Artur Beterbiev

Beterbiev pourrait se battre à Québec

Le prochain combat d'Artur Beterbiev l'opposant à Enrico Koelling pourrait avoir lieu à Québec. Ou peut-être pas. Peut-être le 29 juillet, ou pas. Tout dépendra de la télévision américaine.
Dans une annonce sur les réseaux sociaux, le boxeur québécois d'origine tchétchène a indiqué que «selon le contrat de l'IBF, l'affrontement éliminatoire aura lieu à Québec, le 29 juillet 2017. Toutefois, l'endroit et le jour du combat pourraient changer».
Le promoteur Yvon Michel a ensuite expliqué au Soleil que pour parapher une entente en bonne et due forme auprès de l'organisme de sanction, un lieu précis et une date fixe doivent être inscrits au contrat. Mais il ne s'agit que d'éléments de travail appelés à être précisés dans les prochaines semaines, et modifiés au besoin.
«Québec n'est pas exclue, mais ce n'est pas sûr. Ce sera en fonction des possibilités que la télé américaine va nous donner. À partir de leur date, on va ensuite trouver un endroit. Québec fait partie des possibilités, comme Montréal ou un endroit à l'extérieur du Québec. Mais c'est plus probable que ça se tienne au Québec», a résumé Michel.
Il était déjà établi que le face-à-face entre Beterbiev (11-0, 11 K.-O.) et l'Allemand Koelling (23-1, 6 K.-O.) aurait lieu en sol nord-américain. Notons qu'à l'agenda des deux amphithéâtres, autant le Centre Vidéotron que le Centre Bell sont libres le samedi 29 juillet. Mais cette date n'est en fait que la date limite à laquelle peut avoir lieu le combat, selon le contrat.
Deuxième aspirant au titre des 175 lb de l'IBF
Beterbiev, 32 ans, est classé deuxième aspirant au titre des 175 lb de l'IBF détenu par l'Américain Andre Ward, tandis que Koelling, 27 ans, arrive au cinquième rang. Le gagnant devrait obtenir le privilège d'ensuite affronter le champion, soit celui qui sortira vainqueur du deuxième duel entre Ward et Sergey Kovalev prévu le 17 juin, à Las Vegas.
Beterbiev s'est déjà produit à trois reprises à Québec, mais jamais au Centre Vidéotron. Il a obtenu trois knockouts dans l'ancien Colisée en 2013, en 2014 et en 2015. En fait, il n'a jamais eu besoin des juges pour être déclaré victorieux à chacun de ses 11 combats professionnels. Quant à Koelling, sa dernière victoire avant la limite remonte à septembre 2014.
Le conflit légal mettant aux prises Beterbiev et le Groupe Yvon Michel (GYM) n'interférerait en rien avec l'organisation du combat. Le pugiliste se dit insatisfait du peu de fois qu'il grimpe dans le ring, deux en 2016 et deux en 2015, en plus de reprocher un retard du paiement de ses bourses. Il désire ainsi briser les liens contractuels qui le lient à GYM et en a récemment saisi la cour.
***
Un deuxième combat pour Clovis Drolet
Après son entrée fracassante du 6 avril, une victoire par knockout en 31 secondes, le boxeur de Beauport Clovis Drolet livrera un deuxième combat professionnel le 17 juin. Drolet (1-0, 1 K.-O.) affrontera Gustave Alberto Sanchez (13-15-1, 4 K.-O.), au théâtre Olympia de Montréal. «C'est un Argentin qui a une trentaine de combats. Sa fiche est autour de ,500 et il a déjà fait huit rounds. Je m'attends à un bon combat», indique le quadruple champion canadien amateur.
Quant à son triomphe expéditif aux dépens du Mexicain Jesus Olivares, Drolet a déjà vécu des situations similaires dans les rangs amateurs et dit déjà ne plus y penser. «Si tu fais bien tes choses, le K.-O. va venir tout seul. Et tu dois toujours te protéger, surtout chez les pros où les gants sont plus petits», explique-t-il.
Sanchez n'a gagné qu'à 4 de ses 12 dernières sorties, étant mis hors de combat à trois reprises durant cette séquence lors de trois combats hors de son Argentine natale. Son dernier adversaire Neo Gonzalez, qui l'a maté au deuxième round en avril, s'était fait planter par Adonis Stevenson en 2012, lui aussi en deux rounds.