Le planchiste Francis Jobin, de Lac-Beauport, a joué de malchance, jeudi. Il a raté la 10e place, dernière donnant accès à la finale, par 0,75 points.

Big Air du Snowboard Jamboree: ABM rate la finale, Blouin qualifiée

L’une des vedettes locales des Coupes du monde de Big Air, le skieur Alex Beaulieu-Marchand, n’a pas réussi à se qualifier jeudi pour la finale alors que la planchiste Laurie Blouin, de Stoneham, a pour sa part obtenu son ticket pour la grande finale de samedi.

Toutes les épreuves de qualification, qui devaient au départ s’étaler sur deux jours, ont été reportées à jeudi afin d’éviter le temps pluvieux prévu vendredi et de préserver la structure du Big Air pour la finale. En freeski, Beaulieu-Marchand a pris la quatorzième place des qualifications alors que seuls les dix premiers compétiteurs accèdent à l’étape suivante. 

«J’ai essayé un switch triple flip et je n’ai pas réussi un atterrissage parfait lors de ma première descente. À la deuxième, je voulais le tenter de nouveau, mais, sur ce saut-là, il faut tellement que tu sois au bon moment pour pouvoir réussir un triple flip. Je n’allais pas assez vite, donc je n’avais pas assez de momentum pour le faire, alors j’ai ouvert et j’ai fait simplement un double flip», a analysé le skieur pour qui cette manœuvre avait pourtant donné d’excellents résultats toute la saison.

«J’ai eu une super belle saison, je suis vraiment content. C’est pour ça que je ne voulais pas essayer à tout prix un triple flip à ma deuxième descente. Je ne voulais pas prendre le risque de me blesser», poursuit celui qui termine ainsi sa saison d’épreuves de la Fédération internationale de ski (FIS) et des XGames. «Je vais faire un Big Air à Whistler pour le plaisir et une épreuve en Europe surtout pour filmer. Ensuite je vais continuer à skier jusqu’en avril et au début mai. Ensuite, j’aurai quelques semaines de repos avant que les camps reprennent en mai.»

Blouin facilement

Pendant ce temps, Laurie Blouin se qualifiait facilement pour les finales sur sa planche avec un score de 92,50, tout juste derrière les 94,50 de l’Américaine Julia Marino qui a réalisé la meilleure performance des qualifications. Marguerite Sweeney, de Saint-Basile-de-Portneuf, a pour sa part terminé en neuvième place alors que seules les six premières se qualifient pour les finales chez les femmes. Âgée de 18 ans, la jeune planchiste ne se mettait cependant pas trop de pression. «Je veux m’amuser avec le saut et essayer des figures que je n’avais jamais essayées en compétition. Je veux préparer des choses pour l’an prochain», expliquait avant les qualifications celle qui vient de faire le saut du niveau junior au niveau senior.

«La différence n’est pas énorme, surtout qu’on court pas mal contre les mêmes personnes», poursuit Marguerite, qui aimerait faire une plus grande part du circuit de la coupe du monde l’an prochain. «C’est mon objectif à moyen terme», indique celle qui s’entraîne à la station de ski Le Relais en plus de poursuivre des études à distance au Cégep de Sainte-Foy. 

Par 0,75 point

La journée de jeudi a été beaucoup plus difficile à avaler pour le planchiste Francis Jobin, de Lac-Beauport, qui a raté la dixième place, dernière donnant accès à la finale, par un tout petit 0,75 point. «Je suis content d’avoir atterri deux de mes trois sauts, mais j’avoue que c’est un peu frustrant et que je suis un peu déçu aussi», explique-t-il.

«Pour mon premier saut, j’ai joué plus «safe» alors que mon deuxième était plus difficile, mais j’ai mis une main par terre. Pour le troisième, ça n’a pas bien été du tout», analyse celui qui a été éjecté de la finale à la toute dernière minute. «J’ai été jaser avec les juges et ils m’ont dit que le fait que j’aie mis la main par terre m’a coûté beaucoup», poursuit-il, ajoutant qu’il n’en a pas contre la nouvelle façon de faire où les coureurs doivent exécuter trois sauts, dont au moins deux en tournant de deux côtés différents. «J’aime cette méthode pour les qualifs car c’est une bonne chose de prendre les planchistes les plus complets.»

Jobin se rendra la semaine prochaine aux championnats canadiens, à Calgary, où il participera aux épreuves de Big Air et de slopestyle pour ensuite faire lui aussi un détour vers le Big Air de Whistler le 10 avril. «Le Big Air de Québec reste quand même un de mes préférés. Le saut est vraiment beau. Dans l’ensemble, je suis satisfait de ma saison et je commence déjà à penser à l’an prochain. Mon objectif à moyen terme est toujours de réussir à faire l’équipe nationale», conclut-il.