Kevin Bizier

Bizier entrera dans les ligues majeures

Jamais de toute sa carrière, Kevin Bizier n'aura autant été sous les feux de la rampe comme il le sera le vendredi 8 février au Centre Bell. Il participera à la grande finale du gala de la série Rapides & Dangereux 3.0, un combat qui l'opposera à John O'Donnell et où sa ceinture NABA des mi-moyens sera à l'enjeu. Cette finale sera présentée en direct sur la chaine ESPN2 dans le cadre de la série Friday Night Fights.
À l'origine, c'est David Lemieux qui devait prendre part à la finale du gala de la série Rapides & Dangereux 3.0. Le boxeur montréalais a cependant déclaré forfait en raison d'une blessure à la main droite. «Me battre en finale et profiter d'autant de visibilité, c'est un tremplin pour ma carrière, a expliqué Bizier (19-0, 13 KO) lors d'une conversation téléphonique. Je vais être un peu plus nerveux, mais je crois que ça va être un bon stress.»
«Depuis le début de sa carrière, Kevin a évolué dans l'ombre des vedettes de son équipe, a indiqué par communiqué Yvon Michel, le président de GYM. Mais toutes ses sorties ont toujours été intenses et spectaculaires. C'est un athlète sérieux, un bagarreur explosif et hargneux et je suis convaincu qu'il a tout ce qu'il faut pour conquérir les adversaires comme son public.»
Le boxeur originaire de Saint-Émile a indiqué qu'il avait appris il y a environ deux semaines que son duel contre O'Donnell (27-2, 11KO) serait le clou du spectacle du prochain gala Rapides & Dangereux. Cette nouvelle, on la lui a dévoilée à petite dose. On a commencé par lui parler de la blessure de Lemieux, puis de la possibilité de faire la demi-finale. C'est par la suite qu'on lui a confirmé que son combat serait LE combat de la soirée.
«Quand on m'a officiellement annoncé la nouvelle, j'ai juste dit c'est correct. Comme je me retrouvais contre le même gars (O'Donnell), pour moi une demi-finale ou une finale, c'était la même affaire. C'est certain que si on m'a placé en finale, c'est parce que l'on a de grandes attentes à mon endroit. Sauf que je ne le prends pas comme ça. Les promoteurs savent que je vais performer, car je performe toujours. Je me battrais dans le premier combat de la soirée et je performerais autant.
«Cette fois, il faut juste que j'aie une petite coche de plus. Mais avec Marc (Ramsey) à l'entraînement, je suis vraiment certain de l'avoir. De toute manière, le gars (O'Donnell) est dur à battre et c'est en fonction de lui que je me prépare depuis le début.»
Un nouveau papa
Bizier a indiqué que son combat face au Britannique constituait son plus gros test en carrière avec le duel qu'il a livré à Lanardo Tyner en 2011, combat qui lui avait permis de mettre la main sur sa ceinture.
«O'Donnell n'est pas le même genre de boxeur que Tyner. Il est plus un styliste. Je devrai donc me montrer patient et bien m'approcher pour lui rentrer dans les culottes afin de lui faire mal dans des corps à corps. Je vais devoir l'étudier comme il le faut afin de trouver ses failles et de profiter des ouvertures qu'il va me donner. Je vais devoir attendre de voir ce qu'il va me lancer avant de passer à l'action. Et je n'aurai absolument pas le droit de sortir de mon plan de match.»
Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, Bizier est devenu papa d'une petite fille, dimanche. «Ma blonde est à Québec et je m'entraîne à Montréal. D'ici mon combat, je vais avoir un peu de répit, car c'est plus elle qui va s'en occuper. Mais après ça, je vais avoir un mois de congé. Je vais donc m'occuper de ma fille à temps plein.»