«On prend 100 % du blâme», a affirmé la vice-présidente de Gestev Chantal Lachance, que l’on voit ci-dessus mercredi dernier lors de la conférence lançant la fin de semaine du Vélirium, au sujet du problème de signalisation qui a perturbé le Raid Vélo Mag de dimanche.

Cafouillages au Vélirium

Une série de cafouillages a miné le parcours de dizaines de cyclistes qui prenaient part au Raid Vélo Mag du Vélirium, samedi, a appris Le Soleil. Résultat : des participants égarés, la remise de médailles annulée et des excuses de Gestev.

Environ 80 participants du Raid Vélo Mag ont en effet eu une bien mauvaise surprise lorsqu’ils se sont retrouvés en dehors des sentiers balisés du Mont-Sainte-Anne, notamment en raison d’un problème dans la signalisation.

Cette course, qui en était à sa 16e présentation, propose à des cyclistes amateurs quatre parcours de 15, 30, 60 et 80 kilomètres à travers la montagne de Beaupré. Cependant, «plusieurs petits et moyens éléments dans l’organisation de cette épreuve ont, malheureusement, fait […] qu’une certaine quantité d’athlètes ont pris le mauvais chemin dans le parcours, ce qui a occasionné des problèmes», a expliqué la vice-présidente chez Gestev, Chantal Lachance.

«J’étais inscrit pour faire la discipline 30 km, mais en raison de problème au niveau de l’organisation, environ au 20e [kilomètre], à la place de repasser par le ravitaillement et d’aller en direction du Mont-Sainte-Anne, je me suis ramassé dans la grosse boucle super technique au nord», a raconté un des coureurs sur sa page Facebook. 

«J’ai décidé de continuer et de prendre cet [sic] activité comme un bon training. J’ai crampé à partir du 28e [kilomètre] après avoir marché beaucoup dans une section de piste où tout le monde inscrit pour le 60 ou le 80 km marchait», a-t-il poursuivi.

Vandalisme?

L’organisation confirme que cette situation, «qui aurait pu être évitée», a touché environ 80 participants de l’épreuve sur les 750 qui y étaient inscrits. Sans vouloir entrer dans les détails, Mme Lachance affirme que cet événement a pu être causé «en partie» par du vandalisme lié au changement de la signalisation sur les parcours.

«Du vandalisme, ça peut être aussi banal que quelqu’un qui passe sur le terrain avec son chien, qui voit une flèche qui s’en va vers la direction de droite, qui se trouve bien drôle et, parce qu’il ne sait pas à quoi elle sert, il l’a vire de bord», note-t-elle.

Par ailleurs, ni la firme responsable de la sécurité au Vélirium ni la Sûreté du Québec n’ont eu à intervenir lors de ces incidents.

Une enquête interne a permis de déterminer que «les éléments qui sont arrivés, qui sont de différentes natures, tous combinés ensemble, c’est ce qui a résulté à cette problématique-là. Chose certaine, c’est qu’on en est excessivement désolé. On prend 100 % du blâme, on ne repose pas le blâme sur peu importe qui. Avec l’expérience qu’on a, c’est à nous à prévoir l’inimaginable», a renchéri Mme Lachance, qui précise que d’autres facteurs sous la responsabilité de Gestev ont pu jouer dans ce «super déplorable et super fâcheux» événement.

«Il y a eu certaines failles dans l’organisation, ça n’aurait pas dû nous arriver. On est une équipe qui est très expérimentée. C’est une petite leçon pour nous aussi. […] Peu importe l’envergure de l’événement qu’on met à notre programmation, pour nous c’est hyper important que l’expérience soit au top.»

Cette situation a eu pour effet de fausser les résultats des participants lésés qui ont fait plus ou moins la distance pour laquelle ils s’étaient engagés. Des équipes ont même été dépêchées dans la montagne pour s’assurer que plus aucun participant malheureux n’était égaré dans les sentiers.

La remise des médailles a donc été annulée et les bourses qui devaient être données ont été conservées pour être ajoutées à celles qui seront distribuées l’an prochain.

Gestev a également contacté par courriel tous les athlètes qui participaient au Raid Vélo Mag. Dans la missive, dont Le Soleil a obtenu copie, l’organisation invite «toutes les personnes lésées par cette situation à communiquer avec nous». Celles-ci se verront inscrites sans frais pour 2019.