Le boxeur de Québec Sébastien Bouchard avait la voix du vainqueur, samedi après-midi, après sa victoire par arrêt de l’arbitre à 1 min 17 du deuxième round aux dépens de Carlos Gorham.

Bouchard fait boum, boum!

«As-tu vu le K.O.? C’est de loin mon plus violent. Il dormait déjà en tombant!»

Le boxeur de Québec Sébastien Bouchard (17-1, 7 K.O.) avait la voix du vainqueur, samedi après-midi, après sa victoire par arrêt de l’arbitre à 1 min 17 du deuxième round aux dépens de Carlos Gorham (16-5-1, 10 K.O.).

Joint au téléphone au Casino de Montréal, où se tenait le gala organisé par le Groupe Yvon Michel, Bouchard venait de signer contre le Mexicain une neuvième victoire consécutive, la troisième à ses quatre dernières sorties gagnées avant la limite.

«Tout le monde dit que je ne cogne pas, mais à un moment donné, ils vont commencer à penser que je cogne! Les résultats parlent par eux-mêmes», affirme celui qui a réglé le compte de son adversaire à l’aide d’une combinaison crochet de droite, crochet de gauche.

«Le gars est vraiment bon, mais son jab est lent. Dans le coin, entre le premier et le deuxième round, Maxime et Stéphan m’ont dit de bien me calculer par-dessus son jab. C’est ça que j’ai fait», a-t-il résumé.

Stéphan, c’est Stéphan Larouche, son entraîneur d’un jour en remplacement de son conseiller de longue date François Duguay, qui se mariait samedi. Ils se connaissent de l’époque où Larouche dirigeait un certain Lucian Bute et où Bouchard servait de partenaire d’entraînement à Pier-Olivier Côté, Bute et Côté boxant alors tous deux pour le promoteur InterBox. Duguay était aussi le coach de Côté.

Maxime Simard est l’autre entraîneur de Bouchard. Et pas question de changer Duguay pour Larouche. Mais «ç’a super bien été avec Stéphan, il est calme. Un gars d’expérience comme lui, je ne vais pas passer à côté de ses conseils», indique Bouchard, qui devrait faire encore appel aux services de Larouche de façon ponctuelle dans le futur.

Dierry Jean s’éloigne

Le poids mi-moyen de 31 ans se tourne maintenant vers son affrontement du 1er décembre, au Centre Vidéotron, en sous-carte du combat de championnat du monde opposant Adonis Stevenson à Oleksandr Gvozdyk.

Le plan de Bouchard était de se frotter au Montréalais Dierry Jean, qui s’est battu deux fois en championnat du monde. Mais comme Bouchard ne veut pas descendre plus bas que 147 lb et que le clan de Jean, malgré un combat de retour à 146 lb fin septembre, désire retourner chez les 140 lb, catégorie où il a eu le plus de succès, ce duel devient de moins en moins probable.

Ce qui laisse Bouchard dans le néant pour l’instant en vue du 1er décembre. Le promoteur Michel lui a toutefois promis un titre mineur à l’enjeu.

Sa victoire expéditive de samedi a quand même été le plus long des trois principaux combats, puisque Francis Lafrenière (17-6-2, 10 K.O.) et Shakeel Phinn (19-2, 13 K.O.) chacun anéanti leur rival dès le premier round!

On a aussi appris que Phinn affronterait l’Américano-Montréalais Dario Bredicean à Québec le 1er décembre, tandis que le duel Mikaël Zewski-Ali Funeka était déjà annoncé, tout comme la présence dans le ring du Centre Vidéotron de Marie-Ève Dicaire et d’Oscar Rivas.