La planchiste de Stoneham Laurie Blouin a pris la deuxième place derrière sa rivale et amie Julia Marino, avec qui elle partage le même entraîneur.

Big Air: ça y était presque pour Laurie Blouin

Malheureusement, Laurie Blouin n’aura pas réussi à donner pleine satisfaction aux amateurs qui criaient son nom samedi soir autour du Big Air de l’îlot Fleurie alors qu’elle a de nouveau pris la deuxième place derrière sa rivale et amie Julia Marino. Les deux jeunes femmes, qui partagent le même entraîneur, se sont d’ailleurs étreintes dès la fin de la compétition au terme de laquelle moins de cinq points les séparaient.

La planchiste de Stoneham semblait tout de même légèrement amère après sa dernière descente. «Je suis contente, mais je suis un peu surprise de mes scores. Mais que voulez-vous, c’est un sport jugé et ça arrive, des erreurs...», a déclaré Laurie après un troisième saut réussi alors qu’elle avait chuté sur le second. Le cumulatif de ses premier et troisième sauts lui donnaient un score de 157.50 alors que l’Américaine Marino totalisait 162.25.

«C’est super pour Julia, on est amies et je suis contente pour elle, mais à mon troisième saut, je pensais quand même être un peu plus proche de Julia que ça. Je ne dirais pas que c’est une déception, mais c’est comme ça dans notre sport. Malgré tout, c’était quelque chose d’être en haut de la piste et d’entendre tout le monde crier «Laurie, Laurie!»»

L’entraîneur Maxime Hénault, lui, était assuré de voir l’une de ses protégées remporter l’épreuve de samedi tellement Blouin et Marino s’étaient détachées du lot et alors que plusieurs planchistes ont fait des chutes. «Elles ne travaillent pas l’une contre l’autre, elles travaillent dans la même direction», a-t-il philosophé. «Avant leurs descentes, je leur parle l’une après l’autre, selon l’état d’esprit où elles sont», poursuit-il, estimant que Marino méritait bel et bien la première place, mais avouant qu’il aurait cru que Blouin aurait obtenu une meilleure note des juges sur son premier saut.

Du côté masculin, la lutte aura été forte entre les planchistes alors que le Belge Seppe Smits a remporté l’or avec un score de 175.75 devant le Norvégien Kalle Jarvilehto (171.50) et le Suisse Jonas Boesiger. Le meilleur Canadien, le jeune William Buffey, 18 ans, a pris la sixième place d’une épreuve fort enlevante.

Langevin rate le podium

Seul Québécois en finale du Big Air sur skis, Philippe Langevin de Mont-Tremblant a raté le podium et terminé la finale en cinquième position avec un cumulatif de 154.50 alors que la victoire est allée à l’Autrichien Lukas Muellauer, qui s’était qualifié tout juste devant lui jeudi et a causé une certaine surprise.

Après avoir chuté à son premier saut, Langevin, 18 ans, a réalisé une bonne performance à son deuxième saut. Son troisième saut n’a cependant pas été suffisant pour le classer parmi les trois premiers, prenant temporairement la quatrième place avant de glisser en cinquième. «Je voulais faire un triple cork, mais finalement je ne l’ai pas fait. Je n’ai pas fait les manoeuvres que je voulais faire aujourd’hui, c’est dommage, car je visais un podium», a déclaré le Québécois, qui est cependant loin d’être déçu de sa saison.

«Je me suis qualifié pour la finale à toutes les épreuves de la Coupe du monde auxquelles j’ai participé et j’ai remporté l’argent en slopestyle en France, au mois de janvier», raconte le jeune athlète qui est un adepte de cette discipline et s’est mis au Big Air depuis moins de deux ans. «Je préfère le slopestyle, mais je m’habitue aussi au Big Air. C’est qu’il faudra faire les deux pour participer aux prochains Jeux olympiques», explique-t-il à propos des Jeux de Pékin, en 2022, où l’épreuve de Big Air sur ski sera pour la première fois au programme tant chez les hommes que chez les femmes.

Langevin a ajouté qu’il appréciait beaucoup le saut monté de toutes pièces au centre-ville de Québec. «C’est le seul endroit dans le monde où on peut avoir un Big Air en milieu urbain et c’est vraiment intéressant!»

L’éventuel vainqueur, Muellauer, avait eu un parcours plus facile après avoir obtenu la meilleure note de la journée, un 93.00, dès son premier saut. Le skieur de 21 ans a ainsi pu coiffer les Suisses Fabian Boesch et Andri Ragettli. Ragettli détenait cependant une avance insurmontable dans la course au Globe de cristal, qui lui échoit après les trois épreuves de la Coupe du monde de Big Air.

Le Globe à Gaskell

Chez les skieuses, c’est la Canadienne Elena Gaskell, troisième à l’épreuve du Big Air de samedi, qui décroche le Globe de cristal avec 10 points seulement d’avance sur la Suissesse Mathilde Grémaud, gagnante de l’épreuve. Grémaud avait elle aussi débuté en force avec un score de 90.00, le meilleur de la journée chez les femmes. L’Allemande Kea Kuehnel a pris la deuxième place et la troisième au classement de la Coupe du monde.

«C’est mon premier Globe de cristal, alors je suis très excitée! Si vous m’aviez dit ça au début de la saison, je ne l’aurais pas cru», a lancé l’adolescente de 17 ans de Vernon, en Colombie-Britannique, qui n’a pas manqué elle non plus de partager son appréciation des installations du Jamboree de snowboard et de freeski de Québec. «C’est très bien bâti et c’est spécial de voir les gens installés en haut sur les bretelles de l’autoroute!»