Sébastien Bouchard, Oscar Rivas et Mikaël Zewski font partie de l’affiche du gala du 1er décembre au Centre Vidéotron.

Boxe: Bouchard hérite de Funeka pour son prochain combat

Rejeté par le World Boxing Council (WBC) comme adversaire potentiel du Trifluvien Mikaël Zewski (31-1-0, 22 K.-O.) pour la ceinture International des mi-moyens, le Sud-Africain Ali Funeka (39-10-3, 31 K.-O.) affrontera finalement Sébastien Bouchard (17-1-0, 7 K.-O.), le 1er décembre au Centre Vidéotron de Québec.

«Le plan de match initial était que Funeka affronte Mikaël, mais le WBC n’a pas approuvé ce choix pour un combat pour la ceinture WBC International [un des plus importants championnats mineurs] parce que Funeka a perdu ses cinq derniers combats», a expliqué Bernard Barré, vice-président aux opérations et au recrutement du Groupe Yvon Michel, vendredi.

Le conseil a cependant dit oui pour envoyer l’Africain de 40 ans dans le ring contre Bouchard pour le titre vacant de champion continental des Amériques, un championnat régional mineur. Zewski affrontera plutôt le Mexicain Aaron Herrera (35-8-1, 24 K.-O.) en préliminaire au championnat du monde des mi-lourds, où Adonis Stevenson se frottera à l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk.

Pas un désavantage

Bouchard n’a su que jeudi soir le nom du type contre lequel il enfilera les gants dans à peine plus d’un mois. «Je le connais de nom. Je sais qu’il est très grand, 6’1”, alors que moi je fais à peine 5’8”, mais ça ne m’inquiète pas, car j’ai déjà boxé contre un gars de 6’8” en Nouvelle-Écosse. Ça devrait être un combat très technique. Il faudra que je solutionne son jab, car c’est un gars qui utilise beaucoup son jab. On va travailleur au corps», analyse le boxeur de Québec.

Bouchard ne voit pas comme un désavantage le fait d’apprendre l’identité de son adversaire si tard. «Pour moi ça va, car je suis un boxeur très cérébral. Je m’ajuste à l’instant même. Je vais regarder quelques vidéos de lui avec mon entraîneur François Duguay, mais seulement dans la dernière semaine avant le combat.»

Le boxeur de 31 ans, qui travaille également au port de Québec, souligne également que sa victoire expéditive contre Carlos Gorham par K.-O. au deuxième round la semaine dernière, au Casino de Montréal, lui permettra de se présenter contre Funeka sans être trop amoché. «Je pensais vraiment que ce serait un long combat, mais contre toute attente, je l’ai assommé au deuxième round.»

Pendant ce temps, Zewski visera le K.-O. contre Herrera après avoir remporté en mai la ceinture WBC International contre un autre Mexicain, Diego Gonzalo Luque, à Toronto. «J’étais déçu que le WBC n’approuve pas Funeka, mais je suis emballé que ce soit Herrera. Je sais qu’il va donner des rounds et je pense que j’ai tous les éléments pour aller chercher une victoire expéditive.

«Je vise le K.-O., mais je sais qu’il ne sera pas facile à aller chercher», a toutefois ajouté le boxeur de Trois-Rivières. «À Toronto, j’étais quand même un peu déçu de ma performance, car Luque ne m’avait pas donné beaucoup d’attaques alors que là, avec Herrera, ce sera un combat idéal pour les spectateurs. Il y aura des coupures, du sang et des chutes sur le plancher, davantage de son côté que du mien j’espère!»

Le boxeur de 29 ans souhaite affronter des boxeurs qui figurent parmi les dix meilleurs au monde dans sa catégorie de poids après ce combat.

***

INSPIRÉ PAR ALVAREZ, RIVAS AFFRONTERA TETTECH

Inspiré par son compatriote Eleider Alvarez, devenu champion du monde en août en battant le Russe Sergey Kovalev à Atlantic City, le Colombien Oscar Rivas vise lui aussi, à moyen terme, un championnat du monde. Maintenant installé à Montréal, Rivas (24-0-0,
17 K.­­-O.) doit tout d’abord défendre son titre de la North American Boxing Federation (NABF), le 1er décembre au Centre Vidéotron. Il affrontera le Ghanéen Ebenezer Tetteh, un gaillard de 6’4” lui aussi invaincu en 18 combats professionnels et ayant à son palmarès 15 gains par K.-O.

«Les gens du Groupe Yvon Michel m’ont dit que je pourrais peut-être me battre aux États-Unis en janvier», a indiqué Rivas, qui est classé 14e au monde chez les lourds par le WBC et l’International Boxing Federation (IBF). «Tetteh, je sais qu’il sait cogner et qu’il est plus grand que moi. En fait, dans ma catégorie, ils sont tous plus grands que moi, alors je me prépare toujours en conséquence», indique le boxeur de 6 pieds et un demi-pouce.

***

Marie-Ève Dicaire, étoile montante de la boxe féminine au Québec

Namús dans la mire de GYM

Le Groupe Yvon Michel (GYM) aimerait bien ajouter un sixième combat de championnat à sa carte du 1er décembre au Centre Vidéotron de Québec. L’Urugayenne Christiana Adriana Namús Corrales, championne du monde des super-mi-moyens de l’IBF, est dans la mire. Bernard Barré, vice-président de GYM, aimerait bien l’envoyer dans le ring contre Marie-Ève Dicaire, de Saint-Eustache, l’étoile montante de la boxe féminine au Québec.

«On travaille fort là-dessus», a déclaré Barré en marge d’une conférence de presse pour annoncer la carte des combats du 1er décembre. «Marie-Ève sera là, mais son adversaire n’est pas encore connue. On tente d’amener Namús à Québec, mais, tu sais, quand tu es championne, tu n’as pas nécessairement le goût de te battre contre l’aspirante dans son pays...» poursuit-il.

Âgée de 32 ans, Dicaire a gagné tous ses combats professionnels et est considérée comme la première aspirante au titre par la World Boxing Association (WBA) et deuxième aspirante par le WBC et l’IBF. Championne canadienne de karaté à l’adolescence, elle s’est mise à la boxe à l’âge de 25 ans et est passée chez les professionnels en 2015. Elle a remporté le titre vacant de championne de la NABF en février en battant l’Uruguayenne Marisa Gabriela Núñez au Casino de Montréal, le défendant ensuite deux fois avec succès.

Personnalités attendues

D’autre part, Bernard Barré a mentionné que quelques gros noms de la boxe mondiale pourraient être de passage à Québec pour assister au gala du 1er décembre. Le célèbre promoteur Bob Arum, pdg de la société Top Rank, devrait être sur place tout comme le champion du monde des poids légers de la WBA et du magazine The Ring, Vasyl Lomachenko, grand ami d’Oleksandr Gvozdyk qui tentera de ravir son titre à Adonis Stevenson.

«Non seulement c’est un ami de Gvozdyk, mais ils ont le même gérant. Malgré tout, j’hésite à déclarer qu’il sera là, car il n’y a encore rien d’officiel», commente Barré à propos de l’Ukrainien, qui est considéré comme le meilleur boxeur livre pour livre au monde par le réseau ESPN, l’Association des journalistes de boxe des États-Unis, le magazine The Ring et le Bureau des classements de la boxe.

NOTES

  • Parmi les autres combats présentés durant le gala, le championnat intercontinental des super-moyens de l’IBF mettra aux prises Shakeel Phinn (19-2-0, 13 K.-O.), de Brossard, et l’Américain Dario Bredicean (17-0-0, 5 K.-O.), alors qu’un combat préliminaire de quatre rounds mettra aux prises le Camerounais Wilfried Ntsengue, le champion d’Afrique de 2017, qui fera ses débuts professionnels face au Mexicain Fernando Galvan (4-1-0, 1 K.-O.).
  • L’Ukrainien Oleksandr Teslenko, invaincu en 14 combats et ayant 11 K.-O. à son actif, se battra aussi en sous-carte dans un combat de huit rounds, mais son adversaire n’est pas encore connu.