Canadien

Match présaison: le CH ne boude pas le Centre Vidéotron

Le Canadien ne jouera pas de match présaison à Québec en septembre pour la première fois en 11 ans, excluant le lock-out de 2012. Représailles dans la bataille du câble entre Bell, actionnaire du CH, et Québecor, gestionnaire du Centre Vidéotron? Pas du tout!

«Ça n’a rien à voir avec le litige», assure le directeur principal aux communications chez le Canadien de Montréal, Dominick Saillant. C’est la participation au match Kraft Hockeyville à Renous, au Nouveau-Brunswick, le 19 septembre, qui chamboule le calendrier habituel. Ils y affronteront les Panthers de la Floride.

Les deux géants des télécommunications se livrent une lutte féroce depuis le 10 avril. Québecor avait alors coupé le signal de TVA Sports, et des séries de la LNH en français, aux abonnés de Bell pour se plaindre des redevances jugées insuffisantes versées par son compétiteur. Malgré tout, l’absence de match de la Flanelle dans la capitale en 2019 ne s’avère pourtant qu’une fâcheuse coïncidence.

«On sait depuis le 16 mars que deux des quatre villes finalistes sont dans l’Est, avec Renous et Saint-Polycarpe, au Québec. Ça fait donc un mois qu’il y a des discussions de planification entre l’équipe et la ligue. C’est la première fois depuis 2008 que le Canadien participe au match Hockeyville», explique Saillant.

Calendrier très chargé

À cette invitation de la LNH s’ajoute un calendrier présaison très chargé, l’automne prochain. Le Tricolore disputera sept rencontres préparatoires en 13 jours. Quatre se joueront au Centre Bell, obligation envers les abonnés de saison, deux auront lieu à Ottawa et à Toronto, dans des aller-retour, et l’autre se tiendra au cœur du Nouveau-Brunswick.

Chez Québecor, on n’envisage pas non plus d’accueillir un match présaison d’une autre formation de la LNH au Centre Vidéotron, cet automne. «Je serais très surpris. Je ne veux pas créer de faux espoirs chez les amateurs pour une autre équipe de la LNH», indique de son côté le directeur communication et marketing chez Québecor sports et divertissement, David Messier.

«On a un calendrier assez rempli. Ç’aurait déjà été difficile de trouver une date [pour le Canadien]. On a plusieurs dates confirmées ou en attente pour des événements potentiels à cette période-là. L’an passé, le match était le 20 septembre et cette année, c’est un des trois spectacles de Céline Dion. Il y a aussi la saison des Remparts qui est commencée», fait valoir Messier.

Rappelons qu’un match du Canadien au Centre Vidéotron n’est pas organisé par Québecor, mais plutôt par Evenko, branche spectacle du Groupe CH qui loue l’amphithéâtre à Québecor.

Les foules en baisse au fil des ans pourraient aussi constituer un facteur pour l’organisation montréalaise de délaisser Québec. Encore une fois, il n’en est rien, assure Saillant. «On a toujours eu de bonnes foules. Je n’ai pas les chiffres exacts, mais une bonne moyenne entre 12 000 et 15 000. On a toujours reçu un accueil extraordinaire à Québec.»

L’an prochain?

Qu’en est-il pour l’an prochain? «Je n’ai pas de réponse pour 2020, notre calendrier n’est pas fait autant d’avance. Mais je vous assure qu’on aime aller à Québec», conclut le porte-parole du CH, lui-même un produit de la capitale.

Le Canadien s’est arrêté à Québec à 11 reprises en présaison et chaque année depuis 2009, sauf lors du lock-out qui prévalait dans la LNH en 2012.

Le Tricolore avait même livré deux matchs préparatoires au Centre Vidéotron la même année, les 18 et 27 septembre 2017, contre Boston et Toronto, parties qui avaient attiré 9248 et 14 452 spectateurs. L’an dernier, face aux champions de la Coupe Stanley, le match Montréal-Washington avait réuni 11 296 amateurs au Centre Vidéotron.

Le Canadien participera au match du concours Hockeyville pour la troisième fois de son histoire, après ses visites remarquées à Truro (N.-É., 2006) et à Roberval (2008).

Canadien

Jonathan Drouin «pas fier» de sa fin de saison

Malgré une fin de saison difficile, Jonathan Drouin ne se voit pas porter un autre chandail de hockey.

Le natif de Sainte-Agathe-des-Monts est toujours heureux avec le Canadien de Montréal, même s’il a été la cible de nombreuses critiques dans le dernier droit de la saison.

«Je ne me vois pas changer d’adresse, a dit Drouin, mardi, lors du bilan de l’équipe. J’ai du plaisir à jouer ici. Nous avons un bon groupe de gars, pas juste comme joueurs, mais aussi comme personnes. C’est agréable de venir à l’aréna et de les côtoyer. Je ne me vois pas dans un autre chandail en ce moment.»

Drouin, qui est âgé de 24 ans, a récolté 46 points à ses 55 premiers matchs, avant de finalement noircir la feuille de pointage seulement trois fois à ses 26 dernières parties, ajoutant sept points à sa fiche. Il n’était pas blessé, il croit avoir joué avec la même intensité et s’expliquait donc mal cette chute en terme de productivité. Son temps de jeu a été réduit, baissant à 9:57, le 24 mars, dans un match crucial face aux Hurricanes de la Caroline.

«J’ai parlé avec Claude [Julien]. Si j’avais bien joué, je n’aurais pas vu mon temps de jeu passer à 12 minutes, a affirmé Drouin, qui a admis avoir été frustré par sa fin de saison. Je suis capable de le comprendre. Ç’aurait peut-être été différent quand j’avais 19 ou 20 ans.

«Je l’ai pris avec maturité. Nous étions dans une position où il était important de pousser pour les séries. J’ai aimé la façon dont j’ai pris le rôle qui m’a été donné. Je voulais aider l’équipe de n’importe quelle façon.»

Record personnel

Malgré sa fin de saison décevante, Drouin a néanmoins égalé un sommet personnel avec une récolte de 53 points. Il ne voudra donc pas oublié le positif de cette campagne pendant sa préparation estivale.

«Vous ne pouvez pas juste regarder le positif et vous imaginer que tout est beau, a dit Drouin. Et les moments négatifs, je suis capable de les regarder comme un homme. Je dois apprendre et m’améliorer pour ne pas que ça se reproduise.»

Drouin a dit s’être tourné vers les vétérans lors de ces moments difficiles pendant ses trois campagnes avec le Lightning. Il a aussi cherché à aider les jeunes du Tricolore cette saison. Mardi, il avait l’appui de ses coéquipiers, qui souhaitent tous l’aider à afficher une plus grande constance tout au long de la saison.

«Il doit continuer à croire en lui, a affirmé le gardien Carey Price. Tout le monde connaît des moments plus difficiles. Il a quand même compilé de bonnes statistiques. Il doit continuer à offrir un effort constant.»

Par rapport à la constance, Drouin semblait à court de solutions.

«J’aimerais avoir la réponse. Tout allait bien lors des 60 premiers matchs, je ne pensais pas me diriger vers ça, puis ça m’a frappé, a dit Drouin. Ça fait partie de la vie. Je ne suis pas fier de la façon dont j’ai fini ma saison, mais je dois l’accepter.

«Je suis un joueur offensif. C’est pour ça que quand je ne produis pas, les médias et les partisans sont sur mon cas. J’ai un contrat et je dois produire. Je m’attends à ça et mes coéquipiers s’attendent à ça. Ça revient à la constance pendant 82 matchs. Je dois trouver une façon d’y arriver et je travaille pour ça.»

Canadien

Bergevin confiant pour l'avenir

Malgré l’amère déception de ne pas participer aux séries, le leitmotiv de Marc Bergevin lors de son bilan était «ce n’est que le début».

Après une campagne désastreuse en 2017-18, le Canadien a récolté 25 points de plus cet hiver pour rater de peu une participation au tournoi printanier. Les points d’interrogation étaient nombreux lors du bilan du directeur général l’an dernier. Cette fois, au moins l’avenir est prometteur même si l’objectif principal d’une participation aux séries n’a pas été atteint.

«Avec le bagage de ce que nous avons vécu, nous avons déjà une meilleure équipe», a dit Bergevin.

«Nous avions un excellent environnement de travail cette saison et c’est quelque chose d’extrêmement important, a-t-il ajouté. Je sais que les matchs se gagnent sur la patinoire, mais la préparation est importante. Quand tout le monde est sur la même longueur d’onde et que personne n’essaie de faire les choses lui-même, ça fait une énorme différence. Nous avons raté les séries (...), nous ne sommes pas contents. Mais nous savons que nous allons dans la bonne direction. Mon message pour les joueurs était que ce n’est que le début et je sais qu’ils croient la même chose.»

Le Canadien a déjoué les pronostics, accumulant 96 points cette saison grâce à un dossier de 44-30-8. Il a ainsi égalé un record du circuit pour le plus grand nombre de points récoltés sans participer aux séries. Le Tricolore a finalement été éliminé vendredi dernier, à la suite d’une victoire en fusillade de 3-2 des Blue Jackets de Columbus face aux Rangers de New York.

Canadien

Domi et Tatar ont dépassé les attentes; Drouin a manqué de constance

MONTRÉAL — Marc Bergevin a répété en cours de saison qu’il croyait avoir assemblé un groupe qui allait se battre jusqu’à la fin pour participer aux séries. Le directeur général du Canadien a eu raison, même si le résultat final doit lui avoir donné un petit pincement au coeur.

Voici les surprises et les déceptions chez le Canadien cette saison, ainsi que les points d’interrogation en ce début de saison morte.

Surprises

Max Domi avait marqué un total de 36 buts à ses trois premières saisons dans la LNH avec les Coyotes de l’Arizona. Il en a inscrit 28 à sa première campagne avec le Canadien, faisant rapidement oublier Alex Galchenyuk. Domi est devenu le premier joueur du Canadien depuis la saison 2009-10 à atteindre le plateau des 70 points et a été l’un des moteurs offensifs de l’équipe.

Tomas Tatar était vu par plusieurs comme un ajout des Golden Knights de Vegas dans la transaction impliquant Max Pacioretty afin de simplement se débarrasser de son contrat. Tatar a finalement établi un sommet personnel avec 58 points et a terminé deuxième parmi les pointeurs du Tricolore.

Après une campagne bien en-deça de ses standards, Carey Price n’a rien fait pour rassurer les partisans du Canadien en affichant une moyenne de 3,11 et un taux d’efficacité de ,897 lors des deux premiers mois de la saison - ce qui explique pourquoi son rendement a été une surprise quand l’ancien lauréat du Hart et du Vézina a retrouvé son aplomb des beaux jours. À partir du 1er janvier, Price s’est classé sixième à travers la LNH pour le taux d’efficacité (,928) et pour la moyenne (2,20) parmi les gardiens qui ont joué au moins 20 matchs au cours de cette séquence.

Déceptions

C’est seulement dans le dernier droit que Jonathan Drouin a déçu, mais sa baisse de régime correspond aussi à la glissade du Tricolore. Drouin a noirci la feuille de pointage seulement trois fois dans les 26 derniers matchs du Canadien, amassant un but et six aides dans cette séquence. Avant sa traversée du désert, il avait récolté 17 buts et 29 aides en 55 parties. Son manque de production a forcé Claude Julien à réduire son rôle en fin de saison.

Antti Niemi semblait avoir fait sa niche avec le Tricolore la saison dernière après que Bergevin l’eut réclamé au ballottage en novembre 2017. Pendant que Price en arrachait, le vétéran Finlandais était devenu une force tranquille pour le Canadien. Ce ne fut pas le cas cette saison. Outre trois rencontres après la pause de Noël (les trois seules fois où il a accordé moins de trois buts cette saison), Niemi a été un handicap pour le Tricolore. Il a été envoyé dans la mêlée seulement deux fois lors des 30 derniers matchs du Canadien.

Difficile de qualifier la saison du plus jeune joueur du circuit de déception, mais c’est en vertu d’un manque de constance dans ses performances que Jesperi Kotkaniemi se retrouve dans cette catégorie. Malgré ses 18 ans, Kotkaniemi s’est rapidement acclimaté à la LNH et semblait prêt à devenir un membre important dans la marche du Canadien vers les séries quand il a touché la cible dans quatre parties consécutives tôt en février. Kotkaniemi, qui a été limité à 11 aides en 38 matchs à l’étranger, a plutôt vu son rôle être réduit dans le dernier droit et a finalement été laissé de côté à trois reprises.

Points d’interrogation

Jordie Benn est l’un des cinq porte-couleurs du Canadien qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet. Benn a raté un seul match et a dépanné en début de campagne, appuyant Jeff Petry en attendant le retour au jeu de Shea Weber. Benn a aussi établi des sommets personnels avec cinq buts et 22 points. Il est apprécié par ses coéquipiers dans le vestiaire, mais à 31 ans, il pourrait être remplacé par un joueur un peu plus jeune si jamais son agent s’avérait trop gourmand.

Joel Armia est capable du meilleur comme du pire. Grâce à son physique imposant et ses mains agiles, il peut réussir des jeux spectaculaires. Toutefois, son manque de vitesse et ce qui semble être parfois un manque de détermination font qu’il peut disparaître pendant de longs moments ou commettre des revirements dangereux. L’attaquant finlandais devra aussi négocier un nouveau contrat puisqu’il deviendra joueur autonome avec compensation le 1er juillet. Sa présence avec le Tricolore a sûrement été réconfortante pour Kotkaniemi qui, comme lui, vient de Pori. Bergevin devra probablement choisir entre offrir du court ou du long terme à Armia.

Puisque Niemi n’a pas fait le travail, la position de gardien réserviste derrière Price représente aussi un point d’interrogation chez le Canadien. Charlie Lindgren a été rappelé du Rocket de Laval en fin de saison pour s’entraîner avec le grand club et participer au dernier match. Toutefois, Lindgren n’a rien cassé avec le Rocket, avec une moyenne de 2,94 et un taux d’efficacité de ,884. Le Canadien voudra probablement donner du temps de jeu à Cayden Primeau du côté du Rocket l’hiver prochain. Lindgren sera certainement le favori pour le poste de réserviste lors du camp. Bergevin pourrait toutefois embaucher un autre vétéran pour épauler Price.

Canadien

Quatre buts de Poehling dans la victoire du Canadien contre les Maple Leafs 6-5

MONTRÉAL — Ryan Poehling a mis un baume sur la plaie de l’élimination du Canadien à son premier match dans la LNH, réussissant un tour du chapeau en plus de marquer le but vainqueur en fusillade dans un gain de 6-5 face aux Maple Leafs de Toronto, samedi.

Éliminé vendredi à la suite de la victoire en fusillade de 3-2 des Blue Jackets de Columbus face aux Rangers de New York, le Tricolore a disputé son seul match sans importance de la saison.

Dans les circonstances, Claude Julien avait décidé d’insérer Poehling dans la formation, moins d’une semaine après que le choix de premier tour du Canadien en 2017, 25e au total, eut signé son premier contrat professionnel, mettant un terme à son stage à St. Cloud State.

Poehling, qui est âgé de 20 ans, est devenu le cinquième joueur dans l’histoire du Canadien à marquer plus d’un but à son premier match dans la LNH - après Joe Malone (5), Alex Smart (3), Aurèle Joliat (2) et John Ferguson (2).

«Je voulais seulement aller sur la glace et jouer mon jeu, faire les bonnes choses, a dit Poehling. Quand vous faites ça, vous êtes parfois récompensés. J’ai l’impression de vivre un rêve.»

Poehling a aussi joué les héros en marquant lors de la quatrième ronde en fusillade. Charlie Lindgren a ensuite stoppé la tentative de Kasperi Kapanen.

«Il a mis la joie dans le vestiaire dans un contexte qui était difficile, a dit Julien au sujet de Poehling. C’est beau de voir que nous avons de bons jeunes qui s’en viennent. Ryan a joué avec beaucoup d’émotions. Il va s’en souvenir longtemps.»

Jordan Weal et Andrew Shaw ont chacun récolté un but et une aide pour le Canadien (44-30-8), qui a mis fin à une série de sept défaites contre la formation torontoise. Artturi Lehkonen et Nicolas Deslauriers ont amassé chacun deux aides.

Lindgren avait aussi obtenu une occasion de se faire valoir. Il a réussi quelques beaux coups, mais a également mal paru sur certaines séquences. Il a finalement effectué 44 arrêts.

Zach Hyman a inscrit un but et une aide, alors que Jake Gardiner, Trevor Moore, William Nylander et Kapanen ont aussi fait bouger les cordages pour les Maple Leafs (46-28-8), qui affronteront les Bruins de Boston lors du premier tour éliminatoire. Frederik Andersen a stoppé 44 tirs.

Le Canadien n’a pas connu le meilleur des débuts de match, alors que Hyman et Gardiner ont profité de bonds favorables pour donner les devants 2-0 aux Maple Leafs après 8:03 de jeu.

Poehling a toutefois permis au Tricolore d’effacer ce déficit. Il a d’abord marqué à la suite d’une remise de Weal à partir de l’arrière du filet à mi-chemin en première période, avant de créer l’égalité après 2:56 de jeu en deuxième en profitant d’une rondelle libre après qu’un tir de Jeff Petry eut atteint la barre horizontale.

«Au cours de ma carrière universitaire, j’ai peut-être marqué 25 buts (NDLR, il en a marqué 29) et il y en a une vingtaine que j’ai inscrit grâce à des tirs de 10 pieds ou moins du but, a raconté Poehling. Il faut se rendre dans ces zones pour créer des occasions.»

Weal a ensuite donné l’avance pour une première fois au Canadien à 7:04. Il a marqué en avantage numérique, complétant une belle mise en scène de Jonathan Drouin et Joel Armia.

Moore a répliqué un peu plus de quatre minutes plus tard, mais Shaw a ensuite profité d’une belle passe transversale de Max Domi pour relancer le Canadien.

Nylander a permis aux Leafs de créer l’égalité avant de retraiter au vestiaire pour le deuxième entracte, battant Lindgren après avoir contourné le filet avec 2:27 à jouer dans l’engagement.

Kapanen a redonné l’avance aux Maple Leafs après 8:04 de jeu en troisième période. Il a été oublié dans l’enclave et Auston Matthews l’a repéré, lui permettant de tirer dans un filet ouvert.

Poehling est toutefois revenu à la charge avec 2:31 à faire. Il a profité d’une courte passe de Lehkonen pour se présenter seul devant Andersen, qu’il a déjoué d’un tir des poignets précis du côté du bouclier.

Les joueurs du Canadien passeront au Complexe sportif Bell de Brossard pour une dernière fois avant les vacances, mardi. La direction de l’équipe fera aussi son bilan.

Échos de vestiaire

Nicolas Deslauriers a assisté de près aux exploits de Ryan Poehling:

«Nous avions un peu de tout sur notre trio. (Jordan) Weal amène du talent et de la vitesse. C’était la première fois que je voyais Poehling et il travaille fort. (...) Il a mis la barre haute!»

Le Canadien a égalé un record du circuit en ratant les éliminatoires malgré une récolte de 96 points, ce qui tourne le fer dans la plaie, selon Andrew Shaw:

«Je crois que nous avons fait taire nos détracteurs cette saison. Nous avons tous la sensation que nous méritions de jouer en séries. Avec 96 points, vous faites normalement les séries. (...) Ça laisse un goût amer dans notre bouche, mais il faut regarder les éléments positifs.»

L’entraîneur-chef des Maple Leafs Mike Babcock a été impressionné par la soirée de Ryan Poehling:

«Les rapports ne mentionnaient pas qu’il était le genre à marquer quatre buts à La soirée du hockey au Forum. Je ne sais pas combien de joueurs ont déjà fait ça. Je lui dis bravo.»

Canadien

Confirmé: le Canadien hors des séries

NEW YORK — Le Canadien de Montréal ne participera pas aux séries, résultat d'un gain de 3-2 des Blue Jackets de Columbus aux dépens des Rangers à New York vendredi, en fusillade.

Les espoirs du CH et de leurs partisans ont été anéantis quand Tony DeAngelo a raté sa chance, au troisième tour.

Artemi Panarin a été le seul buteur, en deuxième ronde. Il avait marqué à 14:27 au troisième tiers, procurant les devants 2-1 aux Blue Jackets. C’était avant le but égalisateur de Pavel Buchnevich d’un angle difficile, avec six secondes à écouler au temps régulier.

Columbus avait besoin d’un gain et l’a obtenu, atteignant ainsi les séries pour la troisième année de suite. Les Blue Jackets ont 96 points, Montréal 94.

Samedi, même dans le scénario d’une victoire du Canadien et d’un revers de Columbus, le bris d’égalité irait en faveur du groupe de l’Ohio. Les Blue Jackets vont conclure la saison régulière à Ottawa, pendant que le Canadien recevra Toronto.

Les Blue Jackets ont prévalu six fois depuis sept rencontres. Quant aux Rangers, ils échappaient un troisième match d’affilée.

Au troisième vingt, Panarin a fait mouche d’un tir des poignets dans la lucarne, du haut de l’enclave. Il a été patient pour se créer de l’espace et un bon angle de tir, inscrivant son neuvième point en sept matches.

L’arrêt du match a été celui de Sergei Bobrovsky aux dépens de Brett Howden lors d’un trois contre un, avec huit minutes au cadran en troisième période. Cela gardait le score à 1-1.

Bobrovsky a stoppé 25 tirs. L’autre but des Jackets est venu de Ryan Dzingel, qui a créé l’impasse 1-1, au début de la troisième période.

Alexander Georgiev a fait 39 arrêts du côté des Rangers, tandis que Chris Kreider a marqué tôt en période médiane.

À l’approche des neuf minutes de jeu dans le match, les visiteurs ont créé une belle occasion avec de jolies passes de Boone Jenner et Zach Werenski, mais Alexandre Texier n’a pas réussi à compléter. Le Français de 19 ans a été rappelé la veille de Cleveland, dans la Ligue américaine.

Lors du premier tiers, les Rangers ont écoulé une punition à Vinni Lettieri, qui avait nui au travail de Bobrovsky.

Avec cinq minutes à disputer au premier tiers, Georgiev a été brillant aux dépens de Riley Nash, à l’embouchure droite. Les Jackets ont conclu l’engagement initial avec 15 tirs, 10 de plus que les Rangers.

Les Rangers ont pris les devants 1-0 à 1:47 au deuxième tiers. De l’enclave, Kreider a fait mouche avec un tir vif, suite à une passe de Mika Zibanejad.

Kreider égalait un sommet personnel avec un 28e but. Peu avant, Georgiev avait fait un bel arrêt du bout de la jambière gauche, contre Matt Duchene.

Columbus a nivelé le score dans la troisième minute du troisième vingt. Dzingel a marqué d’un tir frappé du haut de l’enclave, sur une passe de Nick Foligno.

Canadien

Cinq défaites qui ont peut-être fait un peu plus mal au Canadien que les autres

MONTRÉAL — Les défaites ont toute la même valeur au terme de la saison, mais ce n'est pas tout à fait vrai. Il y a bien sûr les défaites en bris d'égalité qui donnent un point, mais il y a aussi les revers subis après avoir échappé l'avance en troisième période ou encaissé lors d'une rencontre déterminante qui font un peu plus mal que les autres.

Avant son dernier match de la saison régulière, le Canadien présente un dossier de 43-30-8. S'il a bien fait en gagnant sept parties après avoir tiré de l'arrière après deux périodes, le Tricolore a toutefois compilé des fiches de 27-3-4 quand il mène après 40 minutes de jeu et de 9-5-4 quand le pointage était égal, laissant filer de précieux points.

Voici cinq défaites du Canadien qui ont peut-être fait pencher la balance au cours de la saison :

25 octobre, 3-4 contre les Sabres, à Buffalo

Max Domi donne les devants 3-2 au Canadien après 6:34 de jeu à la troisième période, mais Antti Niemi est incapable de fermer la porte aux Sabres. Sam Reinhart crée l'égalité avec 6:53 à jouer, puis Kyle Okposo marque en avantage numérique avec 61 secondes au match, pendant que Joel Armia était au banc des punitions. Le Canadien encaisse alors un premier revers cette saison quand il mène en troisième période.

2 février, 2-3 (prol.) contre les Devils, à Montréal

Le Canadien reprend le collier après la pause du match des étoiles en position pour obtenir le premier laissez-passer supplémentaire donnant accès aux séries, deux points devant les Blue Jackets de Columbus et avec un coussin de cinq points sur les Hurricanes de la Caroline. Contre une équipe à la dérive et privée de son attaquant étoile Taylor Hall, le Tricolore voit plutôt Nico Hischier créer l'égalité à mi-chemin en troisième période, puis déjouer à nouveau Antti Niemi en prolongation.

23 février, 3-6 contre les Maple Leafs, à Toronto

Le Canadien se présente à Toronto accusant un retard de trois points seulement sur les Maple Leafs et le troisième rang de la section Atlantique. Le Tricolore prend les devants 3-0 en première période, mais les Leafs réduisent l'écart à un seul but au deuxième engagement. Un bond favorable de la rondelle contre la bande dans le coin de la patinoire permet à William Nylander de compléter la remontée des Maple Leafs après 6:58 de jeu en troisième période. Zach Hyman donne ensuite les devants aux locaux avec 1:50 à écouler en temps réglementaire. Andreas Johnsson et Hyman ajouteront des buts dans un filet désert, tournant le fer dans la plaie.

24 mars, 1-2 (prol.) contre les Hurricanes, en Caroline

Contre un rival direct dans la course pour les deux laissez-passer supplémentaires dans l'Est, le Canadien s'accroche à une avance de 1-0 pendant de longues minutes grâce au brio de Carey Price. Mais même un Price en état de grâce n'y peut rien avec 5:39 à faire à la troisième période, quand un tir de Trevor van Riemsdyk effleure la jambe du défenseur Jordie Benn pour changer de direction et aboutir dans le fond du filet. En prolongation, Brendan Gallagher commet un revirement en zone neutre, puis Andrei Svechnikov surprend Price grâce à un tir entre les jambières.

28 mars, 2-6 contre les Blue Jackets, à Columbus

Dans ce qui sera peut-être considéré comme le match le plus déterminant dans le sort du Canadien, la troupe de Claude Julien connaît un début de match idéal, alors que Brett Kulak ouvre le pointage après seulement 75 secondes de jeu. Les Blue Jackets renversent toutefois la vapeur à la deuxième période, prenant les devants 3-2, avant d'humilier le Tricolore en ajoutant trois buts en troisième période. Cette victoire permet aux Blue Jackets de devancer le Canadien au dernier rang donnant accès aux séries dans l'Est.

Canadien

Le Canadien a le dos au mur

WASHINGTON — Un but de Nic Dowd marqué pendant la troisième minute de jeu de la deuxième période a fait la différence dans une victoire de 2-1 des Capitals de Washington face au Canadien de Montréal jeudi soir au Capital One Arena.

Dowd a marqué son huitième but de la saison d'un tir de l'enclave, après que Paul Byron eut perdu la rondelle près de sa ligne bleue. Le tir vif de Dowd a passé par-dessus la mitaine de Carey Price, qui n'y pouvait rien.

Sans sonner le glas de la troupe de Claude Julien, la défaite place le Canadien au bord du précipice, puisque les Hurricanes de la Caroline et les Penguins de Pittsburgh se sont qualifiés pour les séries éliminatoires à la suite de leurs victoires contre les Devils du New Jersey et les Red Wings de Detroit, respectivement.

À la suite de tous ces matchs, le Canadien (43-30-8) demeure au neuvième rang du classement général de l'Association Est, avec 94 points, le même nombre que les Blue Jackets de Columbus (45-31-4), inactifs jeudi.

Vendredi soir, les Blue Jackets affronteront les Rangers à New York avant de clore leur calendrier samedi à Ottawa, face aux Sénateurs.

Si les Blue Jackets amassent deux points, ils seront automatiquement qualifiés, même si le Canadien devait gagner sa dernière sortie, samedi contre les Maple Leafs de Toronto au Centre Bell.

En cas d'égalité au classement entre les deux équipes, les Blue Jackets seront favorisés à cause du premier bris d'égalité, les victoires en temps réglementaire et en prolongation, excluant les gains en fusillade. Les Blue Jackets en comptent 44 et le Canadien, 41.

«C'a été un match serré. Malheureusement, ça fait mal parce que c'est un match qu'on devait gagner, a déclaré Claude Julien. Il faut se retrousser les manches. Il faut espérer avoir un petit peu d'aide dans les prochains jours pour justement se donner une chance samedi. On a travaillé fort jusqu'à date et ce soir, il en a manqué un peu. Ils ont été un peu plus opportunistes que nous, et ç'a été la différence.»

Quant aux Capitals, la victoire leur procure le championnat de la section Métropolitaine.

«Nous avons fait les bonnes choses au bon moment, a déclaré le gardien Braden Holtby. Si nous étions en difficulté dans notre zone, quelqu'un s'est interposé pour réaliser un jeu important ou sortir la rondelle. À la ligne bleue, nous avons joué comme il faut le faire dans les séries, et j'ai trouvé que les gars avaient joué avec un haut niveau d'engagement.»

Lars Eller (13e), à la suite d'une autre bourde du Canadien en zone défensive, celle-là par Christian Folin, a marqué l'autre but des Capitals, tard en première période.

Le seul but du Canadien a été l'oeuvre du défenseur Shea Weber, son 14e, lors d'un avantage numérique moins d'une minute après celui d'Eller.

Le match, important pour les deux équipes, a été excitant du début à la fin et a permis d'assister à de solides prestations de Price et Holtby.

«C'est une équipe aussi qui avait perdu son dernier match, qu'elle aurait dû gagner, a fait remarquer Julien en parlant des Capitals. Pour s'assurer de finir premiers, ils devaient gagner au moins ce soir. C'était un gros match pour eux aussi. C'étaient deux équipes qui avaient vraiment le goût de bien jouer et ç'a été le cas.»

Le Canadien a dominé au chapitre des tirs aux buts, 34-31, mais Price est celui qui a dû réaliser quelques-uns des arrêts les plus difficiles du match. Vers la fin de la deuxième période, il a notamment frustré Alexander Ovechkin, qui s'est présenté seul devant lui sur le flanc droit.

En milieu de troisième, il a volé un but presque certain à Nicklas Backstrom avant de s'imposer devant Travis Boyd quelque cinq minutes plus tard.

«Les chances de marquer ont été assez égales, mais comme j'ai dit, c'est un but qui a fait la différence ce soir. C'a été un match serré du début jusqu'à la fin et malheureusement, il nous en a manqué un peu», a répété Julien.

Avec environ 90 secondes à écouler au temps réglementaire, Price a été rappelé au banc au profit d'un sixième attaquant. Toutefois, le Canadien n'a jamais été en mesure de s'implanter solidement en zone des Capitals pour forcer la prolongation et aller chercher, à tout le moins, un précieux point de plus.

Canadien

Le CH reste dans la course aux séries

Le Canadien a fait la leçon à une des puissances de la ligue pour une deuxième fois de suite, gagnant 4-2 contre le Lightning de Tampa Bay, mardi, ce qui lui a permis de rester au cœur de la course aux séries.

Après avoir défait les Jets de Winnipeg 3-1, samedi, la formation montréalaise a dominé le Lightning pendant de longs moments mardi. Le Canadien a effacé deux retards d’un but avant de voir Artturi Lehkonen briser l’égalité en troisième période, puis mettre la table pour un but d’assurance de Max Domi.

«[Le Lightning] n’a pas besoin de beaucoup de chances pour marquer. Ils ont du talent sur chaque trio et c’est une équipe très dangereuse, a rappelé l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Nous avons joué un bon match à tous les niveaux. Nous avons bien bougé la rondelle, joué rapidement, l’échec-avant... Nous étions autour du filet et nous avons été très disciplinés.»

Coup de main des Bruins

Les Bruins de Boston ont donné un coup de main au Canadien en battant les Blue Jackets de Columbus 6-2. Toutefois, les Hurricanes de la Caroline ont vaincu les Maple Leafs de Toronto 4-1.

Les Hurricanes détiennent donc le premier des deux laissez-­passer supplémentaires pour les séries dans l’Est avec 95 points. Les Blue Jackets et le Canadien ont 94 points, mais la formation de l’Ohio a l’avantage en vertu de son nombre de victoires en temps réglementaire et en prolongation — 44 contre 41 pour le Canadien.

Le Canadien a connu l’un de ses meilleurs matchs de la saison, venant à bout du Lightning pour une première fois depuis le 4 janvier 2018 (0-3-2).

Lehkonen a brisé une égalité de 2-2 à 7:47 du dernier tiers, frappant au vol un tir flottant de Victor Mete avant de frapper à nouveau le disque à ras la glace. Il s’agissait pour Lehkonen d’un 11e but cette saison.

Domi a ensuite marqué son 28e but de la campagne grâce à un tir des poignets bas du côté de la mitaine en échappée avec 9:52 à faire.

«Nous devions trouver un moyen de gagner après deux périodes. Mon message était de ne pas se concentrer sur le résultat, mais sur ce que nous devions faire pour contrôler le résultat, a expliqué Julien. Nous avons ensuite joué une bonne troisième période et nous avons trouvé le moyen de marquer des gros buts.»

Nate Thompson et Joel Armia ont aussi touché la cible pour le Canadien (43-29-8), qui a récolté au moins un point pour une septième fois en huit sorties (6-1-1). Jordie Benn a récolté deux aides et Carey Price a stoppé 22 lancers.

Steven Stamkos et Cédric Paquette ont répliqué pour le Lightning (60-16-4). Eddie Pasquale a effectué 41 arrêts.

Le Lightning a rapidement ouvert la marque, profitant d’une déviation de Max Domi dans son propre filet après 2:28 de jeu.

Le Tricolore a renversé la vapeur par la suite, décochant finalement 19 tirs lors du premier vingt, contre 7 pour le Lightning.

«Nous étions affamés. Nous voulions les deux points et c’est pour ça que nous étions bons», a fait valoir Tomas Tatar, qui croit que le Canadien voulait simplement plus gagner que le Lightning.

Pasquale brillant

Paul Byron, qui était de retour au jeu après avoir raté deux matchs, a mis la table pour Thompson à 12:23, mais le Canadien s’est buté à Pasquale par la suite.

Malgré ses 28 ans, Pasquale n’en était qu’à son deuxième match. S’il a semblé hésitant en début de rencontre, concédant de nombreux retours, il a été brillant tard en première période.

Pasquale a frustré Brendan Gallagher en échappée avec sa mitaine. Quelques instants plus tard, il a étiré la jambière gauche pour stopper un tir de Tomas Tatar avant de rejouer le tour à Gallagher sur le retour. Puis, Pasquale a réussi l’arrêt devant Byron, qui s’était échappé à son tour.

Le Lightning a repris les devants à 4:18 du deuxième vingt, quand Adam Erne y est allé d’une belle passe vers Paquette, qui n’a eu qu’à dévier dans un filet ouvert.

Armia a pris les choses en main par la suite. Le grand Finlandais y est allé d’un deuxième et d’un troisième effort pour créer l’égalité à 7:32.

Un peu plus d’une minute plus tard, Armia est passé tout près de donner les devants au Tricolore. Il a feint de contourner le filet avant de revenir sur ses pas, mais Pasquale a étiré la jambière juste à temps pour réussir l’arrêt.

Le Tricolore est finalement venu à bout de déjouer Pasquale à deux reprises en troisième période, puis Price s’est occupé du reste.

Tout comme Byron, Jesperi Kotkaniemi avait aussi été réinséré dans la formation du Tricolore après avoir raté le duel de samedi face aux Jets de Winnipeg. Matthew Peca et Nicolas Deslauriers ont écopé et n’étaient pas en uniforme.

Le Canadien jouera son prochain match jeudi, quand il rendra visite aux Capitals de Washington. Il accueillera ensuite les Maple Leafs de Toronto samedi, au Centre Bell, en clôture de la saison régulière.

Canadien

Le Canadien accorde un contrat de trois ans à Ryan Poehling

La direction du Canadien de Montréal a conclu une entente d'une durée de trois saisons avec l'attaquant américain Ryan Poehling.

L'équipe en a fait l'annonce par voie de communiqué dimanche après-midi. Le communiqué précise que l'entente inclut la campagne actuelle, de sorte qu'elle viendra à échéance à l'issue de la saison 2020-2021.

L'équipe a aussi confirmé que Poehling se joindra au Canadien dès cette semaine. Le Tricolore a encore trois matchs à jouer avant de clore son calendrier régulier à commencer par la visite du Lightning de Tampa Bay au Centre Bell mardi soir.

La situation contractuelle de Poehling n'est pas sans rappeler celle du gardien Charlie Lindgren qui avait participé à un match avec le Tricolore vers la toute fin de la saison 2015-2016 après avoir conclu une entente de deux ans avec la formation montréalaise le 30 mars 2016.

Poehling, un attaquant de six pieds deux pouces et 200 livres a obtenu 31 points, dont huit buts, en 36 matchs avec l'Université St. Cloud dans la NCHC cette saison. Les Huskies, la même équipe avec laquelle avait joué Lindgren, ont été éliminés au championnat de la NCAA à la suite d'un revers de 2 à 1 contre l'American International College vendredi.

Âgé de 20 ans, Poehling a récolté 75 points (29 buts, 46 aides) en 107 matchs lors des trois dernières saisons dans la NCAA. Il a été sélectionné au sein de l'Équipe d'étoiles All-Conference de la NCHC en 2016-2017 et a été nommé au sein de la Première équipe All-NCHC en 2018-2019.

Choix de premier tour, 25e au total des Canadiens lors du repêchage de la LNH en 2017, Poehling a représenté les États-Unis lors du championnat du monde de hockey junior en 2018 et en 2019.

L'attaquant originaire de Lakeville, au Minnesota a d'ailleurs été sélectionné le meilleur attaquant et joueur par excellence du tournoi en 2019 (médaillé d'argent), récoltant huit points, dont cinq buts en sept parties.

Poehling a participé au camp de perfectionnement du Canadien en 2017 et en 2018.

Plus tard dimanche, le Tricolore a annoncé avoir accordé un contrat de niveau d'entrée de trois ans au gardien Cayden Primeau.

L'athlète du New Jersey se joint au Rocket de Laval en vertu d'un contrat d'essai professionnel, pour le reste de la saison 2018-2019.

Le contrat couvrira les saisons 2019-2020 à 2021-2022.

En 36 matchs avec l'Université Northeastern cette saison, le gardien de six pieds trois et 191 livres a présenté un dossier de 25-10-1 et une moyenne de 2,09, récoltant quatre jeux blancs.

Primeau, 19 ans, a été un choix de septième tour (199e au total) du Canadien en 2017. Il a aidé les États-Unis à remporter l'argent lors du championnat du monde de hockey junior en 2019, affichant un dossier de 4-1-0 et une moyenne de 1,61.

Primeau a lui aussi participé au camp de perfectionnement des Canadiens en 2017 et en 2018.