Thibaud Dezutter a récolté 13 points samedi face aux Redmen de McGill.

Basketball R et O: revers prévisible, mais douloureux

Une défaite prévisible ne fait pas moins mal. Samedi, en demi-finale québécoise, les gars du basketball Rouge et Or se sont inclinés 82-69 face aux champions en titre et champions de la saison, les Redmen de McGill.
«C'est dévastateur d'avoir perdu comme ça», a lancé un Karl Demers-Bélanger dépité, avant de quitter le parquet du nouvel amphithéâtre-gymnase du PEPS. Le garde étoile de l'Université Laval venait de voir le mirage de la victoire s'évanouir d'un coup, après l'avoir contemplé durant trois quarts. «Ils ont fait les gros jeux offensifs aux bons moments, on a fait des erreurs aux mauvais moments», a-t-il résumé, en retenant une larme.
Devant 800 de leurs partisans, les représentants de Québec ont été incapables d'étouffer la machine des Redmen, méthodiques mais ô combien efficace. Les négligés n'ont perdu le premier quart que par un point (21-20), le deuxième par deux (22-20) et le troisième par trois (23-20), avant de voir les fautes gâcher la sauce au quatrième (16-9).
«On était au coude à coude et ce n'était pas par chance», a établi l'entraîneur Jacques Paiement fils. «Mais on leur a ensuite laissé quelques petits paniers faciles pendant qu'eux, ils ne se font pas mal. C'est la meilleure équipe de notre ligue et ils ont joué comme telle.»
Ce que Paiement a vu hier l'encourage, comme tout le travail du dernier mois. Après un début de saison de deux gains en neuf matchs, le Rouge et Or a signé quatre victoires à ses huit dernières sorties. «C'est encourageant, mais on ne va pas se contenter de ça. Les gars ont vu ce que ça goûte être si proche», indique le coach.
De 15 joueurs du Rouge et Or, le meneur de jeu réserviste Olivier Lefebvre est le seul à tirer sa révérence.
Simple étape, dit Imperador
Chez les gagnants, les célébrations ont été courtes. Ce «voyage d'affaires» à Québec a comme seul visée la victoire de dimanche (15h), en finale provinciale. À la clé, un billet pour le championnat canadien universitaire.
«Notre objectif est clair depuis le début de la saison, on vise un deuxième championnat de suite et de retourner faire mieux que notre cinquième place de l'an dernier au canadien. On veut remettre le Québec sur la carte du basketball universitaire canadien», a expliqué Rodrigo Imperador, à la porte du vestiaire.
Ce costaud ailier natif de Bauru, au Brésil, n'est pas étranger à la région de Québec. La famille est installée à Sainte-Julie, mais lui a passé trois ans au Cégep Limoilou. Des anciens coéquipiers des Titans sont d'ailleurs venus le saluer, après la victoire.
Imperador et ses Redmen doivent toutefois passer par les Gaiters de Bishop's, dimanche après-midi, rivaux qu'ils ont vaincus quatre fois sur quatre cette saison. Cela pourrait signifier un doublé pour McGill, puisque les Martlets ont eu raison des Citadins de l'UQAM 63-50, samedi, en finale féminine.