Auteur de 34 buts en 68 rencontres en saison régulière, Brad Marchand a surtout fait parler de lui pour les mauvaises raisons ce printemps, alors qu'il a léché le visage de Ryan Callahan lors du quatrième match de la série contre Tampa Bay.

Brad Marchand se regarde dans le miroir

BOSTON — Brad Marchand a utilisé les quelques jours depuis que Tampa Bay a écarté Boston pour réfléchir à la part de responsabilité qui lui revient.

L’attaquant a attiré l’attention pour les mauvaises raisons, léchant Ryan Callahan au visage dans le match numéro 4. Le Lightning a gagné 4-3 en prolongation, puis le club est passé en finale de l’Est en remportant le cinquième match, dimanche.

Pour Marchand, un joueur étoile qui a marqué 34 fois pendant la saison, l’incident s’ajoutait à une lourde feuille de route, lui qui totalise six suspensions et trois amendes en neuf saisons. Il songe à adopter de meilleures façons de faire.

«Je crois que le plus important pour moi est de me regarder longuement dans le miroir, et réaliser que certains de mes gestes ont des conséquences beaucoup plus grandes», a dit Marchand mercredi, alors que les joueurs des Bruins ramassaient leurs effets personnels.

«La dernière chose que je veux est de mettre mes coéquipiers et mon organisation dans l’embarras. Je dois agir beaucoup mieux. Je sais que je l’ai déjà dit, mais je pense que c’est ça que je dois envisager avec le plus de sérieux. Côté hockey, je crois avoir amené mon jeu à un beau niveau, mais au niveau du caractère et du comportement, il y a clairement du travail à faire.»

Recrues et blessures

Champions de la Coupe Stanley en 2011, les Bruins ont signé une 10e campagne de 50 victoires ou plus, terminant deuxièmes dans l’Est, un petit point derrière Tampa Bay. De la mi-décembre à la fin janvier, ils ont connu une séquence fulgurante de 14-0-4.

Écartés au premier tour par Ottawa en 2017, les Bruins ont cette fois éliminé Toronto en sept matchs, avant de baisser pavillon devant le Lightning. Tout cela en ayant ajouté cinq recrues à la formation, sans compter les 304 matchs d’absences liées aux blessures (au total des joueurs).

Plusieurs joueurs-clés de l’équipe, notamment Patrice Bergeron (aine), David Backes (commotion cérébrale), Torey Krug (cheville fracturée) et Marchand (aine), ont dû composer avec les blessures, comme c’est souvent le cas des équipes qui jouent encore à ce stade-ci de la saison. 

«Nous avons pu montrer ce que nous pouvons faire quand les blessés sont revenus au jeu», a dit le capitaine Zdeno Chara. «Nous avons constamment grimpé au classement. Aux trois quarts de la saison, les blessures ont eu leur impact à nouveau, mais d’autres gars ont pris le relais. Nous avons été tenaces, ce qui est très positif. Nous avons trouvé des moyens de gagner.»