L'entraîneur-chef du Rouge et Or,  Jacques Paiement Jr

Basketball: Texas Tech s'amène au PEPS

C'est maintenant devenu une tradition pour l'équipe masculine de basketball du Rouge et Or de l'Université Laval d'amorcer son camp d'entraînement avec un match préparatoire face à une formation de la NCAA.
Jamais, en sept occasions, elle ne s'était toutefois attaquée à un adversaire aussi imposant que les Red Raiders de Texas Tech, une formation de première division.
Les hommes de Jacques Paiement Jr auront donc tout un défi à relever, lors de la visite des Texans, à l'Amphithéâtre Desjardins-Université Laval, lundi (19h). «Cette année, c'est vraiment spécial, à cause de l'envergure de l'adversaire et par le fait que depuis le début de l'été, il y a un gros travail de promotion qui a été fait autour de l'événement. Sans dire que ça va être rempli, on va avoir une bonne foule», a expliqué l'entraîneur.
Avec une formation en tout début de camp d'entraînement, ce dernier a dû adapter ses séances afin de préparer plus spécifiquement cette rencontre. D'autant plus que l'adversaire, comme toutes les formations américaines s'amenant à Québec, s'annonce fort athlétique.
«C'est un gros programme qui joue dans de grosses compétitions, mais je pense que ça va ressembler au calibre qu'on a affronté l'année passée, parce qu'ils sont en reconstruction. Ils recrutent dans le meilleur bassin de joueurs. Depuis trois ans, ils ont un nouveau coach réputé [Tubby Smith], qui a déjà gagné le championnat de la NCAA avec Kentucky en 1998», a noté Paiement au sujet de celui qui a succédé au réputé Bobby Knight à la barre de l'équipe du «Big 12».
De son côté, le Rouge et Or se veut une équipe arrivée à maturité qui devrait faire bonne figure dans sa conférence au cours de la prochaine saison. Il comptera encore cette année sur son meilleur marqueur, Karl Demers-Bélanger, ainsi que de talentueux joueurs de deuxième année comme Antoine Beaumier et Thibaud Dezutter.
«On a une équipe de vétérans. On ne repart pas à zéro. Notre noyau est de retour. L'équipe est rendue au stade de livrer la marchandise, au niveau de gagner, de se battre à chaque match. On doit pouvoir se mesurer aux meilleurs. On a eu de bons résultats l'an dernier. Tout le monde a soif de victoires. Notre objectif, c'est de gagner notre conférence», a soutenu Paiement, précisant que leur plus grande opposition viendra de McGill.