Charles Hudon a pris les Capitals de vitesse pour déjouer Philipp Grubauer en deuxième période.

Charles Hudon est prêt

On ne sait trop si Charles Hudon a commencé à magasiner un condo quelque part dans le coin de Brossard, mais si ce n'est pas déjà fait, ce serait peut-être une bonne idée de commencer les recherches.
Le match de mercredi au Centre Bell, une défaite de 4-2 contre Washington, n'était que le deuxième du Canadien en calendrier préparatoire et, bien évidemment, il n'est jamais bien avisé de tirer de longues, grandes et lourdes conclusions aussi tôt dans la saison. C'est entendu. Dans le cas de Hudon, par contre, ce n'est pas de savoir s'il aura un jour sa chance dans la LNH, mais bien de savoir quand il l'aura.
À ce chapitre, ça ne saurait tarder, car ce jeune homme peut jouer avec les grands. On le savait déjà, c'est devenu encore plus évident mercredi, entre autres lors de la deuxième période, quand il a surpris les Capitals - ils avaient choisi d'amener à Montréal plusieurs joueurs réguliers - de vitesse pour aller marquer. Il a presque remis ça quelques minutes plus tard, mais cette fois, la rondelle est allée droit sur le poteau.
À sa quatrième saison chez les professionnels, Hudon en est rendu là : aux portes du grand circuit. Reste maintenant à voir si le Canadien va lui ouvrir ces portes. S'il ne le fait pas, il devra le retourner à Laval et courir le risque de le perdre absolument pour rien au ballottage.
Un risque qui serait une mauvaise décision, surtout venant d'une équipe qui avait bien du mal à marquer des buts la saison dernière. «Ce n'est que le début du camp, ce n'est pas fini», a tenu à rappeler Hudon avec prudence. «Je suis encore loin du but, je crois qu'il me reste des choses à apprendre. Mais c'est sûr que je joue de plus en plus avec confiance. Mon lancer, je n'hésite plus à m'en servir. Si j'ai une chance, je lance. Tout ce que je dois faire, c'est de rester optimiste.»
Drouin impressionne
Jonathan Drouin, lui, ne se bat pas pour un poste, on l'aura compris. Ce qui ne l'a pas empêché d'impressionner, entre autres en participant à un bel échange avec Ales Hemsky et Max Pacioretty, un jeu qui a mené au but du capitaine en milieu de deuxième.
L'idée de placer Drouin sur le bord de la bande en avantage numérique est particulièrement intéressante, puisque sa vision du jeu pourrait certes mener à bien des buts dans ces situations.
Enfin, une bonne note aussi à un autre jeune, le défenseur Victor Mete, qui a offert une passe d'une grande beauté sur le but de Hudon. En ce qui concerne Mete, il y a bien sûr sa petite taille, un problème dans une ligue où on a l'habitude de lever le nez sur les défenseurs aussi petits. Cela, toutefois, ne saurait faire oublier l'essentiel : ce type sait faire bouger la rondelle.
Non, Mete ne passera pas la saison avec le Canadien, mais pourquoi ne pas lui accorder un essai de quelques matchs en début de saison, avant de le retourner dans les rangs juniors pour le reste du calendrier?
Encore quelques performances comme celle-là, et la direction du Canadien devra assurément considérer cette option.
NOTES : 48 heures après une prestation peu inspirée au Centre Vidéotron contre Boston, le CH a dominé au chapitre des lancers, dirigeant 43 tirs vers Philipp Grubauer (21 arrêts) et Pheonix Copley... Evgeny Kuznetsov et Jakub Vrana ont déjoué Carey Price, peu occupé avec 10 tirs en un peu moins de 30 minutes d'action. Un but bizarre de l'ex-Canadien Devante Smith-Pelly, avec un peu moins de six minutes à jouer à la troisième période, a rompu l'égalité. La rondelle a virevolté dans les airs avant d'aboutir derrière Charlie Lindgren. Tom Wilson a complété dans un filet désert.  Avec La Presse canadienne
Ils ont dit...
«Plus le match avançait, mieux ça allait. On est très content de l'effort qu'on a donné»
 Jonathan Drouin
«Charles continue de se démarquer. On est extrêmement satisfait de son camp»
Claude Julien, au sujet de Hudon
«La seule chose qui est décevante, c'est le résultat final»
 Claude Julien