Jordie Benn fait sentir sa présence à la ligne bleue du Canadien depuis le début de la série contre les Rangers de New York, comme a pu le constater Tanner Glass lors du premier match.

Benn plus occupé cette année

À pareille date l'an dernier, Jordie Benn ne jouait pas au hockey. Non, ce n'est pas que les Stars de Dallas étaient éliminés des séries. C'est juste que l'entraîneur-chef Lindy Ruff avait choisi de se tourner vers d'autres défenseurs que lui. L'aventure des Stars en séries avait duré 13 matchs, et Benn n'avait disputé qu'un seul d'entre eux.
Difficile de voir plus grand contraste quand on constate à quel point il aide le Canadien aujourd'hui! «Ça avait été décevant d'être mis à l'écart, mais on ne peut pas se dire que si l'on est laissé de côté, c'est parce qu'on n'est pas assez bon, a indiqué Benn. Les Stars avaient amené de nouveaux défenseurs pour remplir certains rôles [entre autres Kris Russell], et j'étais l'homme en trop. Je me tenais prêt au cas où...
«Après la saison, ils m'ont dit de ne pas m'en faire avec ce qui s'était passé en séries, que j'étais encore un de leurs joueurs-clés... Je suis revenu cette année avec le feu au derrière.»
Or, si le défenseur de 6'2'' et 200 lb avait vraiment fait partie du noyau des Stars, ils ne l'auraient peut-être pas échangé au Tricolore en retour de Greg Pateryn! Personne à Montréal ne s'en plaindra, car à première vue, le Canadien a cédé le 27 février un défenseur marginal en retour d'un joueur qui fait une différence concrète.
Du beau boulot de la part du dépistage professionnel. «Il est indispensable pour nous, a avancé Phillip Danault. C'est un vol. Il a quoi, 29 ans? C'est un vol! C'est maintenant qu'on veut gagner, et c'est un joueur comme ça qu'il nous faut. Il me fait penser un peu à Shea Weber par son dévouement en défense. Peut-être pas offensivement, mais défensivement. Il est aussi capable de faire de bonnes premières passes. C'est un joueur assez complet, et il est très important pour l'équipe en ce moment.»
Faire la barbe à l'adversaire
Benn a raté les six derniers matchs du calendrier régulier en raison d'une blessure. Son absence ne s'est peut-être pas fait ressentir autant que celle de Weber, mais il s'était déjà imposé par sa capacité à remplir des mandats sur les deuxième et troisième duos en défense et à aller éteindre des feux là où la situation l'imposait.
Revenu juste à temps pour la première ronde, Benn s'est minutieusement taillé la barbe, il a pris une profonde inspiration, puis il a plongé dans une ambiance où, dit-il, «chaque coup porté ou reçu est plus fort et où le jeu se déroule à 100 miles à l'heure à chaque présence».
Et la barbe? Qui sait jusqu'à quel point elle poussera... «Ça ne se rendra pas au niveau des Brent Burns et Joe Thornton, a-t-il prévenu. Ils sont à un tout autre niveau. Je ne sais pas trop ce qui se passe avec eux, mais ce sont les rois de la barbe dans la LNH!»
Benn a solidifié son poste à la gauche de Jeff Petry et, après trois matchs, il a été sur la patinoire pour deux fois plus de chances de marquer du Canadien que des Rangers. Selon le site de statistiques avancées corsica.hockey, c'est un ratio qui le place parmi les meilleurs arrières du circuit depuis le début des séries.
«C'est un défenseur à caractère plus défensif, mais quand il récupère des rondelles, il ne le fait pas comme un robot, décrit Max Pacioretty. Il peut tromper l'adversaire en le faisant, et c'est difficile de faire de l'échec avant contre lui. Il est solide comme le roc en défense et il lit très bien le jeu.»
Qu'il soit question de taux de possession de rondelle, d'efficacité en infériorité numérique ou simplement de leur capacité à fermer la porte aux attaquants des Rangers, les deux premiers duos de défenseurs ont été brillants jusqu'à maintenant.
À juste titre, ce sont Shea Weber et Andrei Markov qui attirent l'attention après trois matchs. Benn lui-même s'émerveille de leur prestation.
«C'est le fun de voir aller nos joueurs d'élite et de voir comment ils arrivent chaque soir à soutenir tout ce temps d'utilisation, a dit Benn. Non seulement ils sont très doués, mais on dirait que le jeu est facile pour eux. On essaie de les émuler, sauf qu'ils sont à un autre niveau! Markov est toujours à la bonne place au bon moment.»
Mats Zuccarello, la dernière victime de Steve Ott
Steve Ott a de nouveau sévi! L'homme qui a déjà léché la visière de Jeff Halpern et qui s'est moqué des yeux exorbités de Zack Kassian s'en est pris d'une drôle de façon à Mats Zuccarello lors de la troisième période. Comme quoi tous les moyens sont permis pour déconcentrer l'adversaire, le joueur de centre du Canadien a profité d'un coup de sifflet pour flatter les cheveux du petit Norvégien. Zuccarello n'a pas apprécié et a repoussé Ott d'un air impatient. «Ça ne me surprend pas, c'est en plein le genre de gars qu'il est, a dit Max Pacioretty. Il garde une bonne atmosphère dans le vestiaire et sur le banc et il est toujours positif. C'est très important.»
Aucune raison de s'exciter, selon Julien
Claude Julien a rappelé qu'il était important de tourner la page sur les récents succès.
Au lendemain d'une victoire convaincante au Madison Square Garden, seuls Al Montoya, Nikita Nesterov, Michael McCarron, Brian Flynn et Andreas Martinsen ont chaussé les patins pour un entraînement facultatif. Tout indique que Claude Julien gardera donc sa formation intacte, mardi soir. Lors de ses rencontres avec les joueurs, l'entraîneur-chef a rappelé qu'il était important de tourner la page sur les récents succès. «Nous ne sommes en avance que par un match, il n'y a aucune raison de s'exciter», a rappelé Julien, ajoutant que si la victoire de dimanche a apporté de la confiance à son groupe, elle ne lui offre cependant aucune garantie. Surtout que le travail effectué lors d'une victoire ne se transpose pas d'un match à l'autre. «Il faut toujours recommencer à neuf, a-t-il expliqué. On ne peut pas s'attendre, sous prétexte que notre dernier match a été bon, que le prochain va être bon aussi. Il faut se préparer et faire ce qu'il faut faire pour que ce soit le cas. Penser que c'est automatique est très dangereux.»