Le titre de la division Nord de la Conférence nationale était à l'enjeu, dimanche soir, et c'est Aaron Rodgers et les Packers de Green Bay qui ont eu le dessus sur Matthew Stafford et les Lions de Detroit. Malgré une série de trois revers, les hommes de Jim Caldwell participeront aux séries éliminatoires.

Caldwell confiant pour ses Lions

L'entraîneur Jim Caldwell sait très bien ce qu'il faut faire pour redresser un navire dans la NFL, dans un court laps de temps.
Cette année, ses Lions de Detroit sont devenus la première équipe de l'histoire de la ligue à signer huit gains dans des matchs où ils perdaient au dernier quart.
La marque précédente de sept appartenait aux Colts d'Indianapolis de 2009. Également dirigée par Caldwell, cette formation s'est rendue jusqu'au Super Bowl.
Pour revenir aux Lions de cette année (9-7), ils ont mérité huit victoires en neuf matchs après avoir gagné une seule fois à leurs quatre premières sorties. «Les gars ont traversé ça, dit Caldwell. Ils savent à quoi s'en tenir, et ils savent qu'on va compter sur eux. Ils ont de l'expérience.»
Au premier tour éliminatoire, Detroit se mesurera aux Seahawks (10-5-1), samedi soir, à Seattle.
Les Lions ont perdu leurs trois derniers matchs de la saison régulière, mais Caldwell a dit qu'il fallait regarder au-delà de cela. «Il y a de nombreux exemples où un club a connu une saison plus ou moins satisfaisante, mais, une fois plus loin, l'équipe a réussi à faire beaucoup de bruit.»
Caldwell a été un adjoint avec un de ces clubs, soit les Ravens de Baltimore, en 2012. En février 2013, Baltimore a remporté le Super Bowl après avoir fini la saison régulière avec quatre défaites à leurs cinq derniers matchs.
Dimanche soir, les Packers de Green Bay ont battu les Lions 31-24 avec le titre de la division Nord à l'enjeu. Quoi qu'il en soit, il faut tourner la page, dit Caldwell. «Il faut laisser ce mauvais souvenir derrière nous et nous concentrer sur l'objectif. C'est exactement ce que je dis aux gars : nous devons jouer comme nous en sommes capables.»
Lors des victoires des Lions, Matthew Stafford a réussi 17 passes de touché et commis seulement trois interceptions. Lors des revers, les chiffres sont sept de chaque côté.
Le droitier s'est blessé au majeur de la main droite le 11 décembre, dans une victoire contre Chicago. Depuis ce temps, il a été limité à trois passes payantes et a commis cinq interceptions. Il a porté un gant spécial lors des trois derniers matchs, ce qui pourrait avoir nui à son efficacité.
«Il a fait des millions de passes sans avoir à composer avec un gant. Ça serait naïf de penser que ça ne l'affecte pas du tout, dit Caldwell. Mais est-ce que ça nous empêche de gagner? Non. Il a fait plusieurs passes de très haut calibre. Nous ne sommes pas du genre à trouver des excuses. Ceux qui le font révèlent à quel point ils n'ont pas ce qu'il faut, tout simplement.»
Les Lions n'ont pas fait le poids face aux meilleures équipes de la ligue cette saison. Ils ont conservé une fiche de 0-5 face aux autres formations participant au tournoi hivernal.
Rodgers en feu!
Dimanche soir, le quart-arrière Aaron Rodgers a lancé pour 300 verges et quatre touchés dans la victoire de 31-24 des Packers. L'équipe du Wisconsin a terminé la saison sur une série de six victoires. Rodgers a lancé 18 passes de touché sans être intercepté au cours des sept dernières rencontres.
Quand son club se trouvait à 4-6, Rodgers a déclaré que les Packers étaient en mesure de faire tourner le vent. Ils l'ont fait. «C'est ce que vous devez parfois faire en tant que leader. Vous devez respirer la confiance, même dans des situations où tout le monde croit que vous ne devriez pas être confiant. C'est ce que j'ai fait, a expliqué Rodgers. Je crois en moi et en mes habiletés, mais je crois également en cette équipe.»
Rodgers a terminé la campagne avec 4428 verges de gains par la passe, avec 40 touchés contre seulement sept interceptions. 
Les Packers amorceront les séries à domicile contre les Giants de New York, dimanche.
Kubiak choisit sa santé et sa famille
Victime de problèmes de santé au cours des dernières années, Gary Kubiak a préféré se délester de la pression qu'implique un poste d'entraîneur-chef dans la NFL.
Dix-huit ans après que Gary Kubiak eut tenté de faire changer d'idée John Elway, qui voulait se retirer, les rôles ont été inversés, mais le résultat a été le même.
«Il m'a dit : "Tu te rappelles avoir essayé la même chose avec moi?" s'est rappelé Elway. Je lui ai répondu : "Ouais, j'avoue..."»
L'entraîneur des Broncos a choisi de quitter la marmite à haute pression qu'est la NFL, soucieux d'une santé mise à l'épreuve tout au long de la saison. Il restait deux ans à son contrat.
Il a délaissé son poste rêvé, lundi, avec une bague du 50e Super Bowl, pour retrouver une famille qui lui dit un grand merci pour sa décision.
En 1999, les genoux d'Elway étaient malmenés après deux triomphes au Super Bowl. L'entraîneur Mike Shanahan a envoyé son coordonnateur offensif pour essayer de lui faire changer d'avis, mais Elway lui a fait savoir que c'était inutile.
En 2015, Elway, devenu directeur général des Broncos, a ramené Kubiak dans les Rocheuses, un peu plus d'un an après que ce dernier eut subi une légère attaque cardiaque pendant la pause de la mi-temps, alors qu'il dirigeait les Texans de Houston.
En octobre dernier, Kubiak a eu une autre frousse, souffrant d'une sévère migraine qui l'a obligé à prendre une semaine de repos. Il a réduit sa charge de travail durant un bout de temps, mais ce n'était vraiment pas dans ses gènes de procéder ainsi. L'homme de 55 ans a dit que ce n'était là qu'un des exemples qui l'ont amené à décider de passer à autre chose.
«Je vais bien, je vais très bien», a-t-il dit lors d'une conférence de presse, où il a souvent été ralenti par l'émotion. «Mais le boulot d'entraîneur est très exigeant... ce n'est pas un domaine facile, et j'ai eu beaucoup de misère cette année. Je vais trouver autre chose à faire.»
Elway devra quant à lui trouver un nouvel entraîneur, un troisième en six ans comme directeur général.
Kubiak a rencontré Elway dans sa chambre d'hôtel le 24 décembre, à Kansas City. Le jour de Noël, les Broncos (9-7), les champions en titre du Super Bowl, ont été écartés du portrait éliminatoire.
Les joueurs des Broncos ont été attristés par le départ de Kubiak, mais ils restent persuadés de pouvoir voir Elway lui trouver un bon remplaçant. «Il est le roi de la remontée, sur le terrain et en dehors», a dit le secondeur Von Miller.
Elway a dit qu'il y avait plusieurs jeunes candidats qu'il avait hâte de rencontrer. Il penche davantage de ce côté, plutôt que d'y aller avec un entraîneur expérimenté. «Il y a plusieurs jeunes entraîneurs qui ont beaucoup de potentiel, a dit Elway. Nous espérons pouvoir engager un de ces gars-là.»
Le ménage à San Francisco
Par ailleurs, les 49ers de San Francisco ont congédié l'entraîneur-chef Chip Kelly et le directeur général Trent Baalke, le dernier coup d'éclat d'une formation qui est passée de finaliste du Super Bowl aux bas-fonds du classement en trois saisons.
Le président Jed York a confirmé les deux congédiements seulement quelques heures après que les 49ers (2-14) eurent égalé leur record de médiocrité en une saison en s'inclinant 25-23 contre Seattle.
«Malgré mes sentiments pour Trent et Chip, je crois que la décision de changer nos leaders en matière de football était nécessaire, a mentionné York, par l'entremise d'un communiqué. La performance de l'équipe n'a pas respecté mes attentes et celles de nos partisans et c'est vraiment désolant. Nous nous attendions à du progrès à partir de cette saison, mais ce ne fut pas le cas.»
Les 49ers cherchent à renouer avec le succès depuis qu'ils ont coupé les liens avec Jim Harbaugh à la suite de la saison 2014. Harbaugh avait mené les 49ers à trois apparitions au match de championnat de la Conférence nationale et à une présence au Super Bowl, entre 2011 et 2013.
Titre de division et semaine de congé pour les Chiefs
Alex Smith a marqué un touché au sol en première demie, dimanche.
Alex Smith a lancé deux passes de touché et en a marqué un au sol pour permettre aux Chiefs de Kansas City de s'adjuger le titre de la division Ouest de la Conférence américaine, dimanche, avec une victoire de 37-27 contre les Chargers de San Diego.
Les Chiefs (12-4) se sont assurés du titre de leur section en vertu de leur victoire et de la défaite des Raiders d'Oakland contre les Broncos à Denver.
«Peu importe comment une équipe commence la saison, l'important, c'est la façon dont elle la termine, et c'est ce que nous avons fait», a indiqué le Québécois Laurent Duvernay-Tardif. Nous savions qu'en venant à San Diego, ce n'était pas seulement nous qui pouvions contrôler notre destin, mais nous devions faire notre part.»
Smith a effectué une course de cinq verges tôt au deuxième quart pour créer l'égalité 10-10, puis il a lancé une passe de touché de quatre verges à Charcandrick West vers la fin de la première demie pour donner les devants aux Chiefs 17-10. Un peu plus tôt, Philip Rivers avait commis la première de ses deux interceptions, entraînant les 10 premiers points des Chiefs.
Smith a commis une interception à la suite d'une passe déviée que Jahleel Addae a retournée sur 90 verges pour le majeur, permettant aux Chargers (5-11) de rétrécir l'écart à 20-17 au troisième quart.
Smith a répliqué avec une passe de touché de deux verges à West, qui était de nouveau démarqué.
La recrue Rookie Tyreek Hill a ensuite démontré l'ampleur de son talent en retournant un botté de dégagement sur 95 verges pour un touché pendant la dernière minute du troisième quart.
«L'ambiance était festive dans le vestiaire. Nous avons vu les casquettes de championnat sur nos sièges et c'est là que tout le monde a réalisé à quel point c'est important pour l'organisation des Chiefs, a souligné Duvernay-Tardif. Ce sera une semaine de congé importante pour nous. L'entraîneur-chef Andy Reid nous a dit que ce n'était que la première étape pour atteindre notre but ultime, le Super Bowl.»
Quant aux Chargers, qui viennent de conclure une deuxième saison difficile d'affilée, ils ont annoncé dimanche en début de soirée qu'ils avaient congédié l'entraîneur-chef Mike McCoy.
En quatre saisons à la barre de la formation californienne, McCoy a compilé un dossier de 27-37. 
McGloin tombe à son tour
À Denver, les Raiders d'Oakland ont perdu le quart Matt McGloin en raison d'une blessure à l'épaule dans une défaite de 24-6 contre les Broncos.
Les Raiders (12-4) ont été devancés par les Chiefs et ils ont perdu une semaine de congé en première ronde des séries, glissant jusqu'au cinquième échelon. Ils devront donc jouer un match de première ronde, samedi, alors qu'ils rendront visite aux Texans de Houston (9-7). 
Après les pertes de Derek Carr, la semaine précédente, et de McGloin, les Raiders se retrouvent avec la recrue Connor Cook comme seul quart en santé.
McGloin a quitté la rencontre tard au deuxième quart. Il a été blessé quand Jared Crick l'a plaqué durement au sol. McGloin a complété six passes pour des gains de 21 verges.
Cook a quant à lui réussi 14 de ses 21 passes et il a lancé une passe de touché à Amari Cooper. Il a cependant été victime de deux revirements.
Les Pats parfaits à l'étranger
Tom Brady a amassé 276 verges par la voie des airs, il a lancé trois passes de touché et les Patriots se sont assurés de l'avantage du terrain pendant toute la durée des séries en défaisant les Dolphins de Miami 35-14, dimanche.
Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont conclu leur saison avec une fiche parfaite à l'extérieur et ils espèrent que leur prochain voyage soit au Super Bowl. Tom Brady a amassé 276 verges par la voie des airs, il a lancé trois passes de touché et les Patriots se sont assurés de l'avantage du terrain pendant toute la durée des séries en défaisant les Dolphins de Miami 35-14, dimanche. Les Patriots détenaient une avance de 20-0 à la fin de la première demie et ils ont mis un frein aux espoirs de remontée des Dolphins lorsque Julian Edelman a inscrit un touché de 77 verges et que Shea McClellin a ramené un échappé sur 69 verges pour un majeur. Les Patriots (14-2) sont devenus la neuvième équipe depuis 1972 à être invaincue à l'étranger en une saison. Les Dolphins (10-6) avaient déjà leur laissez-passer pour les séries et ils prendront part à un premier match éliminatoire depuis 2008, contre les Steelers à Pittsburgh.
Les Redskins ratent les séries
Le quart Kirk Cousins et les Redskins de Washington (8-7-1) ont raté une occasion de participer aux séries éliminatoires en s'inclinant 19-10 contre les Giants de New York (11-5), dimanche.
Les Redskins de Washington (8-7-1) ont raté une occasion de participer aux séries éliminatoires en s'inclinant 19-10 contre les Giants de New York (11-5), dimanche. Kirk Cousins a été intercepté deux fois par le vétéran des Giants, Dominique Rodgers-Cromartie, en deuxième demie. «Tu ne peux pas perdre de la sorte, a mentionné Josh Norman, des Redskins. C'était tout simplement dégoûtant. Ce n'est pas du football.» Eli Manning a été d'office pendant toute la rencontre et il a complété 17 passes pour des gains aériens de 180 verges. Cousins a terminé l'affrontement avec 22 passes complétées. Il a lancé une passe de touché, mais ses deux interceptions ont fait mal. Les Giants prendront la route de Green Bay lors de la première ronde des éliminatoires.
Passe de touché de Romo
Tony Romo a lancé sa première passe de touché en près de 14 mois alors que les Cowboys de Dallas ont reposé plusieurs joueurs réguliers dans une défaite de 27-13 contre les Eagles de Philadelphie, dimanche après-midi.
Tony Romo a lancé sa première passe de touché en près de 14 mois alors que les Cowboys de Dallas ont reposé plusieurs joueurs réguliers dans une défaite de 27-13 contre les Eagles de Philadelphie, dimanche après-midi. «Chaque fois qu'on saute sur le terrain, il faut générer quelque chose, a dit Romo. C'est normal.» La recrue Dak Prescott n'a participé qu'à deux séries en attaque et le porteur de ballon Ezekiel Elliott a regardé le match des lignes de côté. Carson Wentz a décoché deux passes de touché vers Zach Ertz afin de permettre aux Eagles de conclure leur campagne avec une séquence de deux victoires. Romo a complété trois de ses quatre passes pour 29 verges. Mark Sanchez a remplacé Romo et lancé deux interceptions dans les mains de Jordan Hicks au deuxième quart.