Charles-Antoine Pépin
Charles-Antoine Pépin

Baseball Junior: un match de fou à la faveur des Diamants à Charlesbourg

L’ouverture locale des Alouettes de Charlesbourg avait des allures du bon vieux baseball junior d’autrefois, mardi soir. Des points à la tonne, des avances gaspillées, des remontées improbables, des mauvais bonds en raison du terrain raboteux, les 185 spectateurs en ont eu pour leur argent.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les Alouettes ont laissé filer une avance de 13-8 en septième manche pour permettre aux Diamants de Québec de se sauver avec un gain «olé olé» de 16-13 arraché à la faveur d’une poussée de huit points à leur dernier tour au bâton dans un match interminable qui rendait le prix d’entrée peu cher pour le nombre d’heures passées au parc Henri-Casault…

Non seulement les Alouettes (0-5) menaient-ils par cinq points en début de septième, ils avaient aussi fait un grand pas vers une première victoire, cette saison, puisqu’ils menaient 7-2 après trois manches. Mais les Diamants n’ont jamais abandonné, obtenant la médaille de l’acharnement en plus de leur quatrième victoire en cinq matchs, cette saison.

«Ç’a été un match de fou, et pour nous, je dois admettre que c’est une victoire inespérée. Mais dans l’ensemble, ce ne fut pas un beau match. On aurait dit que les deux équipes participaient à un échange de cadeaux de Noël et qu’à la fin, c’est nous qui avons pigé le plus beau», illustrait l’entraîneur-chef des Diamants Dominik Walsh, qui a utilisé deux joueurs de position au monticule pour épargner un peu ses lanceurs.

Les Alouettes, eux, écopaient d’une cinquième défaite en autant de sorties. Les lanceurs ont été malmenés, accordant 15 coups sûrs et ne parvenant pas encore à lancer avec précision puisqu’ils ont donné huit autres buts sur balles, portant leur total à 44 en cinq matchs depuis le début de la saison de la Ligue de baseball junior élite du Québec.

«C’est l’histoire de notre saison, les Alouettes se font battre encore par eux-mêmes… On n’est pas capable de jouer avec l’avance et de fermer la porte. On est 0-5, c’est plate parce qu’on a une meilleure équipe que ça», résumait en deux mots leur entraîneur-chef Frédéric Lajoie.

Les Alouettes ont laissé filer une avance de 13-8 en septième manche pour permettre aux Diamants de Québec de se sauver avec un gain «olé olé» de 16-13

Les deux équipes ont donc divisé les honneurs de leur premier face à face de la saison. Alouettes et Diamants se croiseront à nouveau, vendredi soir à Charlesbourg et samedi après-midi à Québec.

Alexandre Bédard a fait le plus de bruit au bâton pour les Diamants avec quatre coups sûrs et quatre points produits. Il a notamment frappé un circuit sur le deuxième lancer du match pour donner le ton à un match excitant au maximum, du moins pour les frappeurs et les spectateurs.

Neven Dominguez a toutefois réussi le coup sûr le plus opportun de la soirée, son simple de deux points en début de septième manche permettant aux siens de couronner la remontée et de prendre les devants 14-13.

Les Alouettes avaient pourtant réussi assez de points pour espérer l’emporter. Mais personne n’aurait pu s’imaginer qu’ils laisseraient filer deux avances de 7-2 et de 13-8.

William Gault a mené la pétarade de 11 coups sûrs de Charlesbourg avec trois coups sûrs et trois points produits, le même nombre que Jean Nicolas Leblanc et Raphaël Ross.

Et comme si ce n’était pas assez, le match a pris fin tardivement alors que les Alouettes menaçaient avec les buts remplis…

Un dernier retrait qui nous permettait d’éviter de rater l’heure de tombée !