Phillip Danault ne l'a pas toujours eu facile. Repêché par les Blackhawks en 2011, il n'a jamais connu mieux qu'une saison de 38 points dans la ligue américaine. Mais la confiance que lui porte Michel Therrien donne des ailes au jeune numéro 24.

Danault, la menace offensive

Il y a probablement beaucoup de fans qui sont surpris de la contribution offensive de Phillip Danault ces jours-ci, mais le principal intéressé, lui, n'est pas du tout surpris.
Avec une soirée de trois points, samedi soir contre les Rangers de New York, Danault a porté son total de points pour la saison à 24, ce qui le place à un rythme de plus ou moins 50 points pour la saison. Au moment où le Canadien est à Detroit pour y affronter les Red Wings cet après-midi, Danault est sur une série de huit points à ses six derniers matchs.
Qui a dit que ce gars-là n'était qu'un simple joueur de soutien?
«C'est une question de confiance, a-t-il commencé par dire pour expliquer sa saison. Je connais une très bonne année et j'ai de la constance dans mon jeu. Je joue avec calme, je sais que j'ai du temps pour faire mes jeux.»
Cette confiance renouvelée de l'attaquant québécois a manifestement été remarquée par son entraîneur-chef, qui n'a pas hésité à en faire le premier centre de l'équipe pendant l'absence d'Alex Galchenyuk. Hier, Michel Therrien a dit de Danault qu'il était «facile à diriger», probablement le meilleur des compliments pour un joueur.
«J'ai toujours su que je pouvais être un joueur à caractère offensif, a enchaîné celui qui porte le 24. Je le savais au hockey junior, mais c'est sûr que du junior majeur, c'est différent. Ça m'a pris un peu de temps avant d'être prêt pour le jeu de la LNH, mais en arrivant ici avec le Canadien, je me suis retrouvé à jouer avec de très bons joueurs. Alors, la confiance est allée en montant et en montant, et Michel [Therrien] me fait confiance aussi. En plus, j'ai plus de vitesse, j'ai beaucoup travaillé là-dessus cet été, j'ai travaillé sur ma puissance également.»
Dans les rangs professionnels, Danault, repêché au premier tour en 2011 par les Blackhawks de Chicago, n'a jamais connu mieux qu'une saison de 38 points (dans la Ligue américaine à Rockford, en 2014-2015). Une marque personnelle qui sera fort probablement fracassée cette saison.
«Mais je ne pense pas à ça. Les points, pour moi, ç'a toujours été comme un boni. C'est sûr que c'est plaisant d'avoir des points à sa fiche, mais ce n'est pas tout.»
Danault rappelle du même coup qu'il est enfin en pleine santé, lui qui avait dû être opéré à une hanche à l'été 2015 alors qu'il était un membre de l'organisation des Hawks.
Du temps pour reprendre le rythme
«Ça m'a pris du temps avant de pouvoir retrouver mon rythme après cette opération, a-t-il ajouté. Mais j'ai toujours su que je pouvais relever tous les défis. Quand Michel Therrien m'a demandé d'aller jouer comme premier centre, c'était important de montrer que j'allais être capable de le faire.» Tout ça de la part d'un joueur qui a été obtenu pour deux joueurs qui ne sont même plus à Chicago à l'heure actuelle. Le pire, c'est que Phillip Danault croit qu'il peut encore progresser. «J'ai montré clairement qu'il n'y a rien qui va m'affecter», offre-t-il d'ailleurs en guise de conclusion. Avec une confiance qui ne cesse de grandir.
De La Rose rappelé
L'attaquant Jacob De La Rose pourrait être en uniforme lundi contre les Red Wings.
Le Canadien a procédé, hier, au rappel d'un autre attaquant de la Ligue américaine, Jacob De La Rose. Le Suédois n'a pas encore joué un seul match cette saison avec le Canadien, lui qui avait disputé 22 matchs avec l'équipe la saison dernière. En 34 rencontres à St. John's cette saison, il a récolté 3 buts et 12 mentions d'aide. De son côté, Chris Terry, qui avait été soumis au ballottage samedi, n'a pas été réclamé et a donc dû prendre le chemin inverse en direction de St. John's. Selon Michel Therrien, il n'est pas exclu que De La Rose soit en uniforme aujourd'hui à Detroit. «C'est une possibilité, a fait savoir le coach. Il est là pour jouer un rôle très précis, pour être solide défensivement et pour tuer des punitions.»
Shaw surpris d'avoir été expulsé
Andrew Shaw a écopé de 22 minutes de pénalité avant de devoir rentrer au vestiaire en fin de première période, samedi.
Andrew Shaw s'est dit surpris d'avoir été expulsé du match de samedi soir face aux Rangers de New York, à la suite d'une mise en échec jugée illégale. Rappelons que Shaw a écopé de 22 minutes de pénalité avant de devoir rentrer au vestiaire en fin de première période. «De toute évidence, j'aurais aimé jouer le match en entier, a dit l'attaquant du CH. J'ai été expulsé pour une mise en échec épaule à épaule. Je n'ai pas touché sa tête. Ça faisait trois semaines que j'étais dans une chambre sombre à cause de ma commotion cérébrale, et je voulais seulement aider l'équipe. Pour ce qui est de ma bagarre, eh bien, le gars m'a invité à me battre. Je n'allais pas reculer.»