Le sprinteur Usain Bolt s'est mis à danser avec les cheerleaders après avoir reçu une coupe pour l'ensemble de sa carrière des mains du prince régnant Albert-II.

Bolt triomphe sur ses derniers mètres

À sa dernière course en carrière dans la Diamond League, la légende du sprint Usain Bolt a remporté vendredi soir le 100 mètres de Monaco, en 9,95 secondes, éclipsant ses adversaires dans les derniers mètres.
Pour la première fois sous les 10 secondes cette saison, après deux sorties en juin en-deçà de son standard, chez lui à Kingston (10,03) puis à Ostrava (10,06), le roi a remis les aiguilles du chronomètre à sa mesure.
Au bout de la ligne droite du stade Louis-II, il a devancé l'Américain Isiah Young (9,98) et le Sud-Africain Akani Simbine (10,02).
L'octuple champion olympique, qui a fixé son terminus lors des Mondiaux de Londres (4 au 13 août), où il disputera les 100 m et 4x100 m, a surmonté, une fois encore, un départ laborieux pour accélérer dans le dernier tiers de la course.
«C'était bien de descendre sous les 10 secondes. Je suis sur la bonne voie, même s'il reste du travail. Pas mal d'émotions contradictoires m'ont traversé ce soir : heureux pour ma carrière, triste parce que c'est la fin», a dit Bolt.
Il y a deux jours, le roi avait désarçonné les sceptiques, annonçant qu'il avait progressé et n'envisageait pas la défaite. La dernière remontait à Rome en 2013, face à l'Américain Justin Gatlin, qu'il avait puni quelques semaines plus tard aux Mondiaux de Moscou.
Au départ, pour ne rien perdre du couloir 4 où s'était agenouillé le géant, les spectateurs se sont levés avec leurs portables à bout de bras. Les empereurs romains baissaient le pouce pour signifier la condamnation des gladiateurs.
Mais Bolt n'a pas mordu la poussière. Et, quand le feu d'artifice des performances s'est éteint, il a reçu l'hommage d'un stade et du prince régnant Albert-II, qui lui a remis une coupe pour l'ensemble de sa carrière.
Puis Bolt, bon enfant, s'est mis à danser avec les cheerleaders sur la piste ocre monégasque qu'il n'avait foulée qu'une seule fois avant cette ultime représentation.
Après le feu d'artifice, les spectateurs sont descendus en famille dans l'arène.
Pourtant, loin de son record du monde (9,58 aux Mondiaux 2009 à Berlin), Bolt reste Bolt, celui qui a dominé l'athlétisme depuis les Jeux de Pékin 2008.
Les Canadiens disqualifiés
L'étoile canadienne du sprint Andre De Grasse n'a pas participé au 100 m, lui qui était seulement inscrit au relais 4x100 m. L'Ontarien âgé de 22 ans a vu son quatuor complété par Aaron Brown, Brendon Rodney et Gavin Smellie être disqualifié. Le dernier échange du témoin entre Rodney et De Grasse a provoqué la disqualification.
Le relais chinois s'est imposé en 38,19 secondes, devant deux formations américaines ayant signé des temps respectifs de 38,30 et 38,41.
Pour sa part, Melissa Bishop a fracassé un record canadien au 800 m. Âgée de 28 ans et originaire d'Eganville, en Ontario, Bishop a signé un chrono de 1:57,01 et a terminé en cinquième position. Elle détenait l'ancienne marque de 1:57,02 qu'elle avait établie quand elle avait pris le quatrième rang aux Jeux olympiques de Rio, l'été dernier.
La Sud-Africaine Caster Semeya s'est détachée de ses poursuivantes dans les derniers 50 mètres et a réussi le meilleur chrono de l'année en 1:55,27. La Burundaise Francine Niyonsaba a suivi en 1:55,47, devant l'Américaine Ajee Wilson (1:55,61).  Avec AP