Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Canadien

Montréal 4/Philadelphie 1: le CH retrouve son aplomb

PHILADELPHIE — De nombreux observateurs ont critiqué Claude Julien mercredi soir pour avoir choisi Charlie Lindgren au lieu de Carey Price pour affronter les Blackhawks de Chicago. Que Julien ait eu raison ou non, une chose est sûre : Price était au meilleur de sa forme jeudi soir.

Price, Phillip Danault et Ilya Kovalchuk ont accompli leurs missions comme ils en sont capables et ils ont mené le Canadien de Montréal vers une importante victoire de 4-1 contre les Flyers de Philadelphie au Wells Fargo Center.

Vingt-quatre heures après une désolante prestation devant leurs partisans face à une équipe qui n’est plus la puissance de jadis, les hommes de Claude Julien ont livré une performance beaucoup plus convaincante.

Julien l’a d’ailleurs fait remarquer lors d’une mêlée de presse où il était dans une bien meilleure humeur que la veille.

«C’était un gros match ce soir [jeudi] et pour plusieurs raisons. D’abord, c’était l’équipe la plus proche de nous pour revenir dans le portrait des séries. Deuxièmement, surtout après hier, c’était important d’avoir une réponse et d’être capable de rebondir et c’est ce qu’on a fait ce soir. J’ai trouvé qu’on a joué un très bon match, solide, intelligent. On n’a pas joué sur les talons. On a été fort dans tous les aspects du jeu», a analysé l’entraîneur-chef du Canadien.

Cette performance du Tricolore est venue dans une enceinte peu hospitalière, tout particulièrement depuis environ deux mois. Depuis le 25 novembre, les Flyers affichaient un dossier de 9-2-0 à domicile, une séquence durant laquelle ils n’avaient concédé que 20 buts à leurs rivaux.

Il faut dire que le Canadien (21-21-7) continue de mieux se comporter sur les patinoires adverses, comme le démontre son dossier de 12-9-3.

«Maintenant, il faut amener ce genre de matchs à la maison, a avisé Julien. On veut s’améliorer et montrer à nos partisans ce qu’on est capable de faire. On fait mieux sur la route qu’à domicile et c’est quelque chose qu’il faut absolument corriger.»

Price intraitable

Jeudi, les Flyers ont dirigé 41 rondelles sur Price qui, comme contre les Sénateurs d’Ottawa et les Flames de Calgary au cours des derniers jours, a été intraitable.

Il n’a cédé que devant Joel Farabee avec un peu plus d’une minute à jouer en première période. Surtout, il a réalisé un arrêt-clé en début de deuxième période, pendant que le Canadien jouait avec l’avantage numérique, stoppant Scott Laughton sur une échappée.

À ses trois dernières sorties, Price a joué pendant 183 minutes et trois secondes, a reçu 114 tirs et n’a concédé que deux buts. Ces statistiques se traduisent par une moyenne de buts alloués de 0,66 et un taux d’efficacité de ,982.

Quant à Danault et Kovalchuk, ils ont brillamment fait ce que l’on peut attendre d’eux. Danault a travaillé telle une abeille toute la soirée, effectué de belles passes et a terminé le match avec trois mentions d’aide.

«Phil a bien répondu aussi, a souligné Julien. Hier [mercredi], ça n’a pas été un match à sa hauteur. Ce que tu aimes comme entraîneur, c’est quand les gars répondent. L’équipe a bien répondu et Phillip a connu un gros match aussi.»

Kovalchuk a marqué deux buts, ses cinquième et sixième de la saison. Son premier de la soirée est survenu peu de temps après l’arrêt-clé de Price et a représenté le filet victorieux. Son deuxième, marqué à l’aide d’un spectaculaire tir venu de l’enclave, a mis le match hors de portée en troisième période.

Tomas Tatar, au premier vingt, et Artturi Lehkonen, tôt en deuxième période, ont également déjoué Alex Lyon, qui a bloqué 36 des 40 tirs du Tricolore. Tatar a également participé aux deux derniers buts du Tricolore.

Le Canadien disputera sa prochaine rencontre samedi soir, au Centre Bell, face à Max Pacioretty, le nouvel entraîneur-chef Peter DeBoer et les Golden Knights de Vegas.

Ce sera la dernière sortie du Tricolore avant sa pause obligatoire d’une semaine, qui coïncidera aussi avec le week-end du match des Étoiles, à St. Louis.

Bon départ

Le Canadien semblait avoir de bien meilleures jambes que ses rivaux en première moitié de la première période, et il a eu plusieurs bonnes chances de marquer. Ce fut le cas pour Kovalchuk après une passe latérale de toute beauté de Danault, à mi-chemin du premier vingt, puis Lehkonen, environ quatre minutes, d’un tir de l’enclave.

C’est toutefois les Flyers qui ont brisé l’impasse quand Farabee a déjoué Price d’un tir de l’enclave à 18:47.

Cette avance n’a duré que 18 secondes, lorsque Tatar a marqué son 17e de la saison, après avoir reçu une belle passe de Danault.

Le Canadien a frappé à la vitesse de l’éclair au début de la deuxième période, marquant deux fois en 11 secondes durant la troisième minute de l’engagement.

Kovalchuk a donné l’avance en sautant sur une rondelle libre à l’embouchure du filet, après qu’un tir de Shea Weber de la pointe droite eut frappé Nick Cousins, posté devant le filet.

Lehkonen a enchaîné en faisant dévier une autre belle passe de Danault, après s’être moqué du défenseur Ivan Provorov.

Le fait saillant de la troisième période aura été la bagarre entre Jesperi Kotkaniemi et Robert Hagg, qui venait de rudoyer Ryan Poehling. Kotkaniemi s’est retrouvé au cachot pendant 17 minutes, incluant une punition de deux minutes à titre d’instigateur, mais le Canadien s’en est tiré sans problème.

Canadien

Le Canadien «extrêmement» décevant

MONTRÉAL — Même au cours de la récente série de huit défaites du Canadien de Montréal, l’entraîneur-chef Claude Julien n’avait pas été aussi déçu de la performance de sa troupe.

Après deux pas vers l’avant, le Canadien en a fait un vers l’arrière, mercredi soir au Centre Bell, s’inclinant 4-1 face aux Blackhawks de Chicago.

Il a commis 24 revirements face aux Blackhawks et a porté son dossier à 2-8-1 depuis le congé de Noël.

«Nous avions averti les joueurs que l’équipe adverse était bonne avec ses bâtons. Mais nous n’étions pas là du tout, a affirmé Julien. Nous perdions les bagarres, nous ne récupérions pas les rondelles libres, nous prenions les mauvaises décisions.

«Pour moi, c’était probablement le pire match dans nos 10 derniers. Ça arrive, mais ça ne veut pas dire que je l’accepte. Je suis extrêmement déçu de notre performance ce soir.»
Zack Smith a réussi un doublé en première période, Drake Caggiula a amassé un but et une aide, tandis qu’Alex DeBrincat a aussi touché la cible pour les Blackhawks (22-20-6). Corey Crawford a effectué 32 arrêts et a porté sa fiche en carrière face au Tricolore à 10-2-2.

Crawford, de Châteauguay, a également triomphé à ses six derniers départs à Montréal.

Phillip Danault a fourni la timide riposte du Canadien (20-21-7), qui espérait être sur une lancée après avoir gagné ses deux matchs précédents. L’attaquant a admis que le Canadien a eu de la difficulté à monter une dernière charge en troisième période : «À un moment donné, le hockey de rattrapage, ça nous rattrape nous-même. Il faut éviter cette situation et il faut aussi apprendre à jouer avec l’avance.»

Charlie Lindgren a repoussé 24 lancers et il n’a pas gagné en trois départs cette saison.

Bon départ des Hawks

Même s’ils avaient joué la veille à Ottawa, les Blackhawks ont connu le meilleur départ et ils ont ouvert la marque après 5:42 de jeu, en infériorité numérique. Caggiula a profité de la confusion entre Lindgren et Tomas Tatar pour renvoyer le disque vers Smith, qui a tiré dans un filet ouvert.

Smith en a rajouté 2:50 plus tard, déviant un tir de la pointe de Slater Koekkoek.

Lindgren a limité les dégâts, frustrant deux fois Dominik Kubalik, dont une fois en s’étendant sur la patinoire pour faire l’arrêt.

Le Canadien a connu un meilleur départ au deuxième vingt, alors que Danault a réduit l’écart après 54 secondes de jeu. Danault a profité d’une remise d’Ilya Kovalchuk, qui récoltait un cinquième point en six matchs depuis son embauche par le Tricolore.

Caggiula a ensuite obtenu deux belles occasions de restaurer l’avance des visiteurs, mais il a chaque fois raté la cible.

Le Tricolore a obtenu deux avantages numériques en deuxième période et Crawford a chaque fois eu à se distinguer.

Entre temps, les Blackhawks ont porté le score à 3-1 à 11:27, à leur tour en avantage numérique. DeBrincat a fait mouche alors que Lindgren avait perdu son bouclier quelques instants plus tôt. Les arbitres doivent immédiatement arrêter le jeu seulement si un gardien perd son masque, selon les règlements de la LNH.

Lindgren est revenu sur ce troisième but des Blackhawks. «C’était bizarre de ne plus avoir une pièce d’équipement, mais c’est comme ça. De mon côté, j’ai voulu continuer à jouer comme si j’avais encore mon bouclier.»

Max Domi était le joueur au banc de punitions lors du but des Blackhawks puisqu’il s’en était pris à l’attaquant Matthew Highmore. Domi est resté cloué au banc du Tricolore pendant le reste de la deuxième période.

«J’ai fait ce que j’avais à faire, c’est simple comme ça, a dit Julien au sujet de sa décision de laisser Domi sur le banc. Quand vous prenez des punitions inutiles comme ça, il y a des conséquences.»

Max Domi a accepté la décision de son entraîneur de le clouer au banc.

«Ce n’était pas mon intention d’être puni, mais j’ai vu la reprise et je méritais la punition. C’est malheureux qu’ils aient marqué. Je ne pouvais pas agir comme ça, surtout quand je pense à la situation dans laquelle nous étions. C’est comme ça. 

L’entraîneur a pris une décision. [...] Je voulais créer une étincelle, nous aider à retrouver notre identité.»

Jonathan Toews s’est fait refuser un but en avantage numérique tôt en troisième période puisqu’il avait poussé le disque dans l’objectif avec son patin. Ce n’était que partie remise pour les Blackhawks, puisque Caggiula a porté le coup de grâce à 11:40, à la suite d’un revirement de Jordan Weal à la ligne bleue du Canadien.

Après la rencontre, le Canadien a annoncé que l’attaquant Matthew Peca avait été cédé au Rocket de Laval, dans la Ligue américaine de hockey.

Le Canadien jouera son prochain match jeudi, quand il rendra visite aux Flyers de Philadelphie. Il disputera ensuite une dernière rencontre avant sa semaine de congé samedi, face aux Golden Knights de Vegas au Centre Bell.

Canadien

Ilya Kovalchuk fait bien paraître Marc Bergevin

Les jeunes joueurs du Canadien ont encore les yeux pétillants quand ils parlent de leur coéquipier Ilya Kovalchuk, une dizaine de jours après l’embauche du franc-tireur russe.

Max Domi a admis plus tôt cette semaine être en admiration devant l’un des meilleurs buteurs de la dernière génération de hockeyeurs. Phillip Danault a qualifié Kovalchuk de «légende» de l’histoire récente du hockey. De son côté, Kovalchuk semblait étonné de ces commentaires quand ils lui ont été rapportés mardi.

Canadien

Price brillant dans la victoire contre les Flames

Le Canadien aura besoin de nombreuses autres performances de ce type de la part de Carey Price s’il souhaite revenir dans la course aux séries.

Price a été l’étoile du Tricolore, lundi soir au Centre Bell, et les joueurs de soutien ont pris le relais à l’attaque, aidant la formation montréalaise à gagner un deuxième match de suite, 2-0 face aux Flames de Calgary.

Price a stoppé 31 tirs pour réussir un deuxième jeu blanc cette saison et un 46e en carrière. Il a ainsi rejoint Ken Dryden au troisième rang dans l’histoire du Canadien à ce chapitre.

C’est également la deuxième fois seulement cette saison que Price accorde moins de deux buts dans deux rencontres consécutives, lui qui a aussi aidé le Canadien à battre les Sénateurs d’Ottawa 2-1 en prolongation, samedi. Price avait accompli le même exploit les 6 et 10 décembre derniers, face aux Rangers de New York et aux Penguins de Pittsburgh.

«[Price] a bien joué à Ottawa et nous avons gagné. Ç’a enlevé beaucoup de poids sur nos épaules, a admis l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Ce soir [lundi], il ressentait encore les bonnes sensations du dernier match.

«Nous espérons qu’il est en voie de revenir au sommet de son art.»

Jordan Weal et Ryan Poehling ont généré l’offensive du Canadien (20-20-7), qui présente maintenant un dossier de 2-7-1 depuis le congé de Noël.

«Nous cherchons à avoir des trios équilibrés. Ce soir, nous avons pu employer nos quatre trios et notre rythme de jeu était bien meilleur, a mentionné Julien. Notre équipe est bâtie ainsi. Nous jouons bien mieux quand nous pouvons déployer nos quatre trios. Le niveau d’énergie est meilleur et nous pouvons augmenter le rythme.»

David Rittich a repoussé 35 lancers devant le filet des Flames (25-18-5).

Le Canadien a commencé la rencontre sur les chapeaux de roues et possédait à un certain moment un avantage de 12-1 au chapitre des tirs au but. L’avantage du Tricolore dans le jeu en première période n’a toutefois mené qu’à un seul but, quand Weal a surpris Rittich en pivotant à 13:30.

Rittich a fermé la porte devant Tomas Tatar en fin d’engagement, puis à nouveau peu de temps après le début de la deuxième période.

Le reste du deuxième vingt a été l’affaire de Price, même s’il n’a pas été particulièrement occupé. Price a néanmoins frustré quatre fois les Flames sur des attaques en surnombre ou après un revirement du Canadien.

À l’autre bout de la patinoire, le trio de Phillip Danault, Ilya Kovalchuk et Tatar a été celui qui a coincé le plus souvent les Flames dans leur territoire, sans toutefois menacer le filet de Rittich.

Tatar est revenu à la charge dès le début de la troisième, mais il s’est encore une fois buté à Rittich.

Poehling a finalement offert un coussin un peu plus confortable à Price, déjouant Rittich à 9:45 du troisième tiers. Il s’agissait pour Poehling d’un premier point en 20 matchs avec le Tricolore cette saison.

Price a ensuite continué son travail irréprochable. Il a notamment réussi un bel arrêt contre Elias Lindholm grâce à un déplacement latéral rapide, puis a capté un tir des poignets de Sam Bennett même si la rondelle a dévié sur le bâton d’Artturi Lehkonen.

Chiarot de retour

Par ailleurs, le défenseur Ben Chiarot était de retour au jeu pour le Canadien après avoir raté deux matchs en raison d’une blessure au bas du corps. Brett Kulak lui a cédé sa place.

Le Canadien jouera son prochain match mercredi, quand il accueillera les Blackhawks de Chicago au Centre Bell. Il se rendra ensuite à Philadelphie, pour y affronter les Flyers, jeudi.

Canadien

Ilya Kovalchuk marque et délivre le Canadien en prolongation

OTTAWA — Ilya Kovalchuk a trouvé le bon moment pour marquer son premier but avec le Canadien et la formation montréalaise a défait les Sénateurs 2-1 en prolongation, samedi soir, pour mettre fin à une série de huit revers.

Kovalchuk, qui en était à son quatrième match avec le Tricolore, s’est amené en deux contre un avec Phillip Danault et il a été très patient avant de décocher un puissant tir des poignets que Marcus Hogberg n’a pu stopper. Il s’agissait du quatrième but de la saison du Russe de 36 ans.

«C’est un joueur qu’on voulait avoir pour ce genre de circonstances, a affirmé l’entraîneur-chef Claude Julien à propos de Kovalchuk. Outre son but, il fait de bons jeux, il effectue des passes qui mènent à des occasions de marquer et il est discipliné. Je trouve qu’il achète ce qu’on veut accomplir avec cette équipe.»

Sans le brio de Carey Price, la prolongation n’aurait peut-être pas eu lieu. Price a gardé le fort en troisième période, alors que ses coéquipiers ont été dominés 16-2 au chapitre des tirs, et il a effectué 41 arrêts pour obtenir une 17e victoire cette saison.

«Carey a été vraiment bon ce soir, a ajouté Julien. Le gardien doit nous donner une chance de gagner et c’est ce qu’il a fait. Il mérite beaucoup de crédit pour la victoire de ce soir.»

Le Canadien (19-20-7) a mis fin à sa deuxième séquence de huit défaites de la campagne en battant les Sénateurs (16-22-7) pour une deuxième fois en trois matchs cette saison. Les trois duels ont nécessité de la prolongation. Brady Tkachuk avait joué les héros lors de la première rencontre alors que Ben Chiarot lui avait rendu la pareille lors de la deuxième.

Nick Suzuki a profité d’un avantage numérique pour toucher la cible au premier engagement, mais le Tricolore n’a pas été en mesure de donner le coup de grâce en temps réglementaire. Les hommes de Claude Julien ont cependant connu une bonne prolongation, décochant pas moins de huit lancers.

Un bond fortuit a permis aux Sénateurs de forcer la tenue d’une période supplémentaire à la suite d’une tentative de feinte de Drake Batherson. Ce dernier a été crédité de son premier but de la campagne, à sa sixième partie.

À son deuxième départ en 24 heures, Hogberg a cédé deux fois en 25 lancers. Il s’agissait de la cinquième fois en neuf matchs en 2019-20 qu’il devait prendre part à la prolongation.

Le Bleu-blanc-rouge reprendra l’action lundi soir, alors que les Flames de Calgary seront en visite au Centre Bell.

Dans un affrontement qui pourrait avoir une petite incidence sur la loterie Alexis Lafrenière, le Canadien a été la première formation à ouvrir le pointage. Pendant une pénalité à Dylan DeMelo, Suzuki a accepté une passe de Jeff Petry et il a décoché un tir des poignets précis qui a déjoué Hogberg du côté du bloqueur.

Les Montréalais ont toutefois levé le pied en deuxième période et les Sénateurs en ont profité pour décocher 32 lancers dans les 40 dernières minutes du temps régulier contre seulement neuf pour les visiteurs.

«Surtout quand c’est ta première victoire après un certain nombre de défaites, ce n’est jamais facile. Je pense que dans les 35 premières minutes de jeu, nous aurions dû mener beaucoup plus que 1-0, a observé l’entraîneur-chef du Canadien. Ce sont ces choses qui nous font mal par moment parce que nous donnons l’occasion à l’autre équipe de rester dans le match.»

Alors qu’il restait moins de sept minutes à écouler au troisième engagement, la troupe d’Ottawa a attaqué en zone adverse et Batherson a tenté une feinte. Il a perdu la rondelle, mais l’attaquant du Canadien Matthew Peca, qui n’avait pas joué depuis le 10 décembre, a accidentellement poussé l’objet dans son propre filet.

Cette bévue a toutefois été réparée en surtemps, grâce notamment à Kovalchuk.

Par ailleurs, l’attaquant Brendan Gallagher a raté le match en raison de maux de tête. Julien a confirmé que Gallagher était resté à Montréal et qu’il demeurait sous évaluation.

Canadien

Pas question de baisser les bras chez le Canadien

BROSSARD — Même si le Canadien traverse une deuxième série de huit défaites dans la même campagne pour une première fois depuis au moins son entrée dans la LNH en 1917, personne ne baisse les bras dans le camp de la formation montréalaise.

Les joueurs ont même retrouvé le sourire à l’entraînement vendredi, lors d’un exercice avec les filets postés aux lignes bleues.

«Les temps sont durs dernièrement, mais il y avait aussi un but à cet exercice, a rappelé l’entraîneur-chef Claude Julien. Nous voulions faire travailler nos joueurs dans une zone plus restreinte. Ça servait à deux choses : détendre l’atmosphère, mais aussi travailler dans les espaces limités. Nous continuons à tout faire pour nous replacer sur la bonne voie.»

Le capitaine Shea Weber avait rappelé après le revers de 4-2 face aux Oilers d’Edmonton jeudi qu’il ne servait à rien de s’apitoyer sur son sort. Le gardien Carey Price a fait échos à ces propos vendredi, quand il a été questionné sur une déclaration effectuée plus tôt cette semaine au cours de laquelle il avait affirmé qu’il était «au-delà de la frustration».

«Ça veut dire ce que ça veut dire : ne pas se laisser atteindre par une attitude négative et continuer à faire les choses qui me permettraient de connaître du succès sans me soucier du résultat», a expliqué Price.

Price, qui est âgé de 32 ans, a indiqué que c’est son expérience dans la LNH qui lui permettait de mieux gérer la situation actuelle. Et c’est cette attitude que les meneurs du Canadien tentent d’inculquer aux jeunes joueurs de l’équipe.

«J’essaie d’oublier tous les matchs quand ils sont terminés, a mentionné la recrue Nick Suzuki. Nous regardons la vidéo pour nous améliorer, mais chaque jour est un nouveau départ. Notre groupe de meneurs fait du bon travail pour ne pas avoir la tête basse. “Weby” [Weber] et les autres se présentent le lendemain de chaque match avec une bonne attitude. Ça aide les jeunes à emboîter le pas.»

Avant les rencontres de vendredi, le Tricolore se retrouvait au 13e rang de l’Association de l’Est, à neuf points des Flyers de Philadelphie et du dernier rang donnant accès aux séries.

La situation du Canadien ne peut être ignorée, même par les joueurs. Le classement est affiché dans le corridor tout juste à l’extérieur du vestiaire du Complexe sportif Bell.

Price a rappelé laconiquement que les Blues de St. Louis ont gagné la coupe Stanley le printemps dernier alors qu’ils occupaient le dernier rang du classement général de la LNH le matin du 3 janvier.

«Je sais qu’il y a un nuage noir au-dessus de nous présentement, mais personne n’a abandonné, a insisté Julien. Les joueurs et les entraîneurs continuent de travailler fort. J’ai vu plusieurs situations dans le passé où les équipes ont baissé les bras, mais ce n’est pas le cas ici. Est-ce que les joueurs sont frustrés? Oui, parce qu’ils ont le succès de l’équipe à cœur, parce qu’ils veulent gagner.

«Vous voyez les mêmes matchs que moi. Nous ne sommes pas dominés par l’adversaire, mais les erreurs sont coûteuses», a-t-il ajouté.

Sans Gallagher à Ottawa?

Le Canadien pourrait être privé de l’attaquant Brendan Gallagher quand il rendra visite aux Sénateurs d’Ottawa, samedi.

Julien a indiqué que l’attaquant, qui a ressenti des maux de tête en fin de soirée jeudi, et qu’il devait rencontrer les médecins de l’équipe.

L’entraîneur-chef a confirmé que Petry sera à son poste face aux Sénateurs, tandis que Chiarot a besoin d’au moins quelques jours de plus pour se remettre d’une blessure au bas du corps subie mardi, dans le revers de 4-3 du Tricolore face aux Red Wings de Detroit.

Pour sa part, l’attaquant Matthew Peca est prêt à effectuer un retour au jeu, a indiqué Julien. Peca n’a pas joué depuis le 10 décembre, en raison d’une blessure à une jambe. Il pourrait donc être en uniforme samedi si Gallagher n’est pas en mesure de jouer.

Canadien

Le Canadien échappe encore l'avance et encaisse un huitième revers de suite

MONTRÉAL — Claude Julien a admis qu’il n’avait pas de nouvelles réponses à offrir que les mêmes données après chacune des récentes défaites du Canadien de Montréal.

Le scénario cauchemardesque s’est répété, jeudi soir au Centre Bell, alors que le Tricolore a gaspillé une avance de deux buts et a subi un revers de 4-2 face aux Oilers d’Edmonton.

Le Canadien a donc encaissé un huitième revers de suite pour une deuxième fois cette saison.

Le Tricolore comptait sur les services de Gallagher. Ce dernier a finalement raté quatre parties après avoir subi une commotion cérébrale face aux Hurricanes de la Caroline, le 31 décembre.

«Il n’y a rien que je vais dire qui n’est pas la même chose que les autres fois, a dit Julien. Nous ne profitons pas de nos occasions et ça vient nous faire mal.»

Julien a toutefois tenu à souligner encore une fois l’effort de sa troupe.

«Peu importe la défaite, je ne pense pas que nous avons vu une équipe qui a abandonné, a-t-il insisté. Oui, nous ne gagnons pas, mais les joueurs ne baissent pas les bras. [...] Nous travaillons pour les garder motivés. Chaque match est un nouveau défi.»

Le Canadien a perdu un septième match quand il mène après deux périodes (10-4-3) cette saison, mais il doit oublier le passé, a affirmé Brendan Gallagher :

«Le passé n’a pas d’importance. Nous devons trouver un moyen de gagner des matchs, de gagner la troisième période, peu importe l’adversité devant laquelle nous nous retrouvons. C’est arrivé tellement souvent cette saison que ça nous affecte peut-être mentalement. Ça affecte peut-être notre jeu, mais nous devons l’oublier.»

Connors et cie

Les étoiles des Oilers Connor McDavid et Leon Draisaitl ont uni leurs efforts sur le but égalisateur de Ryan Nugent-Hopkins en avantage numérique tôt en troisième période. Draisaitl a aussi été crédité d’une aide sur le but dans un filet désert de Josh Archibald. Sinon, les deux meilleurs pointeurs de la LNH ont connu des soirées assez tranquilles.

Riley Sheahan et Alex Chiasson ont toutefois pris le relais avec un but chacun pour les Oilers (24-17-5). Mike Smith a été parfois chancelant et parfois brillant, mais il a fait le nécessaire en repoussant 35 lancers.

Draisaitl a cogné à la porte à trois reprises en première période lors d’un avantage numérique, mais Price a répondu présent.

Danault a ouvert la marque quelques instants plus tard, à 12:35, en marquant son 11e but de la saison. Danault s’y est pris à deux reprises avant de déjouer Smith, au terme d’une attaque à deux contre deux avec Tomas Tatar.

Danault cherchait ses mots quand il a été questionné à savoir comment le Canadien pouvait éviter de laisser le négatif prendre le dessus :

«C’est dur. Nous vivons une période difficile. Je ne sais pas... il faut rester uni en tant qu’équipe, se concentrer sur nous, notre équipe, notre système et se serrer les coudes tous ensemble.»

Le jeu s’anime

Le jeu s’est animé un peu en deuxième période et le Tricolore a creusé l’écart après 2:24 de jeu. Kotkaniemi a pu décocher un bon tir des poignets de l’enclave et il a marqué son sixième but de la campagne.

Smith s’est racheté à l’endroit de Danault quelques minutes plus tard, quand le Québécois s’est présenté seul devant lui.

Les Oilers ont réduit l’écart à un seul but à 7:16, sur une séquence qui semblait plutôt anodine. Sheahan a surpris Price d’un tir précis du côté de la mitaine.

Smith s’est distingué une autre fois avant la fin du deuxième vingt. Il a frustré Danault après une remise transversale de Brendan Gallagher.

Le gardien des Oilers a aussi joué de chance, quand Nate Thompson l’a battu en échappé, mais a vu le tir de l’attaquant du Canadien atteindre le poteau.

Les Oilers se sont retrouvés en avantage numérique tôt en troisième période, quand Danault a accroché bêtement McDavid en zone neutre. Nugent-Hopkins en a profité pour créer l’égalité à 2:16, à la suite d’une courte passe de McDavid.

Chiasson a ensuite donné les devants aux Oilers à 9:40, déviant habilement une remise d’Oscar Klefbom dans le fond du filet.

Le Tricolore a bourdonné autour du filet de Smith après avoir remplacé Price par un attaquant supplémentaire, mais Archibald a porté le coup de grâce avec 35 secondes à faire.

Shea Weber a admis que la défaite de jeudi était particulièrement frustrante en raison du bon travail effectué contre Connor McDavid et Leon Draisaitl :

«Ces gars-là sont le moteur de leur équipe. Quand ils marquent, leur équipe gagne souvent. C’est frustrant. Ils ont généré un but en avantage numérique et ça leur a donné un élan.»

Le défenseur Ben Chiarot n’était pas en uniforme pour le Canadien, blessé au bas du corps en troisième période du match de mardi, face aux Red Wings de Detroit. Cale Fleury avait donc été réinséré dans la formation.

Le Canadien jouera son prochain match samedi, quand il rendra visite aux Sénateurs d’Ottawa.

Canadien

Le Canadien gaspille deux avances à Detroit

DETROIT — Malgré le fait qu’il ait détenu deux avances dans le match, dont l’une à la septième minute de jeu de la troisième période, le Canadien de Montréal a subi une autre défaite face aux Red Wings de Detroit, 4-3 mardi soir au Little Caesars Arena.

C’est la troisième fois en autant de tentatives cette saison que les Red Wings (11-30-3), de loin la pire équipe dans la Ligue nationale de hockey, arrachent une victoire au Canadien. Les Red Wings avaient d’abord gâché l’ouverture locale du Tricolore au Centre Bell, l’emportant 4-2 le 10 octobre. Le 14 décembre, également au Centre Bell, les Red Wings avaient de nouveau battu les hommes de Claude Julien, 2-1.

Lors d’une brève mêlée de presse, Julien a parlé d’erreurs de ses joueurs, mais aussi d’un manque d’engagement de certains, qu’il a refusé d’identifier.

«Les erreurs qu’on a commises, pour certains, c’est peut-être un peu de la fatigue. On demande beaucoup à certains joueurs. Pour d’autres, je pense qu’on a besoin d’un meilleur “commitment”», a d’abord déclaré Julien, qui était à prendre avec des pincettes.

«Quand tu regardes la situation, a-t-il enchaîné, tu peux trouver toutes les excuses au monde, ça revient au même. Je pense qu’on l’a déjà dit; l’effort en général est là avec l’équipe. Par contre, je reviens à la même chose : les décisions qu’on prend, et le “commitment” n’est pas toujours là. Pour certains, c’est un apprentissage. Pour certains autres, on a besoin d’un peu plus. On n’a pas à regarder ailleurs que nous-mêmes ce soir. C’était inacceptable.»

À la suite de cette septième défaite consécutive, le Canadien (18-19-7) a de nouveau glissé d’un rang au classement général de l’Association Est. Il occupe maintenant le 13e échelon avec 43 points, un de moins que les Rangers de New York (20-18-4) qui, au même moment, surprenaient l’Avalanche du Colorado au Madison Square Garden. De plus, les Rangers ont deux matchs en banque.

Deux aides pour Kovalchuk

La défaite, par ailleurs, est venue gâcher une autre bonne sortie d’Ilya Kovalchuk qui, à défaut d’avoir inscrit un premier but dans son nouvel uniforme, a récolté deux aides. Il a d’abord participé au but de Nick Suzuki (8e), lors d’un avantage numérique de deux hommes tôt en deuxième période. Il a récolté sa deuxième aide sur le filet de Victor Mete (4e) à 6:13 de la troisième période.

Le but de Suzuki avait procuré au Canadien une avance de 2-0, après le filet d’Artturi Lehkonen (10e), réussi en désavantage numérique en première période. Celui de Mete permettait au Tricolore de briser une impasse de 2-2 que les Red Wings avaient provoquée grâce au premier de deux buts de Franz Nielsen, à 12:22 de la deuxième période, et à celui de Robby Fabbri (11e), dès la 51e seconde de la troisième période.

Après le but de Mete, il a fallu environ cinq minutes aux Red Wings pour égaler le score, grâce à Nielsen qui, le temps d’une soirée, a bonifié son total d’un à trois buts en saison. Puis, avec 3:52 à écouler au temps réglementaire, le jeune espoir Filip Zadina a assommé les hommes de Claude Julien avec son cinquième de la saison.

Le Canadien, qui disputait un deuxième match en autant de soirs, a dirigé 26 tirs vers Jonathan Bernier, dont seulement six en première période.

À l’autre extrémité, Charlie Lindgren a fait face à 30 rondelles.

«Notre gardien nous a donné une chance. Mais même avec la rondelle, on n’était pas capable de faire une passe, même de gérer la rondelle seule. On la perdait devant le filet. On était tout croche ce soir», a également déclaré Julien, ce qui mettait fin au volet francophone de sa mêlée de presse.

Après cette rapide excursion vers Detroit, le Canadien sera de retour au Centre Bell jeudi soir, face aux Oilers d’Edmonton.

Canadien

Michael McCarron échangé aux Predators pour Laurent Dauphin

Le Canadien de Montréal a échangé l’attaquant Michael McCarron aux Predators de Nashville, mardi, en retour de l’attaquant québécois Laurent Dauphin.

L’organisation montréalaise a annoncé la nouvelle par voie de communiqué environ 90 minutes avant le début de son match contre les Red Wings, à Detroit. Dauphin, qui est originaire de Repentigny, se rapportera au Rocket de Laval a également précisé l’équipe.

Réclamé au 25e rang de la séance de sélection de 2013, McCarron, un colosse de six pieds six pouces et 230 livres, est le septième choix de première ronde du Canadien, depuis le repêchage de 2009, à se retrouver sous d’autres cieux.

Quatre d’entre eux, soit Alex Galchenyuk (2012), McCarron, Nikita Scherbak (2014) et Mikhail Sergachev (2016) ont été repêchés depuis l’entrée en scène du directeur général Marc Bergevin.

Seul le défenseur Noah Juulsen (2015), qui évolue avec le Rocket, fait toujours partie de l’organisation du Canadien.

Cette saison, McCarron, un Américain de 24 ans, a joué 29 matchs avec le Rocket de Laval, récoltant cinq buts et neuf aides, en plus de 50 minutes de punition.

Son dernier match dans la LNH avec le Canadien remonte au 7 avril 2018, à Toronto. Il avait récolté une mention d’aide dans une défaite de 4-2. C’est également à Toronto, le 7 janvier 2017, qu’il a inscrit son dernier but avec le Tricolore. Il s’agissait du filet d’assurance dans un gain de 5-3.

En 69 parties en carrière avec la formation montréalaise, McCarron a marqué deux buts et ajouté six aides. Son ratio défensif a été de - 15 et il a accumulé 110 minutes de punition.

Âgé de 24 ans, Dauphin a pris part à 33 matchs cette saison avec les Admirals de Milwaukee, dans la Ligue américaine, inscrivant 16 points, dont sept buts, avec 26 minutes de punition et un ratio défensif de + 8.

Les Predators ont fait son acquisition des Coyotes de l’Arizona le 8 février 2019.

En 35 rencontres en saison régulière avec Arizona depuis ses débuts dans la LNH en 2015-2016, l’attaquant de six pieds et un pouce et 180 livres a obtenu trois buts et une aide, et 18 minutes de punition.

Dauphin a disputé 252 parties en carrière dans la Ligue américaine, avec Portland, Springfield, Tucson, Rockford et Milwaukee, inscrivant 133 points (55 buts, 78 aides).

Un produit des Saguenéens de Chicoutimi dans la LHJMQ, Dauphin a totalisé 186 points (80 buts, 106 aides) en 170 parties chez les juniors. Sur la scène internationale, il a défendu les couleurs du Canada lors du Championnat du monde des moins de 18 ans en 2013 (médaille d’or).

Dauphin a été le choix de deuxième tour des Coyotes, 39e au total, en 2013.

Canadien

Le Canadien poursuit sa glissade... malgré Kovalchuk

L’attaque du Canadien n’a pas retrouvé tout son mordant malgré l’entrée en scène d’Ilya Kovalchuk, lundi soir au Centre Bell, et la formation montréalaise a encaissé un sixième revers de suite, 3-2 face aux Jets de Winnipeg.

Kovalchuk a été embauché en désespoir de cause par le Tricolore vendredi dernier, puisque cinq attaquants se retrouvent déjà à l’infirmerie.

Même si l’entraîneur-chef Claude Julien avait martelé lors des derniers jours que le vétéran âgé de 36 ans n’arrivait pas en sauveur chez le Tricolore, Kovalchuk a évolué dans le premier trio à la droite de Tomas Tatar et Phillip Danault.

Kovalchuk a été le deuxième attaquant le plus utilisé dans le match derrière Max Domi. Il a été employé pendant 19:25 et a joué avec énergie, utilisant son gabarit imposant le long des rampes. Il a obtenu quelques occasions de marquer et a même été crédité d’une aide.

«Il a été très impliqué dans toutes les phases du jeu, a noté Julien au sujet de Kovalchuk. Il voulait démontrer qu’il peut encore jouer du bon hockey et c’est ce qu’il a fait. J’ai aimé son match.»

Malgré tout, le Canadien a poursuivi sa glissade en raison de quelques erreurs coûteuses.

«Encore une fois, ce n’est pas par manque d’effort, a dit Julien. Il faut cependant prendre les bonnes décisions et minimiser le genre d’erreurs que nous commettons. C’est ce qui nous fait mal dernièrement.»

Nikolaj Ehlers a amassé un but et une aide, tandis que Josh Morrissey et Andrew Copp ont aussi touché la cible pour les Jets (23-16-4). Blake Wheeler a récolté deux aides et Connor Hellebuyck a effectué 29 arrêts.

Ben Chiarot a réussi un doublé pour le Canadien (18-18-7), qui a marqué seulement six buts à ses quatre dernières sorties. Tatar a amassé deux aides et Carey Price a repoussé 24 lancers. La première période a été plutôt tranquille, même si Price a dû se signaler à quelques reprises. Price a notamment frustré Kyle Connor et Mathieu Perreault lors d’un avantage numérique des visiteurs.

Occasion ratée

Kovalchuk a obtenu une première belle occasion, mais il a opté pour un tir qui a été arrêté facilement par Hellebuyck, au lieu de faire la passe à Chiarot, qui avait beaucoup d’espace à sa gauche.

Les Jets ont finalement ouvert la marque après 1:32 de jeu en deuxième période. Morrissey a tiré de la pointe et la rondelle s’est faufilée à travers la circulation jusque dans le filet.

Le Canadien a déployé son unité d’avantage numérique une première fois quelques instants plus tard, mais ce sont les Jets qui ont touché la cible. Les visiteurs ont attaqué à deux contre zéro après un revirement de Nick Suzuki et Ehlers a complété la manœuvre.

Le Tricolore a répliqué à 11:03. Chiarot a fait bouger les cordages contre son ancienne équipe grâce à un puissant lancer frappé. Kovalchuk a commencé la séquence en coinçant les Jets dans leur territoire.

Price a sauvé les meubles pour le Canadien en fin de période, réussissant un arrêt spectaculaire contre Connor lors d’une attaque à deux contre un.

Tatar a mis la table de manière presque parfaite pour Kovalchuk deux fois tôt en troisième période. La rondelle a toutefois bondi par-dessus le bâton du Russe la première fois. Kovalchuk s’est buté à Hellebuyck la deuxième fois.

Copp a creusé l’écart avec 9:44 à faire. Il s’est échappé après que le défenseur du Canadien Cale Fleury eut perdu le contrôle du disque à la ligne bleue des Jets et son tir s’est faufilé à travers l’équipement de Price.

Chiarot a redonné espoir aux partisans du Tricolore avec 8:13 à faire. Cependant, le Canadien a été incapable de profiter d’un avantage numérique en fin de rencontre et n’a pu compléter la remontée.

Par ailleurs, le défenseur Christian Folin a été rétrogradé au sein du Rocket de Laval, dans la Ligue américaine de hockey, en début d’après-midi. Folin avait été soumis au ballottage dimanche et n’a pas été réclamé par une autre équipe de la LNH.

Le Canadien sera de retour en action dès mardi, quand il rendra visite aux Red Wings de Detroit.

LNH

Ilya Kovalchuk en uniforme avec le Canadien lundi soir face aux Jets

MONTRÉAL - L’attaquant Ilya Kovalchuk fera ses débuts dans l’uniforme du Canadien de Montréal, lundi soir, au Centre Bell face aux Jets de Winnipeg.

La nouvelle a été confirmée par l’équipe après l’entraînement matinal.

Kovalchuk s’est entraîné au sein du premier trio en compagnie de Phillip Danault et Tomas Tatar. Il a aussi participé aux exercices en avantage numérique au sein d’une vague complétée par Jesperi Kotkaniemi, Jordan Weal, Max Domi et Shea Weber.

Le vétéran russe, âgé de 36 ans, a accepté un contrat à deux volets d’une saison et 700 000 $ US, vendredi.

Après avoir affronté le Tricolore le 9 novembre au Centre Bell, Kovalchuk n’a plus enfilé l’uniforme des Kings de Los Angeles. Son contrat a ensuite été résilié le 17 décembre et il s’entraînait depuis en solitaire à Miami.

Sélectionné au premier rang du repêchage de la LNH par les Thrashers d’Atlanta en 2001, Kovalchuk a accumulé 436 buts et 423 aides en 897 parties dans le circuit Bettman avec les Thrashers, les Devils du New Jersey et les Kings.

L’aventure californienne de Kovalchuk à son retour en Amérique du Nord après cinq campagnes dans la Ligue continentale de hockey (KHL) a connu une fin en queue de poisson. Après avoir amassé 16 buts et 18 aides en 64 sorties la saison dernière avec les Kings, Kovalchuk a été limité à trois buts et six aides en 17 parties cet automne.

Il arrive chez le Canadien alors que cinq attaquants se retrouvent sur la liste des blessés, soit Jonathan Drouin, Brendan Gallagher, Joel Armia, Paul Byron et Matthew Peca.

Le Canadien a perdu ses cinq derniers matchs (0-4-1).

Par ailleurs, le défenseur Christian Folin n’a pas été réclamé au ballottage et a été rétrogradé au sein du Rocket de Laval, dans la Ligue américaine de hockey.

Folin, qui est âgé de 28 ans, a disputé seulement cinq matchs avec le Canadien cette saison et a amassé une aide. Sa dernière sortie remonte au 19 octobre.

Le Canadien l’avait envoyé au sein de son club-école tard en novembre pour qu’il garde la forme. Il a participé à sept parties avec le Rocket sans noircir la feuille de pointage.

Acquis des Flyers de Philadelphie en compagnie de Dale Weise le 9 février dernier en retour de Byron Froese et David Schlemko, Folin avait signé une prolongation de contrat d’une saison et 800 000 $ US, le 18 avril.

En 233 parties dans la LNH avec le Wild du Minnesota, les Kings de Los Angeles, les Flyers et le Canadien, Folin a récolté sept buts et 36 aides.

Canadien

Kovalchuk: pas de décision sur sa disponibilité avant lundi matin

BROSSARD — L'entraîneur-chef Claude Julien n'était pas en mesure de confirmer si Ilya Kovalchuk allait enfiler l'uniforme du Canadien de Montréal pour une première fois lundi, face aux Jets de Winnipeg.

Julien a indiqué qu'une décision concernant sa disponibilité face aux Jets sera prise seulement après l'entraînement matinal, lundi. Julien n'a pas voulu non plus dévoiler ses intentions concernant l'utilisation qu'il prévoyait faire de l'attaquant russe âgé de 36 ans.

«Il n'a pas joué depuis novembre, a rappelé Julien. Quand il va intégrer la formation, il va falloir garder un oeil sur lui parce que patiner en solitaire, ce n'est pas comme disputer un match. Il va falloir évaluer tout ça et discuter avec lui. Nous prendrons ensuite une décision.»

Après avoir affronté le Tricolore le 9 novembre au Centre Bell, Kovalchuk n'a plus enfilé l'uniforme des Kings de Los Angeles. Son contrat a ensuite été résilié le 17 décembre et il s'entraînait depuis en solitaire à Miami.

Même si l'entraînement du Canadien était optionnel, dimanche, Kovalchuk a profité de l'occasion pour sauter sur la glace une première fois avec sa nouvelle équipe. Seulement 10 autres joueurs du Tricolore ont participé à l'entraînement.

«Je sais que la majorité d'entre eux avaient joué (samedi) et ils étaient peut-être un peu fatigués, a noté Kovalchuk. J'étais content de les rencontrer - de parler, rire et m'amuser avec eux. Ça donne de l'énergie, c'est certain.»

Sélectionné au premier rang du repêchage de la LNH par les Thrashers d'Atlanta en 2001, Kovalchuk a accumulé 436 buts et 423 aides en 897 parties dans le circuit Bettman avec les Thrashers, les Devils du New Jersey et les Kings.

L'aventure californienne de Kovalchuk à son retour en Amérique du Nord après cinq campagnes dans la Ligue continentale de hockey (KHL) a connu une fin en queue de poisson. Après avoir amassé 16 buts et 18 aides en 64 sorties la saison dernière avec les Kings, Kovalchuk a été limité à trois buts et six aides en 17 parties cet automne.

Il arrive chez le Canadien alors que cinq attaquants se retrouvent sur la liste des blessés, soit Jonathan Drouin, Brendan Gallagher, Joel Armia, Paul Byron et Matthew Peca.

«Tout le monde comprend que ce n'est pas le sauveur, mais il peut nous aider, a mentionné Julien. Nous espérons qu'il va nous aider. Seul le temps pourra nous le dire.»

Kovalchuk n'a pas voulu trop se mouiller concernant ses propres attentes, mais il était tout de même un peu plus optimiste que Julien.

«J'ai l'occasion ici d'obtenir plus de temps de jeu et d'évoluer sur la première unité d'avantage numérique, a dit Kovalchuk. Plus vous jouez, plus vous avez d'occasions de provoquer quelque chose.

«Je ne veux pas en dire trop. Je sais que les attentes sont élevées. Cette équipe a déjà tous les outils. Max (Domi) est là, (Shea) Weber a un puissant lancer. Et mon tir est encore pas mal», a-t-il ajouté en échappant un sourire.

Kovalchuk a fait bonne première impression auprès de ses coéquipiers, dimanche. Les plus jeunes ont d'ailleurs le sourire facile quand ils parlent du vétéran, qui a fait la pluie et le beau temps avec les Thrashers de 2001 à 2010.

«Il dégaine rapidement et il peut placer la rondelle là où il le veut. Il possède encore tout un tir», a dit le gardien Charlie Lindgren, qui avait acheté un chandail de Kovalchuk lors d'un voyage familial en Russie il y a une dizaine d'années.

Une montre pour Kulak

L'arrivée de Kovalchuk chez le Canadien a aussi permis au défenseur Brett Kulak d'ajouter une montre à sa collection. Comme le veut la tradition quand un joueur réclame un numéro déjà pris au sein de sa nouvelle équipe, Kovalchuk a donné une Rolex à Kulak pour pouvoir porter le no 17.

Kovalchuk a même fait graver un message de remerciement sur la montre.

«Honnêtement, j'aurais été d'accord de jouer à roche-papier-ciseau pour choisir qui allait porter le numéro, s'est exclamé Kulak. C'est généreux de sa part. Il était l'un de mes joueurs préférés quand j'étais jeune. C'est spécial de pouvoir le côtoyer.»

Kovalchuk a toujours porté le numéro 17 au cours de sa carrière professionnelle en l'honneur du légendaire hockeyeur russe Valeri Kharlamov. Ce dernier était le joueur préféré de son père.

De son côté, Kulak s'était fait donner le 17 par le Canadien à son arrivée avec l'équipe en octobre 2018. Il portera dorénavant le 77, lui dont le chiffre préféré est le 7.

Canadien

Gallagher de retour pour une première séance sur la patinoire

Brendan Gallagher a franchi une première étape dans sa remise en forme après avoir subi une commotion cérébrale en effectuant un retour sur la patinoire.

Seulement cinq jours après avoir été atteint à la tête par le genou de son coéquipier Ben Chiarot en chutant, l’attaquant du Canadien de Montréal a patiné avant le reste du groupe au Complexe sportif Bell.

Gallagher a foulé la glace en compagnie de Jonathan Drouin et Joel Armia, qui se remettent aussi de blessures. Il est toutefois encore trop tôt pour établir un échéancier pour son retour au jeu.

«Quand un joueur doit suivre le protocole sur les commotions cérébrales, c’est une analyse au quotidien, a dit l’entraîneur-chef Claude Julien. S’il progresse, il passe à l’étape suivante. Si quelque chose cloche, il faut faire un pas en arrière.

«Là, il a recommencé à patiner. Nous verrons comment ça évoluera», a-t-il ajouté.

Kovalchuk en uniforme?

Julien n’était pas en mesure de confirmer si Ilya Kovalchuk allait enfiler l’uniforme du Canadien de Montréal pour une première fois lundi, face aux Jets de Winnipeg.

L’entraîneur-chef a indiqué qu’une décision concernant sa disponibilité face aux Jets sera prise seulement après l’entraînement matinal, lundi. Julien n’a pas voulu non plus dévoiler ses intentions concernant l’utilisation qu’il prévoyait faire de l’attaquant russe âgé de 36 ans.

«Il n’a pas joué depuis novembre, a rappelé Julien. Quand il va intégrer la formation, il va falloir garder un œil sur lui parce que patiner en solitaire, ce n’est pas comme disputer un match. Il va falloir évaluer tout ça et discuter avec lui. Nous prendrons ensuite une décision.»

Après avoir affronté le Tricolore le 9 novembre au Centre Bell, Kovalchuk n’a plus enfilé l’uniforme des Kings de Los Angeles. Son contrat a ensuite été résilié le 17 décembre et il s’entraînait depuis en solitaire à Miami.

Même si l’entraînement du Canadien était optionnel, dimanche, Kovalchuk a profité de l’occasion pour sauter sur la glace une première fois avec sa nouvelle équipe.

«J’étais content de les rencontrer, de parler, rire et m’amuser avec eux. Ça donne de l’énergie, c’est certain.»

Sélectionné au premier rang du repêchage de la LNH par les Thrashers d’Atlanta en 2001, Kovalchuk a accumulé 436 buts et 423 aides en 897 parties dans le circuit Bettman.

Folin au ballottage

Par ailleurs, le Canadien a soumis le défenseur Christian Folin au ballottage, dimanche.

Les 30 autres formations de la LNH ont jusqu’à midi lundi pour le réclamer, sans quoi le Tricolore pourrait le rétrograder au sein du Rocket de Laval, dans la Ligue américaine de hockey.

Julien a indiqué que le retrait de Folin hors de la formation du Tricolore ne signifiait pas que l’attaquant Matthew Peca était prêt à effectuer un retour au jeu. Peca, qui s’était blessé à une jambe le 10 décembre, s’entraîne avec le groupe régulier depuis déjà quelques jours.

Âgé de 28 ans, Christian Folin a disputé seulement cinq matchs avec le Canadien cette saison et a amassé une aide. Sa dernière sortie remonte au 19 octobre. Le Canadien l’avait envoyé au sein de son club-école tard en novembre pour qu’il garde la forme. Il a participé à sept parties avec le Rocket sans noircir la feuille de pointage.

Acquis des Flyers de Philadelphie en compagnie de Dale Weise le 9 février dernier en retour de Byron Froese et David Schlemko, Folin avait signé une prolongation de contrat d’une saison et 800 000 $US le 18 avril.

Canadien

Le Canadien encaisse un cinquième revers de suite, 3-2 face aux Penguins

MONTRÉAL — Le Canadien a encaissé un cinquième revers consécutif par un écart d’un seul but et cette fois, à la suite d’un but controversé.

Brandon Tanev a inscrit le but vainqueur après 1:49 de jeu en prolongation et les Penguins de Pittsburgh ont vaincu le Canadien de Montréal 3-2, samedi soir au Centre Bell.

Teddy Blueger a profité d’un changement au mauvais moment de Nick Suzuki pour lancer une attaque à deux contre un. Carey Price a réussi l’arrêt, mais Tanev a profité du retour pour faire bouger les cordages.

Les arbitres ont consulté la reprise vidéo, croyant peut-être que Blueger avait nui au travail de Price, mais le but a vite été accordé.

«Je l’ai dit plus tôt cette saison, que ce soit une contestation de l’entraîneur ou une reprise officielle, c’est 50-50, a dit l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, au sujet des consultations vidéo en cas d’obstruction contre le gardien. Je ne sais pas pourquoi le but a été accordé. Je ne peux donc pas faire de commentaire là-dessus.»

Artturi Lehkonen a réussi un doublé pour le Canadien (18-17-7). Price a stoppé 34 lancers.

«(Price) a vraiment bien joué et c’est probablement grâce à lui si c’était 1-1 après la première période, a mentionné Julien. Je crois que nous avons parfois pris de mauvaises décisions avec la rondelle. Ç’a donné des chances de marquer aux Penguins et ça nous a coûté la victoire à la fin. C’est ce qui est décevant présentement, parce que nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas être alerte mentalement.»

Embauché la veille, le vétéran Ilya Kovalchuk n’était pas en uniforme pour le Canadien.

Zach Aston-Reese et Bryan Rust ont aussi marqué pour les Penguins (25-11-5). Blueger a récolté deux aides et Matt Murray a repoussé 26 tirs.

Le Canadien a lancé le bal après 8:42 de jeu, quand Lehkonen a inscrit son premier but de la soirée au terme d’une belle séquence commencée par Suzuki et Max Domi.

Domi récoltait ainsi au moins un point dans un neuvième match de suite.

L’annonceur-maison n’avait pas terminé d’annoncer le but de Lehkonen quand Price s’est signalé en frustrant Tanev en échappée.

Cependant, les Penguins ont créé l’égalité quelques instants plus tard, seulement 46 secondes après le but de Lehkonen. Les visiteurs ont profité d’un revirement de Jesperi Kotkaniemi pour contre-attaquer et Aston-Reese a touché la cible lorsqu’il s’est présenté seul devant Price.

Domi a connu un match occupé, et pas seulement en raison de ses bons coups à l’attaque. Domi a aussi jeté les gants devant le défenseur Marcus Pettersson, croyant que ce dernier lui avait donné un coup de genou.

Les Penguins ont menacé à quelques reprises en avantage numérique en fin de première période, mais Price a gardé le fort.

Lehkonen a récompensé son gardien en redonnant les devants au Tricolore après 3:37 de jeu en deuxième période, à la suite d’un bel effort individuel.

Le reste de la deuxième période a été essentiellement l’affaire des Penguins, mais ils se sont chaque fois butés à Price.

Acquis deux jours plus tôt des Sabres de Buffalo, le défenseur montréalais Marco Scandella est passé à quelques centimètres de creuser l’écart après 4:35 de jeu en troisième période. Son lancer frappé a toutefois atteint le poteau.

Les Penguins ont profité de ce coup de chance en créant l’égalité 2-2 seulement 49 secondes plus tard. Rust a profité d’un bond favorable de la bande après un tir hors-cible et a pu tirer dans un filet ouvert.

Lehkonen a obtenu une occasion en or de compléter son tour du chapeau, quand il s’est échappé en infériorité numérique avec un peu moins de huit minutes à faire. Murray a toutefois réussi l’arrêt.

Tanev a finalement tranché en prolongation.

Le Canadien reprendra le collier lundi, quand il accueillera les Jets de Winnipeg. Il rendra visite aux Red Wings de Detroit, mardi.

Échos de vestiaire

Le montréalais Marco Scandella a vécu de belles émotions à son premier match dans l’uniforme du Canadien:

«C’est un rêve qui se réalise. Les émotions vécues aujourd’hui étaient vraiment spéciales. C’est certain que j’aurais voulu les deux points, mais jouer tous les matchs à domicile au Centre Bell, ce sera vraiment spécial pour moi. (...) Je regardais parfois dans les estrades. Le monde ici à Montréal est vraiment passionné de hockey. C’est agréable d’avoir des partisans comme ça.»

Artturi Lehkonen n’avait pas la tête à la fête malgré sa performance de deux buts:

«C’est toujours une belle sensation de marquer, mais présentement, ce n’est pas agréable. J’aurais pu en marquer un troisième. J’ai obtenu quelques occasions, mais je n’en ai pas profité.»

Phillip Danault croyait que le but vainqueur de Brandon Tanev allait être annulé:

«Je pense qu’il y a eu un contact, mais ce sont les arbitres qui prennent la décision. Je ne comprends pas toutes les règles. Selon moi, (Teddy Blueger) a nui au gardien. (...) Nous aimerions que les règles soient un peu plus claires. C’est frustrant.»

Canadien

Le Canadien, «une autre chance» aux yeux de Kovalchuk et non la dernière

BROSSARD — Ilya Kovalchuk n’a pas pu s’empêcher de sourire quand on lui a rapporté la déclaration de Marc Bergevin de la veille, quand le directeur général du Canadien avait affirmé que l’attaquant russe en était à sa «dernière chance» en acceptant un contrat à faible risque avec la formation montréalaise.

Kovalchuk a accepté un contrat à deux volets d’une valeur de 700 000 $US, vendredi, environ deux semaines et demie après qu’il eut coupé les ponts avec les Kings de Los Angeles.

L’aventure hollywoodienne de Kovalchuk à son retour en Amérique du Nord après cinq campagnes dans la Ligue continentale de hockey (KHL) a connu une fin en queue de poisson. Après avoir amassé 16 buts et 18 aides en 64 sorties la saison dernière avec les Kings, Kovalchuk a été limité à trois buts et six aides en 17 sorties cet automne.

Après avoir affronté le Tricolore le 9 novembre au Centre Bell, il n’a plus enfilé l’uniforme des Kings. Son contrat a ensuite été résilié le 17 décembre.

«Je ne veux pas entrer dans les détails, a dit Kovalchuk lorsque questionné sur la fin de son séjour avec les Kings. Il y a plusieurs choses qui n’ont pas fonctionné, mais je préfère aller de l’avant. Je veux tout faire pour aider ma nouvelle équipe.

«Pour moi, c’est une autre chance de repartir à neuf, a-t-il ajouté. Ça n’a pas fonctionné avec les Kings et c’est derrière moi.»

Kovalchuk a commencé sa première mêlée de presse en tant que membre du Canadien en affirmant en français qu’il est «très heureux d’être à Montréal». Il portait le numéro 17 et a admis qu’il allait remettre un cadeau à Brett Kulak dimanche pour le remercier de lui avoir cédé son numéro. Kulak portera dorénavant le 77.

En uniforme dès lundi?

Kovalchuk a indiqué qu’il continuait à s’entraîner à Miami depuis son divorce avec les Kings. Il a noté avoir perdu un peu de poids, question de suivre le rythme imposé par les jeunes patineurs de la LNH.

Il espère avoir rapidement l’occasion de prouver qu’il a de bonnes choses à offrir au Canadien. Pourquoi pas dès lundi, quand le Canadien accueillera les Jets de Winnipeg?

«C’est une chose de le dire, mais je veux aller sur la glace et le démontrer», a dit le Russe âgé de 36 ans.

«Je pense que l’on peut m’utiliser en avantage numérique. Je sais qu’il y a plusieurs blessés dans l’équipe. J’espère que ces gars-là vont revenir bientôt.»

Questionné en matinée sur le rôle qu’il avait l’intention de donner à Kovalchuk, l’entraîneur-chef Claude Julien n’avait pas encore de réponses à donner. Il a toutefois vanté le tir puissant et précis de celui qui a inscrit 436 buts en 897 parties dans la LNH avec les Thrashers d’Atlanta, les Devils du New Jersey et les Kings.

«Sur l’avantage numérique, il est un peu comme (Shea) Weber et les équipes tentent de l’empêcher de tirer, a noté Julien. Il a peut-être vieilli, mais il possède toujours un bon tir.»

Par rapport à son âge, Kovalchuk a insisté pour dire qu’il n’a jamais pensé à accrocher ses patins au cours des dernières semaines. Il a d’ailleurs rappelé qu’un retour dans la KHL était toujours une option pour lui. Mais pour l’instant, il est heureux de se retrouver chez le Canadien.

«Je ne voulais pas que ça se termine que ç’a pris fin à Los Angeles. Je ne voulais pas rester sur le banc à collecter mon chèque de paie», a-t-il insité.

«Ce n’était pas une question d’argent ou quoi que ce soit. Je veux jouer au hockey. C’est la chose que j’aime le plus faire», a conclu Kovalchuk.

Canadien

Le Montréalais Marco Scandella au septième ciel

BROSSARD — Quand Marco Scandella s’est réveillé vendredi matin, il avait peine à croire qu’il était dans son condo à Montréal et qu’il s’apprêtait à enfiler l’uniforme du Canadien pour une première fois.

Scandella, qui a grandi dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, a été échangé au Canadien par les Sabres de Buffalo jeudi, en retour d’un choix de quatrième tour en 2020.

Il a participé à un premier entraînement avec sa nouvelle équipe vendredi au Complexe sportif Bell, à Brossard, et affichait un large sourire à son retour dans le vestiaire.

«C’était un rêve d’enfance de jouer pour le Canadien quand je jouais au parc Oxford [aujourd’hui le parc Georges-Saint-Pierre] dans “NDG”, a dit Scandella, qui admirait Saku Koivu. C’est une fierté de porter le “CH”. Ce n’est pas facile d’expliquer les émotions des dernières 24 heures avec des mots.

«Ma grand-mère est devenue une grande partisane du Canadien quand elle a émigré de l’Italie pour venir ici. Je pense que c’est elle qui est la plus contente de me voir arriver avec le Canadien», a-t-il confié.

Scandella participait à l’échauffement des Sabres et s’apprêtait à affronter les Oilers d’Edmonton jeudi soir quand il a été informé qu’il venait d’être échangé au Canadien.

«Je suis retourné chez moi et j’ai fait mes valises, puis j’ai pris la route, a raconté Scandella, qui est âgé de 29 ans. Je suis arrivé tôt ce matin, mais j’étais tellement excité que je n’ai presque pas dormi.»

Choix de deuxième tour du Wild du Minnesota en 2008, 55e au total, Scandella a accumulé 41 buts et 92 aides en 549 rencontres dans la LNH avec le Wild et les Sabres.

Il a indiqué qu’il passait toujours ses étés à Montréal et qu’il patinait parfois avec les joueurs du Canadien pendant la saison morte.

Vendredi, il s’est retrouvé à la gauche de Cale Fleury.

«Je veux m’amuser»

«Il est un bon jeune défenseur et je crois que nous avons bien travaillé ensemble, a noté Scandella. Nous allons devoir développer une certaine cohésion. Il est un défenseur costaud qui travaille fort. Ça devrait être amusant.»

Le plaisir semble d’ailleurs important pour Scandella. Il a souvent répété qu’il voulait amener de l’énergie positive au sein du Canadien et a insisté sur le privilège que les joueurs ont de gagner leur vie en jouant au hockey.

«Il [Le Canadien] est une équipe rapide, jeune et talentueuse. Je veux bien faire défensivement et m’amuser, a-t-il dit. Le hockey, c’est un jeu. Il faut avoir du plaisir.»

Scandella en aura du plaisir samedi, quand il disputera un premier match avec le Canadien, face aux Penguins de Pittsburgh. Il a noté avoir déjà reçu de nombreuses demandes pour des billets de la part de ses parents et amis.

Il n’aura toutefois pas besoin de faire une demande pour son oncle, l’ex-hockeyeur Sergio Momesso, qui travaille maintenant pour la radio de TSN, à Montréal.

Momesso a été une inspiration pour Scandella, ainsi que pour son frère, Giulio, qui a joué pendant plusieurs années en Europe. 

«Quand votre oncle a joué dans la LNH, ça aide à croire que c’est possible pour vous aussi, a dit Scandella. La passion, c’est une chose, mais pour y arriver, il faut croire que vous pouvez le faire.»

Et comme Momesso, Scandella espérait un jour avoir la chance de jouer pour le Canadien.

«Nous en avions parlé beaucoup cet été, car c’était peut-être une possibilité, a mentionné Scandella, qui savait que les Sabres tentaient de se départir d’un défenseur. Je prenais ça un jour à la fois.»

La journée est finalement arrivée jeudi. Et Scandella tentera maintenant d’impressionner suffisamment la direction pour prolonger son séjour avec le Canadien.

Le Québécois écoule la dernière année d’un contrat de cinq ans, d’une valeur annuelle moyenne de 4 millions $US. Il pourrait donc devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a indiqué que la balle était dans le camp de Scandella.

«Tout va être basé sur ses performances», a-t-il dit.

Canadien

Le Canadien offre un contrat à deux volets à l'attaquant Ilya Kovalchuk

BROSSARD — Le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, a continué d'aller chercher des renforts en embauchant l'attaquant Ilya Kovalchuk.

Kovalchuk a accepté un contrat à deux volets d'une valeur de 700 000 $US dans la LNH et de 70 000 $US dans la Ligue américaine, vendredi.

Le Canadien a aussi obtenu les services du défenseur Marco Scandella des Sabres de Buffalo, jeudi.

Âgé de 36 ans, Kovalchuk a inscrit trois buts et six aides en 17 matchs avec les Kings de Los Angeles cette saison. Son contrat a toutefois été résilié le 17 décembre puisque Kovalchuk n'était plus dans les plans de l'équipe.

Sa dernière sortie remonte au 9 novembre, au Centre Bell face au Canadien.

Les Kings avaient précédemment accordé un contrat de trois saisons et 18,75 millions $ à Kovalchuk lors de l'été 2018. Kovalchuk effectuait un retour dans la LNH après un séjour de cinq saisons dans la Ligue continentale de hockey (KHL) avec le SKA Saint-Pétersbourg. Il était rentré en Russie même s'il était toujours sous contrat avec les Devils du New Jersey. Il avait écoulé seulement trois saisons d'un contrat de 15 campagnes et 100 millions $US avec les Devils.

Sélectionné au premier rang du repêchage de la LNH par les Thrashers d'Atlanta en 2001, Kovalchuk a accumulé 436 buts et 423 aides en 897 parties dans la LNH avec les Thrashers, les Devils et les Kings.

L'acquisition de Kovalchuk est le plus récent pari à faible risque de Bergevin. Il a souvent tendu une perche à des vétérans en fin de carrière par le passé, avec peu de succès, toutefois.

L'attaquant Alexander Semin et le défenseur Mark Streit ont vu leur contrat être résilié après de courts séjours avec le Tricolore respectivement en 2015 et 2017. Ils avaient cependant accepté des ententes pendant l'été, et non en milieu de campagne.

L'embauche de Kovalchuk indique que Bergevin espère voir son équipe redresser la barre et lutter pour une place en séries jusqu'à la fin.

Le Canadien a perdu ses quatre derniers matchs. Il est privé des attaquants Brendan Gallagher, Jonathan Drouin, Paul Byron et Joel Armia.

Le Tricolore reprendra le collier samedi, quand il accueillera les Penguins de Pittsburgh.

Canadien

Tampa Bay 2/Montréal 1: 4e revers de suite pour le CH

MONTRÉAL — Le Canadien a offert un bel effort, jeudi au Centre Bell, mais parfois ce n’est pas suffisant.

La formation montréalaise a poursuivi sa glissade à sa première sortie dans la nouvelle année, s’inclinant 2-1 face au Lightning de Tampa Bay et encaissant du même coup un quatrième revers de suite.

Le Tricolore a réussi à attaquer un trio après l’autre à quelques reprises lors des deuxième et troisième périodes. Il s’est toutefois buté au gardien Andrei Vasilevskiy, qui a réalisé 38 arrêts, dont plusieurs difficiles.

Vasilevskiy affiche maintenant un dossier de 10-0-2 à ses 12 dernières sorties face au Canadien.

«L’effort était là toute la soirée, a insisté l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Je pense que nous avons joué un bon match. Malheureusement, ce n’est pas le résultat que nous souhaitions. C’est ce qui est le plus frustrant. Vous aimeriez voir votre équipe être récompensée pour un effort comme celui de ce soir.»

Anthony Cirelli et Nikita Kucherov ont marqué pour le Lightning (22-13-4), qui a gagné un cinquième match de suite.

Jeff Petry a été l’unique buteur du Canadien (18-17-6). Carey Price a accordé deux buts sur 23 lancers.

Le Tricolore se retrouve maintenant à six points du Lightning et du troisième rang dans la section Atlantique. Le Lightning a deux matchs de plus à jouer cette saison.

Le Lightning a vite lancé le bal, ouvrant la marque après 42 secondes de jeu. Cirelli a fait bouger les cordages en déviant un tir de la pointe d’Erik Cernak.

Vasilevskiy a laissé sa marque dans la rencontre une première fois après un peu plus de trois minutes de jeu, frustrant Lukas Vejdemo avec la mitaine sur un retour de lancer.

L’égalité à 5:48

Petry a créé l’égalité à 5:48, quelques instants après la fin d’un avantage numérique désastreux du Tricolore. Il a hérité du disque dans le haut de l’enclave et a déjoué Vasilevskiy à l’aide d’un tir parfait.

Sur la séquence, Max Domi a récolté une aide, amassant ainsi au moins un point dans un huitième match de suite.

Le Lightning a repris les devants à 8:28, peu de temps après que Tomas Tatar eut raté la cible après un bel échange avec Phillip Danault. Cette fois, les visiteurs ont profité d’une bévue de Price près de son filet et Kucherov a pu tirer dans une cage ouverte. Domi a obtenu une chance en or de répliquer avant la fin de l’engagement, mais il s’est buté à Vasilevskiy après avoir reçu une passe transversale d’Artturi Lehkonen.

Le Canadien a limité les occasions du Lightning en deuxième période et a obtenu quelques longues présences dans le territoire adverse, sans toutefois trouver le fond du filet.

Tatar a cogné deux autres fois à la porte tôt en troisième période, mais il a été incapable de déjouer Vasilevskiy.

«Il a réussi des arrêts en plongeant d’un côté à l’autre du filet contre deux de nos meilleurs tireurs. Il faut lui donner crédit. Il a été brillant. Nous avons créé beaucoup d’occasions de marquer, mais nous n’avons pas trouvé le fond du filet», a déclaré Nick Suzuki au sujet du gardien du Lightning.

À l’autre bout de la patinoire, Mikhail Sergachev a atteint la barre transversale, ce qui aurait pu s’avérer coûteux.

Le Tricolore a toutefois bousillé une autre occasion en avantage numérique avec moins de huit minutes à faire à la rencontre et le Lightning a tenu le coup.

Après la rencontre, le Canadien a cédé l’attaquant Riley Barber au Rocket de Laval, dans la Ligue américaine. Barber avait été laissé de côté lors des deux derniers matchs du Tricolore. En neuf sorties avec le grand club cette saison, il n’a pas noirci la feuille de pointage.

Le Canadien jouera son prochain match samedi, quand il accueillera les Penguins de Pittsburgh.

Canadien

Le Canadien obtient le défenseur Marco Scandella et échange Mike Reilly

MONTRÉAL — Le Canadien de Montréal a fait l’acquisition du défenseur Marco Scandella des Sabres de Buffalo, en plus d’expédier le défenseur Mike Reilly aux Sénateurs d’Ottawa.

L'équipe a annoncé les échanges peu de temps avant son duel contre le Lightning de Tampa Bay, jeudi.

Pour obtenir Scandella, le Canadien a sacrifié un choix de quatrième tour en 2020 qui appartenait originalement aux Sharks de San Jose. En retour de Reilly, le Tricolore a obtenu les services de l'attaquant Andrew Sturtz et un choix de cinquième ronde en 2021.

Scandella est âgé de 29 ans et originaire de Montréal. Choix de deuxième tour du Wild du Minnesota en 2008, 55e au total, il a accumulé 41 buts et 92 aides en 549 rencontres dans la LNH avec le Wild et les Sabres.

En 31 matchs cette saison avec les Sabres, Scandella avait récolté trois buts et six aides. Il affichait un différentiel de plus-9.

Scandella écoule la dernière année d'un contrat de cinq, à une valeur moyenne annuelle de quatre millions $ US. Il pourrait donc devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

Âgé de 26 ans, Reilly en était à sa troisième campagne dans l'organisation du Canadien. Il a disputé 14 matchs cette saison, récoltant quatre mentions d'aide.

Le 26 juin 2019, Reilly a signé un contrat de deux ans d'une valeur totale de trois millions $

«Mike Reilly a prouvé qu'il était un défenseur qui transporte bien la rondelle et qui possède un coup de patin fluide, a mentionné le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion. Compte tenu de nos récentes blessures en défensive, Mike est un joueur sur lequel le personnel d'entraîneurs pourra se fier en vertu de son expérience dans la LNH, alors que nous continuons le développement de nos espoirs.»

Sturtz a joint l'organisation des Sénateurs en 2018, après avoir joué trois ans avec les Nittany Lions de l'Université Penn State, dans la NCAA. Cette saison, il a obtenu un but et deux points en quatre parties avec le Beast de Brampton, dans l'ECHL, et il a ajouté un but et deux points en 14 matchs avec les Senators de Belleville, dans la Ligue américaine.

Le Tricolore a indiqué qu'il allait se rapporter au Rocket de Laval, dans la Ligue américaine.

Il s'agissait de la première transaction impliquant le Canadien et les Sénateurs depuis le 24 juin 2001, quand le Canadien avait acquis l'attaquant Andreas Dackell en retour d'un choix de huitième ronde.

Canadien

Brendan Gallagher a subi une commotion cérébrale face aux Hurricanes

MONTRÉAL — Le Canadien de Montréal a inscrit le nom de l'attaquant Brendan Gallagher sur la liste des blessés en raison d'une commotion cérébrale et il sera absent pour une période indéterminée.

L'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, a confirmé jeudi matin la nature de la blessure subie par Gallagher.

«Il a subi une commotion. Nous n'avons aucune idée de combien de temps il sera absent, a dit Julien. Tout va dépendre de la façon qu'il récupère.»

Gallagher s'est blessé mardi, dans l'éventuelle défaite de 3-1 du Canadien face aux Hurricanes, en Caroline.

Avec un peu plus de trois minutes à faire en deuxième période, Gallagher a encaissé une mise en échec de Jordan Staal près du banc des siens. Pendant qu'il chutait, Gallagher a été atteint à la tête par le genou gauche de son coéquipier Ben Chiarot, puis sa tête a donné contre la glace. Il a eu besoin de temps pour retrouver ses esprits et a retraité au vestiaire.

Gallagher en était à un 229e match consécutif en uniforme. Il n'avait pas raté un seul match du Canadien depuis le 11 février 2017.

En 40 matchs cette saison, Gallagher a inscrit 15 buts et 17 aides.

«C'est une autre grosse perte, a admis Julien. Nous n'avons pas été chanceux dernièrement avec les blessures. Il faut essayer de passer à travers ça et gagner des matchs.»

En plus de Gallagher, le Canadien est présentement privé des services des attaquants Jonathan Drouin (poignet), Joel Armia (main), Paul Byron (genou) et Matthew Peca (jambe).

Julien a indiqué qu'il ne fallait pas s'attendre à voir Armia, Drouin ou Byron revenir au jeu avant la semaine de congé du Tricolore, du 19 au 26 janvier.

Canadien

Shea Weber participera à un septième match des étoiles

MONTRÉAL — Le défenseur et capitaine Shea Weber, du Canadien de Montréal, a été nommé lundi comme participant au Match des étoiles pour la septième fois de sa carrière.

Il s'alignera au sein de la formation de la division Atlantique que mènera David Pastrnak, l'attaquant vedette des Bruins de Boston.

Ce sera la deuxième fois que Weber hérite de cet honneur depuis qu'il porte les couleurs du Tricolore. Il avait également été nommé en 2017.

Avec les Predators de Nashville, sa candidature avait été retenue en 2009, en 2011, en 2012, en 2015 et en 2016.

Weber connaît un solide début de saison, avec des récoltes de 12 buts et 31 points en 39 matchs, et un ratio défensif de plus-9.

L'athlète de la Colombie-Britannique se classe au troisième rang chez les défenseurs de la LNH pour le nombre de buts, et au cinquième échelon pour les points.

Weber mène aussi les Canadiens au niveau du temps passé sur la patinoire (24:16) et pour le nombre de tirs bloqués, avec 73.

Par ailleurs, Max Domi est en lice à titre de représentant du Canadien au scrutin mené auprès des amateurs visant à ajouter un joueur dans chacune des équipes identifiées aux quatre sections.

Les autres joueurs sélectionnés au sein de l'équipe de la division Atlantique, outre Pastrnak et Weber, sont les gardien Tuukka Rask, des Bruins, et Frederik Andersen, des Maple Leafs de Toronto, le défenseur Victor Hedman, du Lightning de Tampa Bay, les attaquants Jack Eichel, des Sabres de Buffalo, Tyler Bertuzzi, des Red Wings de Detroit, Jonathan Huberdeau, des Panthers de la Floride, Anthony Duclair, des Sénateurs d'Ottawa et Auston Matthews, des Maple Leafs.

Dans la section Centrale, les Blues de St. Louis, les champions en titre et hôtes de la classique annuelle, les 24 et 25 janvier, compteront trois joueurs, plus que toute autre formation dans la LNH. Il s'agit du gardien Jordan Binnington, du défenseur Alex Pietrangelo et de l'attaquant Ryan O'Reilly.

Dans la section Métropolitaine, le défenseur John Carlson et le gardien Braden Holtby, des Capitals de Washington, ont été retenus.

L'attaquant Alexander Ovechkin avait été choisi par les amateurs mais il a préféré passer son tour et ne pas participer au Match des étoiles afin de se reposer en vue du dernier droit menant aux séries éliminatoires.

Enfin, dans la section Pacifique, Connor McDavid et Leon Draisaitl représenteront les Oilers d'Edmonton tandis que le gardien Marc-André Fleury, des Golden Knights de Vegas, est l'un des deux gardiens ayant été retenus.

Son coéquipier Max Pacioretty pourrait le rejoindre, s'il est nommé à l'issue du scrutin mené auprès des amateurs.

Canadien

Floride 6/Montréal 5: quatre points pour Huberdeau

SUNRISE, Fla. — Le Québécois Jonathan Huberdeau a amassé quatre points et les Panthers de la Floride ont infligé un deuxième revers de suite au Canadien de Montréal en l'emportant 6-5, dimanche soir.

Huberdeau n’avait inscrit que deux buts en 24 matchs en carrière contre la formation montréalaise, mais il a transporté l’attaque de son équipe sur ses épaules grâce à une récolte de deux buts et deux mentions d’aide. Il a aussi terminé l’affrontement avec un différentiel de + 5.

Les compagnons de trio de Huberdeau, Aleksander Barkov et Evgenii Dadonov, ont également connu une belle soirée de travail. Barkov a obtenu deux buts et une assistance alors que Dadonov s’est fait complice de deux buts des Panthers (20-13-5), qui ont signé une deuxième victoire consécutive.

Noel Acciari et Mike Matheson ont aussi fait bouger les cordages pour l’équipe locale. Sergei Bobrovsky a été ébranlé en début de match, quand l’attaquant Phillip Danault a été poussé sur lui, mais il est resté devant son filet pour conclure la partie avec 38 arrêts.

Ça n’a pas été un match facile en défensive pour le Canadien (18-15-6), mais les hommes de Claude Julien ont marqué au moins quatre buts pour une quatrième fois à leurs cinq dernières sorties.

«Quand tu marques neuf buts en deux matchs, tu devrais être capable de sortir avec des points», a déclaré Julien après la rencontre.

«Malheureusement, on échange beaucoup de chances [de marquer] avec l’autre équipe et nous ne sommes pas en position de jouer de cette façon-là, surtout avec les blessures. C’est important que nous jouions beaucoup plus serré défensivement que ce que nous faisons en ce moment», a-t-il ajouté.

Tomas Tatar, Jeff Petry, Max Domi, Jesperi Kotkaniemi et Shea Weber ont enfilé l’aiguille pour le Bleu-blanc-rouge, qui a vu Carey Price allouer six buts en 34 tirs. Nick Suzuki a mis la table pour trois buts des siens.

Julien a tenu à préciser que Price n’était pas à blâmer dans la défaite.

«Tout le monde peut être meilleur que ce que nous avons été. Si on peut prendre les fleurs quand nous gagnons, nous devons encaisser les critiques lorsque nous perdons, a soutenu l’entraîneur-chef. Tout le monde peut être meilleur défensivement.»

Le Canadien mettra un terme à l’année 2019 en rendant visite aux Hurricanes de la Caroline, mardi soir.

Début du tonnerre

Après avoir connu un début de match du tonnerre contre le Lightning de Tampa Bay, la veille, le Canadien a semblé pris dans des sables mouvants en première période et les Panthers en ont profité. Acciari a d’abord sauté sur une rondelle libre pour ouvrir le pointage et moins de deux minutes plus tard, Barkov a profité d’un bond favorable pour hériter du disque dans l’enclave avant de déjouer Price.

Le jeu de Suzuki a cependant donné des ailes au Tricolore et l’attaquant recrue a sonné la charge en préparant les trois premiers filets de sa troupe. Avant la fin de la première période, Suzuki a obtenu une aide sur le but en avantage numérique de Tatar et au deuxième engagement, le jeune homme de 20 ans s’est fait complice des réussites de Petry et Domi.

«Nick joue bien. Comme j’ai toujours dit, c’est un gars qui s’améliore au fur et à mesure que l’année avance», a souligné Julien, à propos de son poulain.

Le premier trio des Panthers a toutefois remis les pendules à l’heure en dominant la période médiane. Barkov a nivelé la marque en complétant une belle remise de Huberdeau et le Québécois a inscrit deux buts en 35 secondes pour scier les jambes des visiteurs.

Matheson a réussi l’éventuel but vainqueur dès la 45e seconde du troisième engagement, quand son tir de la pointe a touché la lame du bâton de Weber avant de tromper la vigilance de Price entre les jambières. Kotkaniemi a profité d’un avantage numérique pour marquer son cinquième but de la saison et Weber a réduit l’écart après un lancer frappé, mais la remontée ne s’est pas concrétisée.

Canadien

Le Canadien gaspille une avance de deux buts et s’incline face au Lightning

TAMPA, Fla. — Le Canadien a connu un début de match presque parfait, mais le Lightning de Tampa Bay a réussi à renverser la vapeur et a finalement vaincu la formation montréalaise 5-4, samedi soir.

Le Tricolore menait 2-0 après 10 minutes de jeu, mais le Lightning a repris vie et a marqué les quatre buts suivants pour s’imposer.

«Je pense que nous avons joué une excellente première période, sauf pendant les deux dernières minutes, a noté l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Nous avons donné un but, puis nous n’avons pas envoyé la rondelle dans le fond de leur zone et ils en ont presque marqué un deuxième dans la dernière minute. Ça leur a donné confiance et ils sont sortis en force en deuxième période.»

Jesperi Kotkaniemi, Max Domi, Ben Chiarot et Jordan Weal ont touché la cible pour le Canadien (18-14-6). Carey Price a repoussé 25 lancers.

Domi, Artturi Lehkonen et Nick Suzuki étaient sur la patinoire sur les quatre derniers buts du Lightning et ils ont terminé la soirée chacun à moins-3.

«Nous en avons besoin de plus de ce trio-là. Vous ne pouvez pas donner quatre buts de cette façon-là, a admis Julien. Ça ne veut pas dire que c’est seulement leur faute. Il y a aussi deux défenseurs sur la patinoire. Mais ils ont eu de la difficulté à contrer le trio de (Steven) Stamkos.»

Alex Killorn a récolté deux buts et une aide, Steven Stamkos et Anthony Cirelli ont amassé chacun un but et une aide, tandis que Mitchell Stephens a aussi marqué pour le Lightning (19-13-4). Victor Hedman a accumulé quatre aides.

Le gardien du Lightning Andrei Vasilevskiy a effectué 39 arrêts et a porté sa fiche à 9-0-2 à ses 11 dernières sorties contre le Tricolore.

Le Canadien a outrageusement dominé le jeu en début de rencontre, décochant les 18 premiers tirs au but.

Kotkaniemi, qui était de retour au jeu après avoir raté huit matchs en raison d’une commotion cérébrale, a ouvert le pointage après 2:08 de jeu, puis Domi a aussi touché la cible à 10:00. Domi récoltait ainsi au moins un point dans un cinquième match de suite.

Plusieurs spectateurs ont applaudi de manière sarcastique le premier tir du Lightning après 12:25 de jeu, un lancer frappé de Tyler Johnson facilement maîtrisé par Price.

Le Lightning a toutefois réussi à se donner un élan en réduisant l’écart avec 58,9 secondes à faire au premier vingt. Killorn a joué de chance quand un lancer de Ryan McDonagh l’a atteint, lui permettant de pousser le disque dans un filet ouvert.

Stamkos a ensuite créé l’égalité après 1:34 de jeu en deuxième période, devenant du même coup le troisième joueur de l’histoire du Lightning à atteindre le plateau des 800 points avec l’équipe après Vincent Lecavalier et Martin St-Louis.

Stephens a finalement donné les devants au Lightning à 4:56, profitant de son propre retour pour marquer un premier but dans la LNH. Killorn est revenu à la charge à 12:00 et Julien a demandé un temps d’arrêt pour fouetter ses troupes.

Julien n’aurait pas pu espérer une meilleure réaction de ses joueurs, puisque Chiarot a réduit l’écart à 4-3 seulement 13 secondes plus tard.

Cependant, Cirelli a redonné une avance de deux buts à l’équipe locale après 55 secondes de jeu en troisième période.

Le Lightning s’est retrouvé à deux reprises en infériorité numérique et le Canadien a réussi à réduire l’écart à un seul but lors de la deuxième occasion. Weal a fait mouche avec 1:28 à faire. Cependant, la tentative de remontée du Tricolore est arrivée à court.

Le Canadien jouera à nouveau dimanche, quand il rendra visite aux Panthers de la Floride.

Canadien

De mauvais débuts de match à corriger

BROSSARD — Le Canadien a connu du succès dans le premier segment de son voyage du temps des Fêtes, malgré le fait qu’il ait accordé le premier but dans chacun de ses quatre matchs.

Le caractère de la formation montréalaise est l’une de ses forces, mais le Tricolore voudrait bien éviter de se retrouver dans cette situation soir après soir.

«Nous ne pouvons pas commencer à croire que nous allons réussir à venir de l’arrière tous les soirs, a insisté l’attaquant Brendan Gallagher. Nous devons connaître de meilleurs départs et jouer avec l’avance.»

Le Canadien a réussi le coup face aux Canucks de Vancouver, aux Flames de Calgary et aux Jets de Winnipeg, mais a vu sa tentative de remontée arriver à court face aux Oilers d’Edmonton. Il sera encore plus important pour la troupe de Claude Julien de connaître de bons débuts de rencontre et d’avoir du succès lors du deuxième segment de son voyage, puisqu’il croisera le fer avec notamment deux rivaux de section.

Le Tricolore rendra visite au Lightning de Tampa Bay samedi, puis aux Panthers de la Floride dimanche, avant de conclure l’année 2019 avec un duel contre les Hurricanes, en Caroline, le 31 décembre.

Au troisième rang

Avant la reprise des activités dans la LNH vendredi soir, le Canadien se retrouvait au troisième rang de la section Atlantique avec 42 points. Les Panthers suivaient au quatrième rang avec 41 points, tandis que le Lightning pointait au sixième rang avec 40 points.

«Nous savons à quel point le classement est serré, a admis Julien. Un jour, vous êtes en troisième place, puis le lendemain vous pouvez glisser au sixième rang. Il est important de ne pas être obnubilé par le classement. Il faut se concentrer sur les tâches quotidiennes.»

Depuis sa traversée du désert de huit rencontres tard en novembre, le Canadien a retrouvé un certain aplomb avec un dossier de 7-3-0, incluant une fiche de 5-1-0 à l’étranger.

Avant le départ de l’équipe vers l’Ouest canadien, Julien avait martelé que son équipe devait mieux jouer à domicile et afficher la même rigueur sur la patinoire qu’elle le fait à l’étranger.

«Faire les jeux simples»

«Parfois, même sans vous en rendre compte, vous essayez d’en faire un peu moins à l’étranger, a noté le vétéran Nate Thompson. Vous vous contentez de faire les jeux simples. Je pense que c’est ce que nous faisons et ce qui a fait notre succès.

«Nous allons devoir transposer cette approche lors de nos matchs à domicile.»

Mais avant le retour au Centre Bell, le 2 janvier encore contre le Lightning, le Tricolore tentera de maintenir ses acquis dans la section Atlantique.

Le Lightning a compilé un dossier de 6-4-1 depuis le début du mois de décembre.

«Nous nous préparons à affronter une très bonne équipe de hockey, a insisté Gallagher. Elle gagne un peu plus depuis un certain temps et elle compte sur des joueurs de classe mondiale. Ce n’est jamais facile de gagner là-bas.»

Comme ce fut le cas dans l’Ouest canadien, le Tricolore devrait compter sur l’appui de ses nombreux partisans qui ont décidé de passer le temps des Fêtes en Floride.

Canadien

Du surplace pour le Canadien en 2019

MONTRÉAL — Le Canadien a fait du surplace au cours de la dernière année.

Malgré une nette amélioration par rapport à 2018, la formation montréalaise a raté de peu une participation aux séries éliminatoires au printemps 2019. Et à l’approche de la mi-parcours de la campagne en cours, l’équipe assemblée par Marc Bergevin se retrouve essentiellement dans la même position - une équipe compétitive avec des failles qui devrait lutter jusqu’à la fin dans l’espoir de se faufiler dans le tournoi de fin de saison.

Une fin en queue de poisson

Le Canadien est resté dans la course aux séries jusqu’à la toute fin le printemps dernier, ne disputant qu’un seul match sans importance.

Deux des attaquants les plus talentueux de l’équipe ont connu des fins de saisons difficiles, minant les chances de l’équipe de participer aux séries. Jonathan Drouin a d’abord été limité à sept points à ses 26 dernières rencontres, tandis que Jesperi Kotkaniemi a manqué de carburant et a totalisé sept points à ses 23 dernières sorties. Kotkaniemi a même été laissé de côté à trois reprises par l’entraîneur Claude Julien dans le dernier droit.

Le Tricolore a aussi échoué lors de quelques duels importants en fin de saison. Il a subi des défaites contre deux de ses adversaires directs, le 24 mars face aux Hurricanes de la Caroline, puis le 28 mars face aux Blue Jackets de Columbus. Il a finalement été devancé au fil d’arrivée par deux points par les Blue Jackets.

Lors du bilan de fin de saison, Bergevin martèlera que «ce n’est que le début» pour son équipe. Souhaitant garder son noyau intact et maintenir une certaine profondeur, Bergevin offrira notamment des prolongations de contrat aux attaquants Nate Thompson et Jordan Weal, ainsi qu’aux défenseurs Christian Folin, Brett Kulak et Mike Reilly.

Un pétard mouillé

Peut-être incapable de séduire un joueur autonome sans compensation d’envergure comme le centre Matt Duchene, Bergevin a tenté un gros coup, le 1er juillet, en déposant une offre hostile de cinq saisons de plus de 42 millions $ US au centre Sebastian Aho, des Hurricanes.

Rapidement, on rapporte que la force de l’offre se trouve dans la structure du contrat, puisque environ la moitié du montant serait remis dans la première année, ce qui pourrait représenter un problème budgétaire pour la formation de la Caroline.

Les Hurricanes ne feront toutefois pas durer le suspense et annonceront dès le lendemain leur intention d’égaler l’offre et de garder les services du Finlandais alors âgé de 21 ans. En conférence téléphonique, le propriétaire des Hurricanes, Tom Dundon, affirmera que la manoeuvre du Canadien aura été «une véritable perte de temps» et laissera entendre que Bergevin s’est peut-être laissé manipulé par l’agent d’Aho pour qu’il obtienne rapidement le contrat souhaité.

Les acquisitions de Bergevin seront finalement assez mineures pendant la saison morte. Il embauchera le gardien réserviste Keith Kinkaid, le défenseur Ben Chiarot et l’attaquant Nick Cousins.

Même équipe, même résultat

«La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent», a déjà dit le scientifique Albert Einstein et cette citation décrit bien la situation du Canadien.

L’équipe a commencé la saison 2019-20 avec à peu près le même groupe que la campagne précédente et elle présentera des résultats similaires.

En date du 18 novembre, le Canadien présentait une fiche de 11-6-3 en 2018 et allait ensuite subir cinq défaites consécutives. À la même date en 2019, la troupe de Julien affichait un dossier de 11-5-4 après avoir subi le premier de huit revers d’affilée.

La comparaison est encore valable au congé de Noël. En 37 matchs avant la pause des Fêtes l’hiver dernier, le Tricolore avait compilé un dossier de 19-13-5. Cette fois, il présente un dossier de 18-13-6.

Le pari de Bergevin reposait sur la confirmation des performances de la saison précédente et la progression des jeunes joueurs de l’équipe. Une dizaine de joueurs avaient établi des sommets personnels en 2017-18 et l’émergence possible de Kotkaniemi, Ryan Poehling et Nick Suzuki devaient aider le Canadien à franchir une étape de plus dans sa croissance.

Cependant, Max Domi ne semble pas en mesure de répéter les exploits de sa première campagne avec le Tricolore, lui dont les projections sont à 58 points après 37 matchs, après avoir connu une saison de 72 points l’hiver dernier. Drouin connaissait un excellent début de saison avant de subir une blessure au poignet gauche à la mi-novembre qui devrait le tenir à l’écart du jeu jusqu’à la mi-janvier.

Suzuki connaît un bon début de carrière avec 19 points en 37 rencontres. Cependant, Kotkaniemi a été ralenti par des blessures et semble avoir fait un pas en arrière avec seulement cinq points en 22 matchs, tandis que Poehling a vu son camp dérailler par une commotion cérébrale avant d’être cédé au Rocket de Laval.

De plus, l’aventure montréalaise de Kinkaid a été de courte durée. Pressenti pour alléger la charge de travail de Price, il a plutôt été soumis au ballottage le 2 décembre puis rétrogradé au sein du Rocket le lendemain après seulement six sorties, dont cinq départs, avec le Canadien.

S’il souhaite éviter l’odieux de rater les séries pour une troisième année consécutive pour la troisième fois seulement depuis les débuts de la LNH en 1917, le Tricolore devra faire preuve de plus de constance au cours des trois prochains mois. Il devra aussi éviter les longues séries de défaites, comme celle vécue en novembre, alors que la parité dans la LNH rend la marge de manoeuvre très mince entre le succès et l’échec.

Canadien

Tatar et Danault réussissent des doublés et le Canadien écrase les Jets

WINNIPEG — Le Canadien a conclu de belle façon le premier segment de son voyage du temps des Fêtes, s'offrant un festin offensif en écrasant les Jets de Winnipeg 6-2, lundi soir.

Tomas Tatar et Phillip Danault ont sonné la charge pour la formation montréalaise avec deux buts chacun. Le Tricolore a donc gagné trois de ses quatre matchs contre les formations de l'Ouest canadien.

Le Canadien a aussi profité de la générosité des Jets. Le gardien Laurent Brossoit a connu une soirée laborieuse, mais ses coéquipiers n'ont guère mieux fait en multipliant les revirements.

«Les 10 premières minutes ont été laborieuses, mais quand nous avons trouvé nos jambes, nous avons pris le contrôle du match», a mentionné l'entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien.

Max Domi et Artturi Lehkonen ont amassé chacun un but et une aide, tandis que Brendan Gallagher et Nick Suzuki ont été crédités chacun de deux aides. Carey Price a stoppé 27 tirs devant le filet du Canadien (18-13-6).

Kyle Connor et Patrik Laine ont touché la cible pour les Jets (21-14-2). Mark Scheifele a amassé deux aides et Brossoit a réalisé 42 arrêts.

Les Jets ont connu un bon début de rencontre, multipliant les assauts sur le filet de Price. Ce dernier a été battu deux fois en première période, mais a été sauvé la première fois puisqu'il y avait eu hors-jeu en entrée de zone.

«C'était assez évident. Ce n'était pas une contestation difficile à faire, a indiqué Julien. Avec le début de match que nous connaissions, nous avions besoin de ce revirement de situation-là.»

Le but de Connor à 11:30, en avantage numérique a toutefois compté. Connor a profité d'un retour pour marquer son 15e but de la saison.

Le Canadien a répliqué à son tour en avantage numérique à 15:06. Suzuki a mis la table pour Tatar avec une passe transversale parfaite.

Tatar est revenu à la charge seulement 1:32 plus tard. Cette fois, le Slovaque a profité d'un retour après un lancer sur réception de Shea Weber pour atteindre lui aussi le plateau des 15 buts cette saison.

Danault a porté la marque à 3-1 après 4:37 de jeu en deuxième période, après une sortie hasardeuse de Brossoit derrière son filet. Danault a ajouté son deuxième but du match 4:19 plus tard, après une mise en jeu à la droite de Brossoit.

«Phillip a marqué un gros but pour nous enlever de la pression, a noté Julien. Ce soir, nous sommes allés au filet et nous avons été récompensés.»

Les Jets n'ont pas rendu les armes et Price a dû être alerte. Il a frustré Connor en échappée en deuxième période.

Laine a finalement trompé la vigilance de Price à 16:14, mais Domi a répliqué 3:06 plus tard, avec 40 secondes à faire au deuxième vingt. La séquence qui a mené au but de Domi a commencé avec un revirement commis par le défenseur des Jets Nathan Beaulieu.

Les élans des Jets ont aussi été freinés en troisième période, quand Lehkonen a profité d'une remise de Domi pour tirer dans un filet ouvert à 11:08.

La seule inquiétude pour le Tricolore est le fait que Joel Armia n'a pas terminé la rencontre. Armia a semblé se blesser au bras gauche en deuxième période lorsqu'il a reçu un coup de bâton de la part de Beaulieu.

Le défenseur Victor Mete effectuait un retour au jeu pour le Canadien et il a pris la place de Mike Reilly dans la formation. Mete n'avait pas joué depuis le 30 novembre, en raison d'une blessure à un poignet.

Le Canadien reprendra le collier le 27 décembre avec un entraînement à Brossard. Il s'envolera ensuite pour la Floride où il affrontera le Lightning de Tampa Bay le 28 décembre, et les Panthers de la Floride le 29 décembre.

Canadien

Le Canadien à court de miracles à Edmonton

EDMONTON — Le Canadien de Montréal a été à court de miracles et il s’est incliné 4-3 contre les Oilers d’Edmonton, samedi soir, au Rogers Place.

Les hommes de Claude Julien avaient amorcé leur long périple du temps des Fêtes avec deux victoires, mais la séquence s’est arrêtée quand Riley Sheahan a fait bouger les cordages à 7:48 de la troisième période.

Après une feinte ratée de Max Domi, l’attaquant des Oilers Josh Archibald a lobé le disque en zone neutre pour créer une montée à deux contre un avec Sheahan. Archibald a ensuite attendu que Brett Kulak se compromette avant de glisser la rondelle de l’autre côté, où son coéquipier a décoché un tir sur réception pour battre Carey Price de vitesse.

Le Tricolore a effacé des retards de 2-0 et de 3-2, mais il a encaissé un troisième revers de suite à Edmonton et un cinquième à ses six dernières visites.

«Tu ne veux pas que Max soit un joueur à 50-50, tu veux qu’il soit plus souvent sur le côté positif. Nous voyons qu’il fait de bonnes choses, mais nous devons travailler sur d’autres aspects de son jeu», a indiqué Julien à propos du jeu en demi-teinte de Domi.

Connor McDavid et Leon Draisaitl, qui connaissent habituellement leur part de succès contre la formation montréalaise, ont tous les deux récolté un but et une mention d’aide. Archibald a ajouté un but pour les Oilers (20-15-4), qui ont mis fin à une série de deux défaites.

Le gardien Mikko Koskinen, qui a lui-même tenté sa chance pour marquer un but dans un filet désert, a conclu la rencontre avec 23 arrêts.

Jeff Petry a connu une bonne soirée de travail, obtenant un but et deux assistances pour participer à tous les buts du Canadien (17-13-6). Phillip Danault et Domi ont aussi enfilé l’aiguille dans la défaite. Price a cédé quatre fois en 26 tirs.

«Nous nous sommes battus nous-mêmes ce soir. Nous avons écopé de mauvaises pénalités et nous avons pris de mauvaises décisions aussi, à des moments cruciaux, a analysé Julien. Même si nous sommes venus de l’arrière, les erreurs nous ont coûté le match.»

Le Tricolore poursuivra son voyage en rendant visite aux Jets de Winnipeg, lundi soir.

Tenus à l’écart de la feuille de pointage la veille, contre les Penguins de Pittsburgh, Draisaitl et McDavid n’ont pas mis de temps avant de faire sentir leur présence. Pour être plus précis, il n’a fallu attendre que 90 secondes.

McDavid s’est emparé d’une rondelle libre dans son territoire et il a laissé dans la brume le défenseur Ben Chiarot avant de servir une passe savante à Draisaitl, qui a complété la mise en scène. Price a touché la rondelle avec son bâton, mais cette dernière a malgré tout terminé son élan dans le filet.

À mi-chemin en première période, la défensive du Tricolore a été débordée dans son propre territoire et l’équipe locale en a profité pour doubler son avance. Après avoir été à l’origine de ce tourbillon en zone adverse, Archibald a fait dévier un tir-passe d’Ethan Bear pour marquer son deuxième but de la campagne.

Comme il l’avait fait il y a deux jours, à Calgary, le Canadien n’a toutefois pas baissé les bras et il a établi son rythme pour remonter la pente. Petry a inscrit sa troupe au tableau indicateur lorsqu’il a saisi une mauvaise passe de McDavid pour déjouer Koskinen en désavantage numérique.

Petry a également participé au deuxième filet du Bleu-blanc-rouge, au deuxième vingt. Le grand défenseur a accepté une passe de Nick Suzuki et il a décoché un tir sur réception que Danault a fait dévier à la gauche de Koskinen, qui se déplaçait de l’autre côté.

McDavid s’est cependant racheté pour son erreur en touchant la cible de façon spectaculaire. En pleine vitesse en zone neutre, le capitaine des Oilers s’est détaché de Danault, il s’est moqué de Shea Weber et il a servi une superbe feinte à Price, redonnant les devants à sa formation.

«Les Oilers étaient en avantage numérique et quand il (McDavid) est capable de se donner de la vitesse, tu le vois aller. Nous avons effectué un mauvais changement et il a tiré avantage de ça, a affirmé Danault sur le but de McDavid. Ils n’ont pas mal joué ce soir, mais nous non plus. Il faut améliorer nos départs, mais j’aime notre caractère.»

Domi a donné la réplique à McDavid en effectuant à son tour une magnifique feinte pour ramener les deux équipes à la case départ, dès la deuxième minute du dernier tiers. Il a déculotté Darnell Nurse avant de surprendre Koskinen d’un tir précis. Les Oilers ont toutefois eu le dernier mot.

Canadien

Un tir foudroyant de Domi donne la victoire au CH en prolongation

CALGARY — Max Domi a marqué grâce à un tir foudroyant à 3:52 en prolongation, jeudi, permettant au Canadien de Montréal de gagner 4-3 face aux Flames de Calgary.

Les hommes de Claude Julien méritaient un cinquième gain à leurs six dernières rencontres.

Domi a obtenu un septième filet peu après un brillant arrêt de Carey Price, aux dépens d'Elias Lindholm.

Fatigué et voyant le défenseur élite Mark Giordano devant lui, Domi a pris l'option la plus simple.

«Bien honnêtement, je n'avais absolument plus de carburant, a confié Domi. Lors de la présence d'avant, nous avions quand même bourdonné. Ils ont eu une occasion, Price a fait l'arrêt et la rondelle est un peu allée vers moi.

«Je connais un peu (Giordano). Je sais comment il est bon. Il est l'un des meilleurs défenseurs de la ligue. Je savais qu'en fin de présence comme ça, je n'allais pas arriver à le déjouer. J'ai pris un tir, tout simplement. La chance était de mon côté.»

Brendan Gallagher, Joel Armia et Nick Suzuki ont réussi les autres buts du CH, tandis que Price a fait 24 arrêts.

Le Canadien reste en Alberta pour affronter les Oilers à Edmonton, samedi soir.

Ce sera le troisième de sept matches d'affilée à l'étranger, jusqu'au 31 décembre. Le Tricolore jouera aussi à Winnipeg, Tampa, Sunrise et Raleigh.

Le public du Centre Bell va retrouver ses favoris le 2 janvier, face au Lightning de Tampa Bay.

Lindholm, Matthew Tkachuk et Oliver Kylington ont riposté pour les Flames, qui ont perdu leurs trois derniers matches.

Kylington a donné l'avance 3-2 aux Flames avec un premier but cette saison, à 6:25 au troisième vingt. Johnny Gaudreau s'est amené sur le flanc droit. Il s'est arrêté brusquement pour rejoindre Kylington, qui a touché la cible à l'aide d'un tir sec.

Mais 5:33 plus tard, Suzuki a prolongé le suspense en faisant dévier un tir de Nick Cousins. Il mettait fin à une disette de 12 rencontres.

Armia et Gallagher ont marqué au deuxième tiers, permettant au Tricolore d'effacer un retard de deux buts.

«Ça nous a pris un peu de temps à démarrer, a dit Julien. Nous avons trouvé nos jambes en deuxième période. Nous avons beaucoup mieux patiné.»

Armia a nivelé le score à 13:11 avec un tir des poignets, en provenance du coeur de la zone adverse. Il a battu David Rittich du côté rapproché, obtenant un 12e but cette saison.

Gallagher avait réduit l'écart à mi-chemin de la période, d'un angle très limité. Shea Weber a appuyé l'attaque. Filant derrière le but, il a remis à Gallagher, dans le coin de la glace, et l'Albertain a trouvé le moyen d'inscrire un 15e but. Weber obtenait un point dans un cinquième match consécutif.

Tkachuk et Lindholm ont marqué au premier vingt.

Tkachuk a fait mouche de l'embouchure gauche après du beau travail d'Andrew Mangiapane, à l'embouchure droite. Lindholm a vite saisi une rondelle libre qu'il a glissée à Tkachuk, qui a marqué à 7:34.

Lindholm a doublé la priorité en avantage numérique, à 19:52. Phillip Danault a été puni pour avoir fait trébucher Noah Hanifin. Gaudreau a fait une belle passe transversale à Tkachuk, qui a tout de suite envoyé le disque à l'embouchure droite. Lindholm a obtenu un premier but en décembre, en huit matches.

«Ce n'était pas notre meilleur hockey en première période, a dit Price. Nous nous sommes vraiment bien regroupés par la suite.»

Le début de match a été plutôt tranquille. La première bonne occasion de marquer est allée aux Flames, dans la sixième minute de jeu. Sean Monahan a tiré à bout portant de l'enclave, mais Price a fait l'arrêt.

Peu avant, Joel Armia a raté de peu une longue passe qui aurait envoyé Max Domi en échappée.

Trois minutes avant le premier entracte, un tir de Suzuki a touché le poteau à la gauche de Rittich. Avec 14 minutes à disputer en période médiane, Gallagher a lui aussi touché la tige, sur un rebond.

Victor Mete ratait un neuvième match de suite, blessé à la cheville.

Jesperi Kotkaniemi se trouvait à l'écart pour un sixième match d'affilée, résultat d'une commotion cérébrale.

Canadien

La longue histoire d’amour du CH avec les amateurs de l’Ouest canadien

Le Canadien a commencé son voyage de sept rencontres du temps des Fêtes du bon pied avec une victoire de 3-1 face aux Canucks de Vancouver, mardi soir.

Comme c’est toujours le cas quand la formation montréalaise joue dans l’Ouest canadien, plusieurs partisans affichaient les couleurs du Tricolore et applaudissaient les bons coups des visiteurs au Rogers Arena.

«C’est toujours agréable pour nous de jouer dans l’Ouest canadien en raison de l’appui des partisans, a dit l’attaquant Brendan Gallagher avant le départ de l’équipe. Ils nous voient seulement une fois par année. Nous voulons bien faire pour eux, nous assurer qu’ils en ont pour leur argent.»

La popularité du Canadien dans l’Ouest canadien ne date pas d’hier. Pendant plusieurs années, la tradition voulait que le Tricolore effectue son voyage dans ce coin du pays pendant le temps des Fêtes. Cela pouvait permettre à plusieurs Montréalais en vacances de ski dans les Rocheuses d’assister à un match.

Sinon, il est aussi possible d’attribuer la popularité de l’équipe dans l’Ouest à sa riche histoire et au fait que les matchs du Canadien ont longtemps été télévisés d’un bout à l’autre du pays les samedis soirs.

«Quand j’étais jeune, nous avions trois chaînes à la télévision et nous pouvions regarder les Maple Leafs de Toronto, les Bruins de Boston ou le Canadien, a récemment rappelé l’ex-hockeyeur Mike Keane, qui est natif de Winnipeg. Mon frère aîné et mon père encourageaient les Bruins, alors j’ai fait comme eux. Puis quand j’ai signé un contrat avec le Canadien, nous avons changé de camp!

«Le Canadien a une longue tradition gagnante. Quand vous devenez un partisan de cette équipe, c’est pour la vie.»

Keane a disputé ses premiers matchs dans l’Ouest canadien avec le Tricolore lors du temps des Fêtes en 1989.

«J’avais été estomaqué, a-t-il raconté. De nos jours, presque tous les partisans ont des chandails de leur équipe préférée, mais il y a 30 ans, c’était plus rare. Et de voir autant de chandails rouges de l’équipe visiteuse, c’était spécial.»

L’oncle à Gallagher

Gallagher est natif d’Edmonton. Il a indiqué avoir un oncle qui était un partisan du Canadien quand il était plus jeune, mais que le reste de sa famille et tous ses amis et lui encourageaient les Oilers.

Le défenseur du Canadien Jeff Petry a vécu la situation inverse de Keane quand il portait les couleurs des Oilers. Il a affronté le Tricolore à Edmonton pour une première fois en mars 2012.

«C’était quand même un choc de voir les chandails rouges dans la foule, a-t-il admis. Il y avait beaucoup de partisans du Canadien. Nous le voyons dans l’Ouest canadien, mais aussi en Floride et en Arizona. C’est agréable de voir nos partisans voyager et ceux du coin venir nous encourager.»

Impact psychologique

Selon Keane, cela avait un impact psychologique sur les joueurs à son époque. Il est toutefois moins certain que ce soit encore le cas aujourd’hui. Petry a d’ailleurs noté que les joueurs des Oilers n’en faisaient pas vraiment tout un plat de voir une portion de la foule encourager l’adversaire.

«À mon époque, il y avait plusieurs endroits où la foule était très hostile envers l’équipe visiteuse, a mentionné Keane. Si vous pouviez éliminer la moitié de la foule en remplissant les gradins avec vos partisans, c’était un gros avantage.»

Peu importe si les temps ont changé ou non, le Canadien se tire assez bien d’affaire dans l’Ouest canadien depuis quelques années. Incluant la victoire de mardi, il présente un dossier de 11-8 en Colombie-Britannique et en Alberta depuis le début de campagne 2013-14.

Le Canadien tentera d’inscrire une cinquième victoire en six sorties jeudi, quand il affrontera les Flames de Calgary.

Canadien

Le Canadien inflige un revers de 3-1 aux Canucks

VANCOUVER — Tomas Tatar a dénoué l’impasse tôt en troisième période et le Canadien de Montréal a filé vers un gain de 3-1 face aux Canucks de Vancouver, mardi.

Tatar a marqué à 1:51 avec Jake Virtanen au cachot, pour avoir dardé Phillip Danault. Le Slovaque a enfilé l’aiguille à chacun de ses quatre derniers matches.

Pendant l’avantage, Danault a réussi la passe clé en chutant, peu après avoir saisi une passe du revers de Brendan Gallagher, près de la rampe.

Danault a contribué à six buts depuis sept matchs.

Shea Weber a ajouté un but d’assurance à 3:25 de l’embouchure droite, à la suite d'une passe de Joel Armia.

Nick Cousins a obtenu l’autre filet du Canadien, qui méritait un quatrième gain en cinq matches.

Carey Price a fait 38 arrêts. Le natif de la Colombie-Britannique a une fiche de 7-2-1 en carrière à Vancouver.

Le gain donne à Price le 23e rang de l’histoire pour les victoires chez les gardiens, avec 335. Il détrône ainsi Cam Ward.

Le Canadien sera de retour en action jeudi, à Calgary.

Ce sera le deuxième de sept matches d’affilée à l’étranger, jusqu’au 31 décembre. Le Tricolore jouera aussi à Edmonton, Winnipeg, Tampa, Sunrise et Raleigh.

Le public du Centre Bell va retrouver ses favoris le 2 janvier, face au Lightning de Tampa Bay.

Adam Gaudette a été le buteur des Canucks, qui perdaient un troisième match de suite.

Effectuant un cinquième départ d’affilée, Jacob Markstrom a bloqué 27 tirs.

Gaudette a marqué en avantage numérique au premier vingt, mais Cousins a répliqué en deuxième période.

Gaudette a réussi un septième but cette saison avec 1:39 à écouler au premier engagement. Tatar était au cachot pour avoir fait trébucher.

Gaudette a fait mouche avec un tir des poignets dans le haut du filet, à partir du cercle droit. Les Canucks venaient de remporter une bataille pour le contrôle du disque, le long de la rampe.

La supériorité des Canucks est passée près de prendre une autre tournure. Peu après qu’elle ait débutée, Danault a profité d’un revirement pour refiler à Artturi Lehkonen, qui a décoché un tir menaçant.

Cousins a égalé le score en marquant un cinquième but à 8:05 au deuxième tiers, aidé de Max Domi. Ce dernier a été patient lors d’un trois contre deux puis sa courte passe, directement vers l’avant, a mené à la réussite de Cousins. L’Ontarien de 26 ans inscrivait un troisième but à ses six derniers matches.

Armia a aussi été complice, récoltant ainsi un 100e point dans la Ligue nationale.

Dans la deuxième minute de la rencontre, Nick Suzuki a bien manœuvré pour donner la chance à Jeff Petry d’y aller d’un bon tir. Quelques minutes plus tard, Weber a raté de peu avec un tir bas.

Le Tricolore a été puni une première fois quand Nate Thompson a donné de la bande, en milieu de première période.

Dès la première minute de jeu du deuxième tiers, J.T. Miller a menacé avec un tir du revers à bout portant, mais Price a fait l’arrêt. Dans la septième minute, Miller a été frustré de nouveau, au terme d’une brève échappée.

Buts refusés

Quarante-cinq secondes après le but de Cousins, un filet a été refusé aux Canucks, pour cause de hors-jeu.

Avec 5:56 à jouer en période médiane, c’est le Canadien qui a vécu une frustration du genre, car on a décidé que Lehkonen a nui au travail du gardien. Armia avait converti une rondelle libre.