L'attaquant des Bruins David Pastrnak a foncé sur Carey Price durant la prolongation du match de lundi.

Ça brasse devant les filets

Le Canadien accueille San Jose vendredi au Centre Bell et, si la tendance se maintient, il faut probablement s'attendre à une rencontre disputée sous le signe de l'intensité et de la robustesse, avec les imposants Sharks qui vont foncer au filet de Carey Price.
Ce ne serait pas une première, remarquez. Dans le vestiaire montréalais, joueurs et dirigeants constatent la même chose en ce début de saison : ça brasse devant les filets.
«Tous les entraîneurs dans cette ligue disent la même chose : si vous voulez marquer des buts, vous devez aller vous salir le nez devant le filet», a expliqué Jeff Petry, jeudi à Brossard. «Alors, évidemment, les gardiens se font frapper.»
À sa septième saison dans la Ligue nationale, le défenseur du Canadien estime qu'il n'a jamais vu autant de gardiens qui se font brasser par des attaquants arrivant à vive allure, et qui s'en sortent trop souvent face à des arbitres trop indulgents. «Les attaquants foncent plus au filet, et j'ai l'impression qu'on les punit moins souvent pour ça. Il y a des fois où un attaquant arrive à pleine vitesse vers le gardien, et on ne peut rien faire pour l'en empêcher.»
Dans le vestiaire du CH, Carey Price a déjà insisté sur la nécessité de punir les fautifs qui s'attaquent ainsi aux hommes masqués du circuit. Un peu à bout, le gardien vedette a fini par se faire justice lui-même, la semaine dernière, en décochant quelques taloches à la tête de Kyle Palmieri, un attaquant des Devils du New Jersey un rien trop téméraire.
«Price était en furie après le premier but des Devils, et sa réaction m'a pris par surprise. Je ne savais pas si je devais le retenir ou bien sortir Palmieri de là. On ne voulait surtout pas écoper d'une punition», a expliqué Petry, jeudi.
La scène a aussi pris Stéphane Waite par surprise. L'entraîneur des gardiens du Canadien a d'ailleurs dû discuter de l'incident avec son poulain. «On en a parlé, et je ne veux pas que ça devienne une habitude chez Carey. Il en est conscient.»
Le gardien réserviste Al Montoya, qui sera devant le filet du Canadien, samedi soir à Washington, estime que le problème des attaquants qui foncent au filet a toujours existé. «Mais avant, celui qui jouait de cette façon avait ensuite à répondre de ses actes. Aujourd'hui, avec la disparition progressive des bagarreurs, les gars qui jouent comme ça pensent qu'ils peuvent s'en tirer. Ils écoperont peut-être d'une pénalité de deux minutes, c'est tout.
«On ne doit pas non plus revenir à ce que c'était dans les années 90, quand personne n'avait le droit de mettre un pied dans la zone bleue devant le filet. Le problème, c'est que de nos jours, le défenseur n'a même plus le droit de mettre son bâton sur un attaquant qui approche. Alors l'attaquant arrive au filet à pleine vitesse sans jamais être ralenti. Le règlement stipule qu'un joueur qui va au filet ne peut pas toucher au gardien. C'est le règlement, et il serait peut-être temps de l'appliquer.
«Il faut protéger les gardiens comme les quarts au football américain, vous savez!» ajoute Montoya. «Il y a seulement 60 gardiens dans la ligue, 30 partants. Les gardiens sont des joueurs qui sont précieux pour leur équipe. Notre travail, c'est d'arrêter la rondelle, et on doit être en mesure de faire notre travail sans se demander si quelqu'un va nous foncer dessus.»
Besoin de règles claires
Les Sharks, qui s'amènent fort d'une série de trois victoires, comptent dans leurs rangs plusieurs joueurs qui ne détestent pas aller au filet. Chez le Canadien, Brendan Gallagher possède une telle réputation, lui aussi.
«J'essaie seulement de marquer, et je vais au filet parce que c'est comme ça que je marque. C'est la seule façon que je connaisse. Si les autres ont des problèmes avec ça, c'est à eux de s'arranger pour que je ne sois pas à cette position. Mais c'est aux arbitres d'y voir. Ce que les joueurs aiment, c'est quand les règles sont claires, quand ce qui est bon un soir est bon aussi le soir suivant.»
Gallagher l'a dit souvent : il va continuer de foncer au filet comme il l'a toujours fait. Il est d'ailleurs très content de ne jamais avoir connu l'époque où il était strictement interdit de poser un patin dans la zone bleue du gardien.
«Je me souviens que les arbitres appliquaient ce règlement à la lettre lors des Championnats du monde de hockey junior, et ils m'avaient imposé une pénalité pour ça à chacune de mes premières présences lors des trois premiers matchs du tournoi... Je ne pense pas que je jouerais dans la LNH si cette règle était appliquée à la lettre!»
Hudon blessé
Blessé au sternum à la suite d'un bête accident le mois dernier, Charles Hudon est de nouveau frappé par le mauvais sort. Cette fois, l'attaquant s'est blessé au bas du corps à la suite d'une collision accidentelle avec son coéquipier Chris Terry, mercredi face à Binghamton. Hudon était resté étendu sur la patinoire, coupé au visage par sa visière et blessé à une jambe. Sylvain Lefebvre, l'entraîneur-chef des IceCaps, a bon espoir de le revoir rapidement après les Fêtes.
Premier match pour McCarron?
Il semble bien que Michael McCarron disputera son premier match de la saison, vendredi contre les Sharks. Jeudi, le gros attaquant était à la droite d'un quatrième trio complété par Brian Flynn et Daniel Carr. Les Sharks, eux, ont rappelé Timo Meier, le meilleur buteur du Barracuda de San Jose avec neuf filets. Il a aussi récolté six aides en 17 matchs. Le Suisse de 20 ans a été le choix de premier tour (9e au total) des Sharks en 2015. Il a joué pour Halifax et Rouyn-Noranda, réussissant 44 buts avec les Mooseheads en 2014-2015.  Avec La Presse Canadienne