L'attaquant des Sabres Ryan O'Reilly célèbre le but marqué par Zach Bogosian en prolongation. Carey Price aurait mérité un meilleur sort, lui qui avait effectué deux arrêts du tonnerre en fin de troisième période pour sauver le Tricolore.

Cruelle défaite pour Price

Il y a des défaites cruelles. Et pour Carey Price, celle de samedi au Centre Bell fait assurément partie du lot.
Après avoir sauvé ses coéquipiers avec deux arrêts du tonnerre en fin de troisième période, Price a cédé sur le seul tir des Sabres en prolongation, un plomb de Zach Bogosian, qui a donné aux Sabres de Buffalo une victoire de 3-2. Pas de chance pour le Canadien, parce que juste avant, Alex Galchenyuk avait raté un filet vide alors que Robin Lehner avait trouvé une façon de sortir la mitaine à la dernière seconde et de voler l'attaquant du CH.
«Je lui lève mon chapeau», a déclaré Price au sujet de l'arrêt de Lehner. «Ce fut le point tournant du match.»
Lehner était soulagé, lui qui avait connu une rencontre difficile alors qu'il avait concédé trois buts en 16 tirs contre Toronto plus tôt cette semaine, tout ça en moins de 30 minutes d'action.
«Je n'ai pas vu la reprise, et c'est arrivé très vite. C'était agréable de sentir la rondelle dans mon gant. Je tenais vraiment à rebondir. Nous sommes allés en prolongation et nous avons gagné. C'est une belle sensation.»
Tout juste avant de céder en prolongation, Price avait stoppé Matt Moulson sur une échappée, puis sorti la mitaine pour voler un but à Rasmus Ristolainen en fin de troisième. Mais ce ne fut pas suffisant.
Après son arrêt de la mitaine, Price a été chaleureusement ovationné, comme on le voit si souvent quand le numéro 31 joue à son niveau habituel. «Tu joues au hockey pour vivre ce genre de sensation», a reconnu le gardien après le match.
Danault, déjà 10 buts
Le CH avait ouvert la marque en deuxième grâce au 11e but de la saison d'Artturi Lehkonen. Brian Gionta a mis 56 secondes pour créer l'égalité en sautant sur une rondelle libre. Très exactement quatre minutes plus tard, Phillip Danault a fait 2-1 Montréal avec son 10e but de la saison déjà, sur des passes de Jeff Petry et de Max Pacioretty.
Le Canadien semblait se diriger vers la victoire quand Cody Franson a nivelé la marque, 2-2, en milieu de troisième période.
«Ils ont joué avec désespoir en troisième période et ils nous ont appliqué une pression constante», a reconnu Price.
«Carey nous a permis d'obtenir un point», a commenté l'entraîneur-chef Michel Therrien. «Il a été phénoménal. Mais ça a été un match comme ça, qui aurait pu aller d'un côté comme de l'autre. Quand tu arrives en prolongation, c'est comme lancer une pièce de monnaie dans les airs.»
Les questions au sujet des prétendus problèmes de Price du côté du bloqueur alimentent les discussions ces derniers jours, en particulier depuis que le gardien s'est fait questionner à ce sujet en point de presse, mercredi. Encore samedi, deux buts ont été marqués de ce côté.
Même sous le couvert de l'anonymat, on refusait d'affirmer chez les Sabres que l'on tirait volontairement du côté du bloqueur pour exploiter une faiblesse. «Un tir parfait, qui a touché l'intérieur du poteau. Ce n'est pas comme si la rondelle lui avait passé à travers le corps», a souligné un joueur au sujet du but de Bogosian.
«Je ne crois pas qu'il ait vraiment de faiblesse», a affirmé un autre, rappelant que sur le but de Franson, Price ne semblait pas voir la rondelle. «Pour le battre, tu dois créer du trafic et trouver la ligne de tir dégagée.»
Le Canadien accueillera les Flames de Calgary mardi avant de prendre la direction de Brooklyn, où ils affronteront les Islanders jeudi avant la pause du Match des étoiles. Avec La Presse canadienne
La fougue de Carrier plaît aux Sabres
On dit souvent des joueurs les plus fougueux qu'ils ne regardent pas le numéro du joueur avant de s'élancer pour une mise en échec. William Carrier l'a très bien prouvé le mois dernier.
À son 24e match dans la LNH, la recrue des Sabres a servi un bon coup d'épaule au vétéran David Backes. Sonné, le colosse de 6'3" et 221 livres ratera les trois matchs suivants des Bruins. Carrier reçoit une pénalité mineure pour coup à la tête. «Je n'ai pas eu le temps de réfléchir à savoir qui c'était», a-t-il expliqué, samedi. «Je finissais ma mise en échec et il s'est tourné. C'était juste une erreur. Mais c'est le style de jeu que je dois pratiquer. Je suis un gars robuste et intense. Je joue plusieurs rôles.»
Avant le match contre le Canadien, Carrier venait au troisième rang des Sabres avec 88 mises en échec, même s'il a raté 14 matchs cette saison. Une bonne façon d'utiliser ses 6'2" et 212 livres... «C'est la meilleure ligue au monde», explique l'attaquant de 22 ans. «Je n'ai pas le choix de bien jouer tous les soirs. Je dois aussi procurer un aspect différent aux Sabres pour garder ma place.» L'entraîneur-chef Dan Bylsma semble bien apprécier l'ailier originaire de LaSalle. «Will joue avec des tonnes de vitesse et d'énergie et il est très efficace de cette façon en échec avant.»
Repêché par St. Louis (57e au total) en 2013, Carrier n'aura été que de passage dans l'organisation des Blues. Le 28 février 2014, l'ancien du Cap-Breton et de Drummondville était parmi les joueurs sacrifiés par les Blues pour mettre la main sur le gardien Ryan Miller. Carrier fait partie de l'extraordinaire cuvée 2013 de la LHJMQ qui avait vu 31 de ses joueurs repêchés. Il s'agissait alors d'un sommet depuis les 38 de 2003, mais à cette époque, le repêchage comptait neuf tours, plutôt que sept. Il est le 12e de ces 31 joueurs à avoir disputé un match dans le circuit Bettman. La Presse