Carey Price a perdu patience en première période à la suite d'une glissade de Kyle Palmieri dans son demi-cercle. Le gardien du Tricolore a asséné quelques bonnes taloches au joueur des Devils.

Beau retour à la maison

Le Canadien est pratiquement invincible à domicile cette saison, et la tendance s'est maintenue malgré une infirmerie qui se remplit à vue d'oeil.
Privé des centres Alex Galchenyuk et David Desharnais de même que du défenseur Greg Pateryn, le Canadien s'est imposé 5-2 contre les Devils du New Jersey, jeudi au Centre Bell. Le Tricolore présente maintenant une fiche de 13-1-1 à domicile cette saison.
«C'est seulement un match», a tenu à rappeler Torrey Mitchell, qui a enfilé deux buts. «Ce qu'on a montré, c'est que nous sommes plus que l'équipe de deux seuls joueurs. Nous avons besoin d'eux, évidemment, mais c'est bien de voir tout le monde contribuer dans une telle situation.»
Le trio de Phillip Danault (1 but, 1 aide), Artturi Lehkonen (1 but) et Andrew Shaw (2 aides) a animé l'attaque des vainqueurs. Shaw compte 10 points à ses 13 derniers matchs, soit depuis sa soirée de trois points contre les Red Wings de Detroit, le 12 novembre.
Max Pacioretty a aussi déjoué Corey Schneider, criblé de 48 tirs. Adam Henrique et Taylor Hall ont trompé Carey Price, auteur de 19 arrêts.
Michel Therrien a par ailleurs confirmé une information du réseau Sportsnet selon laquelle Pacioretty a joué malgré une micro-fracture à un pied en novembre. Ceci explique sans doute pourquoi le capitaine ne semblait pas à son mieux. «Il a eu à jouer malgré ça pendant un certain temps», a admis l'entraîneur.
Deux reprises vidéo
La première période a beau avoir duré 57 minutes, elle n'a pas manqué de rebondissements! D'abord, parce que les deux premiers buts du match ont chacun nécessité deux reprises vidéo : la première venant des officiels, la deuxième, des entraîneurs. Chacun a finalement perdu sa cause.
Sur le premier but du Canadien, Danault est entré en contact avec Schneider en faisant dévier le tir de Nathan Beaulieu. On a toutefois déterminé qu'il ne s'agissait pas d'obstruction. Le but a donc été à la fiche de Danault, qui n'avait pas de point à ses 11 derniers matchs.
Sur le premier but des Devils, Michel Therrien a argumenté qu'Adam Henrique avait causé de l'obstruction sur Price, mais il a lui aussi eu tort.
Mitchell a ensuite brisé l'égalité lors d'une descente à 2 contre 1 pour mettre fin à une séquence de 16 matchs sans but.
Puis, en fin de période, Kyle Palmieri a tenté une incursion, mais a terminé sa course dans les jambières de Price, qui n'a pas apprécié le geste. Le gardien s'est vengé en lui assénant plusieurs coups de bloqueur, d'abord à la tête, puis dans les reins, pendant que Jeff Petry regardait la scène tout en retenant sur la patinoire l'attaquant des Devils.
Price a écopé d'une pénalité de quatre minutes pour rudesse. Il s'en est toutefois bien tiré, puisque le règlement 51.3 de la LNH stipule qu'un gardien peut être expulsé d'un match s'il «utilise son bloqueur pour frapper un adversaire au visage ou pour tenter de le blesser».
«Ça fait partie du jeu. Personne n'a été blessé», a dit Palmieri. «Il m'a frappé une fois à la tête, une fois dans les côtes, et il y a eu deux autres coups. Les joueurs se protègent eux-mêmes. Ça arrive. Mais ce n'est jamais agréable de recevoir des coups de bloqueur.»
Les joueurs du Canadien ont maintenant une journée pour se préparer à la venue de l'Avalanche du Colorado et de Rene Bourque, qui se dirige vers une saison de 30 buts. Sans blague.
«Pour notre confiance, c'était important d'envoyer ce genre de message et on l'a fait»
 Michel Therrien, au sujet de la victoire de son équipe sans Galchenyuk et Desharnais
«On m'avait foncé dedans sur le but et je suppose que je n'allais pas accepter un autre geste du genre. Ça m'a enflammé»
 Carey Price, au sujet des coups de bloqueur qu'il a donnés à Kyle Palmieri
«Il a réagi très très vite. Ça a donné un deuxième élan à notre équipe»
Michel Therrien, au sujet du geste de Carey Price sur Kyle Palmieri
Therrien optimiste malgré tout
L'entraîneur-chef du Canadien, Michel Therrien, a souligné que la perte de joueurs faisait partie d'une longue saison et que l'équipe devra trouver des solutions à l'interne.
Le Canadien a commencé jeudi sa vie - ou sa survie - sans les centres Alex Galchenuyk et David Desharnais pour au moins les six prochaines semaines.
Face aux médias, Michel Therrien ne s'est pas apitoyé sur son sort et a évité de se lancer dans toute comparaison avec les blessures à Galchenyuk et à Desharnais et celle à Carey Price en novembre 2015. En fait, il a affiché un certain optimisme à cause, a-t-il précisé, du comportement que ses joueurs ont affiché au cours des derniers matchs.
«Tu fais face à de l'adversité toutes les saisons. Il y en a toujours. C'est ma 12e année en tant que coach et ça n'est jamais arrivé de "surfer sur un nuage" du début à la fin. La perte de certains joueurs fait partie d'un marathon d'une saison de hockey. Ce sera un défi et il faudra trouver des solutions à l'interne.»
Ce dernier commentaire laisse croire que le Canadien ne va pas tout défaire afin de tenter un grand coup sur le marché des transactions... «Marc [Bergevin] essaie toujours d'améliorer notre équipe», a laconiquement répondu Therrien.
Chez les Devils, l'entraîneur-chef John Hynes a une réponse intéressante après l'entraînement matinal quand il a été interrogé à savoir si son approche changeait en raison de la vague de blessures qui a frappé le Canadien ses derniers jours à la position de centre. «Quand tu regardes les bonnes équipes, la raison pour laquelle elles sont bonnes est qu'elles ont de la profondeur. De plus, quand ta structure est forte et que tu as une bonne identité d'équipe, tu peux insérer des joueurs dans des rôles précis. On sait bien qu'il leur manque quelques joueurs, mais ça demeure une équipe très forte.»
«Bon moment» pour les blessures
Le défenseur Nathan Beaulieu, qui reprenait le collier après une absence de six matchs, affichait un certain optimisme, sans toutefois négliger la perte de Galchenyuk et de Desharnais. «Ce n'est jamais facile de perdre possiblement vos centres numéro 1 et 2, et c'est un défi différent de celui de l'an dernier. Les blessures vont arriver, et c'est préférable qu'elles surviennent en ce moment, en début de saison.
«Les nouvelles sont positives dans leur cas, et ce n'est rien de trop grave. Il y a la lumière à l'extrémité du tunnel et nous ne voulons pas paniquer. Et ça donne l'occasion à d'autres joueurs de se mettre en évidence.»
Beaulieu a admis avoir ressenti une certaine frayeur dans les instants qui ont suivi sa blessure à la gorge face aux Sénateurs d'Ottawa, le 22 novembre. Pendant six ou sept jours, il est demeuré inactif et a tenté de parler le moins possible. Il a recommencé à patiner la semaine dernière, après avoir reçu le feu vert des médecins.
«J'ai eu la voix rauque pendant quelques jours. Ce fut un jeu malchanceux, mais en même temps, j'ai été chanceux malgré tout qu'il n'y ait pas eu de fracture. Il y a des gars qui reçoivent une rondelle sur la gorge et qui ne s'en remettent jamais vraiment complètement. Je suis à 100 % de ma forme.
«Les deux premières journées ont été difficiles, mais après 48 heures, je me portais mieux. J'ai eu peur au début, parce que je n'étais pas capable de respirer et j'étais coincé parce que je ne pouvais pas rentrer immédiatement au vestiaire. Quand on m'a expliqué ce qui m'était arrivé, je me suis calmé.»
Pour une deuxième année d'affilée, Beaulieu n'a donc pas été en mesure d'accompagner le Canadien pour son seul voyage sous le soleil de la Californie. «Ce n'est pas autant les villes que je n'ai pas visitées que le fait d'être éloigné des coéquipiers qui fait le plus mal. Vous voulez toujours aider votre équipe. Mais les gars ont fait un boulot remarquable, et c'est très important d'avoir pu inscrire une fiche de ,500 lors de notre voyage le plus difficile de la saison.»  Avec La Presse Canadienne
Pateryn tombe à son tour
Le Canadien continue de perdre des soldats. Après Alex Galchenyuk et David Desharnais, c'est au tour de Greg Pateryn de tomber au combat pour une période de six à huit semaines. Environ une demi-heure avant le début du match de jeudi face aux Devils, le CH a annoncé que le défenseur de 26 ans avait été victime d'une fracture à une cheville mardi, à St. Louis. Jeudi matin, il avait pourtant décoché des tirs au but avant que ses coéquipiers ne sautent sur la glace. Il est toutefois rentré au vestiaire et l'équipe annonçait quelques instants plus tard qu'il raterait l'entraînement pour subir des traitements. La Presse canadienne