Mercredi, Carey Price et le Canadien seront les visiteurs à Toronto pour les débuts officiels de John Tavares dans l'uniforme des Maple Leafs.

Deux grosses pointures d'entrée de jeu pour le Tricolore

BROSSARD — Le début de saison du Canadien ne sera pas de tout repos avec des visites à Toronto et à Pittsburgh au cours des quatre premiers jours du calendrier régulier.

«Nous allons garder notre concentration sur Toronto demain [mercredi]. Et quand le match va commencer, nous allons garder notre concentration sur la première période. C’est d’y aller de période en période et de gérer le match de cette façon, autant nous, les entraîneurs, que les joueurs. C’est un processus», a indiqué l’entraîneur-chef Claude Julien, mardi matin, à quelques heures du départ de l’équipe vers Toronto.

Tout ça n’empêche pas Julien d’être conscient de l’ampleur de la tâche. «On joue contre une équipe qui est considérée comme l’une des favorites pour gagner la Coupe Stanley et une autre qui l’a gagnée deux fois ces trois dernières années. Je pense que c’est un bon défi pour nous. C’est vraiment un bon test. C’est d’y aller un petit pas à la fois.»

Pour tenir le coup contre deux formations aussi puissantes, le Canadien devra non seulement se montrer à son mieux en défensive, mais aussi obtenir la contribution des piliers offensifs de l’équipe. À cet égard, Julien se montre confiant.

«Quand on regarde l’an dernier, nous avons beaucoup de joueurs qui sont capables d’en donner plus du côté offensif, et ce n’est pas nécessairement de leur faute. Tu prends un joueur comme Lehkonen, qui a été blessé en début de saison. Ça lui a pris du temps à retrouver son synchronisme. Même chose pour Phil Danault, qui a lui aussi été blessé l’an dernier.

«Nous savons qu’il faut marquer plus pour gagner mais aussi, nous ne pouvons pas accorder autant de buts que nous en avons donné l’an passé. Nous espérons que les choses vont bien s’équilibrer et qu’elles vont s’équilibrer en notre faveur», a ajouté Julien.

Julien n’a pas caché une certaine hâte de briser la glace après un long été et un camp amorcé à la mi-septembre. «Nous sommes tous dans le même bateau, nous avons hâte que la vraie saison commence. On a aimé beaucoup de choses pendant le camp, mais on est aussi réaliste qu’il y a encore beaucoup de travail à faire. Nous allons continuer de travailler pour nous améliorer au fur et à mesure que la saison va avancer. Nous avons tous hâte que ça commence, et le processus se met en marche à partir de demain.»

Un voyage rassembleur?

Le Canadien s’est envolé vers Toronto, mardi après-midi, et ne rentrera à Montréal qu’après la partie de samedi contre les Penguins. Pour la direction et les joueurs interrogés, ce court périple est une bonne occasion de créer un esprit de groupe aussi rapidement que possible.

D’ailleurs, le nouveau capitaine Shea Weber sera de ce voyage même s’il est encore bien loin de disputer un premier match. «Nous avons une chance de passer un peu de temps ensemble sur ce voyage et c’est important d’avoir tout le monde pour commencer la saison sur une bonne note», a expliqué Julien.

«Cinq jours ensemble, c’est parfait pour commencer», a renchéri Danault. «Nous allons continuer d’être sur la même longueur d’ondes et de souder notre esprit d’équipe.»

De retour d'une suspension de cinq rencontres, Max Domi fera ses débuts avec le Canadien, dans l'aréna où son père Tie a fait la loi pendant six saisons.

MATCH UN PEU SPÉCIAL POUR MAX DOMI

Max Domi renouera avec un édifice où son célèbre père Tie a fait la loi pendant un peu plus de six saisons, mercredi à Toronto.

«Je pense que c’est un match spécial pour tout le monde. Il s’agit de l’une des plus grandes rivalités dans tout le sport, pas seulement dans le hockey, a rappelé l’attaquant de 23 ans.

Domi compte deux buts et trois points en deux parties en carrière à Toronto. «Ils ont une bonne équipe là-bas. Nous savons à quel point elle compte des joueurs de talent. Nous allons devoir être prêts. Ce sera un bon test et j’ai hâte de m’y attaquer.»

Le nouvel attaquant du CH peut enfin passer à autre chose que de simples séances d’entraînement, après la suspension qui lui a été imposée le 20 septembre pour son coup de poing à Aaron Ekblad des Panthers de la Floride, la veille. «Je suis très reposé. J’espère que je ne manquerai pas d’énergie!» a-t-il lancé en guise de boutade.

Claude Julien aurait bien aimé le voir davantage pendant le calendrier préparatoire, sauf que les circonstances l’en ont empêché. Ce qui importe aux yeux de l’entraîneur-chef, c’est que Domi évite de vouloir trop en faire.

«Je ne voudrais pas que Max pense qu’il a besoin d’amener plus que ce que l’on demande de lui. En groupe, c’est important que nous fassions tous notre travail de la bonne façon. On pense que si nous faisons ça, ça va nous donner de meilleures chances de gagner que de voir un joueur essayer d’en faire trop et de se faire plus de tort que de bien.»