Nathan Grant était associé à l’Équipe du Québec depuis cinq ans. Il se dit excité à l’idée de relancer un programme qui en arrache, le Rouge et Or n’ayant pas participé au Championnat canadien depuis 2008.

Basketball: Nathan Grant ne perd pas de temps à recruter des joueurs [VIDÉO]

Dès la fin de l’entrevue, le comité de sélection savait que Nathan Grant était le prochain entraîneur-chef du club de basketball masculin du Rouge et Or de l’Université Laval «Il nous a charmés, ç’a été unanime», indiquait le président du club, Charles Fortier, en marge de l’annonce officielle du changement de garde.

Le Rouge et Or a confirmé, jeudi, ce que Le Soleil dévoilait quelques heures plus tôt. Signe que la transition se fera en douce, le nouvel homme de basketball du PEPS a été accueilli par Jacques Paiement Sr, dont la famille a laissé son empreinte sur le programme depuis 20 ans.

«Il s’agit d’un rêve pour moi, je ne pouvais pas croire que ça arrivait. J’étais prêt pour ça et j’attendais ça. C’est l’occasion de faire quelque chose de spécial, ici, et d’opérer un vrai changement», disait Grant, un anglophone de Montréal qui était associé à l’Équipe du Québec depuis cinq ans.

Il se disait excité à l’idée de relancer un programme qui en arrache, le Rouge et Or n’ayant pas participé au Championnat canadien depuis 2008. Il ne s’amènera pas seul, puisqu’il a déjà recruté quelques joueurs qui se joindront au Rouge et Or, la saison prochaine. Pas moins de 14 joueurs du Rouge et Or étaient présents à la conférence, ainsi que des membres de l’équipe féminine.

«C’est important qu’on commence à regarder en avant. On doit juste changer la mentalité et après, on sera parti. Ça va se faire par notre préparation, par notre façon de jouer et d’étudier. On va changer la mentalité et on aura du succès ensuite on ne doit pas aborder la prochaine saison comme on a fini la dernière», ajoutait l’entraîneur-chef de 35 ans qui a hâte de travailler avec la communauté de basketball de Québec et de se retrouver dans l’un des plus beaux gymnases au pays. Hier, l’amphithéâtre Desjardins était portait ses plus belles couleurs, puisqu’il servira de salle pour la période de la collation des grades à l’Université Laval.

Grant connaît bien l’endroit puisqu’il a été l’entraîneur-adjoint des Stingers de Concordia en 2016 et 2017. À sa première saison, les Stingers montraient la deuxième défensive la plus étanche au pays. Il est un produit des Bobcats de Brandon, où il a joué de 2006 à 2011 en même temps qu’il faisait son baccalauréat en arts avec une majeure en administration des affaires et une mineure en psychologie.

27 candidatures

Le Rouge et Or a reçu 27 candidatures venues du Québec, de l’Ontario, des États-Unis, de l’Europe et de l’Afrique pour remplacer Jacques Paiement Jr. Il y a eu sept entrevues, au total.

«Quand Nathan est sorti de la salle, on s’est regardé et on a dit : c’est notre homme! C’est assez rare, car souvent, ça amène bien des discussions», notait Fortier, qui voit le Rouge et Or revenir rapidement parmi les trois meilleurs programmes au Québec.

Et le moment était bien choisi pour effectuer un virage après 20 ans sous la houlette de coachs Paiement, père et fils.

«On me disait qu’il fallait en profiter pour amener un vrai vent de changement. Nathan vient d’un autre milieu, il est jeune, tous les joueurs du collégial AAA ont été dirigés par lui avec l’équipe du Québec U17. Le fait qu’il soit noir et anglophone peut aussi aider à attirer des jeunes qui s’identifient à lui. Nathan le sait, tout se fait en français à l’Université Laval, mais ça peut être un avantage quand tu veux recruter un jeune anglophone», notait le président à propos de celui qui s’exprime en français avec un accent.

Grant est emballé pour le défi qui se présente à lui. Il est déjà à la recherche d’une maison et d’une école pour ses enfants. «Si vous avez des questions, je vais être ici pour les 30 à 40 prochaines années», disait-il en riant.