La première étape de Paris-Nice n’a pas été de tout repos pour Hugo Houle et ses coéquipiers d’Astana, dimanche. Le Québécois a terminé au 21e rang.

Beaucoup d’action pour Hugo Houle

Hugo Houle, 21e, de même que ses coéquipiers d’Astana Luis León Sanchez, 18e, et Gorka Izagirre Insausti, 35e, ont tous les trois terminé dans le même temps que le vainqueur de la première étape de Paris-Nice, dimanche, à Saint-Germain-en-Laye.

La course de 138,5 kilomètres a été remportée au sprint par le Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) en tête d’un groupe de 60 cyclistes. La première étape n’a toutefois pas été de tout repos.

«Il y a quand même eu beaucoup d’action, a raconté Hugo Houle. Il y avait beaucoup de vent aujourd’hui et c’était très stressant comme journée. Il y a eu plusieurs cassures au sein du peloton et il fallait demeurer vigilants et placés devant.»

Bien qu’il était satisfait de sa propre forme, Houle se désole que deux de ses coéquipiers, Miguel Angel Lopez (81e à 1 min 4 s) et Ion Izagirre Insausti (128e, à 2 min 50 s), ne soient pas parvenus à rester dans le groupe en avant.

«Pour moi, c’était une belle journée, ç’a bien été et j’étais fort. Mais nous avons perdu un ou deux leaders dans le final alors ce n’est pas très bon nous pour le général, a-t-il admis. Nous voulions les mettre devant, c’est un peu dommage pour nous, mais nous allons voir comment nous pouvons rectifier le tir dans les prochaines journées. Tout est encore possible, mais nous partons avec une prise. Il faudra courir de façon plus agressive», a poursuivi le cycliste de Sainte-Perpétue.

Lundi, la deuxième étape de Paris-Nice mènera les cyclistes dans une course de 163,5 kilomètres entre Les Bréviaires et Bellegarde. «Le vent risque de continuer à souffler fort encore. Ça risque d’être une autre journée stressante, car il faudra éviter les pièges et rester aux avant-postes.»

Dure journée pour Antoine Duchesne

Grand Prix de l’industrie et de l’artisanat, Antoine Duchesne (Groupama FDJ) a pour sa part été malchanceux du côté de l’Italie, où il a pris part au Grand Prix de l’industrie et de l’artisanat, à Larciano. Duchesne a été le 63e cycliste à traverser le fil d’arrivée, à 6 min et 9 s du meneur. «Tout se passait très bien, mais malheureusement, sur la troisième montée, notre leader David Gaudu a chuté et moi, je me suis fait briser ma chaussure et on m’a rentré dedans», a-t-il raconté après la compétition.

Ces complications ont fait en sorte que Duchesne a été distancé, notamment pour la montée, sans paroi sur le soulier. Le temps de retrouver la voiture pour changer cet équipement et il était trop tard pour le Québécois pour reprendre le retard cumulé. Alors qu’il ne restait que 25 km à la course, Duchesne est parvenu à bien terminer le trajet malgré la douleur provoquée par cet incident.

«Je me sentais encore bien et je ne recours que dans 12 jours, donc je voulais bien finir l’effort. C’est un peu dommage, je me sentais bien et c’était assez technique avec la pluie, mais j’étais à l’aise dans ces conditions», a indiqué l’athlète originaire de Saguenay.

La course de 199,2 kilomètres a été remportée par l’Allemand Maximilian Schachmann qui s’est imposé au sprint devant l’Italien Mattia Cattaneo (Androni Giocattoli — Sidermec). L’Italien Andrea Vendrame (Androni Giocattoli — Sidermen) a pris le troisième rang.