oilers d'Edmonton, qui ont été récompensés pour leur médiocrité avec 8 choix dans les 10 premiers. Les Capitals, eux, n'ont jamais repêché plus haut que le 11e rang. Mais leurs choix top 5 de 2004, 2006 et 2007 (Ovechkin, Backstrom et Alzner) leur ont donné une bonne base. Idem pour les Penguins, avec Crosby, Malkin et Fleury. Cela dit, ces deux équipes ont tout de même bien repêché depuis.
Quel est le bilan du Canadien avec ses choix de premier tour plus lointains?
«Quand tu repêches après le 20e rang, c'est difficile de trouver un élément central, à moins que tu sois vraiment chanceux», a expliqué Marc Bergevin, en rappelant la pression de la victoire dans le marché montréalais. Il est encore trop tôt pour se prononcer sur McCarron (25e), Nikita Scherbak (26e) et Noah Juulsen (26e). Par contre, Jarred Tinordi (22e) et Louis Leblanc (18e) ont été des flops, tandis que Nathan Beaulieu (17e) tarde à faire sa place. Ces trois derniers choix ne sont pas la responsabilité de Bergevin, mais ont tout de même été l'oeuvre de Trevor Timmins, qui chapeaute toujours le recrutement amateur. Ajoutons que la structure de développement des joueurs mise en place par Bergevin à son embauche a été incapable de récupérer ces joueurs.
Quel est le bilan des autres équipes dans la même position?
Les Capitals ont utilisé des choix de 26e, 24e et 23e rangs pour repêcher, dans l'ordre, Evgeny Kuznetsov, Marcus Johansson et Andre Burakovsky. Voilà qui ajoute de la diversité à une attaque. Chez les Rangers, Skjei (28e), Chris Kreider (19e) et J.T. Miller (15e) ont été des choix judicieux. Que dire des Blues avec Jaden Schwartz (14e), Vladimir Tarasenko (16e) et Robby Fabbri (21e)? Les Penguins se sont plutôt démarqués dans les tours plus tardifs (Jake Guentzel, Matt Murray, Bryan Rust), tout comme les Predators (Viktor Arvidsson, Mattias Ekholm, Craig Smith).
Quelle est la conséquence de ces succès au recrutement?
À la date limite des transactions, Bergevin a pallié le manque de profondeur à l'avant en obtenant les attaquants Dwight King, Steve Ott et Andreas Martinsen, au coût de deux choix au repêchage et de Sven Andrighetto. Pendant ce temps, les Rangers comptaient sur des «produits maison» pour occuper le même genre de rôle : Jesper Fast (157e rang), Oscar Lindberg (un choix de 57e rang des Coyotes en 2010, mais acquis quand il avait 19 ans), de même que Pavel Buchnevich (75e rang), qui était réserviste en début de série. Fast a inscrit trois points et donné 24 mises en échec, tandis que Lindberg a gagné plusieurs mises en jeu, en plus de distribuer les coups d'épaule.
Quel bilan en tirer?
Le recrutement professionnel du Canadien s'en tire très bien. Paul Byron, Phillip Danault, Jeff Petry et Jordie Benn sont des exemples de bons coups. Mais c'est une tout autre histoire du côté du recrutement amateur et du développement. Des joueurs comme Tinordi, Beaulieu, Andrighetto et Greg Pateryn ont tous connu du succès dans la Ligue américaine, sans pouvoir franchir l'étape de plus. Comme s'ils avaient «échappé» au système de développement. Reste à voir si McCarron, Sergachev, Juulsen, Charlie Lindgren et Brett Lernout sauront infléchir cette tendance.