Boulders 5/Capitales 0: Gurriel est arrivé

Yuniesky Gurriel est arrivé. Le premier Cubain à jouer au baseball professionnel en Amérique du Nord avec l'autorisation de son gouvernement était au Stade municipal de Québec, jeudi soir. La nouvelle acquisition des Capitales a assisté à la défaite de 5-0 face aux Boulders de Rockland.
«J'ai fait bon voyage et je suis heureux d'être ici. Je ne connais pas encore le rôle qu'on va me donner, mais je suis impatient de commencer à jouer», a affirmé Gurriel, à l'aide d'une généreuse interprète. Assis derrière le marbre, il analysait déjà les lanceurs et le style de jeu pratiqué dans la ligue Can-Am.
Président des Capitales, Michel Laplante se disait soulagé. Cinq ans qu'il travaille sur le dossier. «Il a obtenu son visa canadien hier [mercredi] et 24 heures plus tard, il est débarqué de l'avion, à Montréal. Avec les douanes, les transferts et tout, on n'est jamais sûr, mais tout s'est bien déroulé», a indiqué celui qui a cueilli le nouveau venu à Dorval. Laplante était accompagné de son partenaire dans l'aventure, Daniel Rochette.
Rochette est un passionné de baseball qui s'est lié d'amitié avec la famille Gurriel il y a 10 ans, particulièrement le père, Lourdes, légende vivante du baseball cubain. Yuniesky, 32 ans, est le plus âgé de trois frères. Yuliesky est le meilleur et joue au Japon. Lourdes fils est le cadet et le plus costaud.
Contrairement aux José Abreu, Yasiel Puig et autres vedettes du baseball majeur, Yuniesky Gurriel n'a pas fait défection. Il rentrera au pays à l'automne et disputera sa 15e campagne dans la ligue nationale cubaine. Une première. Le natif de Sancti Spiritus est déjà sorti de Cuba pour des tournois en Italie, au Mexique et en Équateur.
Il n'accompagne pas ses nouveaux coéquipiers au Texas et devrait enfiler l'uniforme des Capitales pour la première fois au retour de l'équipe à Québec, le 22 juillet. Mais une simple visite au consulat des États-Unis à Québec lui fournira les papiers nécessaires pour jouer en sol américain sans problème.
L'entente entre la Fédération cubaine de baseball, l'Institut national des sports de Cuba et les Capitales de Québec implique un échange de services. Des jeunes Québécois participeront à des cliniques de baseball à Cuba, dès l'hiver prochain.
Marchand de vitesse
Partout, on lit Gourriel. Même sur les gilets portés par le paternel dans les grandes compétitions internationales. Mais lors de la signature du contrat, on a réalisé que l'orthographe réel est Gurriel. C'est donc ce qui apparaîtra sur son chemisier numéro 51 des Capitales. Au Japon, Yuliesky porte Gurriel.
«Il existe!» s'est pour sa part exclamé le gérant Patrick Scalabrini, en fin de soirée, après avoir servi quelques mots d'espagnol à son nouveau joueur. «Ce ne sera pas un grand joueur d'impact, mais c'est un bon joueur. Il a de la vitesse, ce qu'on n'a pas beaucoup, et il est voltigeur, ce qu'on a par contre en grande quantité.
«On ne s'attend pas à un sauveur, a poursuivi le patron. On veut juste qu'il amène son intensité. Il a joué plusieurs années dans les ligues majeures de Cuba, alors il va sûrement être capable de montrer des belles choses.»
Zach Staniewicz a encaissé la défaite de jeudi en plus de fracasser le record de ligue pour le nombre de frappeurs atteints en une saison. Le lanceur de balle papillon est déjà à 19, l'ancienne marque était de 17. Rene Leveret a frappé son 700e coup sûr en carrière. Jonathan Malo s'est blessé à l'épaule en plongeant et son état se réévalué vendredi.
«Au moins cinq victoires» au Texas
Les Capitales ont roulé en autocar toute la nuit pour attraper leur vol à l'aéroport de Boston, ce matin, à 8h30. Ils entament un voyage de neuf matchs en 10 jours au Texas, pour affronter trois équipes de l'Association américaine. Première escale Laredo, où les attendent les Lemurs (27-23), dès vendredi soir.
Véritable puissance offensive, Laredo affiche une retentissante moyenne au bâton collective de ,313! Les Lemurs alignent les deux meilleurs cogneurs de l'Association américaine en Travis Denker, qui a joué 24 matchs dans les ligues majeures en 2008, et Devin Goodwin. Denker mène la ligue avec 53 points produits et 16 circuits, Goodwin suit avec 44 et 13. Sans oublier Nick Van Stratten, auteur d'une moyenne de ,362 et d'une séquence active de 27 matchs de suite avec au moins un coup sûr.
«Il y a un gros corridor de vent de droite à gauche. Alors ils ont juste des frappeurs droitiers et tous les circuits sortent au champ gauche», explique Mike Provencher (photo), actuel deuxième-but des Capitales, à propos du stade de Laredo. Provencher jouait pour les Lemurs, l'an passé, tout comme le troisième-but Balbino Fuenmayor.
Laredo accorde toutefois beaucoup de points, 20 points ou plus dans trois séries de trois matchs cette saison. Les Capitales s'arrêteront ensuite à Amarillo (18-32) et à Grand Prairie (21-30), où logent deux des trois pires formations de l'Association américaine.
«Il faut revenir avec au moins cinq victoires sur neuf. Même là, je ne serais pas si content», affirme le gérant Patrick Scalabrini. «On commence à bien jouer. Il faut poursuivre dans cette veine. Il est temps que ça lève et qu'on en joue plusieurs bonnes d'affilée. On doit absolument gagner des matchs et s'approcher des équipes devant nous.»
Scalabrini laisse les blessés Josué Peley et Ari Ronick à Québec. Karl Gélinas (4-3, 3,22) monte sur la butte vendredi. Les Lemurs sont 9-0 à vie quand ils reçoivent des équipes de la ligue Can-Am. Ils ont balayé les Aigles de Trois-Rivières, fin mai. La Can-Am est 10-10 cette saison en terrain de l'Association américaine et tire de l'arrière 19-21 au total des matchs interligues cet été.