L'ailier défensif du Rouge et Or, Mathieu Betts, est classé deuxième, derrière le joueur de ligne défensive Jonathan Kongbo, un Britanno-Colombien qui joue dans la NCAA.

Betts, deuxième meilleur espoir en vue du repêchage de la LCF

Le joueur de ligne défensive du Rouge et Or de l’Université Laval Mathieu Betts est le deuxième athlète le mieux classé en vue du prochain repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF).

Le joueur de quatrième année, qui compte 26,5 sacs du quart en carrière, figure juste derrière le joueur de ligne défensive Jonathan Kongbo, originaire de Colombie-Britannique et qui s’aligne avec les Volunteers du Tennessee dans la NCAA.

Betts a déjà remporté le prix Peter Gorman remis à la recrue par excellence au pays en 2015 et le trophée J.P. Metras désignant le meilleur joueur de ligne universitaire au Canada en 2016 et en 2017.

Deux autres membres du Rouge et Or, le receveur de passes Alexandre Savard et le joueur de ligne offensive Samuel Thomassin, ont réussi à percer le classement des 20 meilleurs espoirs au pays, Savard prenant la dixième place et Thomassin, la douzième.

L’entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, n’était pas surpris de voir ses trois protégés dans le top 20, à commencer par Betts. «C’est un honneur pour notre programme que Mathieu soit scruté par les équipes de la LCF, mais tout le crédit lui revient. C’est lui qui s’est forgé cette réputation [...] C’est un joueur spécial doté d’un immense talent, mais qui demeure humble et terre à terre. Son enthousiasme rend meilleurs tous ses coéquipiers.»

Les trois porte-couleurs du Rouge et Or sont les seuls joueurs du sport interuniversitaire canadien à figurer dans les douze premières positions du classement, les autres places étant toutes occupées par des Canadiens évoluant aux États-Unis. Le seul autre joueur d’une université québécoise à faire partie du classement est le joueur de ligne offensive des Stingers de Concordia Mo Simba Bibaku, un pan de mur de 6 pieds 8 pouces et de 323 livres.

Et Desjardins?

Jeudi, Glen Constantin se demandait cependant pourquoi son joueur de ligne défensive Vincent Desjardins ne figurait pas lui aussi dans le classement. «Vincent est très fort techniquement. Ce gars-là a sa place. Les coachs qui sont venus ici au Défi Est-Ouest m’ont tous dit que j’avais deux choix de première ronde dans ma ligne offensive en parlant de Mathieu et Vincent...» a-t-il analysé après son point de presse hebdomadaire.

Desjardins, qui était aussi sur place, ne se formalisait cependant pas outre mesure de cette omission. «Moi, ce ne sont pas des choses qui me préoccupent», a affirmé celui qui a fait partie de la première équipe d’étoiles défensives du sport interuniversitaire canadien lors des deux dernières saisons.

Le bureau de recrutement de la LCF, composé de recruteurs, de directeurs du personnel, de joueurs et de directeurs généraux des neuf équipes de la LCF, publie un classement des espoirs à trois reprises durant l’année, soit en septembre, en décembre et en avril. 

Le prochain repêchage de la LCF aura lieu en mai 2019 à Toronto. L’an dernier, 17 des 20 espoirs du classement de l’automne ont été choisis lors du repêchage de la LCF, dont sept au premier tour.

+

Glen Constantin estime que les Stingers de Concordia ont fait un bon choix en nommant Brad Collinson au poste d'entraîneur-chef.

CONSTANTIN ET COLLINSON SERONT AMIS... JUSQU'AU BOTTÉ D'ENVOI

Après l’avoir eu à ses côtés pendant huit ans, l’entraîneur-chef Glen Constantin (photo) retrouvera Brad Collinson au Stade Telus, samedi. Celui qui était autrefois l’entraîneur des porteurs de ballon du Rouge et Or sera cependant de l’autre côté du terrain, où il dirigera les Stingers de Concordia.

«Je dirais qu’on restera amis jusqu’au premier botté. Par la suite, c’est une autre histoire!» a lancé Constantin, jeudi. Il n’a cependant pas manqué de faire l’éloge de Collinson, qui a été nommé à la tête des Stingers depuis deux mois seulement.

«C’est un gars qui a travaillé fort, qui a fait beaucoup de sacrifices personnels et familiaux pour être ici. Il est très structuré, très ordonné et très efficace. C’est un bon communicateur, un bon meneur d’hommes et je pense que c’est ce dont Concordia avait besoin. Brad, c’est un bon rassembleur.»

Constantin est très fier de celui qui avait justement quitté un poste d’entraîneur offensif et de recruteur chez les Stingers pour se joindre au Rouge et Or. «C’est certain que je vais aller lui parler un peu avant le match. J’ai gradué beaucoup de joueurs, mais c’est la première fois que le programme du Rouge et Or gradue un entraîneur-chef.

«Également, c’était l’un des seuls entraîneurs ici qui ne provenait pas du Rouge et Or. Il avait joué et été entraîneur à Concordia, mais il avait toujours été loyal à l’équipe», poursuit Constantin. Il estime que Collinson voudra peut-être mettre son grain de sel dans l’équipe des Stingers, mais ajoute que son ancien acolyte n’en est l’entraîneur que depuis peu de temps. 

«Je ne crois pas que ce sera un facteur dans le match qu’il ait fait partie du personnel d’entraîneurs du Rouge et Or pendant huit ans. Je ne sais pas à quel point il s’impliquera dans l’offensive. C’est certain qu’il connaît certains de nos schémas de jeu, mais c’est de bonne guerre.»