Eugenie Bouchard n'a eu aucun problème à disposer de la Française Harmony Tan, mardi.

Bouchard remporte son premier match à Flushing Meadows

NEW YORK — Dominante lors des qualifications en vue des Internationaux des États-Unis, Eugenie Bouchard a poursuivi sur sa lancée à son premier match dans le tableau principal.

Mardi, la Montréalaise n’a eu besoin que de 69 minutes pour disposer de la Française Harmony Tan, 396e joueuse mondiale, en deux sets de 6-3 et 6-1.

Bouchard, classée 137e au monde, affrontera au deuxième tour la Tchèque Marketa Vondrousova, qui occupe le 103e échelon de la WTA. Il s’agira du premier affrontement entre les deux joueuses.

Du côté masculin, l’Ontarien Peter Polansky, qui est devenu le premier joueur de l’ère moderne à être repêché dans le tableau principal des quatre tournois de Grand Chelem après avoir perdu en qualifications, il a rapidement été éliminé (6-2, 6-1 et 6-2) par le quatrième favori, l’Allemand Alexander Zverev.

Il a fait si chaud, au-delà de 38 °C, que les organisateurs ont étendu au tennis masculin une règle en vigueur du côté féminin, en lien aux chaleurs extrêmes. La WTA permet en effet aux joueuses de quitter le terrain pendant 10 minutes entre les deuxième et troisième sets. Mardi, les hommes eux aussi ont pu obtenir un tel répit, mais entre les troisième et quatrième manches.

«À la fin de la journée, les dirigeants de l’ATP et plusieurs superviseurs sont assis dans leurs bureaux où il y a de l’air climatisé, où il fait froid. Et nous devons être ici, à l’extérieur. Ils nous disent que c’est correct; ils ne sont pas ceux qui oeuvrent sur les courts», a fait remarquer Zverev. «Évidemment, la règle devrait être plus stricte. Il devrait y avoir certaines températures, certaines conditions, dans lesquelles nous ne devrions pas jouer.»

Les joueuses et les joueurs vivent un cauchemar et leurs organismes sont mis à rude épreuve depuis le début de la quinzaine new-yorkaise. Un chiffre résume la difficulté à laquelle ils sont confrontés : dans le tableau masculin, trois des huit matchs terminés mardi en début d’après-midi se sont soldés par des abandons en raison de la chaleur et de l’humidité étouffantes.

Premier à jeter l’éponge dans la matinée après deux heures et demie de combat, dans le quatrième set de son premier tour, l’Argentin Leonardo Mayer (43e) était remonté contre les organisateurs. «Je crois qu’il ne faut plus jouer en cinq sets parce que tant qu’un joueur ne sera pas mort, ils n’arrêteront pas. La seule solution, c’est d’écourter un peu les matchs parce que nous ne maîtrisons pas la chaleur.

«Je n’ai pas supporté, j’ai essayé, mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais plus jouer, c’était impossible. Je n’allais pas mourir sur le court...», a ajouté Mayer.

Même des joueurs qui sillonnent le circuit depuis des années n’avaient pas souvenir de telles conditions. Lundi déjà, le no 1 mondial Rafael Nadal avait décrit «une humidité infernale» et demandé — en vain — un ventilateur dès les premiers échanges de son match du premier tour.

Alizé Cornet, battue 4-6, 6-3 et 6-2 par la Suédoise Johanna Larsson, a vécu «deux heures et quelques de cauchemar. Cette chaleur et cette humidité m’ont fait paniquer. Je me suis dit que je n’allais pas y arriver. C’est difficile de garder sa lucidité dans ces moments de souffrance», a indiqué la Française de 28 ans.

La no 2 mondiale, la Danoise Caroline Wozniacki, tombeuse de l’Australienne Samantha Stosur au premier tour (6-3, 6-2), a quant elle préféré gérer la situation en s’imaginant «à la plage, une margarita à la main». Elle va pouvoir continuer : la météo américaine a annoncé des températures encore plus élevées sur New York pour mercredi.

Entrées réussies pour Djokovic et Federer

À son retour à l’étape américaine du Grand Chelem, le Serbe Novak Djokovic a eu besoin de quatre sets (6-3, 3-6, 6-4 et 6-0) devant le Hongrois Marton Ducsovics. Son prochain adversaire sera l’Américain Tennys Sandgren, 61e raquette mondiale.

Djokovic, tête de série no 6 et champion à Wimbledon en juillet, a raté la dernière édition du tournoi à cause d’une blessure au coude. 

Si la logique est respectée, il pourrait retrouver Roger Federer en quarts de finale, le Suisse ayant décroché mardi sa 18e victoire d’affilée au premier tour à Flushing Meadows.

Federer, 20 fois champion en Grand Chelem, a été expéditif face au Japonais Yoshihito Nishioka, qu’il a écarté de sa route en trois sets de 6-2, 6-2, 6-4.

Mercredi, trois Canadiens seront à l’œuvre : Milos Raonic sera opposé au Français Gilles Simon, Vasek Pospisil aura la dure mission de stopper le grand favori Rafael Nadal, tandis que Denis Shapovalov, qui a profité lundi de l’abandon de son ami Félix Auger-Aliassime pour accéder au deuxième tour, sera opposé à l’Italien Andreas Seppi.  Avec Le Soleil