Adjoint de Mario Pouliot depuis deux ans à Bathurst, Bryan Lizotte était le favori pour succéder à son ancien patron derrière le banc des champions de la Coupe Memorial.

Bryan Lizotte nommé entraîneur-chef du Titan

Dès le départ de Mario Pouliot pour Rouyn-Noranda, la semaine dernière, Bryan Lizotte était l’homme tout désigné pour lui succéder. Le Titan d’Acadie-Bathurst a confirmé sa nomination au poste d’entraîneur-chef, mardi, lui accordant ainsi sa première chance dans ce rôle.

L’homme de hockey de 33 ans de Charlesbourg devient donc l’un des plus jeunes entraîneurs-chefs de la LHJMQ. Il était l’adjoint de Pouliot depuis deux ans et vient de participer à la récente conquête de la Coupe Memorial avec le Titan. «Je suis honoré par la confiance de notre directeur général Sylvain Couturier à mon endroit. Depuis le jour 1 du processus ayant mené Mario avec les Huskies, Sylvain n’a jamais caché que j’étais son premier choix. J’ai toujours senti une grande confiance de l’organisation», expliquait-il, mardi, après l’annonce de son embauche.

On se doutait bien que Lizotte marcherait dans les pas de Pouliot. «Comme dans toute chose, il fallait trouver un équilibre familial», a ajouté le père de trois enfants, le dernier ayant vu le jour à la veille d’un match des séries éliminatoires.

Lizotte a dirigé le Blizzard du Séminaire Saint-François pendant cinq ans avant de partir pour Bathurst, où il a été l’adjoint de Pouliot ces deux dernières années. On ne lui avait jamais fait la promesse qu’il serait promu. «Dans le hockey, tu ne peux pas faire de plan. Il faut faire confiance à la vie. La seule chose que je savais en acceptant de devenir adjoint dans une équipe gagnante, c’est que ça allait accélérer les choses.»

Comme adjoint, Lizotte a découvert l’envers du décor. Il s’est rapproché des joueurs, il sait maintenant ce qui leur plaît, ce qu’ils aiment moins. «Je suis content de l’avoir fait, ça m’a fait du bien. Comme entraîneur-chef, mes standards resteront élevés, je serai exigeant, je ne changerai pas mon identité», soulignait celui qui veut profiter du lien de confiance développé avec les joueurs.