Caleb Ewan a devancé par une roue au fil d’arrivée le sprinter Dylan Groenewegen. Il a fallu la reprise vidéo pour confirmer son triomphe.

Caleb Ewan: de téléspectateur... à vainqueur

TOULOUSE, France — Il y a un peu plus d’un an, Caleb Ewan avait été écarté du Tour de France à sa grande déception.

L’Australien de 25 ans avait été contraint de regarder la course à la télévision, après avoir appris à la dernière minute que l’équipe Mitchelton-Scott avait choisi de miser son va-tout sur Adam Yates afin d’obtenir le maillot jaune. En conséquence, il était demeuré chez lui.

Un an plus tard, Ewan a remporté le sprint final et enlevé les honneurs de la 11e étape du Tour de France, mercredi.

«J’étais prêt pour le Tour de France il y a trois ou quatre ans; j’ai toujours voulu participer aux compétitions les plus prestigieuses le plus tôt possible, a confié Ewan, dont la fille est née tout juste avant le départ de la Grande Boucle. On m’en a empêché, mais j’ai finalement obtenu ma chance.»

Ewan s’est joint à l’équipe Lotto-Soudal cette saison, à la place du vétéran Andre Greipel, et le jeune loup a été promu meneur de l’équipe cet été en France. Mais la pression était forte sur lui, même s’il avait remporté jusqu’ici 36 courses professionnelles.

Ewan a bouclé les 217,5 kilomètres de l’étape en trois heures, 51 minutes et 26 secondes, devançant par une roue au fil d’arrivée le sprinter Dylan Groenewegen — il a fallu la reprise vidéo pour confirmer son triomphe. Elia Viviani a pris la troisième place.

«J’étais super excité, a admis Ewan. Je me suis retrouvé dans la roue de Groenewegen à la sortie du virage. C’est difficile de suivre Dylan, et je savais que ce serait difficile de le battre. Je me suis alors dit que je devrais peut-être lui laisser un peu d’avance, afin de profiter de l’aspiration pendant le sprint. C’est ce que j’ai fait, et je l’ai dépassé très rapidement. Je suis heureux car cette fois-ci, j’ai pu le devancer de quelques centimètres.»

Alaphilippe toujours en jaune

Le Français Julian Alaphilippe a néanmoins préservé le maillot jaune du meneur, à l’approche des premiers véritables tests en montagne.

«Je m’attends à de nombreuses attaques, des têtes d’affiche ou des autres cyclistes qui veulent rétrécir l’écart», a convenu Alaphilippe.

Ewan fait partie de la nouvelle génération de sprinters qui tente de détrôner le triple champion du monde Peter Sagan. Après avoir obtenu des victoires d’étape au Tour d’Italie et au Tour d’Espagne, il a maintenant signé une victoire à la Grande Boucle pour compléter son grand chelem.

En cette journée de transition dépourvue de véritables défis, les têtes d’affiche ont préféré adopter une approche conservatrice. Les changements ont donc été très mineurs au classement.

Chute à 30 km

Cependant, Niki Terpstra aurait subi une fracture de la clavicule lors d’une chute survenue à environ 30 km de l’arrivée. En conséquence, le Hollandais a été contraint d’abandonner. Les prétendants au titre Nairo Quintana et Richie Porte ont aussi été impliqués dans ce carambolage, mais ils sont parvenus à retourner en selle pour terminer l’étape.

Quatre cyclistes se sont échappés du peloton principal à la sortie d’Albi, et ils ont disposé d’une avance de 3:27 sur lui à un certain moment. Le peloton a accéléré dans les 60 derniers kilomètres et le dernier membre de l’échappée, Aime De Gendt, s’est fait avaler avec 4,5 km à franchir.

La lutte pour le maillot jaune devrait s’intensifier au cours des cinq prochains jours puisque trois étapes en montagne et un contre-la-montre sont au programme.

«Les cinq prochains jours seront déterminants, mais nous sommes prêts, a dit le champion en titre Geraint Thomas. Nous aimerions être plus près d’Alaphilippe, mais au moins nous disposons d’un coussin devant les meneurs habituels [au classement général]. C’est difficile de prévoir ce que fera Alaphilippe, mais Egan [Bernal, son coéquipier] et moi sommes en bonne posture. D’ici la deuxième journée de repos du Tour de France, nous aurons un portrait clair de nos adversaires au titre.»

La 12e étape, qui s’étalera jeudi sur 209,5 km entre Toulouse et Bagnères-de-Bigorre, sera marquée par l’ascension de deux cols de première catégorie.  Avec La Presse canadienne

+

AUCUN FAUX PAS POUR ASTANA

De retour sur leur vélo après un congé bien mérité, Hugo Houle et ses coéquipiers d’Astana ont pris part à la 11e étape du Tour de France, mercredi, d’Albi à Toulouse.

C’est devant une arrivée massive au sprint que Caleb Ewan a signé cette victoire d’étape, lui qui cumulait déjà quatre top 3 depuis le début du Tour de France. Le Danois Jakob Fuglsang s’est classé au 21e rang, tandis que Hugo Houle a fini 50e, tous les deux avec un chronomètre identique à celui du vainqueur.

Contrairement à lundi, où la formation Astana a connu des ennuis avec le vent et a pris du retard au classement, l’équipe s’est bien reprise et n’a fait face à aucune embûche.

«Notre objectif était de rester bien placés aux avant-postes et Jakob [Fuglsang] a réussi à arriver devant. C’est une bonne journée en général pour nous», a indiqué Houle.

Avec une 17place, le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck – Quick Step) a pu conserver le maillot jaune. Il détient maintenant une avance de 1 minute et 12 secondes sur le Britannique Geraint Thomas (Ineos) au classement général provisoire. Alexey Lutsenko est le meneur chez Astana au 54e rang et Hugo Houle pointe au 91e échelon.

Complètement autre chose

La journée de repos mardi aura beaucoup aidé les coureurs qui en étaient à 10 étapes de suite avant cette courte pause. «Ç’a fait du bien à l’organisme et c’est fort apprécié après toutes ces étapes. Ça nous a permis de reprendre des forces et d’être plus frais pour mieux affronter ce qui s’en vient», a lancé le Québécois. Ce qui s’en vient pour les cyclistes : une étape montagneuse de 209,5 kilomètres, jeudi, en direction de Bagnères-de-Bigorre. «Ce sera intéressant de voir comment nous allons performer en montagne. Ce sera complètement autre chose et ce seront les jambes qui parleront», a indiqué l’athlète de Sainte-Perpétue. Ce dernier ajoute que son équipe n’aura pas le choix d’être plus offensive dans les prochains jours en raison du temps qu’elle doit rattraper au classement.  Sportcom