Le club de basketball féminin de l'UL a rendez-vous avec les Marauders de McMaster, dimanche soir (19h30), en finale du Championnat U SPORTS. Il s'agira d'une deuxième présence dans le match ultime en trois ans pour la formation dirigée par Guillaume Giroux.

Basketball féminin: le Rouge et Or passe en finale nationale

En l'emportant 60-56 contre les Gee Gee's d'Ottawa, samedi soir à Toronto, le Rouge et Or de l'Université Laval n'est plus qu'à une victoire du premier titre national de son histoire.

Le club de basketball féminin de l'UL a rendez-vous avec les Marauders de McMaster, dimanche soir (19h30), en finale du Championnat U SPORTS. Il s'agira d'une deuxième présence dans le match ultime en trois ans pour la formation dirigée par Guillaume Giroux.

«Comme on dit, ce n'est pas comment, mais combien», disait l'entraîneur-chef, rejoint après la victoire arrachée grâce à la résilience de ses joueuses.

En première demie, son club n'avait pas la même touche au panier adverse, mais défendait le sien avec brio. Le Rouge et Or a cependant perdu une bonne avance au deuxième quart, permettant aux Gee Gee's de revenir dans le coup. La seconde demie en était une pour adultes.

«Nous avons encore creusé notre propre trou en perdant le ballon 22 fois et notre pourcentage de lancers n'était pas très élevé. Ça m'a fait peur à un moment, mais on a mieux géré cela en deuxième demie, et lorsqu'on s'est mis à jouer petit, ils ont été forcés d'enlever leurs grandes joueuses. On perdait par deux points avec trois ou quatre minutes à faire, mais j'ai dit aux filles que ça ressemblait au match face à l'UQAM [en demi-finale du RSEQ], de rester calme, qu'on allait s'en sortir. On a vu qu'on avait une équipe mature et calme», résumait-il.

Encore une fois, Sarah-Jane Marois a bouclé la soirée avec 20 points, soit le tiers du total de son équipe. Elle a hérité du titre de joueuse du match pour la deuxième fois du tournoi. Jane Gagné a aussi bien fait avec 16 points et rebonds. Claudia Émond a réussi quelques paniers de trois points en seconde moitié qui ont beaucoup aidé la cause lavalloise. Et on ne peut pas passer sous silence la performance de Khaléann Caron-Goudreau, en défensive.

«Elle a réussi neuf blocs, si ce n'est pas un record, ce n'est pas loin... On savait que les filles d'Ottawa étaient très fortes, qu'elles allaient se battre. Ce fut un match très physique, on ne s'est pas laissé piler sur le corps», notait l'entraîneur-chef.

Le Rouge et Or reluquait cette présence en finale depuis le premier jour où les joueuses ont mis le pied au PEPS, l'automne dernier.

«Dès le début, on a parlé de remporter le Championnat provincial et de la finale nationale. J'avais dit aux filles qu'on allait se retrouver dans ce match-là. Je suis fier qu'on s'y rendre, mais on n'a pas disputé une demi-finale parfaite, et pour l'emporter, il faudra qu'on joue mieux. Plus tu avances dans ce genre de tournoi, meilleur tu dois être», ajoutait celui dont le club avait obtenu la médaille d'argent en 2017 et terminé sixième en 2018.