Les statistiques du voltigeur et joueur de troisième-but Brian Anderson laissent croire qu’il sera avant longtemps un des leaders des Marlins de Miami.

Brian Anderson, source d'espoir chez les Marlins

MIAMI — Au cœur de leur reconstruction (une autre...), les Marlins de Miami ont possiblement trouvé leur troisième-but d’avenir. Et peut-être bien leur voltigeur de droite d’avenir.

En fait, ce sera l’un ou l’autre, car il s’agit du même joueur : Brian Anderson, qui pourrait bien se retrouver en lice pour le titre de recrue de l’année dans la Ligue nationale à la fin de la présente campagne. 

Avant le match de mardi, Anderson, 25 ans, présentait une moyenne de ,280, avec 8 circuits et un sommet d’équipe de 49 points produits. Des chiffres encourageants. Reste toutefois à savoir où jouera Anderson. 

L’an dernier, dans les mineures, le natif d’Edmond, en Oklahoma, jouait au troisième-but, et il a amorcé la saison à cette position. Mais lorsque le vétéran Martin Prado est revenu au jeu à la fin avril, prêt à reprendre sa place au coin chaud, Anderson a été transféré au champ droit, une position qu’il n’avait pas occupée sur une base régulière depuis ses années à l’Université de l’Arkansas.

Jusqu’à maintenant, le changement semble être couronné de succès, Anderson s’illustrant grâce à son bras puissant. De plus, son coup de bâton continue de s’améliorer.

Malgré ces succès, le gérant des Marlins, Don Mattingly, rappelle qu’Anderson n’est dans les grandes ligues que depuis septembre dernier et qu’il faut demeurer prudent avant d’affirmer que le jeune joueur deviendra une pierre angulaire pour plusieurs saisons. 

«C’est un joueur solide», avoue Mattingly. «Il a vraiment été très bon en première moitié de saison. Voyons voir comment ça se passera dans la seconde moitié.»

Effectivement, rien à redire jusqu’à maintenant, Anderson étant solide en défensive peu importe où il joue, en plus d’être capable de frapper avec puissance dans tous les champs, comme le prouvent ses 34 coups sûrs de plus d’un but et sa moyenne de ,404 avec des coureurs en position de marquer.

Les coéquipiers d’Anderson, eux, n’ont que de bons mots pour celui qui se retrouve parmi les meneurs chez les recrues pour la moyenne au bâton, la moyenne de présence sur les buts, la moyenne de puissance et les points produits.

Comme un joueur d’expérience

Ils vantent surtout sa maturité et son professionnalisme. «Il a la mentalité d’un joueur d’expérience, c’est-à-dire qu’il observe beaucoup et qu’il pose beaucoup de questions sur le baseball», dit Prado. «C’est rare, dans cette nouvelle génération de joueurs, de rencontrer un gars qui aborde le jeu de cette façon, surtout à ce point de sa carrière. Dans les années à venir, il deviendra sans aucun doute un joueur très solide.»

Justement, c’est ce genre de joueur que recherchent le nouveau président exécutif Derek Jeter et son groupe, qui ont décidé de remodeler l’équipe en partant pratiquement de zéro. Dans ce contexte, Anderson, qui mène l’équipe pour les présences au bâton et qui a amorcé tous les matchs, sauf un, aura toutes les chances de démontrer à ses patrons qu’il fait partie de la solution à long terme à Miami. 

Il n’y a pas que le personnel baseball des Marlins qui se demande où se situe le plafond pour Anderson : le jeune joueur lui-même est curieux de savoir où il pourra s’arrêter, sans toutefois trop réfléchir. «Pour l’instant, j’essaie juste de demeurer en santé et de performer jour après jour avec constance», explique Anderson. «Être sur le terrain tous les jours et aider l’équipe comme je le peux est quelque chose dont je suis fier jusqu’à maintenant.»

Miami a repêché Anderson en troisième ronde au repêchage de 2014 après qu’il ait frappé pour ,328 à sa dernière saison en Arkansas. Après des débuts difficiles au niveau A avec une moyenne de seulement ,235, Anderson s’est rapidement ressaisi pour justifier les attentes à son endroit. D’ailleurs, il frappait pour ,339 l’an dernier au niveau AAA à La Nouvelle-Orléans lorsque les Marlins lui ont fait signe pour le dernier mois de la saison. 

Ces succès semblent vouloir se poursuivre, Anderson étant une des explications du rendement surprenant qu’offrent les Marlins depuis le 5 juin, eux qui présentent un dossier positif depuis ce temps. Le mois dernier, Anderson a frappé son premier circuit victorieux en carrière et, lors du dernier match avant la pause du Match des étoiles, a frappé un circuit de trois points qui a donné le ton à une remontée de huit points contre les Phillies de Philadelphie.

«Il est vraiment une bougie d’allumage pour nous», affirme le receveur de 27 ans J.T. Realmuto, qui a pris part à son premier Match des étoiles la semaine dernière. «Et il n’a pas atteint encore son plein potentiel. Dernièrement, il s’est fait voler des coups sûrs. Il frappe bien mieux que ses chiffres l’indiquent. C’est un bon signe pour le futur, il va continuer à s’améliorer.»